Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cruel retour à la réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah
Représentante d'Hadès
Représentante d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 1034
Localisation : Enfers et Château d'Heinstein
05/03/2010

Feuille de personnage
HP:
380/380  (380/380)
CS:
390/390  (390/390)
PA:
480/480  (480/480)

MessageSujet: Cruel retour à la réalité   Sam 28 Juil - 7:37

Le rêve de la Mante se passait ici.

Un cri dans la solitude d'une nuit unique en son genre. Un hurlement de douleur étouffé par la volonté de la terrible Pandore.

Sarah avait crié sous l'effet des liens se resserrant autour d'elle, de son cou et de ses bras. Elle s'était sentie happée avec une telle violence vers le silence de sa prison avant de retomber sur le sol froid. Sa tête avait heurté le sol de la geôle secrète et un fin filet de sang coulait sur sa peau si pâle. Cela faisait si longtemps que la Captive n'avait plus senti la chaleur des soleils infernaux sur sa peau. Si longtemps...

Un gémissement et elle se releva trempée de sueur. Maintenir aussi longtemps son pouvoir pour rêver de concert avec Sa tendre Héloïse l'avait éprouvée. Bien plus encore qu'elle ne pouvait l'imaginer.

Et s'il n'y avait que ça...

La Mante qui pensait ne plus pouvoir souffrir davantage venait de faire l'amère expérience d'une nouvelle sorte de supplice. Elle venait de goûter à l'espoir. L'espoir, le désir de liberté mais aussi le réveil de ses sentiments. L'amour maternel qu'elle n'avait pu offrir à son enfant. La tendresse qu'elle avait offerte à sa douce Héloïse. L'amour maternel et enfin l'amour d'une femme envers un être exceptionnel. Ce qu'Hypnos pouvait lui manquer.

Sentir l'énergie du dieu du Sommeil rayonner dans tous les Enfers avait bouleversé la Captive. Hadès ne pouvait rien pour elle mais lui, lui le pourrait. Cela tenait à peu de chose si peu de choses. le fil était si fin qu'il pouvait se rompre.

Le plan de Sarah avait une chance de se réaliser mais le moindre grain de poussière ferait tout s'effondrer.

Une larme coula sur sa joue se mêlant à la chaleur de son sang. Elle pleurait...

Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait plus rien exprimait sous le regard vicieux de la Succube se délectant de sa détresse. La spectre pâlie, l'Ange blessé d'Héloïse se releva comme il le put. Se traîna vers sa couche aurait été plus juste car elle été comme vidée. Les liens et surtout le collier avaient rempli leur office avec une effroyable efficacité.

Sarah finit par se hisser sur le lit et laissa ses larmes couler. Personne ne la verrait et cela lui ferait tant de bien. Evacuer ces larmes jusqu'à ne plus en avoir.

Elles ne pouvaient que l'avoir entendu. Le cri de détresse de la spectre et l'impitoyable piège qui la retenait. Elles ne pouvaient que l'avoir remarqué.

Le regard délavé de Sarah se reporta sur la porte de la cellule. D'ici peu Pandore ou Améliah surgirait...
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Cruel retour à la réalité   Lun 30 Juil - 6:36

La rencontre au sommet c’était terminée sur une note bien acide que la Grande Prêtresse des Enfers n’avait pas dans un premier temps ressentit. Il faut dire que le toupet de la délégation sous marine avait laissé son empreinte, provoquant chez l’homologue infernale une vague de colère… C’était incroyable, oui, totalement incroyable… Oser se présenter devant elle pour demander réparation, faire preuve d’une telle mauvaise foi.

C’est en tremblant que la main de la prêtresse se posa sur la poignée de la grande salle… Elle était pourtant restée un long moment après le départ du juge du Griffon, revenant même sur ses pas tandis qu’elle se dirigeait vers les dieux jumeaux pour leur faire part du résultat de cette rencontre. Incapable d’ouvrir la porte tant la colère, le frisson de l’adrénaline étant grand. Pandore stoppa son geste, serrant dans sa main libre son poignet tremblant, posant sur sa poitrine son bras glacé.

C’est injuste…

Tel était le constat qu’elle faisait devant le gout amer qui à présent que le calme était revenu commençait à poindre. Pourquoi avait elle l’impression d’avoir échouer, elle qui avait tant à cœur de protéger les intérêts de son seigneur, de son fils, de son Dieu ?
Qu’aurait elle pu faire d’autre devant la requête complètement irréaliste de la régente des mers, cela aurait été mettre le doigt dans un engrenage vicieux, ouvrir la porte au n’importe quoi…

« Accepter d’accorder réparation et puis quoi encore… »

S’était elle exclamée en levant les yeux au ciel, se détournant de la porte, seule dans la pénombre de la Grande Salle.
Et pourtant sur sa poitrine pesait toujours une sensation d’échec.

« Aurait il fallu que j’accepte ? Que votre juge combatte pour son bon plaisir, que nous l’amenions là où elle le souhaitait, là où nous le voulions ? »

Un signe de son seigneur, un seul et pourtant la salle demeura silencieuse. La prêtresse se mordit la lèvre, baissant les yeux sur les dalles anciennes, elle qui se trouvait là où la régente s’était dressée plus tôt. Pandore serra les dents, il n’y avait pas d’interlocuteur pour lui répondre, mais dans le fond l’amertume suffisait à lui répondre.

« Non… » reprit t’elle calmement, fixant les voutes de la salle… « Non, je ne peux pas le croire… »

Il était impossible d’admettre qu’elle s’était trompée… Impossible, elle n’avait agit que pour son Dieu, que pour ses intérêts et ne pas céder était la meilleure des solutions. Des alliés il y en aurait d’autre, d’autres occasions, plus favorable pour Hadès ne passerait pas pour le premier des bouffons.

Dans le silence pesant du château, l’idée de faire son rapport aux frères jumeaux n’était pas une option envisageable, c’est alors qu’elle sentit un soubresaut cosmique, un cri familier. Sarah était devenue sa nouvelle priorité.



******* ********

Le collier, les chaines avaient fait leur office réduisant à néant la menace que constituait cette spectre que pour le bien d’Hadès on avait du plonger dans les geoles les plus sombres des enfers. Pandore avait disparut dans les méandres du château d’Heinstein, dans un endroit reculé, secret, impénétrable où elle avait dissimulé les plus terribles de ses secrets.

Pendant de longues secondes, elle avait attendu derrière la porte, laissant sa colère contre elle-même, la douleur de sa cuisante erreur s’atténuer pour enfin rendre visite à celle qui avait jadis hanté ses nuits. A présent, elle pouvait entendre les sanglots de sa captive, et un léger rictus s’était formé sur ses lèvres fines. Elle ne prenait pas plaisir au malheur de cette spectre, non, Pandore était certes cruelle, mais sa cruauté avait des limites, des limites plus proche qu’elle ne le laissait souvent paraitre. Blinder son image, cela avait été le seul moyen qu’elle avait trouvé pour reprendre sa place après la trahison dont on l’avait affublé. Voilà pourquoi souvent elle était crainte et ce n’était dans le fond pas plus mal ainsi.

Se parant de son masque glacial, sadique, elle ouvrit délicatement la porte de la geôle, ayant même l’audace de lui tourner le dos, invincible devant cette spectre réduit à l’état de poussière.

« Te voilà encore entrain de pleurer sur ton sort… Ma pauvre Sarah, je croyais que tu t’étais fait une raison… »

De toute sa hauteur, la prêtresse observait la Mante, sans aucune trace de pitié, mais avec des teintes de fausse compassion dans la voix.

« Gardes tes larmes pour d’autres, je n’ai pas de pitié, pas pour toi… »

Sans crainte elle s’était approchée, sans doute son égo avait besoin de cela, écraser la spectre qui lui faisait face afin d’adoucir ses cuisantes blessures. Caressant du bout des doigts les chaines arrimées aux murs, elle gouta un instant au silence.

« Mais je vais te faire une fleur… Veux tu entendre les dernières nouvelles de notre royaume ? »

Pandore ne laissa pas à son interlocutrice l’occasion de répondre.

« La présentation de notre Seigneur a été un franc succès… J’espère d’ailleurs que tu as apprécié le cadeau qui t’as été fait. »

La robe étincelante, le banquet sinistre comme pour lui rappeler à chaque instant que son supplice n’aurait pas de fin et que la privation de liberté n’était pas ce qu’il y avait de plus cruel à lui faire endurer.

« Tout spectre éveillé était présent… Et je te rassure, ton absence est passée inaperçue... A croire que notre Seigneur lui-même à oublier jusqu’à ton nom, jusqu’à l’existence de ton surplis. »

Il n’y a pas de petit plaisir. Aussi, avec délectation Pandore attendit les réactions de sa captive, attentive au moindre tressaillement, attentive au moindre soubresaut de désespoir ou mieux encore de hargne.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah
Représentante d'Hadès
Représentante d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 1034
Localisation : Enfers et Château d'Heinstein
05/03/2010

Feuille de personnage
HP:
380/380  (380/380)
CS:
390/390  (390/390)
PA:
480/480  (480/480)

MessageSujet: Re: Cruel retour à la réalité   Jeu 9 Aoû - 5:54

Un souffle dans les environs de sa geôle. Un instant suspendu dans le temps... Un instant d'une intensité digne de celle précédant les jugements et châtiments. Sarah sentait cette présence émerger comme du néant. La Geôle, sa prison était si loin de tout, derrière les scellés ultimes d'Heinstein.

Une prison pour les spectres, pour les plus terrifiants d'entre les guerriers d'Hadès. Un lieu perdu...

Elle accrocha aussitôt cette énergie, s'attendant à voir surgir la flamboyante Succube. Quelle ne fut sa surprise lorsqu'elle reconnut sa visiteuse.

Cette fois, tu te bouges en personne ? Cela fait longtemps si longtemps que tu ne m'a plus rendue tout même visite, te contentant de m'envoyer ta vicieuse de service. Cette chère Améliah aurait eu un petit accident. Qui sait si elle ne s'est pas trop collé au Bénou ? Ou il aura essayé de calmer le feu qui la dévore à l'aide de son propre feu...

Un sourire aussi cruel que fugitif passa sur son visage aux traits affinés avant qu'elle ne sente la tristesse de nouveau l'envahir.

Non, cela est impossible... Jamais Kagaho n'irait contre les intérêts du seigneur Hadès.

Un geste et elle effleura son collier. Un mouvement qui la faisait trembler tandis qu'elle se tenait toujours à demi-allongée sur sa couche. Le collier et les chaînes avaient rempli leur office et la Mante Religieuse se retrouvée aussi vidée qu'une des victimes de Calia.

Calia, la Vampire, elle songeait à cette spectre qui détenait un pouvoir si précieux. Songer à elle n'était pas l'idéal. Elle chassa l'image de la Somptueuse chasseresse. La Rose infernale ne devait plus traverser son esprit. Plus maintenant alors que Pandore s'approchait. Tapie au fond de sa cellule, la captive reconnaîtrait ce cosmos entre mille. Celui de la traîtresse ayanty ouvert le chemin d'Elysion au Phénix. Sans lui, le combat aurait pu être à l'avantage de son seigneur Hadès et de son bienaimé Hypnos.

A y repenser, elle serra les poings. Hypnos, le dieu du Sommeil, son jumeau le dieu de Mort et leur maître à tous, Hadès.

Comment une femme telle que cette Pandore pouvait-elle se targuer de défendre les Enfers en emprisonnant ou exilant des spectres fidèles, en laissant cette brute épaissse et incontrôlable de Kagaho agir en toute liberté.

Pandore, tu ne vaut pas mieux que Saga. Toi aussi, tu pourriras dans une prison...

Injustice...


Telle était le mot ancré en la mémoire et l'esprit de Sarah. Injustice, malheur et désespoir. Si loin d'Hadès, de son cher Hypnos, elle se sentait dépérir comme une fleur privée de soleil.

Elle finit par baisser la tête avant de se détourner. Elle avait sa fierté et étendre sa tristesse face à la grande prêtresse d'Hadès était la dernière chose dont elle avait envie. Enfin, elle se faisait attendre la représentante du sombre monarque. Elle pouvait sentir son cosmos de l'autre côté.

Tu attends ? Tu savoures ce que tu t'apprêtes à voir ou bien tu as peur de ce que tu vas découvrir...

Le son si particulier de la porte et ses pensées s'interrompirent. La Mante se replia sur elle même tandis que Pandore pénétrait en ce lieu où elle avait jeté la Mante Religieuse.

Elle était si sûre d'elle, si forte cette femme qui osait se tenir de dos devant elle. Pandore ne la craignait. Pourquoi aurait-elle du se sentir menacée de toute façon ? Sarah était si faible, privée de ses forces et de ses armes alors que son surplis reposait, elle ne savait où.

Elle était si faible par rapport à la sombre Pandore...

- Pandore... Toi qui viens vers moi... N'es-tu pas toi-même lassée de me tourmenter ?

Elle soupira doucement, séchant les dernières larmes ayant ruisselées sur ses joues si pâles. Nulle pitié en Pandore, juste le désir de venir se délecter de sa détresse, de ses souffrances tout comme elle s'était tant plue à le lui rappeler.

- Combien de temps te faudra-t-il encore te repaître de ma déchéance pour te maintenir dans l'illusion que tous ont oublié... ?

D'étonnantes paroles dites sous un ton fatigué et si bas, presque dénué de toute émotion. Un peu comme si elle s'était éteinte au fil de son emprisonnement.

Un court silence s'écoula tandis que la souveraine d'Heinstein jouait avec ses chaînes. Un instant lourd si lourd, elle sentait que quelque chose de dur allait s'en suivre. La voix douceureuse de la harpiste reprit. Un mélange de fiel et d'harmonie. Quelque chose de redoutable, aux apparences de miel mais au goût de vinaigre ou d'acide...

Elle pouvait sentir le regard sombre posé sur elle, sur la robe somptueuse qu'elle lui avait fait remettre. A ses mesures exactes, rehaussant une beauté que sa détention n'avait pu réellement altéré, cette robe était pour les grandes occasions. Celles où les spectres honoraient le sombre monarque de leurs beautés étincellantes. Celles où les combattantes se présentaient et présentaient leurs hommages au dieu.

Un cadeau, le plus beau de tous les cadeaux empoisonnés si ce n'était celui qu'elle lui offrait en guise de dessert.

- Oubliée...

Sans le savoir, elle avait répêté ce mot.

- Oubliée de mes frères, de mes soeurs...

Une voix presque inaudible, elle avait baissé la tête refusant que Pandore puisse contempler la blessure dans son regard. Nul mouvement, elle ne lui ferait pas ce plaisir.

Non, nul mouvement dans ce banquet qui n'était pas prêt de s'achever...


Dernière édition par Sarah le Mar 11 Sep - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Cruel retour à la réalité   Mar 21 Aoû - 0:41

C’est vrai que les choses auraient pu paraitre bien moins amusantes avec le temps… Aujourd’hui, il n’y avait plus de résistance, plus de hargne, et pourtant, Pandore appréciait tout autant les visites qu’elle accordait à la spectre de la Mante.
Sarah continuait à tenter de se battre, quand elle s’étonnait de présence, quand elle lui demandait si elle n’était pas lasse… Pandore pouvait presque entendre les gémissements de la spectre abandonnée dans l’obscurité. Pas de pitié pour Sarah, la Mante contrevenant aux projets d’Hadès. Pas de pitié pour cette sournoise créature.

A sa première question, un sourire léger s’était affiché sur son visage impassible, un sourire mielleux, douceatre, un sourire d’apparence, comme savait si bien les faire la prêtresse d’Hadès toujours à vouloir concilier les uns et les autres, toujours à devoir assurer l’ordre… Entre Kagaho et aujourd’hui les dieux jumeaux. Entre son devoir et ses espoirs.

« Allons ma chère Sarah, ne soit pas aussi catégorique… Je ne suis pas là pour te tourmenter, je tiens bien trop à toi… Je viens prendre de tes nouvelles voilà tout… Cesse de voir le mal partout… »

Bien sure que cela n’était que mensonge… Bien sure que Sarah ne serait pas dupe, mais cela faisait partit du jeu.
Les larmes qui glissaient sur les joues blafardes de sa captive et cela n’amenait pas une once de compassion chez la grande prêtresse infernale. Les mantes religieuses attirant leurs mâles pour ensuite leur couper la tête. Sarah savait jouer les causes perdues, elle savait attrister ses victimes avant de jouer un sale tour à ses interlocuteurs. Alors non, Pandore n’avait ni honte, ni peine.

Alors oui, avec delectation, elle avait vu sa prisonnière blêmir, toucher en plein cœur, elle pouvait le sentir, ou tout du moins l’espérer. Sarah pouvait bien garder l’espoir, elle pouvait bien croire que quelqu’un quelque part pensait à elle, ayant à cœur de la retrouver… Mais Pandore s’était échinée à la plonger dans l’anonymat, dans l’oubli total…

« Oubliée… Envolée le souvenir de la Mante… »

Pandore s’était agenouillée près de sa captive, visage angélique…

« Tu vois, finalement ma présence n’est pas si négative que cela… »

Et quand bien même ce n’était pas du goût de la Mante, qu’importe, Pandore avait bien l’intention de briser la créature, la réduire en poussière, la supprimer de la mémoire des spectres, jusqu’à celle des Enfers eux même.

« N’ai crainte ma chère, ma douce Sarah, je serais toujours là pour toi… Je te surveillerai comme le lait sur le feu. »

La douceur, la bonté même… Pandore c’est vrai veillerai sur elle, avec précaution surtout. Penchée au dessus de Sarah, elle avait caressé la tête de la Mante, caressé ses cheveux fins jusqu’à descendre à sa nuque et effleurer le collier qui la maintenait ici.

« Chut… Chut… Allons, il est inutile de pleurer… » murmura t’elle presque maternelle…

« Personne ne t’entendra de toute façon… »

Revenir en haut Aller en bas
Sarah
Représentante d'Hadès
Représentante d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 1034
Localisation : Enfers et Château d'Heinstein
05/03/2010

Feuille de personnage
HP:
380/380  (380/380)
CS:
390/390  (390/390)
PA:
480/480  (480/480)

MessageSujet: Re: Cruel retour à la réalité   Mar 11 Sep - 9:35

C'était bien un banquet. Banquet où une seule personne pourrait toujours se délecter. Elle et personne d'autre. Tel était le désir de la somptueuse prêtresse. Pandore, la porteuse de tous les maux, à la fois hôtesse et convive. Majestueuse et froide face à la spectre déchue.

Voix de miel et mots assassins, touchant en plein coeur la captive mais sans la tuer. Jamais, la servante d'Hadès ne ferait cette erreur...

Comme tu te délectes, Pandore. Je sens ce plaisir, cette satifaction malsaine grandir en toi. A moi, tu ne caches rien, moi qui ne suis plus qu'une fleur abandonnée et piétinée sur ton ordre.

La Mante ne pouvait qu'écouter mais en même-temps, elle s'apaisait. Déchue, elle l'était comme l'avait été une autre avant elle. Elle songeait à cela. Tout avait une fin, c'était irrémédiable et même elle Pandore ne pouvait l'ignorer.

La roue du temps avait tourné. Les spectres autrefois tombés au front se relevaient rejoignant leurs frères survivants. Tous étaient là mais il n'y avait pas qu'eux. Dans les Enfers se répandaient à présent les cosmos d'Hypnos et du seigneur Hadès. Celui de Thanatos aussi était présent moins généreux mais tout aussi reconnaissable et cela, même elle ne pouvait le nier.

Du cosmos du fils de Nyx se nourrissait l'Etoile de la Voracité. Sans que sa geôlière ne puisse rien faire ni l'en empêcher. En avait-elle réellement conscience au fond ? Après tout, Pandore s'efforçait tant de briser la Mante qu'elle lui avait créé une nouvelle carapace. Nul ne pouvait sentir son cosmos ou localiser sa prison et au fil du temps, elle-même avait adopté une attitude de résignation entrecoupée de subits regains d'espoir. A ces instants, ses réactions étaient violentes et cela les attirait comme des mouches, elle ou la Succube.

Et l'autre, t'es-tu réjouie ainsi lorsque la déchéance s'est abattue sur elle de la plus cruelle des façons avant de la briser ?

Et toi ? Que n'as-tu fait, Pandore, pour oser me faire le moindre reproche et en geôle me garder ?


Le visage toujours incliné sur le sol, la spectre ne prenait pas la peine de cacher sa détresse. C'était ce miroir, ce visage blême que la prêtresse se plaisait tant à contempler.

- Brisée... Oubliée...

Cette fois, c'était deux mots lourds si lourds avant qu'elle ne se ferme dans le silence, se réfugiant dans ses pensées.

Oubliées, brisées mais un jour, moi aussi, je me relèverai. Et toi, Pandore, traîtresse de la pire espèce, que diras-tu à nos maîtres ? Toi qui a si bien oeuvré que deux Etoiles sont sur le point de chuter à tout jamais.

Deux Etoiles...

L'as-tu seulement réalisé, deux Etoiles déchues dont l'une brille à nouveau et l'autre demeure occultée. Deux Etoiles sur lesquelles se portent l'ombre de deux divinités. Liées toutes deux liées, l'un à l'ombre du maître du Sommeil et l'autre aspirant à se blottir entre les bras du Soleil.

Que diras-tu lorsque les Etoiles et leur surplis se seront définitivement éloignées ?

Toi qui plus que tout autre sait à quel point notre sombre maître tient à ses guerriers.

Fais basculer la seule âme pure à évoluer parmi les spectres. Tes actes n'entraîneront que chaos et perte...


Une larme brilla soudain douloureuse si douloureuse avant de se perdre sur le sol grisâtre.

Et Hadès sera privé de protectrices. Affaiblir l'armée des Enfers c'est mettre Hadès, notre vénéré maître en péril. Hadès et Hypnos.

Pour cela, pour eux qui passent bien avant moi, jamais je ne pourrai te pardonner.

Traîtresse tu as été, traîtresse, tu es restée.


Tout à ces pensées qui la traversaient, elle sursauta presque lorsque Pandore se mit à la caresser. Elle détestait ce contact faussement apaisant. Il n'y avait aucune douceur en ces gestes, juste l'envie de la briser encore davantage. De la faire souffrir. Et la voix de la Mante s'éleva enfin, libérant plus que deux mots.

- Personne ne m'entend. Alors pourquoi me priver ? Personne ne peut voir ma déchéance ! Alors pourquoi devrai-je avoir honte ?

Les larmes de Sarah redoublèrent soudain et la jeune femme éclata en sanglots. Tout son corps était agité de soubresauts tandis que la sombre jeune femme la regardait ainsi.

Le collier qui la retenait se mettait à briller. La détresse de la Mante captive pouvait basculer en fureur d'un instant à l'autre, la réduisant à l'état de loque une fois que tout serait achevé. Le collier et les chaînes la briseraient.

Peut-être qu'ensuite, Pandore la laisserait...

Si seulement, toi aussi, tu pouvais oublier... Pandore...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cruel retour à la réalité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cruel retour à la réalité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ô! Le dur retour à la réalité!
» Retour à la réalité | Cérya
» Retour à la réalité [Grant Wilson]
» Retour à la réalité [Flashback / One-shot]
» Retour à la réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Les Enfers. :: La Geôle secrète-
Sauter vers: