Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la rencontre du premier spectre venu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: A la rencontre du premier spectre venu   Ven 25 Mai - 4:59

==> Je viens d'ici

Une rougeur sur son visage lorsqu'il lui affirma qu'elle n'était biologiquement pas équipée pour le toucher au plus profond. Avant que sous le regard amusé de Mina, elle ne se mette à rire doucement. Un rire doux et léger qui lui donnait un certain charme doublé d'une fraîcheur qu'aucune des spectres ne pouvaient se targuer de posséder. Et puis, elle était un Verseau s'entourant d'une brise propre à son signe...

Ainsi les choses auraient pu encore se poursuivre longuement dans les appartements de la rousse Calia si l'expression du blond renégat n'avait soudain pas changé du tout au tout. Aussitôt, la rose du Désert se tut.

Elle connaissait cette expression, elle l'avait déjà vue une fois, lors de son arrivée au Sanctuaire. Et face à cela, elle se redressa, prenant une allure plus martiale.

- Asclépios ?

Demanda-t-elle avant qu'il ne réponde à toutes ses questions.

Un chevalier, ce serait donc cela cette énergie que je ressens. Elle est si différente des autres.

Le reste se passa très vite, Alaïs quittant précipitamment le salon de Calia après avoir fait un signe à Mina qui étrangement frappa sur une petite cloche que la belle n'avait même pas remarquée.

Enfin, cela ne devait concerner que les serviteurs de la chasseresse des Enfers.

Quelques secondes plus tard, le maître et la disciple arrivèrent en face des lourdes portes barrant l'escalier menant aux enfers. La jeune femme avait un peu tiqué en voyant la facçon dont Asclépios s'était fait comprendre des gardes un peu trop zélés au goût du jeune homme.

Puis, elle posa sa main sur son bras avant de dire.

- Asclépios. Sois prudent, je vais aller ouvrir cette porte... Grâce à toi, je sais comme faire...

A ces mots plein d'assurance, elle ferma les yeux et se concentra. Une aura aux lueurs blanches puis rougeoyantes s'éleva autour d'elle avant de se déployer sur l'ensemble des portes.

Un instant s'écoula avant qu'elle ne finisse par sentir comme un appel et que les portes ne s'ouvrent, laissant apparaître les premières marches de l'immense escalier en colimaçon. Les lumières vertes ne tardèrent pas à les entourer...

Puis, elle sourit à son mentor.

- J'y suis arrivée. Fais attention, Asclépios. Je vais aller chercher de l'aide.

Elle resta juste le temps de voir le Scorpion filer vers l'autre monde.

Puis ce fut le retour vers l'Aile des Célestes. Et dès qu'elle en franchit le seuil, elle se mit à rechercher des traces de cosmos comme Asclépios le lui avait appris et à sa grande joie, un spectre plus que puissant approchait.

Elle ne pouvait encore le savoir mais il s'agissait de l'un des trois juges et aussitôt, elle se précipita à sa rencontre.

- Excusez-moi, je viens juste d'arriver en ces lieux et je ne sais pas encore qui vous êtes. Moi même ne suis encore qu'une novice, Alaïs du Verseau et c'est mon maître qui m'envoie vers vous.

Elle espérait qu'il ne soit pas outré de ses manières avant de poursuivre.

- Un saint de la déesse Athéna vient de pénétrer aux Enfers et il est parti à sa rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
RIP

RIP


Nombre de messages : 232
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
500/500  (500/500)
CS:
500/500  (500/500)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Dim 1 Juil - 0:15

Lucifer avait réussit son immersion dans ce monde de ténèbres... Il connaissait bien ce lieu, il était rentrer dans les bonnes grâces de la représentante du seigneur Hadès. Il savait se montrer indispensable, honorable lorsqu'il le fallait, il incarnait après tout un des juges infernaux.

Le destin qui avait parfois été cruel envers lui se révélait particulièrement clément depuis son retour... Un fin sourire se dessina lorsqu'il aperçut au loin la jeune femme au loin. Lorsqu'elle arriva à sa portée, Duncan s'arrêta, la stature et la noblesse de sa personne resplendissait au firmament.
Devant tant d'innocence l'entité millénaire eut un sourire franc pour la jeune femme.

« Je suis Duncan du Griffon, l'un des juges de sa majesté Hadès ! Parles mon enfant, à travers moi, c'est notre seigneur qui t'écoute ! »

Il était bienveillant ce juge, il semblait même ne mettre aucune distance entre lui et elle pourtant tellement novice.
La déclaration qui suivit obscurcit le faciès de Duncan, qui fit enfin un signe de tête positif à l'attention de la nomade du désert.

« Ton maitre fait preuve d'un courage exemplaire... Tu as trouvé le bon interlocuteur, mon enfant ! N'aie crainte à présent, je m'en vais de ce pas régler le sort de ce chevalier ! »

Il eut un sourire pour Alaïs avant de finir.

« S'il fait de toi, un être aussi zélé qu'il l'est, tu feras un spectre exemplaire... Suis donc bien ses recommandation très chère, tu iras surement très loin. »

Lucifer eut presque un geste paternaliste pour la jeune Nomade, il posa sa main droite sur l'épaule d'Alaïs, Duncan pourtant si jeune d'apparence semblait possédait une sagesse infinie. Sans ajouter le moindre mot, le « spectre » prit la direction de l'entrée des enfers...
Lui ou il disparaitrait afin de rejoindre le Scorpion et la Balance.

[HRP : J'arriverai à la fin du tour qui suivant... Laissant donc la possibilité d'un nouveau tour de discution pour Asclépios et Shiryu]
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès


Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Mer 4 Juil - 7:49

J'étais là

Lentement, elle s’était dirigée vers le château, l’enchainement des évènements et la redescente de l’adrénaline dans ses veines, l’avait poussé à regagner le chemin de ses appartements. Un petit quelque chose de changer en elle avait fait ressortir sa splendeur mortelle.

Déambulant dans les couloirs, n’ayant pas peur du détour pour, oui, il est vrai parader dans sa nouvelle splendeur, une étrange rencontre au loin attira son attention. L’être à la stature altière ne lui était pas étrangère, tout comme son cosmos dont la puissance ne laissait que peu d’option… Le juge du Griffon qu’elle avait vaguement croisé au plus mal de sa forme, serait sans doute agréablement surpris de sa métamorphose, qu’importe si cela n’était pas le cas… Et oui, la succube avait envie de se montrer et surtout d’être vue, pourquoi se priver dans ce cas de l’attention de l’un des trois juges.

Et pourtant, sa seigneurie était un peu pressé, laissant derrière lui une silhouette presque chétive à la chevelure rousse. Curieuse de nature, Améliah n’avait pas mis bien longtemps avant d’emprunter ce même couloir, le temps lui avait permis de rencontrer tout ou partie des rangs infernaux, et ce minois lui était étrangement inconnu.

« Une affaire importante sans doute… »

Se contenta t’elle de murmurer à son interlocutrice tandis qu’elle arrivait derrière elle, en silence et en quelques enjambées à peine, de peur peut être qu’elle aussi ne se volatilise. Sans conteste, elle parlait du départ pressé du juge qui avait laissé derrière lui son interlocutrice.

L’instant suivant, elle avait contourné la jeune femme, lui faisant dorénavant face, avec bienveillance, elle la détailla du regard, de son visage éclatant mais juvénile, à sa taille affiné, presque chétive qui dégageait néanmoins agilité et grâce.

« Tu n’es pourtant pas une spectre, n’est ce pas ? »

Finit elle par reprendre, faisant bien évidement référence à sa présence dans les couloirs du château d’Heinstein. Il était étonnant de voir que les couloirs ces temps ci grouillaient d’invités divers et variés, pourtant, son interlocutrice n’avait rien d’une marinas, non, son cas semblait beaucoup plus compliqué.

« Suis-je bête, je manque à tous mes devoirs… Je suis Améliah , spectre de la Succube… »

Peu de chance que cette créature soit une ennemie, sinon nul doute qu’il n’en aurait fait qu’une bouchée… Quoi que…


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Ven 6 Juil - 8:15

Le juge n'avait pas mis plus d'une seconde avant de lui répondre sur un ton calme et empreint de paternalisme. Une nouvelle fois, la rousse Alaïs allait de surprise en surprise. Jamais, elle n'aurait imaginé que les gardiens et combattants des Enfers puissent avoir un tel comportement. Pourtant, Duncan n'était pas le premier à la traiter avec cette singullière bienveillance. Avant lui, Dame Pandore et Calia de la Vampire l'avaient toutes deux accueillie avec une telle gentillesse. Quoique la présence d'Asclépios avait du faciliter les choses auprès de la magnifique reine des jaguars. Tous ses animaux autour d'elle avaient impressionner la future guerrière cosmique.

Et songeant à la Rose des Enfers, Alaïs se rappela soudain sa crainte pour le blond renégat du Scorpion. Elle connaissait sa force mais ses anciens frères d'armes étaient tout aussi redoutables. Et surtout, il n'avait plus son armure...

Lorsque soudain, comme s'il avait lu en elle, le Griffon reprit la parole, lui indiquant qu'il partait sur-le-champ s'occuper de cet intrus tout en l'encourageant pour l'avenir.

- Merci, Juge Duncan du Griffon, je mettrai tout en oeuvre pour devenir une guerrière accomplie comme dame Calia.

C'était venu ainsi. Après tout, la Nomade du Désert connaissait surtout la spectre de la Vampire qui lui avait même ouvert sa porte.

Un dernier geste et elle sourit en sentant la main du redoutable spectre se poser sur son épaule. Cela lui avait offert un tel réconfort avant que le juge ne s'en aille rejoindre son mentor du Scorpion.

Un très court instant s'écoula avant qu'une nouvelle spectre ne fasse son apparition. Une femme très dénudée et d'une beauté aussi sublime que sulfureuse dont le nom ne laissa aucun doute sur la nature de ses pouvoirs. Alaïs connaissait les récits tournant autour des démons Incubes et Succubes. Aussi la tenue de la jeune femme ainsi que sa propension à parader n'avait plus rien d'étonnant.

Elle ne put s'empêcher pourtant de rougir. Elle devait paraître bien terne en comparaison des splendeurs peuplant les Enfers. Toutes différentes et toutes sublimes. Calia, le charme mystérieux et envoûtant et Améliah la sensualité brute et dévastatrice. Elles étaient différentes et peut-être opposées pourtant, Alaïs ne put s'empêcher de les associer.

La novice rougit soudain de plus belle en se rendrant compte qu'elle était restée muette comme une carpe tandis que son surplis émettait une vague de froid. Signal que le Verseau semblait faire passer à sa façon. Il ne se laisserait pas aussi simplement prendre au piège. Camus devait sous ses airs d'homme de glace avoir côtoyé ou connu pas mal de femmes. Et après tout, il était réputé aussi être dénué de tout sentiments...

Enfin, bref, s'efforçant d'ignorer cet avertissement de son surplis, Alaiïs se décida enfin de répondre après s'être inclinée devant cette femme exhibant ses charmes avec une immense fierté.

- Euh, ne fait, tout ce que je sais, c'est que je suis l'héritière de Ganymède : le Verseau. Dame Pandore m'a prise sous son aile après que les saints aient tenté de se débarasser de moi lors de ma venue au Sanctuaire.

Elle plongea alors son regard bleuté dans celui d'Améliah.

- Puis, j'ai eu la chance de rencontrer dame Calia et son fils, le renégat Asclépios du Scorpion. Tous deux ont décidé de prendre mon avenir en main. Asclépios étant devenu mon maître alors que dame Calia...

Elle laissa sa phrase en suspens avant de reprendre.

- Mais, j'oublie, je me nomme Alaïs. Je suis aussi la Nomade du désert...

Et elle rougit davantage tandis qu'un peu de chaleur se dégageait maintenant d'elle. Elle en aurait encore beaucoup à apprendre sur la maîtrise de son cosmos.
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès


Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Dim 15 Juil - 1:31

[Radamanthe qui devait nous rejoindre m'a prévenu qu'il ne pourrait pas le faire dans l'immédiat, aussi nous continuons encore un peu ensemble... Wink ]

C’était un bien étrange spécimen qui lui faisait face, d’apparence frêle, presque chétive. Les paroles qu’elle lui avait confié n’avait guère étonné Améliah. C’était une lubie de Pandore de prendre sous son aile de pauvres êtres perdus. Cela se révelerait sans doute à l’avenir un avantage pour les Enfers, ce que confirma la vague de froid qui s’échappa de l’armure de son interlocutrice.

« La protégée de la Vampire et de son petit… Quelle chance tu as… »

La succube avait eut l’occasion de parler avec Calia de son fils prodigue… Ce petit perdu trop tôt et retrouvé par la grâce du Seigneur Hadès. Elle était d’ailleurs assez curieuse de voir à quoi ressemblait le specimen en question. Sans doute avait il prit de ses parents, c’était d’ailleurs à souhaiter. En tout cas, il n’y avait ici aucune trace de cet être…

« Alaïs du Verseau, dis tu, c’est un plaisir de rencontrer la protégée de Calia… Elle est une amie très chère à mon cœur. »

Et ces paroles n’étaient pas prononcées en l’air… Même si dans la réalité, il y avait bien des choses qui n’avaient pu être dites. Elle jeta alors un coup d’œil dans le couloir, mais il n’y avait plus qu’elles deux.

« J’aurais été également ravie de rencontrer ton maitre, mais il semblerait qu’il ait d’autres chats à fouetter. »

Quel dommage… Mais la succube ne perdait pas de vue le joyaux encore brute qu’elle avait sous la main.

« Si tu n’as rien d’autre à faire que d’errer dans les couloirs, peut être pourrais tu m’accompagner. Je connais un endroit où l’on ne risque pas de tomber sur des mauvaises compagnies. »

De celles grouillantes que l’on pouvait parfois rencontrer parmi les spectres, au filet de bave prompt et aux mains baladeuses. Malheureusement, tous les habitants infernaux n’étaient pas de parfait gentlemen, et certains coup se perdaient.
D’un geste de la main, elle ouvrit le chemin, comptant amener la jeune femme au centre du jardin le plus merveilleux des Enfers.

« Alors comme ça » dit elle en chemin. « Tu as déjà rencontré ces rustres du sanctuaire… Ma pauvre enfant, je ne sais comment tu as été ramené au château, mais tu ne pouvais tomber mieux. Les chevaliers d’Athéna sont tellement peu tolérants… »

Le jardin n’était pas bien loin, au cœur du château dans une cour, un espace qui n’était pas ouvert à tous, mais il y avait certains avantages à être dans les petits papiers de Pandore.
D’un geste, elle ouvrit les portes, faisant découvrir la beauté du jardin de roses.

« En tout cas ici, tu demeures comme chez toi… »

Améliah n’avait pas encore eut l’occasion de parler de cette jeune femme avec Calia, mais en attend le retour de la Vampire ou de son fils, la succube ne tenait pas trop à laisser la jeune femme seule. Créer des liens pour faire naitre un sentiment d’appartenance chez cette nomade était encore la meilleure chose à faire, car si Hadès l’avait placé sur le chemin des Enfers c’était le signe d’un avenir pour elle parmi eux.
Et si en plus les saints faisaient tout pour les y aider… Autant ne pas gaspiller cette chance.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Lun 16 Juil - 3:52

La réponse de la Succube fit rougir la Nomade du Désert. Alaïs ne se sentait pas très à l'aise en face de cette sulfureuse spectre. La jeune rousse n'avait en effet pas encore pris suffisamment confiance en elle et si elle se sentait bien en compagnie de Calia et d'Asclépios, Améliah, elle l'intimidait.

Pourtant, elle se montrait amaible avec elle. La chaleur se dégageant de son cosmos après la vague de froid soulignait son trouble et une nouvelle fois, elle sentait que ses émotions prenaient le pas sur son sang froid.

Elle se remémorait les paroles de son maître et après avoir inspiré longuement pour s'apaiser, elle commença à répondre...

- Dame Calia ? Oui, cela doit être une chance d'avoir une amie aussi douce qu'elle. C'est étrange mais j'avais tout de suite pensé que vous étiez proches.

Un sourire doux, un regard qui ne pouvait se détacher de la Succube qui avait le don de la subjuguer, avant que, enfin, elle ne reprenne sans vraiment s'en rendre compte.

- Asclépios m'a dit que je lui ressemblais en certains points...

Mais je n'arrive pas à me comparer à elle. Peut-être les animaux... Ils l'entourent avec tant d'insistance comme s'ils ressentaient sa faib...


Elle n'alla pas plus loin. Un peu comme si elle réalisait seulement maintenant la teneur de ses paroles ainsi que l'identité de celle qui lui faisait face avec tout ce que cela impliquait. Pourtant, elle n'avait pu retenir ces mots. La façon dont le blond renégat avait récolté le sang pour sa mère et celle dont les serviteurs lui amenaient ce dont elle avait besoin lui avait donné par moment cette étrange impression. Ou peut-être était-ce à cause de ses serviteurs justement ? Mina et Jonathan....

- Non, ne faites pas attention, je dois encore être trop stup... sensible aux apparences et elle semble si frêle par moment.

Même après avoir assisté au combat du Scorpion, fils de la Vampire, le spectre du Verseau avait bien du mal à voir Calia en guerrière capable de tuer avec autant de froideur qu'Asclépios. Cette cruauté qu'elle se surprenait à retrouver en Améliah n'était pas aussi flagrante chez Calia. Elle pouvait ressentir l'aura destructrice de l'incarnation du désir et le mal qu'elle pouvait infliger aux autres. Cette façon dont la Succube l'attirait vers elle, provoquant cette réaction de défense innée. Est-ce que cela signifiait que Calia était inoffensive ? Elle lui avait paru si mélancolique parfois.

Sensible, tu es très sensible aux cosmos qui t'entourent. Le danger peut prendre plusieurs formes. Penses-tu qu'Hadès s'encombrerait de guerriers incapables de combattre ?

Les pensées de Camus avait résonné dans la tête d'Alaïs. L'énergie que dégageait le Verseau des Temps anciens lui paraissait assez conséquente pour masquer le souvenir de ce qu'il fut. L'ancien Verseau d'or suivait le flux des émotions de l'héritière de Ganymède et sa façon parfois encore naïve de voir les choses. Cela lui offrait aussi l'occasion de découvrir certains des spectres avec le regard neuf de la jeune femme. Là où lui voyait une spectre dissimulant sa véritable nature, Alaïs avait parfois perçue une simple jeune femme mélancolique.

De quoi éveiller la méfiance de l'ancien maître de Hyoga. La vision d'Alaïs n'était pas celle d'une gold sainte même si elle en avait le pouvoir mais celle d'une simple humaine et cela montrait avec quelle facilité certaines spectres pouvaient endormir la plus élémentaire des méfiances. La Vampire ne se faisait pas remarquer alors que des spectres comme Kagaho ou la sulfureuse Succube devait se faire voir des lieues à la ronde.

Puis, la voix sensuelle reprit. Le Verseau comparait aussi cette façon de s'exprimer de se déplacer. En plus, elle dégageait assez de phéromones pour affoler tout mâle et même femelle passant à sa portée. Le désir dans tous les sens du terme. Sauf que la réputation de Camus était d'être un homme de glace de son vivant, justifiée ou non, cela personne n'avait pu en témoignait, et ce n'était pas son séjour dans le froid du Cocyte qui devait avoir arrangé cela.

D'ailleurs il ne sembla guère réagir à la remarque d'Alaïs.

- Asclépios, oui, j'espère que ce saint ne le retiendra pas trop longtemps...

Elle ne doutait pas de lui. Sa confiance envers le blond Scorpion était sincère. On pouvait même y discerner quelques sentiments.

Elle inclina la tête en réponse à la Succube. Elle était troublée par cette femme. Quoique avec le temps, elle finirait par trouver le moyen de se garder de cette attirance que la sulfureuse rousse devait faire naître chez ceux et celles qui la croisaient. Entre eux, les spectres devaient se serrer et les coudes et non s'entredévorer. Alaïs devrait trouver sa place parmi eux aussi longtemps qu'elle évoluerait dans le Royaume du sombre monarque.

Elle la suivit sans un mot, n'osant pas l'interrompre. Puis, elle estimait ne pas avoir grand chose à dire sur elle. Sa vie avait été d'un terne. Autant ne plus y revenir. Dans sa tête, sa véritable naissance avait eu lieu dans le désert du Gobi, loin de tous..

Vint alors la question du Sanctuaire.

- Oui, j'ai souffert lors de mon arrivée au Sanctuaire.

Elle n'en dit pas plus. Cette image d'Asclépios s'attaquant à elle. Elle ne voulait plus trop y resonger. Pas maintenant alors que sa vie était devenue si compliquée.

- C'est une femme spectre, Violate, qui m'a ramenée après que l'avion où m'avait embarquée le Grand Pope s'est crashé en Sibérie. Il était si vieux. Lorsque je me suis réveillée, j'étais seule dans la carcasse. Tous l'équipage était parti, aucune trace de cadavre...

Elle s'interrompit en découvrant le jardin de roses.

- Un tel lieu aux Enfers. C'est magnifique...

Elle avança approchant des fleurs. Alaïs était encore trop tendre pour associer ce genre de fleurs à des armes. Elle n'avait pas encore entendu parler de certaines techniques de combat. Camus aurait sans doute pu lui en dire quelques mots mais maintenant que la jeune femme se sentait en confiance, elle avait abaissé sa défense et l'âme de l'ancien gold s'était retirée au plus profond du surplis laissant la Nomade en tête à tête avec la Succube.

Le spectre n'avait aucun besoin de se jouer d'Alaïs. Elle semblait même plutôt bien disposée à son égard. Le lien avec la Vampire devait aussi y être pour quelque chose. Dommage qu'il ne puisse cerner Calia aussi facilement. La Succube s'exposait davantage et semblait plus bavarde tout en sachant mettre à l'aise la nomade qui avait même répondu avec plus de spontanéité. Comme si elle se sentait plus en sécurité en ce lieu loin de certains spécimens... Un d'eux ayant même marqué la mémoire du Verseau.

- J'ignorais que cela pouvait exister mais pourquoi sommes-nous seules ? Est-ce une sorte de récompense ?
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès


Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Sam 21 Juil - 22:18

Calia, une amie ? non elle était bien plus que ça… Une relation compliquée, tumultueuse, pleine de non dit, de secret et d’attirance sororale… Le lien entre elles était étrange, trop étrange pour être expliquer à une jeune créature qui semblait encore bien naïve, bien innocente pour en comprendre toutes les subtilités. Quoi qu’il en soit, penser à Calia amenait un peu d’amertume au cœur de la Succube, elle qui ne pensait qu’à protéger la douce Vampire… Persuadée que la créature avait déjà tant lutté pour arriver à se relever, inutile de venir lui annoncer que son blond amour était revenu sur Terre, implacable, insensible. Non elle ne se relèverait pas.

De prime abord, la Succube s’étonna du lien qu’avait fait le fils de Calia entre sa mère et cette jeune femme… Et puis finalement si, il y avait peut être quelque chose, au plus profond d’elle. Alaïs avait beau hésiter, buter sur les mots, utiliser des propos peu appropriés, par deux fois Améliah avait pu sentir son énergie cosmique s’échapper, froid puis chaud. Bizarre pour un surplis du Verseau, car il ne lui semblait pas que ceux du Sanctuaire aient une palette aussi étendue. Voilà, il y avait au moins cela de commun entre elles. Une part de mystère.

« Stupide ? » Améliah avait secoué négativement la tête, sur un air de reproche. « Allons, tu n’as rien de stupide, et je trouve que tu es bien dure avec toi-même. Si tu n’avais pas quelque chose de spéciale, tu ne serais pas devant moi aujourd’hui, digne de porter le surplis du Verseau. »

Elle avait esquissé un sourire bienveillant, puis dégagé une mèche rebelle de la coiffure de la jeune femme derrière son oreille.

« Et pour info, tu as raison, Calia à l’air fragile, vulnérable… Et pourtant, il n’en est rien. Elle aura traversé bien des épreuves pour son seigneur. En tout cas, ne te fies jamais aux apparences. »

Sa phrase s’était terminée sur une teinte plus dure, comme un conseil avisé, une mise en garde sérieuse, mais bien vite, elle avait retrouvé son sourire bienveillant.

En tout cas, Alaïs semblait avoir vécu mille et un périples, le sanctuaire ne l’avait pas accueillit comme il se devait, cette histoire d’avion, de spectre rencontré qui l’aurait amené ici. Autant de tourments, et pourtant la frêle et innocente créature était toujours de ce monde, attentive, c’était bien là le signe d’une grande force intérieure.

Sans dire mot, Améliah avait laissé Alaïs découvrir le splendide jardin. Amusée par sa réaction, attendrie par sa surprise.

« Oui, c’est splendide. Mais je comprends ta surprise, le monde croit tellement dur comme fer que la mort, les Enfers ne sont que désolation, souffrance, carnage… Mais c’est bien plus que cela. Il y a ici des beautés indécelables, inattendues, bien loin de toute cette noirceur. »

Alaïs avait telle conscience de faire partie de ces merveilles qu’Améliah citait ?

« Après tout, Elysion fait bel et bien partit du royaume d’Hadès. Et il n’y a sur terre rien de comparable. »

D’un geste léger, elle caressa l’une des roses.

« Nous sommes seules ici car Pandore tient à ses roses. Il faut une certaine délicatesse pour avoir le privilège d’admirer ces splendeurs. Et je ne pense pas que tu sois le genre de personne à piétiner, arracher, ou vandaliser un tel spectacle. Tu as une sensibilité bien présente, Calia ne s’est pas trompée et ne t’a pas recueillit sans le deviner. »

Cette supposition n’avait rien de farfelue, Calia voyait des choses que les autres ne pouvaient déceler, Améliah en était certaine.

« A présent Nomade du Desert, si cela ne t’ennuie pas, je souhaiterais savoir… D’où te provient un tel surnom ? »

Une bonne partie des mystères que renfermaient cette créature venait sans doute de son passé, et ce qui avait grandement fasciné la succube c’était ce caractère doux et presque naïf, comme un être plongé dans cette humanité si souvent cruelle et implacable avait pu préserver son innoncence ? Sans doute cela avait il un lien avec le surnom qu’elle lui avait révélé quelques instants plus tôt.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Mer 25 Juil - 0:41

La réaction de la Spectre de la Succube quant à sa remarque avait mis du baume au coeur de la douce Alaïs. Elle était encore si naïve et malléable. Quoique, elle dégageait aussi ces deux courants de cosmos bien distincts aux yeux d'un spectre aguerri. Le Verseau des Temps Anciens avait d'ailleurs ressenti ce changement en elle. Par le passé, elle n'avait jamais fait surgir ces flux que pour se défendre mais maintenant sa maîtrise dépassait largement cela.

Jamais, elle n'avait réalisé la puissance de ce qu'il se cachait en elle jusqu'à ce que Ganymède, Camus puis Asclépios la prennent sous leurs ailes. Trois maîtres pour elle seule. Sans oublier la mystérieuse et troublante Calia qui lui avait ouvert ses appartements. L'ombre de la Vampire la protégeait de ses ailes. Son aura si particulière l'entourait en une sorte de voile léger. Elle avait eu une incroyable chance dans son malheur et sous les enseignements de tant d'êtres si différents, elle deviendrait sans doute une pierre précieuse des plus éblouissantes. Même si la Nomade du Désert n'en était pas encore consciente, son entourage lui l'avait ressenti.

Et dans l'ombre presque rassurante du Château, elle avait souri à la sulfureuse Améliah. Cette attirance vers elle ne faisait que croître. La spectre finissait-elle inconsciemment par capter l'attention de tous et de toutes et ce de par sa seule présence. La rousse Succube était comme une flamme vers laquelle on avait envie de se voler et se brûler ou encore un vin capiteux dans lequel bien des hommes aurait voulu se noyer.

Ce qu'elle devait paraître terne à ses côtés, la douce Alaïs.

- Je suis ainsi, dame Améliah. Je l'ai toujours été. Jamais, je ne me suis sentir fière de moi ou digne d'intérêt... Pas avant que...

Elle se tut soudain avant d'avoir un léger geste de recul. La main de la spectre s'était avancée vers elle avant de remettre une de ses mèches en place. Un contact bref mais brûlant. La peau de l'Etoile Céleste était si chaude et douce qu'elle devait à elle-seule griser ses victimes.

Un sourire apparut pourtant sur les traits de l'Héritière de Ganymède lorsque eut une nouvelle preuve des liens existant entre les femmes spectres. Une telle amitié semblait les unir toutes les deux. Ainsi, les Enfers semblaient plus que solidaires. De quoi faire tomber d'autres idées reçues. Celle que les terres d'Hadès ne renfermaient que du mal alors que son interlocutrice était sincère dans ses paroles. Elle était vraiment proche de la mère d'Asclépios.

Cela semblait être tout le contraire du Sanctuaire où elle avait vu des mésententes et de la cruauté. Ces chevaliers étaient des machines de guerre bien moins unies au final.

Elle inspira longuement le parfum des roses. Un délice tandis que la voix d'Améliah reprenait, lui donnant des explications sur cette incroyable roseraie. Dame Pandore tenait à ces fleurs et cela, la tendre Alaîs le comprenait tandis qu'ua plus profond du surplis, Camus ne perdait pas une miette de ce qu'il se passait. La spectre avait beaucoup de confiance en elle et cela était plus qu'intéressant.

Alaïs avait peu de chsoe à dire et elle ne laisserait ressortir aucun mot sur celui qui se terrait au plus profond du surplis. Il en faisait comme partie maintenant. D'ailleurs ses effets néfastes étaient toujours présents quoique contrés par la bonté de la jeune femme.
La bonté, celle que Camus avait déjà recontré lors de ces combats et ceux de son disciple. Cette force avait mis en échec l'une de ses plus redoutables techniques en faisaint revenir à la vie son disciple.

Il se reconcentra en entendant la voix d'Alaïs reprendre.

- Oui tout cela est magnifique en effet. Je n'aurais jamais cru qu'un tel lieu puisse exister tout comme une amitié comme celle qui vous unit Calia et toi.

Elle s'était mise à tutoyer la spectre sans s'en rendre compte. Ce qui montrait qu'elle était maintenant bien plus à l'aise avec elle. Puis, elle avança avant de prendre place sur un des bancs richement parés de coussins et de métaux forgés. Ce que lui avait demandé Améliah prendrait un peu de temps.

Elle finit par reprendre la parole.

- En fait... J'ai été abandonnée au désert...

Les mots pouvaient paraître durs mais il y avait aussi un peu de cela.

- Au cours d'une fouille, l'équipe dont je faisais partie à été prise dans une tempête et je me suis retrouvée seule dans le désert de Gobi. J'étais coincée dans une sorte de piège naturel, une blessure m'empêcher de crier à l'aide mais cela ne m'empêchait pas de frapper sur la paroi.

Elle laissa passer un blanc avant de reprendre.

- Mais personne n'est venu et lorsque j'ai pu ressortir. Il n'y avait plus personne... J'ai marché jsqu'à ce que qui fut notre campement et là aussi tout était vide. il y avait bien d'innombrables traces et une stèle avec les morts et disparus...

Je n'apparaissais nulle part...


Elle se tut soudain, préférant ne pas en rajouter davantage. Quelques instants s'écoulèrent avant qu'elle ne reprenne.

- J'ai voyagé seule dans le désert... Sans aucun équipement, je n'avais que ce qu'il me restait de vêtements. C'est aussi là que j'ai ressenti ces étranges courants froids et chauds qui semblaient surgir de nulle part.

Elle marqua ensuite une pause, attendant aussi les premières réactions de la Succube.
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès


Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Dim 5 Aoû - 7:50

Le peu de considération que se portait son interlocutrice avait interpellé la succube… C’était quelque chose qu’elle connaissait bien, avant, dans une autre vie, avant qu’elle ne devienne ce joyaux créé et voulu par son seigneur.
Voilà pourquoi elle ressentait une sorte de tendresse à l’égard de cette chétive créature, tout du moins chétive en apparence, car elle était presque le reflet de ce qu’elle avait été autrefois. Et pourtant, quand Améliah la regardait, elle ne voyait pas une erreur de la nature, ni un boulet ou tout autre problème. Non, son regard avait bien contemplé son visage, ses traits fins, encore juvénile, immatures, mais qui faisait miroiter un destin d’exception, le destin de ceux choisit par les dieux.

Et pourtant, malgré ses constatations, Améliah n’avait rien dit… Le silence n’était pas toujours une mauvaise chose, elle ne voulait pas faire rougir la jeune Alaïs plus qu’elle ne le faisait déjà en la couvrant de paroles tendres, pleines d’espérances pour son avenir, d’encouragement bienveillants. Elle avait un maitre pour cela, et Calia qui n’hésiterait pas à la mener sur le droit chemin. La succube n’avait pas envie de briser l’innocence du Verseau infernal… Elle aurait bien le temps de découvrir son potentiel, les responsabilités et les épreuves qui allaient avec.

Pour l’heure, elles n’avaient qu’à gouter paisiblement cet instant partagé dans les rosiers de la grande prêtresse infernale.

Très vite, la succube s’était mise en retrait. Afin de mieux apprécier le spectacle, celui d’un bouton de roses parmi ses consœurs, une délicate créature qui s’était penchée au dessus des fleurs et avait apprécié à sa juste valeur, le parfum délicat qui en émanait.

Et puis elle avait tenté d’évoquer le passé d’Alaïs, comprendre son origine pour mieux apprécier son devenir… Mais les mots ne semblaient pas être faciles à narrer… Il y avait en elle des blessures profondes que seul le temps pourrait guerir…

Le temps ou l’amour de ceux qui l’entourent.

Abandonnée… L’idée était terrible, comme la sensation qui pouvait l’entourer… On pouvait l’être de bien des manières, mais le résultat était le même, dévastateur. L’espace d’un instant, les traits de la succube s’étaient parés de gravité, de douleur, pour son interlocutrice, pour elle...

Elle avait respecté jusqu’au moindre de ses silences, sans jamais demander d’avantage que ce qu’elle avait choisi de lui raconter. L’histoire était terrible, abandonnée par ses pairs, dans l’aridité, la sécheresse, le froid, voir la mort arriver sans savoir qu’elle peut être une délivrance et mettre toute son énergie pour sortir du piège, de l’épreuve tendue par le destin.

La démarche d’Alaïs forçait l’admiration et c’est exactement cela qu’Améliah avait fait, elle avait admiré la jeune femme devant elle, couvert avec bienveillance d’un regard la narratrice de ce terrible récit et remercié d’un regard la faveur de son histoire qui révélait un peu plus son interlocutrice.

Incroyable, elle qui avait connu la dureté de l’épreuve, qui était tombée dans un gouffre sans fond et mis tant de force, tant d’année à sortir de ce piège, elle avait un peu l’impression de se voir en elle… Et tout à la fois c’était le minois de Calia qui s’imposait aussi à son esprit.

« Comment peux tu encore te dénigrer ainsi, après avoir survécu à pareille épreuve… »

A nouveau, elle avait approché sa main du visage d’Alaïs qu’elle avait effleuré avec tendresse et bienveillance…

« Toi qui es née dans ce désert, tu es d’une telle force intérieure… »

Avait soufflé Améliah en toute sincérité.

« La nomade …. » Son sourire s’accentua. « Je crois qu’effectivement, cela te va à merveille… »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Sam 18 Aoû - 7:07

Le récit de la Nomade du Désert semblait avoir touché la Succube. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la tendre jeune femme était capable d'émouvoir les guerriers les plus horribles si l'on se fiait à la rumeur. Elle avait pu voir la sulfureuse et sublime rousse se laisser aller un bref moment. Si furtif mais bien visible pour quelqu'un doté de sa sensibilité. Elle ressemblait un peu à un Andromède avec sa fragilité et sa force. Quoiqu'elle, elle avait éveillé et développé son cosmos seule - Enfin avec pour seule compagnie Sable de Nacre et l'esprit de Ganymède - dans le froid et la chaleur plus que torride du Gobi. Là où tant de squelettes de dinosaures sommeillaient encore. Vestiges d'une époque révolue mais qui avait belle et bien existé.

Elle sourit à l'Etoile de la Sensualité sans chercher à lui échapper. Alaïs se sentait bien avec elle même si cela n'était pas aussi fort que le lien qui s'était créé avec la mystérieuse Calia. Le Verseau des Temps anciens et la Vampire se ressemblaient. Améliah venait même de le confirmer mais il y avait aussi autre chose qu'elle n'avait pas dit. Calia et elle étaient tous deux nées sous le signe du Verseau. Ce qui les rapprochaient encore plus. Tout à ses pensées, elle ferma les yeux, laissant la spectre effleurer son visage.

- Oui, j'ai survécu avec l'aide du plus étonnant des sauveurs. Un être lié à la vie et à l'éternité. Ganymède dont je suis l'Héritière.

Un autre sourire et, soudain, Alaïs se surprit à caresser doucement les roses avant de se piquer à l'une d'elles. Un cri lui échappa alors qu'elle retirait vivement sa main de la tige épineuse.

Une légère couche de givre s'était même formée instinctivement sur son surplis. Par chance, elle n'avait pas usé de son côté flamboyant. Mettre le feu à la Roseraie comme elle avait failli brûler le divan de la splendide Vampire serait la dernière des choses à faire.

Ouf, c'est passé près. D'après Améliah, Lady Pandora aime ces lieux et tient à ses roses. Je n'ose imaginer sa réaction sur le changeait le tout en un tas de cendres.

Puis, qui pourrait faire une chose pareille ? Elles sont si belles ces fleurs.


Instinctivement, elle porta sa main à ses lèvres avant de réaliser. Une certaine rougeur s'était même dessinée sur ses traits, la rendant encore plus belle. Seulement, cela, elle en ignorait encore tout. Sa beauté s'était encore plus épanouie sous les étonnants soleils des Enfers. Des Etoiles tant d'Etoiles parmi les plus inattendues ou stupéfiantes, certaines étant d'une mesquinerie et d'une cruauté à nulle autre pareille alors que d'autres était un mélange de mystère et de charme à l'état pur. Le visage de Zélos puis celui de Calia s'était succédé avant qu'elle ne sourit à la sulfureuse Améliah. Son regard s'attarda sur sa superbe chevelure rousse. Comme elle comme Calia. A croire qu'elles étaient de véritables soeurs, séparées par la vie puis réunies par Hadès. Deux soeurs presque jumelles et aussi belles l'une que l'autre tout en étant très différente. Ensemble, elles devaient former une paire redoutable, à condition bien sûr d'être sous les ordres d'un maître capable de parfaitement les diriger.

Un instant, elle revit le visage de son maître, le renégat du Scorpion puis celui du juge Duncan du Griffon. Et puis, enfin, elle osa poser la question qui lui brûlait les lèvres.

- Sont-elles aussi capables de donner la mort ?

Question quelque peu gênante mais cela était loin d'être impossible.

- Oui, dame Améliah sont-elles aussi empoisonnées et perverties comme celles de la surface, celles qui se trouvent à la fin du chemin doré ?

Alaïs...

Un ton de reproches, sa question avait quelque peu déçu l'ancien Verseau d'or qui se blottissait toujours au fond de son surplis. Camus devait se rendre compte du danger que représentait la Succube et son terrible pouvoir de séduction. Malheureusement, il ne pouvait intervenir davantage sans trahir sa présence. Il ne pouvait qu'assister aux évènements et attendre lui aussi la réponse de la Succube.
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès


Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Ven 24 Aoû - 8:22

La confidence d’Alaïs avait il est vrai touché le spectre de la Succube, il faut dire que parée de son apparente naïveté, de sa candeur naturelle, la petite nomade avait un petit quelque chose des débuts qu’elle avait elle-même connu.
Mais les dernières paroles au sujet de ce Ganymède avait surtout attisé la curiosité de la Succube.

Héritière de Ganymède…

L’expression l’avait laissé songeuse tandis qu’elle contemplait le jeune Verseau s’approcher des roses. De quoi Alaïs pouvait elle bien être l’héritière ? De son savoir ? De son surplis peut être.. Cela voulait il dire qu’elle avait eut un maitre avant le fils de Calia ? Pourtant il lui semblait bien que son récit ne prêtait pas à confusion : elle avait été abandonnée dans le désert complètement étrangère au monde du cosmos avant de s’éveiller péniblement. Pas de maitre à l’horizon… A moins que…

La chose ne lui était pas revenue en mémoire depuis bien longtemps, il faut dire que cela faisait partie des périodes de son existence qu’Améliah préférait oublier… Car bien avant qu’elle ne soit formée par un maitre infernal, c’était l’antique Succube qui lui était apparue. Lilith, un écho ancien lié à son âme qui l’avait mise sur la voix, qui l’avait formé à ses premières armes, à ses premiers vices.
C’était peut être cela qu’Alaïs sous-entendait. A ceci près qu’au fil du temps l’âme du spectre ne changeait pas et que Lilith et Améliah n’étaient en fait qu’une seule et même personne.

Mais la spectre n’avait rien confié à Alaïs de ses questions, elle se contenta de la regarder agir, la voir succomber à la beauté des roses au point de s’en piquer le doigt et immédiatement la réponse glaciale qui s’était imposée. Un simple sourire bienveillant s’était formé sur ses lèvres, avant qu’elle ne finisse par s’approcher de la jeune femme.
Bien des mystères entouraient cette créature et la succube se ferait un plaisir d’en percer le secret… Lentement, elle s’était approchée, attentive aux faits et gestes de son interlocutrice qu’elle avait vu porter à ses lèvres la goutte de sang répandu par l’épine acéré.

« Ces roses tuer ?! »

Il était étonnant que la jeune femme pense à cela, après tout pour tout autre personne ignorant les secrets infernaux ces roses restaient des roses… De simples roses… Du moins en apparence.
Ses lèvres se parèrent d’un sourire amusé, mais en aucun cas moqueur. Puis l’allusion au sanctuaire d’Athéna avait expliqué bien des choses.

« Le chemin doré… Tu parles de la maison du Poisson n’est ce pas… La dernière avant le temple du représentant d’Athéna. Je n’ai à vrai dire jamais eut l’occasion de juger par moi-même de ces roses. »

Souvent évoqué dans les discussions, rares étaient ceux qui avaient eut l’occasion de se rendre au sanctuaire d’Athéna, et pire encore d’en atteindre l’ultime temple.

« Empoisonnées et perverties… Toutes les roses ne sont pas ainsi. Et puis, il y a bien d’autres choses qu’une rose peut faire pour tuer. »

C’est vrai que l’éclat carmin du pétale attirait l’œil, que le parfum subtil envoutait tout comme le velours léger… Mais ces roses là ne pourraient rien faire à Alaïs en tout cas rien hormis la piquer de leurs épines.

« N’ais crainte cependant… Ces roses là ne te feront pas le moindre mal. »

Celles là en tout cas.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Mer 5 Sep - 7:05

Le parfum des roses embaumait dans cette salle hors de la vision effroyable des Enfers. C'était un véritable délice dont la jeune femme osait enfin profiter, en plus de la beauté et du toucher si délicat des pétales. Oui, à présent que la sulfureuse Améliah l'avait rassurée sur ce point, la tendre Alaïs se penchait sans la moindre hésitation sur ce spectacle unique et si inattendu.

Plus le temps passait et plus, la Nomade du Désert se sentait en confiance. Chose dont elle-même s'étonnait contrairement à son compagnon au coeur de glace. Camus, le maître de Hyoga était capable de comprendre les sensations et les sentiments des autres bien plus qu'il ne le laissait paraître. N'avait-il pas compris les faiblesses du Cygne, mettant tout en oeuvre pour aider son blond disciple, celui qu'il considérait comme un fils sans le lui avoir une seule fois dit. Les mots auraient été inutiles, le lien père fils entre eux s'était comme imposé sans douleur avant que la guerre ne les rattrape et ne transforme cela en tragédie digne de l'antique. Camus qui avait guidé son 'fils' comme il veillerait sur sa 'fille'. Alaïs, le Verseau en personne revenu d'entre les Etoiles où Zeus l'avait placé.

Alaïs, Héritière de Ganymède...

Ces mots, ces quelques mots avaient comme fait sursauté la Succube. Le regard laissait transparaître tant de choses.

En avait-elle trop dit ?

Il est trop tard Alaïs. Tu es le Verseau. L'héritière de Ganymède, descendue de l'Olympe. Zeus t'a envoyée, enfant de la lignée de Tros...

La voix désincarnée de Camus résonnait en elle. Quelque chose se passait en la rousse jeune femme, un comme si...

Les leçons du Scorpion renégat commencent à porter leurs fruits. Et c'est seulement maintenant que tu t'en rends compte. Le souffle de Camus se fit plus dur. Comme si le surplis tentait de reprendre son influence néfaste sur l'âme de l'ancien Verseau d'or. Alaïs était comme une véritable bouée le maintenant hors de la corruption qui menaçait de le reprendre. Elle brillait tel un phare lui rappelant tout ce pour quoi il avait lutté. Qu'Athéna l'ai sacrifié sur l'autel de ses ambitions s'effaçait devant la candeur d'Alaïs, la pureté et le puissance du véritable Verseau.

Qu'Alaïs en soit inconsciente ne faisait que renforcer le lien entre eux. Le désir de tirer la Rose du Désert des griffes de Pandore faisait renaître l'espoir et la combativité de Camus. Cette femme, Améliah, ne semblait pas représenter une menace pour sa jeune protégée mais il ne baisserait pas sa garde pour autant.

Qu'Alaïs se sentait mieux en sa présence n'était pas peut-être pas du qu'à son pouvoir ou celui de la rousse tentatrice. Le lien quasi-sororal existant entre la Vampire et la Succube avait tendance à agir, lui aussi. Il avait contribué à rassurer Alaïs. Et puis, Améliah n'avait aucune raison de s'en prendre à elle. A part tenter de l'attirer dans ses filets et de créer à son tour un lien avec elle, quel intérêt de s'en prendre à une fleur encore en bourgeon.

Alaïs, certaines combattantes sont surnommées les roses infernales. Calia est l'une d'elle et si Améliah est sa soeur...
Elle aussi est une rose.
Méfie-toi de ses épines.

Un mouvement subit et elle se crispa.

- Améliah ? Ce n'est pas de ce genre de roses que tu parles n'est-ce pas ?

Elle avait laisser filer ses mots sur un ton toujours aussi doux. Elle ne souhaitait pas mettre la puce à l'oreille de la Succube.
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès


Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Dim 14 Oct - 2:37

La rose était une fleur qui avait tendance à lui coller à la peau… Les jolies roses d’Hadès gardées précieusement dans son jardin secret avant d’être offert aux Hommes comme la dernière couronne funéraire. Mais parmi toutes celles qu’il cultivait avec passion, Calia et Améliah, les deux sœurs avaient eut tendance à se mêler, maintes et maintes fois.

La crispation d’Alaïs n’avait pas échappé à la Succube qui guettait avec un amusement certain les réactions de cette « presque » brebis égarée parmi les loups, car la jeune nomade possédait, en tout cas de prime abord, cette naïveté qui tranchait avec l’esprit des Enfers, en tout cas l’esprit dominant. Car tous étaient différents mais existait il un véritable naïf en ces lieux… La chose était plus qu’incertaine.

« Ah bon, et de quelles roses crois tu que je parle ? »

Améliah n’était pas dupe, Alaïs devait avoir entendu parlé du surnom portées par les deux spectres, sans doute Calia lui en avait touché deux mots… A moins que les bruits de couloirs…

Le cosmos de la Succube s’était élevé d’avantage incitant comme jusque là la compréhension et la confiance… Elle n’avait rien de menaçant, ni d’agressif, d’ailleurs, elle ne voulait aucun mal à la jeune Verseau mais puisque la jeune femme se risquait sur cette pente savonneuse.

« Que connais tu des apparences ? Sais tu seulement en quoi consiste notre rôle, notre mission ? »

Son regard charmeur plongea dans celui de son interlocutrice, avec une certaine bienveillance toutefois teintée d’espièglerie et de malsaine malice.

«Que crois tu faire en ces lieux… Que sais tu de ta destinée ? »

Y a avait il seulement quelqu’un de présent pour elle, pour lui expliquer le rôle quelle aurait à tenir, qui lui expliquerait le poids, la nécessité des apparences… Lui dire ce qu’était une rose, celle dont les épines acérées ornent si bien les tombes au cœur des cimetières, celles qui ponctuent l’amour et la passion tandis que le temps s’écoule jusqu’à l’inévitable fin.

« Parles sans crainte, je t’écoute ma jeune enfant… Guidée par le Sombre Monarque jusqu’à ce château as-tu seulement conscience de ce qui est entrain de se produire en toi ? »

Pandore lui avait elle proposé de rester sans la moindre explication… Cela serait pourtant du Pandore tout craché, trop perchée pour se rendre compte des interrogations de ses dociles ouailles… Alaïs n’avait elle fait que suivre l’appel, ou bien avait elle choisi le destin qui s’offrait à ses yeux innocents. Elle qui semblait si différente de toutes les autres… Pas de lueur dans le regard… Il y avait tout de même un terreau commun à tous les spectres, quelque chose pensant sur leur âme, sans doute causé par la connaissance de l’après… Les pelouses verdoyantes d’Elysion foulées par bien peu d’âmes…

Tu n’arpenteras pas toujours les couloirs de ce château… Il y a tant de choses à faire à l’extérieur, ta naïveté y résistera t’elle ? A moins que cela n’éveille en toi de sombres instincts…

Comment se déroulerait la première fois de cette douce et jeune créature ? Il devait bien y avoir derrière l’innocence d’Alaïs quelque chose de fort qui l’avait attiré sur cette voie, celle des serviteurs d’Hadès.

Je ne sais si tu prendras la responsabilité de son apprentissage de spectre ma douce Calia, une cose est certaine je ne manquerai pas de prendre des nouvelles de ta petite protégée… Crois moi… Je n’y manquerai pas.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alaïs
Verseau des temps anciens
Verseau des temps anciens


Nombre de messages : 1092
Localisation : Là où le vent me porte
17/08/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Dim 28 Oct - 8:24

La réponse de la Succube avait surpris Alaïs mais la Nomade du Désert n'était pas totalement prise au dépourvu. C'était un échange aussi étonnant qu'attirant. Le pouvoir de la sulfureuse Améliah surpassait le sien et de loin. La tendre Alaïs se sentait bien terne par rapport à la splendeur qui lui faisait face. Le pouvoir de séduction de la spectre avait de quoi faire passer pour des laiderons repoussants toutes les autres femmes voire les rendre plus qu'insipides et encore moins attirantes que Zélos.

Un grimace sur le visage de la rousse en songeant à cet obsédé qui avait tenté de la coincer dès son arrivée. Elle n'avait pas cessé de regarder derrière elle jusqu'à ce que Calia et Asclépios ne l'en débarrassent, chacun à sa façon.

Un dernier instant et elle se décida à répondre.

- Celles qui sont capables de danser, séduire, envoûter de leurs seuls parfums tout en restant si belles que personne ne se méfie d'elles. Elles sont le piège dans lequel leurs proies aiment à succomber. Leurs victimes les aiment et les adulent, elles donneraient tout pour connaître la douceur de leurs pétales avant de s'y éteindre. Ces roses-là sont aussi fascinantes que mortelles, dame Améliah...

Elle écouta ensuite ce que sa compagne, Rose parmi les roses allait lui répondre. Le regard si séduisant de la Succube plongeait dans ses yeux bleus encore si naïfs. L'innocence et la pureté d'Alaïs. Un joyau pur qui illuminait les Enfers sans même le savoir. Rien de malsain ou d'infernal, de pourri en elle, juste le désir de trouver sa voie, son destin auprès de ceux à qui elle avait commencé à s'attacher.

Elle se sentait si bien auprès de Calia et même de ses serviteurs. Asclépios lui réservait sans doute un enseignement des plus cruels mais elle savait au fond d'elle-même que c'était pour elle, pour sa survie. Naïve et novice comme elle l'était, elle n'avait aucune chance. Non, elle ne survivrait pas à un véritable engagement. Camus lui-même le lui avait annoncé, seul un contact étroit avec son âme pourrait la sauver.

La jeune femme baissa alors les yeux, elle se sentit mal soudain. Se voir rappeler l'insignifiante guerrière qu'elle était encore en ce moment. Trop maladroite pour se servir correctement des dons que lui avait offert son ancêtre. Ganymède, le sang de Tros coulait dans ses veines et cela la jeune femme l'avait compris. Elle ferait tout pour se montrer digne de l'héritage qui était le sien.

- Je ne sais, dame Améliah, je ne sais. Je me suis égarée, ballottée par le destin, une voix m'a juste appelée et menée en ces lieux. Une voix mais qui suis-je pour réellement lire les messages des dieux. Je n'ai pas la puissance et la clairvoyance de Lady Pandora. Non, je ne comprends encore rien de ce que les Moires me réservent. Le destin est un ensemble chaotique sur lequel je cherche ma voie...

Les Enfers m'ont appelée mais je ne sais ce que cela signifie réellement. Si quelque chose change en moi, cela se fera ou à déjà commencé avec une douceur telle que je ne l'ai pas ressortie avant l'éclosion finale de la Fleur que je suis.

J'ignore si je suis une Rose ou autre mais sans doute qu'une graine patiente aussi en moi, à mi-chemin entre le chaud et le froid.

Je suis une énigme même pour moi. Seul l'avenir apportera les réponses mais je sais que ce n'est point le hasard qui m'a menée en ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la rencontre du premier spectre venu   Aujourd'hui à 23:36

Revenir en haut Aller en bas
 
A la rencontre du premier spectre venu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit tous les chats sont gris (PV au premier venu)
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Les Enfers. :: Château. :: Aile des Spectres Célestes-
Sauter vers: