Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vive le whisky de Cognac.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Vive le whisky de Cognac.   Sam 16 Avr - 6:02

Pourquoi avait elle finit par choisir cet établissement, si loin de l'animation, si loin de la chaleur humaine, un bar sans enseigne lumineuse bien différent de tout ceux qu'elle avait croisé sur son chemin ces dernières heures. Pas de grésillement incessants, pas de couples amoureux à briser... La seule chose qui avait attiré son attention c'était quelques notes vieillottes.

Cela devait bien faire deux heures à présent qu'elle était là, assise sur un tabouret branlant, accoudée à un zinc en bois élimé, son visage posé sur sa paume droite, dans son autre main valsait un verre de whisky, dont le liquide ambré formait un tourbillon.
Tristement, Améliah porta le verre à ses lèvres et dans une fausse grimace elle avala une gorgée.
Autours d'elle, tout était calme, plus une seule âme ne troublait sa réflexion, seule la voix chevrotante de Piaf récitait ses litanies sans fins depuis que le barman s'était effondré sur le sol de son établissement, acceptant poliment de ne pas priver la jolie spectre de ces mélodies torturées.

La foule donnait là ses derniers accords...

Allez venez milord vous asseoir à ma table...


Un rictus narquois apparut sur les lèvres pâles du spectre de la succube, cela faisait bien longtemps que ce genre d'activité qui étaient de sa spécialité ne faisaient plus partit de son emploi du temps, ni même de ses pensées.
Une nouvelle fois bu une gorgée, d'une traite vida son verre. Aujourd'hui, elle avait quitté, non fuit, le tournois auquel Pandore l'avait envoyé, nouveaux rictus narquois, cela ne serait qu'une réprimande de plus... Autant attendre un peu, que le temps passe, que l'alcool fasse son effet, qu'elle oublie sa déchéance juste un instant.

Souriez-moi, Milord
Mieux que ça, un p'tit effort...


Levant un oeil discret vers le gramophone qui osait lui donner tel ordre, elle vit au dessus des bouteilles luisantes, brillants sous quelques spots discret, son reflet dans le miroir... Enfin son reflet, l'image d'une pitoyable fille, une loque tout au plus... Le bout de sa langue passa sur ses lèvres, ses longs cheveux défaits balayant le zinc, goutant les dernières gouttes de son enivrante boisson...

« A quoi bon ? » murmura t'elle, se tournant pour faire face à la salle vide, vide d'âme mais pas de corps qui gisaient ça et là dans une mare de sang.

Un travail sale, un travail désordre, brouillon... Elle allait s'adresser à ses auditeurs inanimés, seuls spectateurs de sa déchéance. Mais seul un soupir s'échappa de sa bouche entrouverte. Elle avait soif... Soif d'oublier. Soif d'alcool.

Pivotant de nouveau, elle aperçut le goulot de sa bouteille la narguant par dessus le zinc, aussi piteusement, elle passa par dessus l'obstacle, saisit son butin. Le verre dans une main, la bouteille dans l'autre et ce reflet qui la toisait du regard. Piaf qui ne s'arrêtait pas de chanter, murmurer, fredonner..

Cet air qui m'obsède jour et nuit
Cet air n'est pas né d'aujourd'hui
Il vient d'aussi loin que je viens
Traîné par cent mille musiciens
Un jour cet air me rendra folle
Cent fois j'ai voulu dire pourquoi
Mais il m'a coupé la parole


Cette musique résonnait en boucle dans sa tête, ce « padam, padam, padam » qu'elle ne supportait plus, qui malgré elle la faisait se balancer sur son tabouret bancale et ce claquement que produisait le pied trop court sur le carrelage froid recouvert de mégots et d'épluchure de cacahouète... Cette musique agaçante, trop bruyante pour ta tête enivrée d'ambre... Améliah fronça les sourcils, levant les yeux vers ce reflet qui semblait s'amuser de ses échecs... Dans un premier geste le verre vola pour venir percuter le gramophone et le faire taire à jamais. Tandis que la bouteille elle venait s'éclater contre le miroir insolent... Les morceaux glissèrent sur le sol, tous sauf un.
La spectre de la succube grimaça...

« Tout ça pour ça... »

Plus de verre, plus de bouteille... Le silence tomba une seconde puis timidement... La voix reconnaissable entre mille de la Môme reprit sa litanie au son des cuivres et du piano... La foule qui la poursuivait alors qu'elle ne souhaitait qu'une chose, la solitude et le silence.
Elle s'affala sur le comptoir, le visage enfouit dans ses bras... Tendit le bras vers une nouvelle bouteille au hasard. De toute façon n'importe quoi ferait l'affaire...

Spoiler:
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nôhime
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 44
22/02/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Sam 23 Avr - 7:26

Un papillon.
Gracieux familier de Nô voletait ça et là à la recherche d'une chose.
Un cosmos.
Ternie.
Disgracieux.

Qu'avait donc put subir la sublime succube pour se ternir de la sorte.
Un rictus.
Une moue.
Un soupir.

Nôhime chaloupait sa somptueuse silhouette dans le long couloir qui la conduirait bientôt vers la sortie du Château D'Heintein.
Les cosmos qu'elle ressentait ne semblait pas agressif, ni même dangereux pour les Enfers, aussi disposant d'ordres précis, elle ne tint tout simplement pas compte de ce qui se passait céans.

Elle avait un objectif à présent.
Un moyen de se racheter.
Un moyen d'honorer la mémoire de son ancien disciple.

Très vite, le papillon des ténèbres s'était dirigé en direction d'un pub.
Pub dont les portes closes n'avaient nullement été un obstacle pour le messager.
Ce cosmos qu'il recherchait : Celui d'Améliah.

Nô, la somptueuse et mortelle nymphe d'Asie avait suivit le vol de son familier.
Habillée dans sa somptueuse tenue d'apparat, elle avait arpenté les rues de cette ville avec grâce, semant la mort sur les importuns derrière elle.
Un travail exquis, empreint de noblesse et de grâce.

Le regard de la belle Japonaise au charme poignant se porta alors sur la devanture de ce lieu de perdition que représentait ce bar.
Un soupir.
Ce petit bar perdu dans la France profonde sentait le terroir.
Un lieu ou une succube n'avait pas à trainer.

Lorsque Nô pénétra dans ce bouge, elle contempla l'ampleur des dégâts.
Le Sublime Papillon infernal émis un léger claquement de langue désapprobateur et consterné tout en secouant négativement la tête.
Une enjambé.
Puis deux.
Et enfin un véritable parcours d'obstacle, tant les cadavres sanguinolents s'entassaient dans un désordre qui ne ressemblait point à l'idée que la belle se faisait du travail d'une Succube.

« Puis-je ? » La douce voix de Nôhime venait de résonner dans les lieux brisant la morosité du lieu, avait elle fait en désignant le tabouret pas totalement souiller se trouvant à la gauche d'Améliah.

Un soupir.
Long, prenant conscience de la tache qui allait l'attendre.

« Regardez moi donc ce travail... » Elle chercha ses mots tout en confisquant la bouteille à la belle Rose fanée.

« Crois tu que c'est une solution ? Une belle plante comme toi à besoin d'autre chose que d'alcool pour s'ouvrir... Un tel travail ne sied point à un être de ton accabit. »

Un sourire doux.
Encourageant la belle Succube, Nô lui tendit un verre d'eau.

« Je suis Nôhime du Papillon, mais tu peux m'appeler Nô ! »
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Sam 23 Avr - 22:56

Il aurait été vain pour Nôhime d'attendre une quelconque réponse à sa question, ou un quelconque regard à son intention. L'alcool lui avait asséché la bouche et seul lui importait d'y faire couler à nouveau tout liquide fermenté suffisamment fort pour lui faire oublier sa misérable existence. La présence de la spectre, n'était qu'une chose de plus à oublier et qui sait, peut être qu'en fermant les yeux, le joli papillon infernal disparaitrait lui aussi.

Le goulot allait de nouveau gagner ses lèvres, un peu de cognac en pays de Cognac pour la belle Améliah... Cela fit presque naitre un rictus sur son visage. Presque. Dans un geste, pire qu'une agression Nô lui retira son remède des mains.

« Tu as l'air d'être bien décidée à ne pas disparaître petit Papillon maléfique... Tu devrais pourtant. Ici, il n'y a rien pour toi... »

Améliah ne lui avait toujours pas daigné un regard, elle restait là, prostrée, fixant ses mains devenues vides... Sa voix sombre couvrait sans grande peine l'air chevrotant de Piaf qui semblait à l'agonie depuis qu'un verre avait croisé son chemin.
Il n'y avait dans cette phrase qu'une grande lassitude, qu'une ombre ténébreuse et vorace. A peine la succube avait elle levé le regard vers l'éclat de miroir. Un soupire passa ses lèvres. Était ce trop demander d'avoir un instant de répit sur cette Terre ? Il fallait croire que oui.

La splendide japonaise posa dans la main de la succube un verre d'eau... Machinalement, celle ci la ramena à sa bouche... L'odeur neutre et austère la fit grimacer... Pivotant sur son tabouret, elle fit face à Nô, son bras se tendit vers l'allée, le verre suspendu entre ses doigts.

« Puisque tu ne sembles pas comprendre... »

Sa main s'ouvrit au dessus du vide, le verre éclata sur le sol.

« Ma réponse te paraît elle plus claire ainsi ? »

A cet instant seulement la succube plongea son regard las et sombre dans celui de son interlocutrice. Puis se saisissant de ce qu'elle avait osé lui ôter des mains, vida le fond qu'il restait d'un trait.

« Charmant petit Papillon tu devrais retourner auprès des tiens et laisser la jolie rose que je suis fanée comme il se doit. »

Sa voix demeurait claire malgré les cadavres de bouteilles et la forte odeur d'alcool qui lui collait à la peau. L'ivresse tardait à se manifester, aucun effet malgré tout ses efforts... Sans doute le résultat de sa mort. Un spectre peut il seulement être imbibé au point d'en perdre toute réalité ? Non, en tout cas pas pour la spectre qu'était Améliah. L'alcool n'agissait pas. Elle ne pouvait que faire comme si, comme si le sourire lui revenait, comme si la pseudo euphorie n'était pas de son fait.

« Il est temps pour toi aussi de te retirer ma chère Edith. »

Et violemment le cosmos de la succube s'emporta provoquant une détonation qui fit taire à jamais dans ce bar la Môme. Mais Nôhime elle ne semblait pas vouloir la laisser.

« Allons ma chère Nôhime, tu dois avoir bien d'autre chose à faire que tenir la main à l'agonie ? Des hommes à charmer, des femmes à envouter... Pandore n'en saura rien... Allons vas. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nôhime
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 44
22/02/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Ven 6 Mai - 7:34

Un sourire.
Enfin une moue.
La belle Améliah, jadis la sulfureuse succubes qu'en restait il ?
Un cadavre comme les bouteilles trainant ça et là.

« Tu fais erreur ma chérie... » Elle marqua une brève pause avant de reprendre. « Que sais tu de la souffrance ? » Elle laissa à nouveau ses paroles se suspendre avant de poursuivre. « Je ne parle bien sur pas d'un problème d'orgueil ma chère, mais bel et bien de la vrai souffrance. »

Une chute.
La chute du verre d'eau que Nô venait de lui tendre.
Un rictus.

« Voilà la réponse d'une personne qui s'est perdu, elle même ! De ce que j'ai apprit, coupable tu l'es certainement, maintenant penses tu sincèrement que l'état dans lequel tu te trouves servira ton seigneur ? »

Une bouteille arraché.
Une gorge assoiffée.
Oui Nôhime allait avoir du travail avec la Succube.

« Il est hors de question que je te laisse seule ici. » Elle fronça alors les sourcils. « Tu penses peut être tout savoir, mais tes petits états d'âme ne sont rien... Qu'as tu perdu dans le fond ? Ton orgueil ? Retrouve le donc, tu en as la possibilité, à moins qu'Amélie ne soit plus forte ! »

La belle japonaise soupira de nouveau avant de reprendre.

« Tu dois être forte Améliah... A moins que le Spectre que tu es ne soie redevenue Amélie définitivement, si tel es le cas, je serai au regret de prendre ta vie ! » Nô la provoquait, il lui fallait une réaction. « As tu perdu quelque chose de cher à ton cœur pour te comporter de la sorte... Un époux, un fils, un disciple par exemple ? »

Face à la réaction d'Améliah, Nôhime compris qu'elle devait aller plus avant, aussi lorsque la jolie succube usa de son cosmos afin de faire taire Édith, la musique cessa quelques brèves secondes avant de reprendre de nouveau.

Le miroir sous l'impulsion du cosmos du sublime papillon reprit forme en se recomposant sous les yeux de la succubes comme une marche arrière sur un magnétoscope, puis enfin la vie, les cadavres s'amoncelant avait « reprit » vie.

Un sourire fugace.
Un signe de tête suivit d'une rotation gracieuse sur sa chaise.

« Voyons ma belle !! Tu vois cette blonde assise au comptoir. Cette femme vient de tuer son époux pour suivre son amant ! » Elle marqua à nouveau un bref silence. « Qui est donc ce mari que tu rêves de tuer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Dim 8 Mai - 22:49

La vrai souffrance... Voilà qui était tragique et terriblement amusant. Voir ce petit Papillon joliment apprêté prétendre à savoir si Améliah souffrait ou non, prétendre pouvoir jauger ce gouffre sans fin qui lui rongeait les entrailles, cette lassitude mortelle qui la plongeait dans la léthargie la plus complète, que le silence l'entoure, l'absorbe, la fasse disparaître enfin de ce monde où elle n'avait plus sa place.

C'est vrai que dans le fond elle n'avait perdu personne, et que tout ceci était très certainement une question d'orgueil volatilisé, pourtant c'était bien ce qu'elle était, un spectre de la succube sans orgueil c'était un peu comme un vampire privé de son amour du sang... Elle était peut être ridicule, mais il n'y avait personne pour comprendre ce que tout ceci représentait pour elle... Pas même Pandore qui se prétendait disposer à lui tendre la main.

Et puis, si ce n'était que de l'orgueil peut être était ce tout simplement parce que c'était là, la seule chose qu'elle possédait. Pas d'enfant, pas d'amant, ni de disciple à perdre. La seule qu'elle avait possédé un jour c'était cette relation parfaite avec son seigneur... Seul la fierté dans son regard, seul la bienveillance de son cosmos sombre pouvait l'encourager, la remettre sur le droit chemin... Et aujourd'hui lorsqu'elle posait le regard sur ce petit être, elle ne parvenait plus à voir celui qui avait fait d'elle une rose parmi les roses.

Seule et abandonnée, elle ne voyait plus l'avenir se profiler... L'espace d'une seconde, elle entrouvrit les lèvres comme pour expliquer, tenter de se justifier, mais elle savait très bien ce que lui rétorquerait avec un léger rictus cynique cette spectre, comme tous les autres avant elle... Qu'il ait l'apparence d'un enfant ou celle d'un adulte, leur seigneur demeurait leur seigneur, il était celui qu'ils avaient juré de servir jusqu'au dernier souffle qui passerait leur lèvres. Cette distinction qu'elle faisait était ridicule, absurde. Cesse de te comporter comme un enfant Améliah.

Souvent elle s'était fait cette réflexion, bien consciente que cet obstacle sur sa route n'avait pas lieu d'être, mais ses échecs s'étaient multipliés, sans fin. Il y avait ce Midas qui ne comptait plus, qui n'avait jamais compté mais dont le nom lui écorchait le coeur autant qu'il faisait monter en elle la colère. Puis la culpabilité qu'elle avait lu dans le regard de la grande prêtresse, ses reproches sans doute justifiés mais qui ne faisaient que replonger sa tête sous la surface de l'eau. Améliah avait continué à empiler les erreurs, les fautes sans fin. Aujourd'hui il y avait eut ce tournois et l'impression étrange que lui avait laissé cet être qu'elle n'avait officiellement jamais rencontré.

Le temps semblait s'écouler au ralentit, les mots de Nô glissaient sur elle sans dommages ou presque, lorsqu'elle évoqua la misérable humaine qu'elle avait un jour été... Cette Amélie qui n'était censé plus exister. La succube se prit à espérer dans le fond que ce soit le cas, que Nôhime par pure charité mettrait fin à son calvaire... Mais il était difficile de concevoir ce que serait son avenir plongée dans les profondeurs infernales, traitée comme l'une de celle ayant trahis leur seigneur... Non, la douceur de la mort même pour une seconde ne valait pas une éternité de souffrance sous le regard amusé de ceux qu'elle avait côtoyé.

Un tintement de verre attira son attention et tandis qu'elle levait les yeux pour assister incrédule à la reconstitution de ce miroir, à ce reflet plus triomphant que jamais, le poignard dans son coeur tourna un peu plus sur lui même. Les murmures des discussions, les paroles de Piaf encore, toutes ces lumières et tout ces gens qui reprenaient vie, la succube resta figée, elle avait aperçut le reflet de sa compagne, elle si éclatante et cette pauvre petite chose pitoyable qui se tenait à ses côtés... Seigneur, où en était elle arrivée ?

Puis le papillon infernal lui parla de cet être, cette femme qui quelques secondes plus tôt gisait piteusement sur le sol crasseux, baignant dans une mare de sang, sang dont quelques taches étaient restées sur les mains de la succube.

Pendant une longue minute, Améliah observa cette blonde, elle était assise au comptoir, en robe légère par cette chaleur, ses longues jambes appuyées sur le barreau de tabouret, terminées par de splendides chaussures à talon haut. Elle était superbe, aucun doute là dessus, nerveusement, elle regardait de temps en temps vers la porte d'entrée, guettant quelqu'un, tandis que ses doigts aux ongles manucurés martyrisaient le dessous de verre en carton du Perrier qu'elle s'était fait servir.

« Il n'y a aucun mari à tuer... Non aucun. »

Elle soupira puis faisant face à Nô reprit.

« Mais tu as raison, il n'y a dans cette histoire que de l'orgueil. Inutile de me servir les remontrances d'usages, ma chère, je ne les connais que trop bien. »

A son tour, elle pivota sur son tabouret, faisant face à son interlocutrice, jambes croisées, d'apparence digne, sans que l'éclat n'y soit.

« Si tu ne préconises que la mort comme seule solution à cette histoire... Je t'en pries. Tout ceci n'a que trop duré. Mais si ce n'est pas le cas. Je te prierai de me laisser. »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nôhime
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 44
22/02/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Sam 11 Juin - 2:44

Un soupir.
Un sourire.
Puis enfin, une étude attentive de la psyché de la succubes.
Elle se sentait seule cette jolie fleur qui se fanait à vu d'œil.
Elle n'avait pas compris le lien qui unissait les spectres sans le moindre doutes.
Un lien particulier avec leur Seigneur et cela quelque soit son apparence.

Lorsque la succube se retourna face à elle, pivotant sur son tabouret tout en voulant se montrer digne, Nohime soupira alors.
Un sourire, compatissant.

« Avec l'esprit très chère voyons ! Ce n'est pas ainsi que tu retrouveras de ton éclat, jolie Améliah ! »

Les dernières paroles d'Améliah.
La laissé dépérir seule, étais ce qu'elle voulait réellement ?
No en doutait grandement.
Un froncement de sourcil.
Un air sévère.
Enfin un sourire attendrit.

« Je ne te comprend que trop Améliah ! » Une solution. L'orgueil de la succube . « Il y a certes un vide dans ta vie, mais au lieu de le combler avec de l'alcool bon marché, tu ferais mieux d'œuvrer ! » Nohime se leva alors arpentant ce lieu. «  Ne ferais tu pas mieux de mener des missions, des projets à bien. Une ultime question Spectre de la Succube : Que préfères tu que ton seigneur retrouve lorsqu'il sera à son apogée ? Lorsqu'il sera de nouveau devant toi ! Cette fille là ou bien celle que tu étais jadis ! »

Nohime savait très bien que leur Seigneur n'était certes pour l'instant qu'un enfant, un enfant qui deviendrait un homme, non un enfant qui redeviendrait une divinité !

« Saches que je respecterai ta décision, si tu me cherches sache que ta sœur du papillon t'attend sur le toit de l'immeuble d'en face et veille à ce que nul ne viennent plus troubler les soins paliatifs que tu t'administres. » Nohime s'approcha alors de la porte de sortie, l'entre-ouvrit délicatement avec ses dons psychokinésiques avant de finir. « Toutefois si tu changes d'avis et redeviens la sublime et mortelle rose infernale que tu étais, joins toi à moi afin de savourer ce nouveau retour à la vie ma Soeur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Mar 14 Juin - 22:14

Il est vrai qu'elle ne souhaitait pas qu'Il la voit ainsi, bien en dessous de celle qu'elle avait été autrefois, dans une époque qui n'était pas si éloignée que cela, mais qui pourtant semblait pour l'heure inaccessible. Beaucoup de chose avaient changé depuis ses débuts et tout ce qui l'avait concerné n'avait fait qu'évoluer de mal en pis.

Elle n'avait pas répondu au spectre du Papillon qui avait finit par choisir la raison en quittant les lieux, ou tout simplement qui s'en était allé attendre le contre coup de ses paroles.
Mais qu'allait elle faire à présent, attendre la mort et s'assurer une éternité d'humiliation ? L'idée d'avoir pour geôlier l'infâme Zelos lui était plus que désagréable... Et puis il y avait Pandore, non, pire, il y avait Pandore et son fils qui comme l'avait souligné la belle Nohime ne serait pas éternellement un petit enfant.

Fallait il fuir ? Et pour aller où ? Nul lieu sur Terre ou en Enfers ne pouvait échapper au regard divin... Non, elle ne pourrait pas fuir éternellement.
Se rendant à l'évidence, Améliah se laissa s'échouer sur le bar de bois brut, posant sa joue sur son bras plié, son souffle long comme un perpétuel soupir qui chassait les dernières miettes des cacahouètes que son voisin avait dû avalé quelques instants avant de mourir...

Une seconde elle ferma les yeux, la forte odeur de sang et de mort qui la prit à la gorge lui ramena des images du premier sacrifice qu'elle avait offert à son dieu... A cette pièce sombre dans laquelle, s'étaient réunis ces étudiants en mal de paix et d'amour, d'un amour éternel dont elle savait que seul le sombre monarque pourrait leur offrir. Et ce souvenir qu'elle portait dans sa mémoire tranchait terriblement avec ce qu'elle avait sous les yeux maintenant qu'elle les rouvraient.

Tout ce sang, toute cette terreur dans le regard de ses victimes... Avant que toute cette situation s'installe, avant qu'elle ne devienne cette ombre lugubre, les choses dans ce bar ne se serait certainement pas passé ainsi. La classe de la succube, son élégance et sa subtilité s'étaient évanouis.

Non, avant tout ceci, tous les regards de cette gargote se seraient tournés vers elle, pas par pitié, ni par compassion, juste parce qu'elle était une sublime créature infernale, La succube, rayonnante de sensualité, objet de convoitise et de désirs. Elle serait allé s'asseoir à une table libre, en fond de boutique, aurait commandé un verre de vin blanc puis quelques secondes plus tard, sans un mot, aurait persuader le bel inconnu installé un peu plus loin de la rejoindre à l'abri des regards indiscrets dans les toilettes de l'établissement... Une fois qu'il aurait glissé dans les bras d'Hadès, qu'il aurait nourrit ce qu'elle était par son admiration, elle serait retournée en salle, et subjuguant un à un les clients aurait fini par envoyer tout ce petit monde de vie à trépas. Ils se seraient donné la mort mutuellement et ainsi, sans même souiller ses délicates mains, la succube aurait accompli son devoir.

Cela faisait longtemps que le goût du travail bien fait, la fierté du devoir accompli ne l'avait pas habité... Et pourtant, ce goût là était si agréable en bouche. Peut être qu'une dernière fois elle pourrait ressentir une telle satisfaction.

Il s'était passé plusieurs longtemps minutes depuis le départ de la plantureuse Nô, mais enfin, Améliah de la Succube avait prit le chemin de la sortie, avant de quitter les lieux, une aura sombre l'avait entourée, et son surplis avait prit place, enserrant ses délicieuses courbes, dans la ruelle déserte, elle leva les yeux vers le fameux immeuble sur le toit duquel sa sœur l'attendait, ses ailes se déployèrent et quelques instants plus tard, elle se trouvait elle aussi sur ce fameux toit.

Aucun mot ne passa ses lèvres, la succube s'avança aux côtés de sa sœur du Papillon, eut un regard pour elle, si magnifique et mortelle, peut être qu'un jour elle aussi reprendrait cette place là. Elle savait qu'en venant sur ce toit, elle s'en remettait corps et âme à Nôhime, et qu'en cas d'échec de sa part, le mortel Papillon dans sa grande compassion mettrait fin à ses tourmentes.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nôhime
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 44
22/02/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Jeu 23 Juin - 6:04

Un sourire.
Les paroles que le Papillon avaient prononcé, avaient eut raison de l'état de sa sœur.
Instable, la succube l'était sans le moindre doutes toujours.
Un sourire plus doux.
Elle s'était levé, avait croisé le regard d'Améliah.

« Je suis ravie de voir que tu as fait le choix le plus judicieux, ma douce. »

Maternelle, le Papillon s'était approché de sa sœur avant de caresser sa joue avec douceur.
Elle nettoya le sang du visage de la succube.
Un baiser sur le front de la belle.

« Suis moi... Avant de nous en retourner en Enfer, je tiens à te voir à l'œuvre. »

Un bouge malfamé.
Une boite de nuit.
Des centaines de proies faciles.
No se posa sur un des immeubles surplombant les lieux.

« Ce soir nous allons offrir à notre Seigneur un présent ! Rentrons auréolé de gloire. »

Un regard pour Améliah.
Le souillon qu'elle était devenue prit l'apparence de la fleur infernale qu'elle n'aurait jamais du perdre.

« Bien... Cela fera illusion ! »

Nôhime prit par la main le sublime succube avant de se laissé choir dans une ruelle voisine.
Féline, elle s'approcha main dans la main du videur faisant le pied de grue devant la porte d'entrer de cette boite.

« Bonsoir beau gosse ! Mon amie et moi même désirons entrée ! »

L'homme croisa les bras gêné.
Il avait passé sa main derrière sa tête.

« Je suis navré cependant, ce soir c'est sur invitation ! »

Nohime fit un sourire charmant.
Elle s'approcha de l'homme avant de murmurer quelque chose à son oreille.
Un sourire se dessina sur le visage du videur qui s'écarta de l'entrée.

« Passé une bonne soirée mesdemoiselles ! »

Tenant toujours la main de la Succubes, les deux jeunes femmes pénétrèrent dans les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Ven 24 Juin - 8:44

Lorsque la spectre de la Succube avait passé la porte de cette boite de nuit, Nôhime déjouant sans aucun soucis le barrage que représentait le grand baraqué de l'entrée, elle se demanda se qu'elle faisait là.
La musique était assourdissante, l'obscurité ponctuée des flashs blancs des stroboscopes, et cette foule d'inconscients qui se tortillaient sur des rythmes électroniques, une grimace tordit les lèvres de la Succube qui hésita quelques secondes avant de faire un pas de plus.

Ils étaient tous là, en contre bas de l'escalier au sommet duquel les deux spectres avaient marqué un temps d'arrêt, l'une se demandant ce qu'elle fichait ici, l'autre sans doute visualisant le carnage à venir.
L'espace d'une seconde, la Succube voulut faire demi tour, elle s'était presque tournée vers Nô.

Cesse donc tes enfantillages ! Souffla sa part infernale, cette conscience voyant la peur de l'échec arriver.

Crois tu réellement ne pas pouvoir y arriver ? Tu es pourtant cette spectre que tu as connu jadis et qui te fais tant envie à présent.

Mais cette petite voix n'avait rien pour la rassurer, ses arguments, sa raison semblait glisser sur la spectre sans pouvoir l'atteindre, Améliah continuait de fixer cette foule et plus ce fut le cas, plus ses craintes se concrétisaient, elle était incapable d'avancer, de faire le moindre mouvement.

Heureusement pour elle, Hadès ou tout au moins le destin s'en mêla au moment ou un groupe entra à son tour dans la boite de nuit. La Succube devant l'entrée n'avait eut à cet instant d'autre choix que celui de descendre enfin la dizaine de marches et d'affronter cette crainte de l'échec, de ne pas être à la hauteur qui la tiraillait.

L'espace d'un instant, elle oublia la présence à ses côtés du Papillon, après tout c'était l'un de ces moments où plus rien ne compte et pendant lequel on se retrouve confronter à son pire ennemi, au plus tenace de ses démons, soi même.
Rapidement, Améliah se retrouva parmi les danseurs effrénés, elle pensait avoir ainsi une sorte de déclic, quelque chose qui lui indiquerait la marche à suivre, mais après quelques secondes à peine, l'air devint irrespirable, elle avait l'impression d'être tellement en décalage avec tout ces gens qu'elle se faisait comme bousculer par leur présence.

Prise au piège, elle n'eut bientôt qu'une idée en tête, partir. Le renouveau que lui avait promit Nô n'aurait pas lieu, pas là, pas maintenant, pas comme ça. Mais le chemin vers la sortit semblait impossible tant les danseurs se pressaient les uns contre les autres, et puis, il y avait le regard de Nôhime qu'elle sentait braqué sur elle... Et la honte immédiatement tomba sur ses épaules comme une chape de béton, la repoussant vers le fond de la boite là ou l'on avait installé quelques canapés et tables.
Ainsi retranché, elle avait dans l'idée d'attendre que la situation se tasse, soit qu'elle prenne son courage à deux mains, soit que la honte qui la retenait s'estompe suffisamment pour fuir. Finalement, la Succube bien loin de se retrouver au centre des attentions comme elle en aurait autrefois ressentit le besoin, alla s'asseoir contre le mur sur un divan de cuir noir, recherchant l'anonymat et l'invisibilité, un peu comme la fille paumée qui avait également trouvé refuge dans cette partie sombre des lieux quelques mètres plus loin. Repliée sur elle même, toute de noire vêtue, elle tenait nerveusement entre ses mains graciles un verre qu'elle ne voulait pas finir de peur d'avoir à se relever pour en chercher un autre qui lui servirait de prétexte à son inactivité.

Son genou, nerveusement tressautait, et son regard dès qu'il croisait celui d'un autre être humain se détournait subitement, comme une pauvre petite chose laissée dans un coin qui ne souhaitait qu'une chose, qu'on la laisse en paix. Les minutes s'écoulèrent quand le regard de la jeune femme croisa celui de la Succube et qu'elle osa un timide sourire dans sa direction, sourire qui illumina ses traits. C'est que cette petite humaine lui aurait presque parut sympathique, elle était même plutôt jolie à regarder lorsqu'elle ne cachait pas son radieux visage derrière ses longs cheveux bruns.

Améliah quelques secondes après cette réflexion s'était levée, allant s'asseoir près de la demoiselle en question, son visage affichait un sourire rassurant, tandis que quelques effluves de cosmos ténébreux s'échappait autours d'elle afin d'apaiser cette petite chose craintive.

« C'est pourtant une agréable soirée. » Lui avait elle murmuré à l'oreille provoquant un éclat de rire gêné de la part de son interlocutrice.

« Il ne faut pas croire, je passe une bonne soirée, oui vraiment très agréable, c'est juste que je n'aime pas danser... »

Nerveuse jusque dans le ton qu'elle employa, la jeune inconnue but une gorgée de son verre avant de regarder distraitement tout autours d'elle, elle souhaitait sans doute couper court à cette discussion, pourtant le cosmos qu'employait la belle succube semblait la retenir dans ses filets. Après une seconde de silence, un soupir profond, elle releva ses yeux jusque là portés sur ses mains, un petit sourire gêné s'afficha sur son visage.

« Je n'aime pas le monde, la foule m'oppresse et tous ces regards tourné vers moi... J'ai l'impression, rho c'est peut être idiot, mais que lorsque quelqu'un rit, il se moque de moi, de ce que je suis. »

Elle avait finit par se tourner totalement vers Améliah, comme deux amies lancées en pleines discussion... A ses mots, la spectre avec sourit et comme Nôhime l'avait fait pour elle quelques minutes avant, elle caressa la joue de son interlocutrice d'un revers de main, plongeant son regard dans le sien.

« C'est pourtant tellement agréable d'être admiré... Tellement bon de savoir que personne ne peut détacher son attention de soi... Qu'on nous envie, nous désire, nous jalouse... Être reconnu pour ce que l'on est, que les gens ne voit en nous que ce que nous voulons refléter. »

C'était un peu comme la renvoyer à un souvenir pas si lointain que cela, un souvenir qui faisait battre son coeur un peu plus fort, qui amenait sur ses joues pâles un peu de cette splendeur d'antan qui faisait sa renommée.

« Je ne sais pas. » Avait répondu piteusement la jeune femme assise près d'elle, une pointe de regret dans la voix, avant de baisser les yeux vers le sol. Le sourire sur les lèvres d'Améliah était malgré la pointe d'acidité, en quelque sorte plus compatissant. Et puis une idée étrange germa dans son esprit jusque là éteint, une lueur satisfaite, voire même excitée brilla dans ses yeux, elle s'était assise un peu mieux dans ce canapé, croisant les jambes, s'appuyant contre le dossier. Du bout des doigts, elle écarta une mèche du visage de son interlocutrice.

« Et pourtant, tu es si jolie... Pourquoi voudrais tu qu'ils se rient de toi ? »

Elle se rapprocha de la jeune femme, murmurant à son oreille tandis qu'une ondée de cosmos s'imprégnait sur la peau de celle ci.

« Ce soir, tu seras celle qu'ils ne pourront quitter des yeux, et lorsque la nuit touchera à sa fin, tu seras la seule qui pourra passer les portes d'Elysion, je t'en fais la promesse, tu es une âme pure ma chérie tu n'es pas faite pour ce monde de violence et de décadence... »

A nouveau le murmure s'échappa des lèvres de la succube, elle reprit place dans le fond du divan, embrassant d'un regard cette fleur qui allait éclore sous peu, dans le regard de son interlocutrice aucune stupeur malgré les mots employés, elle n'était déjà plus qu'à demi consciente de ce qui allait se passer et la douceur des regards sur elle l'enivrerait bientôt pour la mener jusqu'à sa dernière demeure.

« Choisis en un parmi tous... Et vas. »

Le regard pendant un instant passa sur chacun des êtres présents, puis lorsqu'il s'arrêta enfin, un large sourire radieux illumina le visage terne de son interlocutrice, une prédatrice révélée au grand jour. D'un pas félin, elle se dirigea vers un homme au centre de la piste, après avoir attiré son attention, elle balança des hanches pour lui, tandis que tout autours d'elle se formait une nuée admirative.

Voilà comment se déroula la soirée, en tout cas au début, puisque quelques minutes plus tard, un jeune homme s'approcha d'Améliah, l'invitant à danser, une chose en entrainant une autre, la Succube quelques heures plus tard, se trouvait allongée sur l'un des spot de danse, appuyée sur ses coudes. Deux hommes se faisaient face à quelques centimètres de là, l'un des deux avait tenté d'approcher d'un peu trop prêt la belle fleur infernale provoquant la colère de celui qui pensait en être le possesseur exclusif.

Une sorte de tension pleine de testostérone prit les deux apollons, le sang leur monta à la tête, tandis qu'ils s'apprêtaient à se jeter l'un sur l'autre...

« Allons messieurs... Pourquoi en venir aux mains, il y a suffisamment de place pour tout les deux ici...Quatre mains ne seront pas de trop. »

Belle, radieuse, sulfureuse, la Succube auréolée de son cosmos ténébreux s'était lascivement rallongée, autours d'elle les scènes de rapprochement charnel se multipliaient et c'est dans cette torride ambiance que la Succube infernale avait finit par renaitre de ses cendres.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nôhime
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 44
22/02/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Jeu 21 Juil - 23:01

Un sourire.
Un sourire voulant chasser les doutes de sa sœur.
Une musique assourdissante, l'obscurité brisée par la lueur des stroboscopes puis enfin la foule dense.
Lorsque la Succube s'était tournée en direction de Nô celle-ci lui avait adressé une œillade.

- Ne t'inquiètes donc pas ma belle, dans peu de temps... Oui dans peu de temps, tu redeviendras celle que tu fus jadis.

La crainte.
Celle d'Améliah tordant son être parvenait au Papillon tel des vagues d'énergie négative.
L'observation commença.
Le regard de Nô sondait l'âme de la succube sans pour autant que cette dernière ne s'en rende compte.

La fleur ne demandait qu'à éclore.
Améliah était comme Icare.
A trop vouloir toucher le soleil, elle avait finit par se bruler.
Lorsque les pas d'Améliah la conduisirent vers le fond de la boite, Nô fronça un peu les sourcils.
Elle s'était approché d'un homme de type caucasien, plutôt joli garçon et lui avait glisser un mot à l'oreille.

Lorsque Nô reporta son attention sur la Succube, la jeune femme remarqua l'intérêt d'Améliah pour cette jeune femme.

- Intéressant ma douce... Très intéressant.

Nô deploya subtilement son cosmos.
La boite prit une tournure plus féérique.
Papillon multicolore voletant avec grâce tel un jeu de lumière.
Un souffle.
Un regard entre les deux femmes, puis deux.
Et enfin la première phrase.
Nôhime venait de forcer cette rencontre mais elle savait que la succube avait fort à gagner à croiser son propre reflet dans le miroir des yeux de cette jeune femme.
Un nouveau cosmos.
Améliah.

- C'est bien ma sœur... Rouvre toi à ta non vie, jolie colibri !

L'initiative, enfin la succube réapparaissait sous le regard bienveillant de Nô.
Pandore pouvait être fière.
Après une longue traversée des ténèbres, Améliah semblait renaitre tel un phoenix.

Le Papillon infernal s'installa alors auprès de l'homme à qui elle avait adressé la parole.
Un sourire.
Angélique, cachant un démon.
L'homme but une gorgée de sa boisson avant de s'écrouler au sol proche de la mort.
Une illusion et la foule oublia jusqu'à l'existence de cet homme.
Nô s'était agenouillé à ses cotés avant de former un ultime message dans le crâne de l'homme dont l'âme était en train de sortir de son corps.

« Je n'ai plus besoin de toi à présent... Tu aurais été un mets de choix mais il semblerait que notre succube aie trouvé mieux. »

Lorsque Nô reporta son regard en direction d'Amé, elle remarqua les agissements de la succube à l'attention de la jeune femme.
Un sourire.

- Il est plaisant chère sœur de te voir ainsi.

Lorsque le jouet d'Améliah se mit en marche, Nô remarqua la lueur nouvelle qui brillait dans le regard de la succube.

- Ainsi donc, c'est ce genre de petite chose qu'il te fallait pour éclore de nouveau... Ainsi donc, il te faut quelqu'un à chaperonner ?

La scène qui se produisit ensuite attira l'attention du Papillon qui au lieu de suivre les agissements du pantin de chair, observait avec la plus grande satisfaction celle qu'elle avait en charge.

« Bien amplifions encore tes actes, ma tendre sœur. »

Le cosmos de Nô aussi discret qu'une caresse commença à changer l'ambiance.
La moiteur, la proximité des corps, la fièvre des sens.
Les volutes de cosmos de Nô accentuait l'effet de celui d'Améliah, le soutenant comme une mère soutenant son enfant lors de ses premiers pas.
Des minutes, des heures s'écoulèrent.
La succube telle qu'elle était jadis se trouvait à présent au centre de toute les attention.

« Bien... Parfait. »

Ondulant avec grâce, profitant de l'ambiance créée par sa sœur infernale, le Papillon s'était faufilé jusqu'à cette dernière avant de s'approcher.
A présent, se cacher ne servait plus à rien aussi, Nô avait attrapé Améliah par une de ses mains avant de l'attirer à elle avec douceur.
Un face à face sensuel.
Nô croisa le regard des hommes dont s'était entouré la succube.
Son visage avança de celui d'Amé avant d'effleurer les lèvres de la succube des siennes.
Sa bouche poursuivit en direction de l'oreille de la nymphe infernale avant de lui susurrer.

« Te revoir enfin au grand jour est un plaisir, cependant... »

Elle vint se positionner derrière elle avant de passer sa main gauche sur le ventre d'Améliah.

« Nous devons offrir à ses âmes, le repos qu'il mérite, non ? »

Un sourire.
La fierté sur le visage de Nô.

« Tu sais ce qu'il te reste à faire, ma chérie ! »

Nô invita alors Amé d'un signe de la main à se mettre à l'œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Améliah
Admin spectre d'Hadès
Admin spectre d'Hadès
avatar

Nombre de messages : 6620
Localisation : Les Enfers
03/02/2006

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   Lun 1 Aoû - 4:39

La caresse des multiples mains qui s'affairaient sur ses courbes faisaient frissonner délicieusement chaque parcelle de la peau de la Succube, elle qui avait presque oublié la douceur, la déléctabilité d'un souffle, d'un effleurement, du désir charnel le plus violent. Tous ces hommes, toutes ces femmes sans distinction prêts à tout pour ne serait ce qu'un regard.

Qu'il était bon d'être elle, de nouveau, d'être l'objet de toutes les attentions, de toutes les faveurs... Un souffle chaud caressa la base de sa nuque, puis la douceur d'un baiser empressé, les corps qui se pressaient à présent contre le sien n'avaient plus d'identité, plus de distinction, ils n'étaient que des âmes vibrantes de désirs. Et Améliah, elle, avait besoin de ce désir comme les roses du soleil.

Ses lèvres nacrées se perdirent dans l'étreinte passionné d'un baiser alcoolisé, bien trop fade à son goût. Tant pis, à défaut de la qualité, elle opterait pour la quantité. En une seconde, elle tourna son visage et de nouvelles lèvres tout aussi fades rencontrèrent les siennes. Ses doigts se lièrent à d'autres, son corps se pressa d'avantage lorsque tout à coups son esprit fut happé par un désir plus fort, plus irrésistible encore. Sa main s'était tendue face à elle, saisie immédiatement par celle d'une douceur incroyable du Papillon, d'un geste, elle s'était retrouvée sur ses deux jambes, face à face.

Le souffle brûlant de la belle japonaise, tel un exquis parfum ne laissait en rien la sulfureuse Succube indifférente et si ses lèvres s'étaient arrêtées, près, si près des siennes, Améliah ne perdit pas un instant pour anéantir la distance qui les séparaient encore. Le baiser brulant qu'elle déposa sur ces lèvres offertes n'avait rien à voir avec les pseudos étreintes qu'elle avait consentit à ces pauvres mortels, non, cette créature lui avait tant offert que cette marque d'affection n'était qu'un signe de gratitude, qu'une preuve qu'elle avait bien comprit la place qui lui était consacrée.

« Tu as raison. »

Se contenta t'elle de murmurer alors que les corps s'échauffaient d'avantage autours d'elles, que ces étreintes charnelles étaient bien trop pâles pour la combler. Et soudainement, alors que tous ces êtres avaient été pour elle des âmes vibrantes de désirs, ils n'étaient plus à présent que des pauvres enfants chéris par leur Seigneur qui ne méritaient que sa bienveillance. Les âmes pures qui le méritaient iraient parcourir les vertes pâtures d'Elysion, les autres n'auraient que ce qu'ils méritent. La Terre serait mieux, les Hommes seraient enfin en paix..

La douceur d'un sourire nostalgique apparut sur le visage de la belle Améliah, la prédatrice c'était faite plus douce, plus tendre, heureuse et fière de faire partie de ce projet. Son regard parcourut la salle jusqu'à ce qu'elle aperçoive dans la foule celle à qui elle s'était adressée, cette âme pure qui serait protégée de tout les tourments, là ou elle les mèneraient.

Le cosmos sulfureux de la belle Améliah s'éleva dans la salle, entourant les êtres qui se trouvaient là, la frénésie des âmes sembla diminuée, ralentir, jusqu'à s'éteindre complètement. Une mort sans douleur, sans peur, paisible et sereine... Voilà qui se rapprochait bien plus de la Succube que ce massacre sordide qu'elle avait perpétré dans le bar à quelques rues de là.

« Nous pouvons y aller à présent. »

Murmura t'elle à l'intention de sa soeur...

Forte de ce renouveau qu'elle sentait couler dans ses veines, forte que ce qu'elle était à présent, Améliah s'en retournerait devant Pandore, et pour une fois, son regard ne se déroberait pas.
Ensemble, les deux créatures infernales quittèrent les lieux. Le lendemain, dans le journal local, on put lire. « Tragique accident dans une boite de nuit, une intoxication dû à un chauffage défectueux à tuer une centaine de jeunes. »

Suite

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L'orfèvre, créateur de mon avatar : Kaos.


« Alanguies toi dans mes bras... Poses ta tête contre mon sein, n'aies crainte Invité, ta mort n'en sera que plus douce. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vive le whisky de Cognac.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vive le whisky de Cognac.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» les crevettes au whisky
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand
» ABA LA JUSTICE, VIVE IMPUNITÉ ET VIVE MARTELLY !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Le Monde. :: L'Europe-
Sauter vers: