Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Allégeance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire


Nombre de messages : 2567
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Allégeance   Dim 17 Juil - 7:04

Dans la quiétude de la vaste salle, la somptueuse Vampire pouvait lire la fierté dans le regard si profond de Pandore. Effectivement, la terrible prêtresse et elle se connaissaient depuis si lontemps maintenant. Bien avant que la guerre sainte n'éclate. A cette désormais lointaine époque, Calia était une jeune spectre amoureuse mais aussi plus que valeureuse. Ses sentiments pour le Satyre Pan ou son premier amour ne l'avait jamais empêchée de combattre. Le plus souvent, c'était d'ailleurs des ennemis bien plus puissants qu'elle qui se dressaient sur son chemin. Ennemi qu'elle combattait de toute ses forces malgré la différence de force.

Courage qui lui avait valu le respect de son tout premier véritable adversaire, le terrifiant fils de Zeus, un ennemi qui était plus du calibre d'un juge tel Rhadamanthe ou Eaque que d'une simple Céleste. Et pas seulement le sien. Cela avait été sa première visite en Olympe avant d'être rejointe par Pandore.

Une Céleste et la grande prêtresse du sombre monarque. Le lien entre elles étaient vraiment unique. Les deux femmes avaient lutté chacune à leur façon pour leur seigneur, joignant parfois leurs talents artistiques. La harpe de Pandore accompagnant le chant de Calia avait ainsi enchanté les Enfers en des instants aussi rares que privilégiés....

Une période que la Vampire à la chevelure de feu croyait révolue à jamais aux plus lumineux instants de son exil et qui en cette journée venait de renaître. La première rose des Enfers venait de refleurir plus belle plus radieuse que jamais, illuminant de sa beauté le Royaume souterrain.

Quant à l'autre...

Améliah, ma soeur, ma douce infernale quand seras-tu de retour à mes côtés ? Ensemble nous sommes si puissantes. Je t'attends ma douce, que nos pas nous ramènent en Amazonie là où tout a basculé... Et qu'enfin la boucle soit bouclée.

Pan, mon amour...


Une larme brilla un instant au coin de ses paupière et la belle baissa la tête sur la seule ombre à son bonheur...

Enfin, elle avait déjà tant reçu. La confiance de la sombre Pandore et la fierté d'être de nouveau au sein de l'armée. Et puis, il y avait aussi et surtout les retrouvailles avec son merveilleux enfant. Asclépios qui venait de recevoir les félicitations de la redoutable représentante ainsi que la permission de rester céans...

Et au fond d'elle-même, elle garderait toujours l'espoir de retrouver celui qu'elle aimait toujours aussi passionnément.

La voix de son fils se fit d'ailleurs entendre. De quoi la remplir encore plus de joie et de fierté. Désormais cette odieuse déesse et son armées de lâches doublés de parasites seraient mis en échec. Ceux qui l'avaient séparée de son enfant sentiraient le poids de leurs colères sur leurs épaules de planqués...

Aussi, après que tout fut dit, Calia s'adressa à son tour à Pandore...

" Merci my Lady, je vous jure que cette fois, plus rien ne viendra me séparer de vous ou de notre seigneur tout comme plus personne ne viendra m'arracher mon fils... Vous pouvez compter sur moi pour faire de tout ennemi ma proie. "

Elle se leva alors, saluant la sombre jeune femme.

- Mes respects, Lady Pandora.

J'espère qu'un jour nous pourrons de nouveau unir nos talents artistiques pour honorer nos dieux.

Puis, la belle se releva avant de quitter d'un pas lent et gracieux la salle d'audience avant de faire un geste envers son fils et de lui sourire. Elle sourit ensuiçte Alaïs pour l'encourager à les suivre.

Le trio allait sortir lorsque le juge de la Wyvern fit son entrée. Aussitôt Calia s'inclina devant lui avant de faire une longue révérence à son intention...

- Bon retour parmi nous, juge de la Wyvern...

Et après avoir patienté un court instant, elle se releva...

==> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Dernière édition par Calia le Lun 1 Aoû - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Allégeance   Mar 26 Juil - 21:53

Asclépios avait ensuite écouté les paroles de Pandore... Impassible, sans la moindre expression sur son visage, le renégat avait par moment tourné la tête dans la direction de sa mère. L'enfant Hadès avait croisé son regard et un bref instant le jeune renégat avait froncé le sien. Tant que Pandore veillerait sur ce charmant chérubin les enfers garderait leur monarque. Aussi lorsque Pandore eut finit son discours, le visage d'Asclépios se tourna en direction d'Alaïs.

Enfin ils purent se retirer et Asclépios suivit les deux jeunes femmes affreusement concentré... Rien ne semblait l'atteindre, il était un guerrier particulièrement vaillant et peu enclin à la conversation, la lueur qui brillait dans son regard était bien de la haine cependant son sourire qu'il adressait aux deux femmes adoucissait ses traits pourtant terrifiants.

L'accueil qu'il réserva au juge de la Wyvern ne fut pas celui auquel ce dernier pouvait s'attendre, Asclépios n'eut pour lui qu'un simple signe de tête... Après tout, il était égo en terme de puissance et surtout il n'était nullement un supérieur pour le jeune homme. Le Scorpion était tel les ronins du Japon antique, une fine lame experte dans son art n'ayant aucun seigneur autre que ses instincts à servir.

Asclépios avait écouté l'échange entre sa mère et son apprentie cependant, il n'intervint seulement lorsque la jeune Alaïs se retourna afin de lui demander ce qu'ils allaient faire à présent. Un sourire apparut sur le visage du démon caché sous des traits angéliques avant qu'il ne s'exprime enfin.

« Il n'y a aucun repos pour les braves... Nous allons commencer par un entrainement au combat en bonne et due forme... Je vais te former aux divers arts martiaux existant de par le monde. »

Puis tournant son minois en direction de sa mère, il fit un sourire radieux avant de reporter son attention sur Alaïs.

« Tu es bien faites Verseau des Enfers, ta musculature est fine mais ta poitrine posera problème lors d'un combat sans armure, il faudra te la bander comme le font les basketteuse... Nous opterons en premier lieu pour le Kung-fu. Mais avant cela, saches une chose pour bien se développer un corps doit être nourrit d'une certaine manière aussi, ton premier entrainement sera un cours de diététique. »

Il sourit à la nomade avant de reprendre.

« Cela peut paraître étrange je le conçois, mais utiliser le cosmos demande à un corps d'y être préparé et un apport calorique assez important. Suis moi !!! »


[ suite avec Calia et Alaïs.]
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Allégeance   Lun 1 Aoû - 3:04

L'entretient c'était pour le moins parfaitement terminé, la reconstruction des Enfers allait bon train et c'est comme ci les dieux s'étaient passés le mot pour donner au domaine infernale toutes les cartes dont il avait besoin pour mener à bien cette reconstruction. D'une part ce jeune Verseau qui venait d'assurer son allégeance, puis ce fils inespéré qui venait de quitter les bras de la Déesse de la sagesse pour retrouver ceux de sa mère et enfin sa chère, très chère Calia retrouvant sa splendeur d'antan.

Oui vraiment, la journée était particulièrement délectable, même si au sanctuaire sous marin, tout ne s'était pas passé comme Pandore l'avait espéré. Avec avoir répondu d'un simple sourire aux promesses de sa belle Vampire, un cosmos étrangement puissant se présenta devant les portes de la salle d'audience.
L'inconnu au cosmos si familier passa la porte, auréolé de son ténébreux charisme... La prêtresse infernale le dévisagea, tandis que l'ombre des lieux dissimulait encore pendant quelques secondes le visage de cet impertinent.

Se pourrait il, Scorpion, que tes sombres desseins m'aient tant accaparés que je n'ai pu faire attention à celui qui ose passer ces portes...

La prêtresse aurait du le reconnaître, oui, s'il lui paraissait si familier c'était bien parce qu'il était le juge de la Wyvern, le seul, l'unique... Pourtant la belle prêtresse n'avait elle pas envoyé ce même juge dans les profondeurs du sanctuaire sous marin et celui ci n'y avait il pas disparu ?

Sur son doux visage, ses sourcils se froncèrent, tandis que ses prunelles s'étaient soudainement assombries.

Serait il possible ?

En un instant, le juge avait parcourut la distance qui le séparait de sa prêtresse, ces traits si distincts, cette voix pleine d'assurance et douce à ses oreilles... Oui, certainement il ne pouvait s'agir que de lui... Un sourire lumineux, ravi, enjôleur s'afficha sur ses lèvres et déjà Rhadamanthe avait saisi sa main et déposé dans la délicatesse d'un souffle un charmant baisé.

« Rhadamanthe, mon cher Rhadamanthe... Je vois que tu as profité de la perte tragique de ton successeur pour reprendre les rênes. Dans un corps qui te sied bien mieux. » Avait elle soufflé au juge de la Wyvern qui avait posé genou à terre.

Pandore s'était accoudée sur son trône, son visage avait prit appuie sur le dos de sa main gracile. Le retour de Rhadamanthe faisait remonter en elle d'agréables souvenirs, et si ce corps qu'il s'était approprié n'était pas le sien, ces traits s'approchaient au mieux de celui qu'il avait été.
Pendant un instant, Pandore gouta à la douceur d'une intrusion pleine de charme, de subtilité, bien loin de celles dont avait prit l'habitude le Bénou.

Dans l'intimité de la salle d'audience, à présent que ses autres interlocuteurs avaient quitté les lieux, Pandore se pencha au dessus du juge, approchant son visage un peu plus près du sien.

« Allons, toi qui viens de si loin, prend un siège un peu plus confortable veux tu... Les Enfers sont à leurs affaires, pour l'instant rien ne presse et j'aimerai m'entretenir avec toi. »

Un fauteuil confortable était apparut des ténèbres derrière lui, ainsi qu'une table sur laquelle avait été déposé une coupe de vin rouge. La prêtresse, elle, avait approché sa harpe et ses doigts commencèrent à effleurer les cordes tendues...

« Profitons de quelques instants de répits... Ton retour en personne est inespéré, ton successeur était jeune, si jeune. Fêtons cela ! »

Les notes de la harpe maléfique s'élevèrent, mélancoliques, dans la salle d'Audience.

« Et puis il est vrai que j'ai besoin de toi. »

Elle avait relevé son doux visage apaisé et plongé son regard dans le sien.

« La nouvelle génération de spectres, de juges se pressent à nos portes... Et dans cette ère de trouble, je ne sais que trop peu sur qui je peux compter. Accepterais tu mon fidèle ami de veiller aux intérêts de notre seigneur, en toute discrétion bien entendue. »

La dernière note s'était suspendue, la brune prêtresse attentive aux réactions du juge, attendait sans un mot la réponse qu'elle espérait favorable, mais Rhadamanthe avait il seulement le choix.

Revenir en haut Aller en bas
Ex-Rhadamanthe
RIP

RIP
avatar

Lion
Nombre de messages : 451
Age : 24
02/07/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Allégeance   Lun 1 Aoû - 8:53

L'invitation était on ne peu plus claire ; et elle ravissait entièrement le spectre qui dans un silence religieux acquiesça la tête avant de s'assoir dans le fauteuil qu'elle avait si gentiment appelée pour lui. Il ne préférait pas renchérir sur ce que la belle lui disait, simplement par soucis de politesse, de respect et aussi quelque part d'admiration. Buvant les paroles qu'elle portait jusqu'à ses oreilles comme il boirait ce vin rouge sang qu'elle lui avait si gentiment offert dans une coupe. Il en préparait une seconde avec toute la minutie du monde pour ne pas être le seul à profiter. Ce n'est pas le mobilier qui manquait. Mais malgré son acte il ne perdait pas un mot de ce que disait sa douce compagne.
Sur le fond de la mélodie de sa prêtresse, il était charmé. Celui-ci n'avait jamais vraiment eu l'oreille musicale, mais quand la personne qui jouait été quelqu'un qu'il chérissait tant, il ne pouvait que se laisser aller au pêché de l'extase.

Enfin, après la mise en scène d'hospitalité venait le cœur d'une discussion qui avait tout son sérieux.
La belle disait avoir besoin de lui, ne savait-elle déjà pas que peu importe ce qu'elle lui ordonnerait, il le ferrait ? Peut-être n'avait-il pas prouver sa loyauté … Il fit une moue déçue, mais ne garda pas cette attitude défaitiste bien longtemps ; il avait encore toute son éternité à vivre aux côtés de celle-ci. Tout ce qu'il avait besoin d'espérer, ce serait qu'il puisse faire des prouesses dans ce corps. Mais il s'en sentait capable … Les âmes s'étaient parfaitement associées. Peut-être avait-il trouvé l'hôte parfait cette fois ? Peut-être qu'il pourrait relâcher tout son potentiel ? Il sentait son cosmos brûler en lui, d'une puissance inimaginable … Cela le renforçait dans son idée d'être le seul apte à servir sa prêtresse du mieux qu'il le pouvait.

Lorsqu'elle termina, Rhadamanthe essaya de garder une certaine contenance. Voulant faire une bonne impression il ne parla pas immédiatement, non. Il se pencha en avant quittant quelques instants le confort du fauteuil avant de repousser la seconde coupe en direction de la ténébreuse Pandore. Invitation discrète à se rapprocher et à prendre part à la dégustation de ce qu'elle lui avait offert avant tant de générosité. Après tout, même si il était le juge le plus belliqueux, cela s'avérait exact en présence d'ennemis. Mais pas quand il se trouvait devant la personne à laquelle il tient le plus et ce en tout monde, hormis son seigneur Hadès, dont il place les intérêts au dessus de son inconditionnel dévouement pour Pandore … Le conflit d'intérêt n'avait pas encore eu lieu, et osait-il encore espérer qu'il n'aurait jamais lieux.

N'attendant pas qu'elle accepte son verre, il porta le sien à la bouche, tenant la coupe du bout des doigts, il laissa la liqueur rougeâtre couler quelques instants, juste le temps d'emplir sa bouche de ce parfum exquis, avant d'en avaler le contenu. Il reproduisit une seconde fois le geste à l'identique avant de poser le bel objet sur la table, presque vide. Puis il réajusta son dos contre le dossier du fauteuil, croisant les jambes. Il savait se tenir, et savait comment se comporter. Pandore n'aimait-elle pas les hommes avec de la contenance, et une certaine classe ? C'est-ce qu'il pensait, et c'est l'image qu'il essayait de faire ressortir. Cependant ça ne suffisait pas, il fallait répondre à la demande de sa belle. C'est pourquoi il cessa son manège, qui trainait à longueur, croisant les mains au niveau de son buste, les coudes toujours sur les accoudoirs.

« - Somptueuse comme toujours, Pandore. Permettez moi tout d'abord de vous remercier pour un accueil si chaleureux, la joie m'envahit par le simple fait d'être ici, à vos côtés. Sachez que je suis, sans aucune forme de vanité, le spectre qui vous est le plus fidèle, aimant et loyal. Ne savez vous pas que chaque parcelle de mon nouveau corps, de mon âme, vous appartiennent ? Et cela, depuis les temps anciens ? Loin de moi l'idée de vanter mes mérites qui ne sont pas à refaire ; je vous expose juste les faits. Moi, Juge de la Wyvern je suis à votre entière disposition depuis la nuit des temps. Avez vous seulement songé l'affection que je porte à vous même, et notre seigneur ? Réfléchissez y, la réponse me semble évidente. En effet, dès l'instant où vous avez dit avoir besoin de moi, j'étais prêt à m'exécuter. Seulement votre requête est assez … amusante, bien que formelle, je le comprend. Il décroisa les jambes et se leva du fauteuil, il commença à faire quelque pas sur le côté pour se libérer de la table et avoir les mouvements libres. Sachez que je suis désolé pour mon échec passé, ce fut simplement là l'erreur d'une dualité psychique bien trop contraignante. Mais maintenant, je n'ai plus de limite, je suis redevenu Rhadamanthe et je ne porte plus de nom ridicule ! Enfin, mes mésaventure sont finies, et je me consacre entièrement à vous, ma dame, soyez en sûre ... »

Il avait fini ses mots dans un murmure malicieux tout en se rapprochant de sa belle. Il était à moins de deux mètres d'elle, il aurait voulut être plus proche encore, la prendre dans ses bras. Seulement il y avait une hiérarchie à respecter, et des codes. Il se contenta alors de lentement se baisser jusqu'à ce que son genou gauche touche le sol, mais il ne baissa cependant pas la tête, ne pouvant quitter des yeux la charmante prêtresse, dont le charme l'envahissait. Conscient qu'il n'avait toujours pas répondu à la question malgré son immense monologue sur ses intentions qui passaient plus pour une déclaration flamboyante envers la prêtresse, il continua à parler dans cette position d'allégeance.

« - J'ai compris ce que vous voulez. Je fais le serment de servir les intérêts de mon seigneur, ainsi que les responsabilités qui en incombe, et ce dans toute la discrétion qu'il m'est donné d'avoir. Car mon plus cher plaisir est de vous procurer le votre, douce Pandore. »

Ayant fini son discours au ton solennel, il baissa un peu la tête attendant une réaction de la sombre prêtresse, qu'il espérait positive après tout ce discours énergétique qui lui était venu à l'esprit, tel un dirigeant de pays libre.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Allégeance   Mar 2 Aoû - 21:47

L'invitation que le juge de la Wyvern lui avait lancé n'était pas resté sans réponse, sa harpe s'était tue et leur conversation prenait un tournant qui méritait un peu plus d'intimité.

Aussi dans une discrétion totale, une servante avec la déférence s'était approchée de la table et avait apporté à la somptueuse prêtresse la coupe. Ainsi, elle pourrait partager avec délice une coupe de ce vin qu'elle lui avait proposé et que lui en bon gentleman qu'il était, en avait fait glisser l'écarlate breuvage dans une coupe dorée. Une charmante parenthèse dans cette journée qui une nouvelle fois s'avérait pleine de rebondissement, d'inattendu, de joie et de déception.

Lorsque sa main d'albâtre avait saisi la coupe que Rhadamanthe avait fait servie à son intention, Pandore l'en avait remercié d'un signe de tête et d'un doux sourire, son regard détaillant avec délice les traits de ce nouvel hôte qui lui était si cher, si familier, tandis que le succulent liquide effleurait ses lèvres avec délectation.

Il était bel et bien le juge qu'elle avait toujours connu, celui qui lui était si proche, si fidèle, un être cher, un être d'une valeur qui n'était plus à prouver et dont les exploits attisaient encore l'admiration dans le regard de tout spectre, quelque soit son rang. Son sourire s'accentua et son regard plein de tendresse ne quittait plus Rhadamanthe, qu'importe les traits sous lesquels il lui était revenu, il n'avait pas changé. Sa superbe, son charisme faisait de lui l'être qu'il avait toujours été et qu'importe les circonstances de sa mort, celles ci n'étaient en rien représentatives de son parcours et de sa gloire.

Tu ne peux t'imaginer à quel point ta présence ici est un véritable soulagement mon cher Rhadamanthe.

Non, il ne pouvait pas imaginer que depuis ce renouveau qui l'avait ramené ici, la prêtresse était plongée dans une solitude éreintante, aucune épaule sur laquelle se reposer sans aucune retenue, c'est vrai qu'elle avait à ses cotés la splendide Vampire, qu'elle lui était chère, précieuse mais il y avait tant de chose qu'elle ne savait pas... Puis il y avait Kagaho, mais si le Bénou faisait le plus fervent protecteur d'Hadès, son rôle s'arrêtait là.

Alors oui, pendant qu'il poursuivait son petit manège, avec ce savoir dont il était l'un des rares à détenir le secret, la marque des grands hommes, Pandore ne pouvait détacher son attention de lui, avec admiration, délectation, plaisir et soulagement. Et pendant qu'elle l'admirait sans retenue et que les effluves douceâtres du vin n'avaient jamais paru aussi bonnes, la coupe se porta à nouveau à ses lèvres, et son précieux contenu glissa sur son palais dans un soupir satisfait.

Et enfin, ses paroles brisèrent le silence parfait de la salle d'Audience... Le flot de ses mots avait tour à tour enchanté Pandore devant cet enthousiasme, ce serment qu'il renouvelait envers son seigneur et envers elle, mais tout à la fois ses dires avaient désarçonné la prêtresse... Ainsi donc voilà ce qu'il avait saisi de son comportement, des pensées qui transparaissaient en filigranes de cette demande qu'elle avait formulé.

Une moue attristée s'était fugacement affichée sur ses traits, mais à aucun moment elle ne l'avait arrêter, jusqu'à la dernière seconde elle avait bu ses paroles comme le vin de sa coupe et lorsqu'il s'était levé pour venir poser un genou devant elle, son cosmos s'était levé et une nuée sombre était venue faire disparaître les murs de la pièce entourant les deux êtres infernaux sans venir parasiter leur tête à tête, ainsi isolés, loin des regards indiscrets, Pandore avait laissé le silence retomber, sa langue avait claquée contre son palais, ses jambes s'étaient décroisées et elle avait quitté son trône, féline.

« Rhadamanthe, est ce cela que tu as comprit de mes mots, de mes intentions ? »

Le son de sa voix trahissait une fausse déception, en quelques pas, elle avait rejoint le juge et à présent, ses genoux avaient glissé jusqu'à toucher la pierre froide. Pandore faisait face à Rhadamanthe annihilant toute distance entre eux, son visage à quelques centimètres du sien, tandis qu'elle avait posé avec délicatesse ses coudes sur les épaules et étendue ses bras de tel sorte que le juge se retrouve « prisonnier » d'une étreinte légère.

« Pardonne moi mon cher juge si mes paroles n'ont pas été à la hauteur de l'estime que je te porte... Je ne voulais pas que tu crois que notre Seigneur ou moi même ne doutions de ta fidélité, de ta ferveur, non, mon cher Rhadamanthe tu m'es bien trop précieux pour que je ne te prête une quelconque faille. »

Son bras gauche au bout duquel sa main tenait sa coupe demeura tendu, tandis que son bras droit lui accentua leur proximité en se refermant derrière la nuque du juge, les prunelles sombres de la prêtresse plongeaient sans retenu dans celle de son interlocuteur, tandis que ses lèvres délivraient ses mots à quelques centimètres des siennes. Enfin, enfin, elle retrouvait à ses cotés un être dont elle connaissait tout, jusqu'à l'admiration qu'il avait pour elle, et si lui n'était pas l'être pour qui battait son cœur, il avait un avantage certain, il lui était accessible.

« L'échec dont tu me parles en est il vraiment un, alors qu'il t'a ramené à moi, aussi glorieux que tu ne l'étais jadis... Les Enfers et leur Seigneur n'ont rien oublié de tes exploits passé, tu es et demeureras LE juge de la Wyvern, celui dont on rappelle à la jeune génération la gloire et le charisme... »

Sa coupe passa d'une main à l'autre, tandis que sa main libre vint à effleurer avec tendresse la joue du juge. Et faisant allusion à ses dernières paroles, elle ajouta.

« Je me ravie de ton choix... »

Puis lentement, elle s'approcha de lui et déposa sur cette même joue un tendre baiser.

« Et de ton retour. »
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Rhadamanthe
RIP

RIP
avatar

Lion
Nombre de messages : 451
Age : 24
02/07/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Allégeance   Mer 3 Aoû - 21:46

Les retrouvailles prenaient une toute autre tournure lorsque la sombre représentante se leva de ce trône aux allures impériales pour se rapprocher du juge. Celui-ci ne bougea pas d’un poil, attendant simplement que la belle renchérisse sur leur discours intime, tout en longueur. Alors qu’il écoutait les pas de la prêtresse qui se rapprochaient, il ressentait une certaine anxiété vis-à-vis de leur entretien, se demandant bien comment ceci se solderait.
Le juge fut perturbé par ce que Pandore fit ; à vrai dire il ne s’attendait pas à ce qu’elle se rapproche de lui de la sorte, et encore moins qu’elle ne le prenne dans une étreinte, aussi légère soit-elle. Une barrière les séparant était-elle tombée ? Depuis son existence il est aux côtés de Pandore pour superviser l’armée d’Hadès, mais c’est bien la première fois qu’il était aussi proche d’elle, sentant même son souffle, avec leur visage si proche. Peut-être un signe qu’il avait trouvé l’hôte parfait ? C’était le Rhadamanthe de toujours, maintenant.

Alors qu’elle continuait son discours, elle resserra encore plus leur étreinte, le juge aux yeux flamboyants se sentait transpercer par le regard de la belle. Ce n’était pas négatif, c’est son cœur qui faisait des siennes. Se retrouvant ainsi dans les bras de la prêtresse dont il avait toujours rêvé cette proximité, il n’osait plus bouger, et profitait juste de ce moment qu’il voudra toujours un peu plus long que ce qu’il aura, au final. Son rythme cardiaque s’accélérait et ne pouvait pas retenir son souffle rauque, trahissant son envie évidente d’étreindre à son tour la prêtresse. Mais il la respectait bien trop pour la toucher. Et puis il n’était pas un rustre, suffisant il se la jouait telle un noble. Enfin, quand il n’était pas avec Pandore en tout cas. Ici, c’était un peu plus difficile et l’indomptable Wyvern s’était adoucie.

Enfin, lorsqu’elle vante ses mérites le spectre ne put s’empêcher de sourire devant de telles louanges qui lui allaient droit au cœur. Bien que d’habitude recevoir des compliments ne marchait pas avec lui tant il en recevait quotidiennement, le fait que ce soit Pandore qui les exprime changeait carrément la donne. Il crut ensuite que son corps allait exploser lorsqu’elle baisa sa joue, mais étonnement il tenu bon. Suite à quoi il attendit quelques instants avant de se remettre de ses émotions ; il ne brisa pas leur proximité qui lui allait à ravir.

« - Merci pour vos louanges, ma Pandore. Mais ici, c’est à moi de vous complimenter, ne vous abaissez pas sur ces pierres froide seulement pour moi. Je compte prendre en charge la supervisation de notre belle armée ; il n’y a pas plus adéquate que moi comme leader des troupes. Je devrais revoir ma garde personnelle aussi, comme le spectre de la Harpie. Ce sont de brave bonhomme … Notre armée a un potentiel éblouissant et vous pouvez compter sur moi pour que ce potentiel ne soit pas gaspillé. »

Puis à son tour il approcha timidement sa main gauche vers la joue de la belle, il posa alors sa main dessus et la caressa tendrement avec son pouce. Peu lui importait la réaction qu’elle aurait mais il avait jugé le moment opportun.

« - Mais … N’est-ce pas barbant de parler stratégie à longueur de temps ? Tant que je ne suis pas missionné, je n’ai rien à faire que de passer du temps en votre compagnie. »

Il conclut par un sourire malicieux, dévoilant la tendresse qu’il éprouvait à l’égard de la femme mais … était-ce vraiment un secret bien gardé ? Probablement pas. Il se redressa alors finalement, brisant ce contact qui lui était si cher avant de tendre sa main vers la belle pour qu’elle s’en saisisse, galanterie naturelle ; ce n’est pas parce que l’on est un spectre que l’on est forcément perfide, violent et méchant. C’est cela que les saints ne comprenaient pas en fait. Enfermé dans leur utopie parfaite ils ne pouvaient pas voir plus loin que leur bout du nez.
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Allégeance   Dim 7 Aoû - 4:22

Et dire que quelques heures plus tôt, le juge de la Wyvern se trouvait devant elle, à la cérémonie de présentation de leur jeune Seigneur, dans la peau d'un adolescent en proie à des désaccords insoupçonné avec l'esprit de celui qui avait été le plus grand juge de cette constellation. L'âme ancienne en avait elle eut assez de l'inexpérience, de l'hésitation et de l'opposition qui séparait les deux hôtes du même corps... En tout cas, le choix du juge avait été cette fois ci beaucoup plus judicieux.

Et beaucoup plus plaisant.

C'est que l'humanité de son corps lui donnait un peu plus d'attrait, à moins que ce qui ne lui plaise autant ce soit simplement que ce coeur qui s'affolait le faisait pour elle. Se plaire à ne plus être seulement la représentante des Enfers. Une délicieuse parenthèse qu'elle trouvait dans le regard de son interlocuteur, dans les paroles aimables et son souffle chaud qui s'échappait de ses lèvres à quelques centimètres des siennes.

« Ces pierres ne me semblent plus si froides à présent que tu es là, près de moi. »

Elle avait eut un sourire, baissant les yeux avant de soutenir de nouveau ce charmant regard, qui s'était animé de gloire à l'évocation de l'armée infernale.

«  Je suis ravie de te l'entendre dire. Oui vraiment, je ne pouvais trouver meilleur leader. Aussi passionné, expérimenté, observateur et charismatique... Une armée sans un grand commandant, ne peut pas s'exalter, mesurer toute la grandeur, la bravoure et la gloire dont elle est capable. »

Et tandis que Pandore finissait sa phrase, heureuse de savoir qu'il voyait dans leur rang autant de courage et d'excellence qu'elle même, il avait eut ce geste à son intention. Une simple caresse qu'il déposa sur sa joue d'albâtre. Rhadamanthe aurait été châtié pour ce geste, si il n'avait pas été provoqué et tant attendu.

Dans sa propre poitrine, il lui semblait que son coeur s'était mis à battre, l'ombre de cette caresse, qu'elle avait osé espéré, avait fait apparaître une légère teinte rosé sur ses joues et la crainte qu'il ne lui rende pas cette attention, que finalement il n'aime en elle que la prêtresse qu'elle était, s'était dissipée. C'est vrai que ce rapprochement n'était peut être pas approprié, sans doute d'ailleurs qu'il était à proscrire, qu'elle n'avait pas, elle la représentante, à aimé plus qu'un autre l'un de ses serviteurs, l'un de ses envoyés, de ses bras armés.

Peut être que c'est d'ailleurs cela qui avait fait que le juge s'était relevé et qu'il avait quitté l'étreinte de ses bras. A moins que ce ne soit pour apprécier un peu plus le goût de leur intimité.

Jusqu'à ce qu'elle ne se relève à l'aide de cette main tendue, secourable, et tendre, la prêtresse n'avait pas répondu à sa question, comme d'ailleurs son regard s'était soustrait au sien. Puis une ombre avait laissé apparaître un siège près de celui du juge, et Pandore était allée s'asseoir, posant sur la table sa coupelle dorée.

« Comme pour toute tache, mon rôle a des impératifs... La stratégie en fait partie. Heureusement je ne suis plus seule et puis il y a bien d'autres choses qui me rende la tâche plus plaisante. Des accôtés, comme la joie d'apprendre que le repos éternel qu'offre notre Seigneur à atteint un peu plus les âmes, que chaque jour la bêtise et l'ignorance des saints d'Athéna recul devant nos troupes... Même si ces victoires sont souvent teintées de revers. Et puis, il y a le plaisir de retrouver après tant d'année certaines âmes si loyales. »

Un soupir d'aise avait passé ses lèvres, la présence du juge de la Wyvern était un accoté délicieux, mais il fallait qu'elle se rende à l'évidence, leur tête à tête ne pourrait pas perdurer plus longtemps sans faire de l'ombre aux intérêts de leur Seigneur. Ce petit ange qui était allé retrouver la chaleur de son lit au coeur des enfers.

« Tant que tu n'es pas missionné... » Avait elle répété dans un murmure, jouant du bout des doigts sur les bords de sa coupe dorée. Les yeux plongée dans l'écarlate du breuvage qui subsistait en son fond et le timbre de sa voix jusque là presque chantant s'était quelque peu durci.

« Violate du Béhémoth a mené il y a peu une attaque sur le village de Rodorio... Tu te doutes bien que tous les saints du sanctuaire ou presque se sont précipités hors de leur chers temples. Les saints sont nombreux. Et je présume que leur amitié avec Asgard est encore très forte. »

Ses lèvres se pincèrent dans une moue perplexe.

« Nous avons des créatures capables de charmer et d'assassiner, d'autre qui sont de redoutables guerriers... Une guerre à présent serait bien trop lourde de conséquence. »

La prêtresse s'était alors penchée un peu plus en avant, au dessus de la table, un peu plus près de son confident, elle semblait plongée dans ses pensées.

« Mais je dois t'embêter avec cela, mon cher juge... Il est tard et un retour à la vie, ainsi qu'une possession ne doivent pas être de tout repos. Peut être devrais tu me laisser... »

L'espace d'une seconde elle avait imaginé lui parler de l'idée qu'elle avait eut de chercher un moyen de ramener à eux les dieux jumeaux des Enfers. Et puis un point de détail s'était rappelé à son bon souvenir, Sarah dans sa geôle. Pouvait elle seulement lui confier ce secret ou plutôt non, pouvait elle seulement avouer le pécher qu'elle avait commit au nom de son Seigneur. Le silence était retombé et sur son visage elle avait laissé apparaître l'espace d'un instant son inquiétude... Pour une fois que personne ne pouvait la surprendre, loin des regards et des oreilles indiscrets, il n'y avait que Rhadamanthe et elle ne souhaitait pas se soustraire à son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Rhadamanthe
RIP

RIP
avatar

Lion
Nombre de messages : 451
Age : 24
02/07/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Allégeance   Dim 7 Aoû - 9:50

Comprenant l’allusion à son égard, il fit une moue intimidée. La prêtresse était partie s’assoir sur un siège à côté du sien tandis que lui l’avait simplement suivie du regard, dans un silence religieux et pesant, sans doute ne voulait-il pas la dérangée pendant son action. Alors qu’elle reprit la parole sur les sujets importants auxquelles ils faisaient face il commença à se déplacer lentement, son surplis claquant contre la surface des pierres du château d’Hadès. Il se déplaçait latéralement, sans quitter un seul instant ses yeux du doux visage de Pandore, si bien dessiné, si parfait.

Ella continua, parlant maintenant d’une alliance entre ces pouilleux de saints et ces givrés d’Asgard lorsque Rhadamanthe posa son corps sur le siège qu’il avait précédemment quitté, se tournant de manière à être face à la divine prêtresse, envoutante et enivrante. Enfin, lorsque la belle termina son discours, il eut un petit sourire mesquin du coin des lèvres. Il remarque cette inquiétude qu’elle laissa transparaître … De son plein gré ? Et décida d’y revenir un peu plus tard.

« - M’embêter ? Vous ? Allons, vous êtes bien la seule personne qui suscite mon intérêt. Et je n’ai absolument pas besoin de repos, je suis tout à vous. »

Il se rapprocha un petit peu plus pour réduire la distance entre eux. Bien qu’ils fussent seuls il avait envie d’être plus proche d’elle, pour au moins sentir son odeur, comme il y a quelques instants. Il n’irait pas jusqu’à voler un autre contact physique à l’inaccessible beauté, mais c’est bien ce qu’il voulait. Seulement, la peur d’être trop insistant, trop précipité, le paralysé dans cette idylle qui ne serait de toute façon que trop peu soutenue, voire pas du tout. Pauvre Juge, pourquoi s’embêter avec de tels sentiments ? Il était sans doute le dernier des idiots entêtés, mais il savait qu’il ne sortirait jamais la ténébreuse beauté de sa tête. Révoltant.

« - Si je ne m’écoutais que moi, nous raserions l’adversaire sur le champ ! Mais je sais être tout autant stratégique que vous, ma belle dame. En effet, nos ennemis sont nombreux si les guerriers divins sont de mèches avec les saints … Séparément, ce ne serait pas un souci, mais là … Nous aurions dût penser à un marché avec le royaume sous-marin. Nous aurions eu un gain de troupe supplémentaire, et ils partagent notre idée de conquête de la terre … Nous les aurions envoyés au casse-pipe et nous aurions finis les survivants. Que ce soit les nordiques, les saints ou les marinas. Mais cela me semble un peu compromis, finalement. »

Il soupira, c’était décidément compliqué de tenir une marche à suivre concrète. Tout lui semblait trop fouillis, trop éparpillé. Il lui fallait du concret, quelque chose sur quoi les spectres pouvaient se tenir comme point de repère, un objectif principal auquel ne pas déroger en somme. Si les spectres étaient seuls contre tant d’adversaire, leur effectif censé être un avantage n’en était plus un et la ruse allait devoir prendre le pas sur la puissance pure. Le juge n’était pas connu comme le plus fin des stratèges, mais la passion enflammée pour son camp le poussait à réfléchir d’avantage qu’à son habitude, et des germes d’idées traversaient son esprit, sans vraiment de fil conducteur concret.

« - Ce qui serait judicieux, c’est une aides des deux Dieux accompagnant notre cher maître. Je pense qu’ils ne seraient pas de trop contre les redoutables nordiques, qu’en pensez-vous ? Avec un petit détachement de nos troupes, ce serait largement suffisant. Quant aux saints, je prendrais le commandement sur le reste des troupes et nous prendrons le pouvoir du sanctuaire. Maintenant la question que je me pose est … Quelle est la position concrète du royaume sous-marin vis-à-vis à la guerre qui se prépare et qui, comme vous l’avez si bien dit, sera lourde de conséquence ? »

Il se tut un instant, son regard se plongeant sur les mains de la belle, il resta dans la réflexion une dizaine de seconde, avant de juger judicieux de mettre l’inquiétude sur le tapis. Si quelque chose ennuyait sa belle, il s’en occuperait immédiatement.

« - Vous m’aviez l’air inquiète. Quelque chose vous tracasse, ma douce ? »


Dernière édition par Rhadamanthe le Mar 9 Aoû - 6:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Allégeance   Mar 9 Aoû - 1:52

Le verdict du juge infernal était sans appel, comme Pandore et tous ceux qui se trouvaient être fidèles à Hadès, il ne souhaitait qu'une chose, frapper dans l'œuf le sanctuaire de cette idiote athénienne et gagner enfin cette guerre qui les entravait dans leurs beaux projets de sérénité universelle.

Il s'était de nouveau approché, proche, si proche d'elle, que la prêtresse pouvait à loisir lire dans son regard toute la passion qui l'animait, doublée d'un désir avide de vengeance. Quoi de plus normal. Aux dernières heures de leur précédente vie, Rhadamanthe avait prouvé qu'il était à la hauteur de son rang, jusqu'à ce que Kanon le repentir l'ai emporté avec lui au firmament.

Sans doute qu'à présent, il n'attendait lui aussi que l'instant où il lirait dans le regard de leur adversaire cette lueur de lucidité signifiant qu'ils avaient comprit leur inéluctable défaite.

-Je ne t'ai sans doute pas fait assez confiance dans le passé. Mais je te promets de ne plus faire la même erreur aujourd'hui.

Avec attention, bienveillance, elle l'avait écouté poser son diagnostique, avec un recul et une sagesse qu'elle ne lui avait à l'époque pas reconnu. Ses mains avaient cessé de jouer avec la coupe, ses pensées, ses craintes avaient rempli son esprit. Certain de ses choix de l'époque pourraient lui couter cher, très cher, surtout à présent qu'il évoquait la possibilité de faire appel aux dieux jumeaux des Enfers. Tout le corps de la prêtresse s'était tendu, jusqu'à ses traits que la présence du juge avait pourtant adoucie.

« A présent que nous avons la preuve que le sanctuaire sous marin c'est bien éveillé, il est certain que nous devrons composer avec eux. »

Avait elle répondu avec un grand calme à son interlocuteur, bien que ce calme ne soit qu'apparent.

« Même si je pense qu'au vue de l'état du spectre du Bénou, nos relations vont être plus que délicates. Heureusement pour nous, nous avons un adversaire commun... Nul doute qu'ils vouent encore une haine sans borne aux saints d'Athéna, à moins qu'ils ne soient frappé d'amnésie... Il suffira de prouver le bon sens d'une alliance et veiller à leur bonne foi. »

Veiller à leur bonne foi pour ne pas se faire doubler sur la ligne d'arriver, ils s'allieraient sans doute plus par nécessité que de bon coeur, après tout, ils convoitaient le même domaine, la même Terre et étaient du même coup, de prime abord, concurrents.

Lorsque Rhadamanthe avait mit le doigt sur les inquiétudes de la prêtresse, celle ci avait dans un premier temps baissé les yeux, puis revenant sur la question d'une collaboration avec les divinités en sommeil à Elysion, elle avait répondu, tendue.

« Malheureusement, toute collaboration avec Thanathos et Hypnos me semble compromise. »

A mesure que ces mots s'échappaient de ses lèvres, la jeune femme réalisait le poids de ses erreurs et ce qui jusque là lui paraissait être des certitudes, s'effritaient peu à peu.

«  Pour le bien de notre Seigneur, j'ai du séparer le Dieu du sommeil éternel d'un être qui lui était cher, j'ai agit pendant que celui ci avait regagné Elysion. S'il venait à l'apprendre... »

Ses mâchoires s'étaient serrées, elle revoyait le jour où elle avait glissé autours du cou de Sarah son lourd collier, la privant de tous ses pouvoirs. « Juste pour le bien de son Seigneur » mais cette raison avait perdu toute contenance.

« Nous devrons nous passer de leur aide, ce que j'ai fait n'est pas pardonnable... Il nous faudra trouver d'autres appuies. Le juge du Griffon devrait bientôt rentrer du sanctuaire sous marin, lui seul pourra nous expliquer ce qu'il c'est produit là bas. Nous verrons alors. » 

avait elle fini par ajouté, pour s'éloigner un peu plus de cette inquiétude qui s'était ravivée, des pensées auxquelles elle espérait ne plus être confrontée et qui mettait l'avenir des Enfers en péril.

Sur la table, il y avait de posé la main du juge de la Wyvern, cette main secourable qu'il lui avait tendu pour l'aider à se relever, avec une étonnante prudence, la prêtresse avait approché ses doigts des siens, jusqu'à ce que la douce chaleur de l'enveloppe humaine ne devienne une etreinte réconfortante et apaisante.

« Pourrais je compter sur ta présence lors du rapport de ton confrère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Rhadamanthe
RIP

RIP
avatar

Lion
Nombre de messages : 451
Age : 24
02/07/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Allégeance   Mar 9 Aoû - 14:09

Le juge des enfers avait écouté sans broncher le flot de parole qui filtrait des douces lèvres de sa belle. Il avait tiqué sur plusieurs sujets assez importants, si bien qu’il ne se laissa pas emporter par les méandres de son idylle avec Pandore lorsqu’elle s’empara de sa main. Ce n’est pas l’envie qui en manquait. Il était révolté, et dans l’incompréhension la plus totale. Il est vrai que cette histoire, du peu que la prêtresse avait racontée, le troublait tant tout semblait noir … Un être cher ? Pour un dieu ? Il ne pouvait s’agir que de Thanatos, son frère jumeau. Un dieu n’en a que faire des autres entités humaines, hormis les juges et la belle prêtresse. Enfin, c’est comme ça que le juge voyait les choses. Mais ça ne semblait pas être le cas.

« - Qu’il apprenne votre action, qui m’est inconnue, ou pas, ne change strictement rien à la donne. Serais-je en train d’entendre parler de conflits internes ? Concernant nos divinités, qui plus est ? C’est révoltant. Nous sommes tous sous le joug de la même personne. Peu importe qui a voler le pain du voisin, si vous voyez la métaphore. Je me fiche de ce qu’il s’est passé, les Dieux jumeaux œuvreront pour le bien des Enfers. Et s’il y a des réticences, je m’en occuperais personnellement. Même si cela revient à avoir affaire avec un Dieu. Mais cela le rendrait de toute manière, renégat. Il n’a pas d’ordre à me donner, et j’accomplis directement la volonté de mon maître. Si Hypnos ou Thanatos s’opposent à la volonté des enfers, j’en ferais mon affaire. Et je les emporterais dans la mort. Cependant, je ne peux décemment pas croire qu’une divinité spectrale ne puisse vouloir servir nos intérêts ! »

Il tapa du poing, colérique. En effet la nouvelle, plus qu’abrupte l’avait fait sortir de ses gongs. Cependant il porta son regard quelques instants sur Pandore et cette colère s’évanouit alors dans l’air, laissant place à un homme doux comme un agneau, au ton mielleux.

« - Peu importe l’action qui vous met dans l’embarras, mon bras protecteur sera toujours de votre côté. Et je n’ai même pas besoin de savoir qu’il en retourne. »

Prouvant une nouvelle fois sa loyauté aveugle envers la belle prêtresse, il était satisfait. Cette fois un peu plus calmé, il croisa les jambes, posant une main sous son menton éclatant de virilité, l’heure était à la parlote, et il en avait des choses à dire.

« - Le Bénou aurait-il fait une escapade en solitaire contre de potentiel alliés ? Je constate qu’il faut une face autoritaire présente sur le terrain, pour mettre les choses aux clairs. Je m’occuperais de lui et de sa fougue dès lors que je le croiserais. Bien que je n’en aie pas envie pour l’instant, je pourrais l’exécuter sur le champs. »

Son ton trahissait une certaine nervosité, d’autant plus qu’il serrait les dents comme pour contenir sa haine, entièrement dirigé sur les problèmes internes et les cavaliers seuls qui nuisaient à la stabilité des Enfers et leur victoire qui lui semblait dès lors quasi assurée.

« - Minos a trouvé un incarnât ? J’espère qu’il lui sied tout aussi bien que le mien. Concernant l’alliance avec le royaume sous-marin, leur intérêt est déjà tout trouvé, c’est le même que le nôtre ; retirer le monopole de la planète aux saints et Asgardiens, ces insectes avares et idiot. De plus il subsiste le doute d’une trahison, à laquelle ne nous relèverions pas. Mais je ne me fais pas de soucis, nous marchanderons une certaine bonne foi. En attendant … »

Il laissa sa phrase en suspens tout en reprenant la main de Pandore qu’il avait lâché quelques instants auparavant sous la colère, alors qu’il faisait glisser son pouce sur la peau d’albâtre de sa beauté à conquérir.

« - Je serais évidemment présent pour mon confrère … Et pour vous, avant tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Allégeance   Lun 15 Aoû - 2:00

« Je ne peux qu'espérer qu'Hypnos saura comme tu le dis voir où sont nos intérêts, ceux des Enfers qu'il sert, ceux de son seigneur... »

Mais Pandore ne pouvait faire qu'espérer, ou tout du moins prier pour que ceci ne soit pas juste une promesse d'apparence et que le même couteau que pourrait porter à leur encontre les membres du sanctuaire sous marin ne vienne s'abattre traitement entre leurs omoplates. Des luttes intestines, oui, c'est ce à quoi il faudrait s'attendre mais si celles ci n'étaient pas ouvertement déclarer, il y avait fort à parier que celles ci se dérouleraient dans l'ombre.

Voilà pourquoi la prêtresse était bien heureuse de pouvoir compter sur un être tel que Rhadamanthe, et qu'elle chercherait du secoure, du soutien qu'importe l'endroit où elle pourrait le trouver. L'instant de colère qui avait résulté de ses paroles lui avait rappeler de quoi était capable le juge par pur dévotion envers elle et envers son dieu... Une dévotion qui faisait craindre à la jeune femme une perte inutile, un tel leader, un tel combattant, tomber pour si peu... Une moue était apparut sur son visage d'albâtre, moue qui s'effaça lorsque le juge s'était calmé, il ne ferait rien d'inconsidéré, rien sans un ordre de sa part, à elle de trouver le moyen d'éviter un drame.

« Je n'ai jamais douté de toi, ou de ton bras, je suis heureuse de savoir qu'aujourd'hui encore j'ai ton appuie, qu'importe l'ennemi. »

La tension était maintenant passée, la colère retombée dans la salle d'Audience à l'abri des regards inquisiteurs et qu'importe l'expression que le juge arborait son charisme lui était toujours aussi flamboyant et Pandore aimait à se laisser happer par cette aura fulgurante.

« Non Kagaho n'est pas partit en solitaire, je ne suis même pas certaine qu'il ai lancé la première attaque, je pensais seulement que s'il était le reflet de notre nouvelle entente avec le sanctuaire sous marin, les pourparlers seraient tendus. »

Elle eut comme un soupir, baissa les yeux quelques instants, l'image du Benou qu'on lui avait décrite avant qu'il ne soit conduit dans ses appartements lui apparut brièvement et cela l'avait quelque peu peiné.

« Tu dois savoir Rhadamanthe que les agissements du Benou ne seront jamais que pour le bien de notre seigneur. Ses manières sont sans doute à reprendre, mais je ne pense pas qu'un face à face fratricide n'arrange quoi que ce soit à la situation. Il faudrait parvenir à l'atteindre en usant d'autres armes qu'un poing en plein visage... »

Son doigt jouait à nouveau avec les rondeurs de sa coupe.

« Des charmes qui pour l'instant semblent bien loin de ses pensées mais cela devrait changer sous peu... »

Soudainement, elle stoppa son manège et plongea son regard dans celui de son interlocuteur.

« Je pense que certaine de nos spectres pourraient faire passer le message plus en douceur et garder la main sa fougue. Et s'il est vrai que tu ne manques pas de charme mon cher, je ne pense pas qu'une telle mission soit à vos gouts respectifs. »

Les choses iraient en s'arrangeant et le genre de scène ouverte que lui avait fait le Bénou la veille ne serait plus qu'un lointain souvenir.

« Oui Minos a trouver un incarnat. Mais il semble que son âme humaine est encore trop bien présente pour qu'il ne puisse avoir accès à ses souvenirs. »

Oui, Minos et Asclépios, deux êtres qui étaient venus grossir leur rang, deux puissances qu'il faudrait sans doute garder à l'oeil quelque temps histoire de s'assurer de leur fidélité. Sa coupe se porta à ses lèvres, et les dernières gouttes de vin disparurent.

« C'est certain que notre intérêt avec le sanctuaire sous marin est plus que commun, la haine qu'ils vouent aux saints d'Athéna est un avantage certain qui pèsera lourdement dans la balance... Au moins nous savons que tout risque de coups bas n'est pas à exclure. Nous tacherons d'ouvrir l'oeil. »

Avec douceur et éclat, le juge de la Wyvern s'était de nouveau emparé de la main de son interlocutrice, murmurant ses mots avec une dévotion sans égale, un ton délicieux. La prêtresse avait plongé sans retenu son regard dans le sien, se délectant de cette simple étreinte et de ce simple regard.

« Je me réjouis que nous ayons le même point de vue sur toute cette histoire... Et que nous aspirions aux mêmes résultats. »

Son coeur battait fort dans sa poitrine sous l'effet de ce rapprochement presque fou.

« Les Enfers attendent un juge charismatique qui saura les rappeler à leur devoir, peut être ai je été trop douce avec certain, mais je sais que tu sauras poser un oeil neuf sur tout ceci. »

La douceur de sa caresse avait apaisé ses inquiétudes, adoucie ses pensées.

« Je prédis un avenir glorieux pour notre royaume... Un avenir qui effacera la souillure de la venue de ces saints dans le domaine de notre seigneur. »

Le souffle court de la prêtresse échouait à présent sur cette main qui tenait la sienne, proche, si proche du juge providentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Rhadamanthe
RIP

RIP
avatar

Lion
Nombre de messages : 451
Age : 24
02/07/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Allégeance   Lun 22 Aoû - 12:31

L’entretien gagnait en longueur et en … charme, tendresse. Au grand plaisir non dissimulé de l’imposant juge qui profitait de chaque instant passé avec la prêtresse, et cela malgré une discussion qui tournait autour d’un sujet barbant mais Ô combien nécessaire à la survie de la race spectrale. C’est ainsi qu’il l’écouta déblayer le terrain sur les principaux sujets brulants concernant les enfers. Rhadamanthe l’écouta patiemment, ayant hâte de partager son savoir et son expérience du combat, vieille de plusieurs siècles, si ce n’est millénaire. Il n’avait pas aucune notion du temps. Une fois le temps de parole de sa belle interlocutrice écoulé, il laissa un moment de silence.

Trop d’informations d’un coup lui donnait à réfléchir avant de ressortir un discours enflammé dont il en avait le secret. Surtout que ce qu’il comprenait était difficile à assimilé. La belle, l’intouchable prêtresse faisait du charme au Bénou pour calmer ses ardeurs ? Dans toute sa vie spectrale, il n’avait jamais entendu pareil absurdité. Et elle était bien longue, pourtant ! Et cela s’étendait à plusieurs spectres de sexes opposés ? C’est une armée ici, pas un club d’orgie privée ! Rhadamanthe failli s’étouffer de colère, il bouillonnait, mais tenta de rester maître de lui-même.
En plus de cela, son fidèle ami Minos avait fait la même erreur que lui, trouvant un misérable incarnat ? En voilà une bien triste nouvelle. Si ses capacités au front s’en voyaient autant affectées que celle de Rhadamanthe, nul doute que la Wyvern exécutera le Griffon sur le champ pour éviter ce spectacle lamentable. C’est ce qu’il aurait souhaité qu’on lui fasse, mais personne n’en a eu le cran, bande d’incapable.

« - Je n’ai pas très bien saisi … Le Bénou a besoin d’être … amadoué ? Je connais sa nature colérique, mais C’EST MOI LE PATRON. S’il n’est pas capable d’obéir à son maître, il nous causera plus de problème qu’autre chose. Vous n’avez pas à user de vos charmes, gardez les sous clés. Je veux un entretien avec le Bénou, si je le juge inapte à notre armée, je le tuerai. Non, je ne ferais pas que détruire son incarnat. Je me débrouillerai pour sceller son âme spectrale. En moi si il le faut. Il a tout intérêt à suivre MES ordres. »

Malgré son envie de paraître calme envers la belle prêtresse, c’était plus fort que lui, il s’emportait dans des divagations et des solutions beaucoup trop drastiques, n’en déplaise à certains.

« - Minos … Minos … J’espère qu’il n’a pas trouvé un minable comme ce Théandras ! Bon dieu, c’est vraiment difficile d’avoir des hôtes de choix de nos jours … Mais j’ai eu une sacrée chance ! »

Il accompagna sa parole en cognant du poing son armure, tout fier de sa puissance d’antan retrouvée ; le fils de Zeus ne sera plus jamais une proie aussi facile qu’elle le fut auparavant, et ses adversaires le découvriront à leurs dépens.

« - Quant à Hypnos, il a je pense toute l’intelligence pour se plier à la volonté d’Hadès. Je n’avais encore jamais entendu parler d’un Dieu trahissant les siens, un comble ! Si cela devait arriver, ce serait une première pour moi. Je ne préfère même pas y penser, ça me révolte ! »

Prenant une profonde inspiration, il tenta de se calmer, il voulait se justifier sur l’intrusion des saints dans leur camp, ceux-là même qui avaient bafoué ce lieu sacré qu’est l’enfers.

« - Ce qui s’est passé n’est l’œuvre que d’une suite de chance incroyable et de ces cinq saints bénis par Athéna depuis leur plus tendre enfance. Les saints d’or étaient assez coriaces aussi. Mais face à cette génération, nous avons toutes nos chances. Effectivement ; premièrement il ne me semble pas qu’Athéna se soit manifestée depuis un bout de temps. A quelle entité obéissent-ils, alors ? Un papy en habit de carnaval qui leur donne des ordres à la volée ? Ridicule, même les saints s’en rendent compte, certains préfèrent même nous rejoindre. A se tordre de rire, sérieusement. Deuxièmement, il semblerait que la protection qu’Athéna a offerte à ses saints ait faiblit avec le temps, je me trompe ? »


Terminant sa tirade par un sourire ravageur, il s’étira élégamment avant de fixer de toute son attention la prêtresse.

« - Nous allons nous étendre en discussion encore longtemps, ma belle dame ? »
Revenir en haut Aller en bas
Pandore
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 108
04/03/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: Allégeance   Ven 9 Sep - 5:49

[HRP: Désolée du retard, la reprise a été un peu compliquée...]

A peine avait il eut terminé son discours sur ce qu'il comptait faire du Bénou, que la grande prêtresse était partit dans un grand éclat de rire, amusée et réellement surprise par l'interprétation qu'avait fait Rhadamanthe des intentions qu'elle lui avait confié. Un éclat de rire qui lui aurait presque fait monter les larmes aux yeux si bien sure elle n'avait pas été prêtresse puis Pandore reprit son calme, elle avait regagné le dossier de son fauteuil, détaillant d'un regard mi amusé mi consterné le juge qui se tenait devant elle.

« Allons tu n'as quand même pas envisagé que je sois ce genre de femme. »

Elle, la grande prêtresse faisant ouvertement du charme à ses soldats, pensait il vraiment que le rapprochement qui l'avait conduit à l'étreindre n'était qu'un petit numéro qu'elle dispensait à loisir au premier venu... Peut être était elle allée trop loin, trop vite, trop tôt.
Tant pis, cela lui apprendrait...

Rhadamanthe, lui avait déjà poursuivit son discours, parlant de Minos et de son incarnat, c'est vrai qu'il était difficile de trouver dans cette humanité individualiste un hôte près à tout pour un dieu oublié depuis fort longtemps. Minos n'avait pas mal choisit son incarnat disons plutôt que Pandore espérait qu'il serait à la hauteur, différemment de Théandras, lui était beaucoup plus mature, beaucoup plus apte à supporter le poids des responsabilités qui allait couvrir ses épaules.

Un nouveau regard à son cher juge, détaillant cette fierté qui faisait de lui un grand guerrier, son charisme qui pinçait presque le coeur de Pandore. Et ce qu'il pensait de ce nouveau corps, la prêtresse ne pouvait qu'acquiescer.
C'est alors qu'au plus profond des Enfers une présence émergea, un long frisson glacé remonta lentement du creux de ses reins jusqu'à sa nuque.

« Nous verrons biens le choix fait par Hypnos... »

Inutile de tergiverser plus longtemps sur des faits sur lesquels ils n'avaient pas d'emprise, la seule chose sur laquelle pour l'heure ils devaient se concentrer c'était bien les accords avec le sanctuaire sous marin. Ils devaient prendre connaissance des évènements survenus là bas et aviser du meilleur moyen de vendre leur alliance.

« Tu as raison, le sanctuaire d'Athéna semble au plus bas. Et si Athéna ou son représentant peuvent d'eux même signer leur arrêt de mort, nous n'allons pas nous priver du spectacle, quitte à leur fournir un bourreau. Le réel problème reste effectivement Asgard mais avec le sanctuaire sous marin, nous aurions moyen de les occuper. »

La présence du seigneur de la mort violente se faisait de plus en plus pressante, pire encore, elle était à présent apparut dans le palais de Giudecca, là ou le seigneur Hadès dormait.
Rhadamanthe et son charme dévastateur avaient raison, il était temps de cesser les longs discours, peut être pas pour faire ce qu'espérait le juge, mais bien d'autres épreuves attendaient encore Pandore.

Se redressant sur son fauteuil, la ténébreuse prêtresse avait rendu à son interlocuteur la grâce d'un sourire, puis se penchant en avant ajouta.

« Nous en avons terminé avec ces discours fastidieux, demain nous nous entretiendrons avec Minos. Pour l'heure tu peux agir selon ton grès. Une chose toute fois, Kagaho possède la confiance entière de notre Seigneur, tu ferais donc mieux d'oublier tes projets. »

La prêtresse se leva, autours d'elle l'écrin de cosmos s'était dissipé, un dernier sourire au juge avant qu'elle ne s'approche de l'entrée du puits qu'elle avait ouvert d'un geste de la main. Avant de pénétrer en Enfers, la belle dame se stoppa toutefois, puis sans se retourner ajouta à l'intention de Rhadamanthe avec une fermeté qui lui avait été étrangère tout au long de leur discussion.

« Rhadamanthe... N'oublie pas une chose, je suis la patronne. »

Et sa silhouette avait disparut, ses derniers mots égrainés comme pour leur donner plus de sens.

* * * *

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Rhadamanthe
RIP

RIP
avatar

Lion
Nombre de messages : 451
Age : 24
02/07/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Allégeance   Lun 26 Sep - 21:39

[ HRP : Petit post de transition ]

La suite de la discussion ne dura pas plus longtemps. Après tout, ils avaient rapidement fait le tour tous les deux concernant tous les problèmes qu’ils pouvaient rencontrer. Et lui comme elles n’étaient pas du genre à parler de la pluie et du beau temps ensemble, une fois que c’est fini, on arrête. Et c’est exactement ce qui se passa lorsqu’elle le quitta sèchement, en lui rappelant d’une simple phrase sa supériorité hiérarchique.

Mais Pandore, patronne ou pas, il n’en restait pas moins le chef de file des enfers, un exemple à suivre et un général superbe qui pouvait faire face à toutes les épreuves. Il était l’homme de toute situation, le plus fort de tous, le bras armé d’Hadès. Un monstre de puissance, de dévotion et de charisme. Certain de ses nouvelles qualités, il savait néanmoins que tout ceci n’était que bancale, pour le moment.

Tous simplement parce qu’il n’avait même pas pris la peine de se reposer depuis son entrée dans ce corps et comme l’avait précédemment souligné la sombre prêtresse, il avait besoin de repos, surtout pas se surmener. S’il en faisait trop, ce corps ne tiendra pas. Et adieu Rhadamanthe, roi des spectres. Il se leva difficilement du fauteuil confortable que lui avait offert la belle, et il roula des mécaniques pour faire taire ses muscles endoloris.

Du repos, c’est tout ce qu’il lui fallait. Où trouverait-il la tranquillité et le calme ? Dans son temple dédié en son honneur.


****

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allégeance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allégeance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Les Enfers. :: Château.-
Sauter vers: