Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Valse des souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Valse des souvenirs    Dim 31 Oct - 22:46

[HRP : ce rp fait suite au combat de tournoi entre Calia du Vampire et Asclépios du Scorpion. Calia Vs Asclépios. Il lèvera une partie de l'ombre entourant l'histoire du Saint du Scorpion de cette nouvelle génération de saints ainsi que celle de Calia, l'Etoile des Ténèbres]

Nuit touchant à sa fin, nuit pleine de cris,

cris de souffrance et cris de joie se succédant avant qu'enfin le bonheur n'emporte le tout...

Au loin, les étoiles pâlissaient tandis que le ciel se faisait moins sombre, se parant de somptueux dégradés de bleus intenses puis plus pâle auquel finirait bientôt par se joindre les rayons du levant. Et qu'enfin de l'Est lointain, Hélios n'entame enfin sa course en un rituel immuable. Tel qu'il l'avait fait le jour de son premier éveil au monde des morts-vivants, tel qu'il ferait en cette journée unique.

Une cloche se mit alors à sonner dans la brume encore teintée de grisailles. Des perles de rosées s'amoncellaient en une timide rivière scintillante... Si éphémère... Si belle...
Destinée à disparaître sous les caresses du bienveillant Hélios.

Puis, soudain, le chant de la vaillante dame de métal s'éteignit en un effondrement brutal et définitif, faisant se lever des volutes de poussières qui aussitôt retombèrent sur sol.

Ainsi cette triste église perdue dans les confins de l'Europe vivait-elle ses derniers secodnes. L'effondrement du clocher n'en était jamais que le point de départ. Puisque telle était la volonté du maître d'oeuvre en habit d'or tandis qu'il s'éloignait de quelques pas de l'édifice vacillant, serrant contre son coeur, une jeune femme rousse blottie sous la protection de sa cape. Une mystérieuse femme au teint encore grisâtre de souffrance mais à l'éclatante chevelure de feu.

Le magnifique gold saint lui témoignait tant d'attentions, de soins, à cette frêle vampire qu'il avait enveloppée avec tendresse de sa cape, espérant ainsi la soustraire aux cruels rayons du soleil.

Car maintenant que celui-ci menaçait de poindre à l'horizon, il leur fallait partir. Quitter définitivement les lieux de leurs incroyables retrouvailles.

Ainsi Calia la Vampire, Calia la Sanglante, Calia aux ailes brûlées par les flammes d'un fils du soleil avait-elle accepté la main de ce jeune homme qu'elle ne pouvait quitter du regard. Son visage s'était fait si doux, le visage tendre d'une mère tandis que ses sublimes yeux de rubis quoiqu'encore blessés brillaient d'une joie intense...

Celle d'avoir enfin rencontré son fils...

- Asclépios... Avant que nous ne quittions ces lieux... Laisse-moi te regarder... s'il te plaît, laisse-moi te contempler, mon enfant... Mon fils

Ainsi tous deux étaient restés côte à côte avant que le Scorpion d'or soutenant toujours sa mère ne porte un ultime coup à ce lieu qu'il affectionnait tant alors que Calia ressentait son étreinte se refermer sur elle. En un geste protecteur rempli de tendresse et d'affection...

C'était pour elle qu'il avait fait cela, pour la sauvegarder...

- N'aie crainte, mon fils...

Gilssa-t-elle avec douceur à son oreille en se reposant légèrement contre lui.

- Même si le soleil me brûle, il en faudra plus que ça pour t'éloigner de nouveau de moi. Héra, elle-même, ne peut désormais plus rien contre nous...

Elle n'en a plus le pouvoir... Pan, mon merveilleux du Flamboyant... Et toi, mon amour... Si d'Elysion, tu pouvais voir notre fils, si fort et si parfait...

Une ombre de tristesse traversa le regard de Calia mais elle la chassa très vite. Il était encore trop tôt pour lui en parler et Asclépios avait raison, il fallait que tout deux quittent les lieux. Aussi, caressa-t-elle avec tendresse sa joue avant d'achever de sa merveilleuse voix chantante

- Mais tu as raison, il nous faut partir... Sinon, d'autres âmes dormiront en Enfers.

Sa nature vampirique, son côté sombre et damné, cela lui faisait mal mais il fallait bien qu'elle la lui rappelle... Enfin, plus tard.

- Bien, Allons-y, je te suivrais où que tu me mènes...

********************

Quelques kilomètres plus loin, les premiers rayons du soleil frappaient de leur éclat l'asphalte de la route toute proche. Les oiseaux se réjouissaient tandis que Calia, elle, ressentait la morsure de la lumière sur sa peau en plein voie de guérison.

Pourtant, elle refusa d'accélérer le pas. Elle ne voulait pas alarmer son fils. Ce n'était jamais que des brûlures, guère que des blessures négligeables au vu de ce qu'elle avait subi en cette nuit. Cet incroyable crépuscule où l'Etoile des Ténèbres avait bien failli s'éteindre sous les coups de son propre fils... Cruelle ironie du destin... Si cruelle...

Avant que celui-ci ne fasse un miracle, réveillant de son propre sang la vie de la Vampire Céleste.

Puis enfin, la main d'Asclépios serra plus fort celle de sa mère qu'il avait ainsi guidée tout le long du chemin sans lui infliger l'humiliation de devoir la porter. La somptueuse guerrière était forte, une spectre survivante et non une de ses frêles saintes masquées incapables de se défendre. Juste bonne à servir de bouclier sous le regard indifférent d'une déesse aux coeur décidément bien froid envers la majorité de ses guérriers qui allait jusqu'a priver celles qui la servait de leur féminité. Cruelle Athéna... Cruelle déesse se targant pourtant d'être la plus aimante...

Une autre pression sur sa main alors qu'on la tirait enfin de ses tristes pensées

- Asclé ?

Et un sourire triomphant était apparut sur le visage magnifique du blond Scorpion tandis qu'il désignait à sa mère l'entrée d'un souterrain. Restait plus qu'à laisser au maître-espion le loisir d'ouvrir la porte de leur asile...
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Sam 4 Déc - 10:56

Lorsque les deux silhouettes mêlées sortirent de la majestueuse église, tout autours n'était que silence... La fraicheur de la nuit gaina chacun des muscles du jeune chevalier d'or dont le combat âpre avait laissé ses traces profondes tant dans son corps que dans son âme.
Le chevalier d'or du Scorpion ne sentait qu'une chose, sa respiration, respiration qui s'accordait avec celle de la frêle silhouette qu'il tenait contre son cœur.

Péniblement, l'adrénaline coulant dans ses veines, si douce s'estompa... Les muscles douloureux, il avança pas après pas, vacillant parfois sous l'effort. Dehors, pas un bruit tandis qu'il arrivait dans l'herbe fraiche mais éparse devant l'église, son église, si précieuse...

La nuit venait de s'achever et la rosée laissait sur son visage un film humide et froid, moite et désagréable, mais Asclépios n'y prêta pas attention. Il resserra contre lui le corps épuisé et affaiblie de sa mère... Ce mot avait quelque chose d'étrange lorsqu'il le prononçait, lorsqu'il y pensait seulement.


Mais il n'était pas l'heure du trouble et des questions.

La cloche sonna, alors que des nuages de fumées soufflèrent jusqu'à eux les engloutissant presque. La poussière retomba, comme le clocher l'avait fait en quelques instants dans un vacarme assourdissant, un vacarme qui résonna comme un triste écho dans le cœur du Scorpion. Un écho qui s'était éteint tandis qu'une nouvelle inquiétude l'assaillait.

Car il l'avait vu le soleil poindre à l'horizon comme jamais auparavant cela lui était arrivé... L'inquiétude pu se lire dans son regard même si rien ne transparaissait sur ses traits altiers, il plongea ses yeux dans ceux de cette mère dont il ne connaissait rien. S'apprêtant à parler, avant que sa propre voix mélodieuse le fasse malgré l'état dans lequel elle était...

A ces mots le Scorpion ne sut quoi répondre, la situation lui était étrangère, et le trouble que ces révélations avaient engendré laissait encore son esprit dans un désagréable flottement auquel il ne parvenait pas encore à échapper.
Restant une seconde silencieux, il se rappela de ce soleil qui se levait, de ces lumières qui dans les chaumières s'étaient allumées. La situation lui rappelait un peu celle de la chasse aux sorcières, il s'attendait à ce que sorte de chez eux la foule en colère chassant la terrible vampire et son fils...

Son cosmos brilla subitement, il ne pouvait laisser derrière lui autant de preuve, d'indice, sa chère église devait s'effondrer sans plus attendre. La déflagration de cosmos fut nette et précise... Ce qu'il était encore quelque temps avant ce trouble, pragmatique, net et précis.


« Mère, tu auras tout le loisir de regarder mon visage... Mais il nous faut partir, dès à présent... Je n'ai peur ni d'Hélios ni d'Héra et quiconque se dressera sur notre chemin n'en sortira pas indemne... »

Son regard se fit plus dur... Il caressa le visage fin de sa mère du bout des doigts malgré tout ce qu'elle avait subit, un éclair de tendresse brilla dans ses yeux. Lorsqu'elle évoqua les Enfers, il ne l'écouta pas car déjà au loin on pouvait entendre les gyrophares des pompiers qui arrivaient.

Sa mère marchant à ses côtés, tant bien que mal, le regard d'Asclépios était fixé, droit devant lui, prêt à atteindre au plus vite le but qu'il s'était fixé... Et malgré sa volonté d'aller au plus vite, il savait qu'il ne pouvait pas brusquer sa mère...
La seule chose qu'il pouvait faire s'était encore l'encourager en serrant un peu plus fort sa main dans la sienne. Il aurait pu la porter, mais il le savait au fond, jamais, elle ne l'aurait accepté, non sa mère n'était pas de ce genre là...
Ils n'étaient plus très loin, mais à chaque instant, le soleil semblait se faire plus fort, plus chaud, plus brulant... Ils s'étaient éloignés des zones d'habitations...


Loin des hommes et de leur fureur...

Et Asclépios serra les dents pensant à ce que sa mère devait endurer en silence... Jusqu'à ce qu'enfin un soupir passa ses lèvres, que son visage s'illumina radieux comme le gold saint qu'il était. Il serra la main de la vampire, un peu fort, un peu brusquement, mais il était là... Le souterrain, le refuge.

L'entrée se trouvait au beau milieu d'une zone désaffectée, des morceaux de bâtiments, des murs, des vestiges abandonnés derrière ceux qui travaillaient là, une ancienne source de minerai... Par ci, par là des herbes avaient poussé, recouvrant les ancien rails au sol. Un peu à l'écart de l'entrée principale, il y avait une porte d'un vieux bois, aux gonds rouillés. Ascéplios serra un peu plus sa mère contre lui et poussa la porte qui pivota dans un grincement immonde. Tous deux, ils pénétrèrent dans le boyau sous la montagne.

Dès les premiers pas, une odeur douçâtre de moisis emplit les poumons d'Asclépios, rien de désagréable contrairement à ce que tous auraient pu penser. Tout ici sentait le renfermé, l'humidité...


« Viens... Ne t'inquiète de rien... Ici, nous serrons en sécurité. »

Plusieurs mètres plus loin, le tunnel resserré s'élargit, l'air était plus pur alimenté par un conduit, dans un coin, un lit, il s'avança jusque là et laissa Calia s'asseoir... Soulagé d'avoir touché à son but.

Le plafond était assez bas, mais suffisamment haut pour pouvoir circuler debout, il y avait un lit, une sorte de placard dans lequel le scorpion avait entreposé des vivres et des soins de première nécessité, près de l'entrée par laquelle ils avaient accédés à cette pièce se trouvait une petite source pure et fraiche. Le confort et la sécurité...
Pour la première fois depuis leur départ, il se permit de poser son regard sur sa mère, sur ses blessures, ses traits se firent plus grave et son eclat de chevalier d'or s'assombrit. Il s'agenouilla devant elle, elle qui était toujours recouverte de sa cape.


« Allonges toi s'il te plait. »

Et d'un geste de la main, il l'invita à s'allonger, le regard mi suppliant, mi impérieux. Avant d'ajouter.

« De quoi as tu besoin ? Pour te soigner, pour guérir ? Que puis je faire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Lun 20 Déc - 1:32

Hélios entamait son ascension, illuminant le sol et les pierres.

Et Calia ne pouvait s'empêcher de sourire en sentant la main d'Asclépios se resserrer sur la sienne. A ce contact dur et cerclé de métal, elle ressongea à son récent combat contre lui. A chaque blessure qui'l lui avait infligée. A l'art avec lequel il l'avait martyrisée. Sa façon de l'humilier avant de la brûler à la cire de blanches chandelles...

Non pas que la rousse Vampire soit masochiste, non loin de là, mais ce comportement ne pouvait que plaire aux autres spectres, son autre famille. Et cela la remplissait de fierté. Digne de son père mais aussi d'elle, la belle chasseresse des Enfers. Asclépios n'était pas qu'un magnifique chevalier d'Athéna, il renfermait aussi sa part de ténèbres, froide, cruelle et sans pitié... Digne de la spectre qu'elle était et surtout de son sombre monarque...

Asclépios qui lui ressemblait tant... Ainsi qu'à son père dont il avait hérité cette sublime toison d'or. Son regard se fit si doux lorsqu'elle le sentit la prendre contre lui en un geste viril et autoritaire. Ce qu'elle le chérissait cet enfant qu'elle croyait perdu... Ce fils qu'Héra avait voulu lui arracher avec tant de rage... Les dieux étaient tous cruels... Elle bien plus que d'autres était bien placée pour le savoir...

Pourquoi donc s'acharner sur le seul Hadès ? Athéna n'avait-elle pas elle-même son lot de victimes sacrifiées à sa gloire ? Hadès éveillait ses spectres dans un seul corps, Athéna faisait périr des dizaines d'enfants pour fabriquer un seul saint...

Enfin, cela ne concernait que les dieux, elle, elle restait dévouée à son seigneur...

La poigne d'Asclépios se resserra autour de son corps blessé. Un nouvel espoir et une immense satisfation l'envahirent lorsqu'elle ressentit quelle force de la nature son fils était devenu...

Mon amour... Si tu pouvais le voir, il te ressemble tant tu sais... Il te remplirait d'autant de fierté que moi...

Elle étouffa une nouvelle plainte lorsque le scorpion la serra davantage avant de les faire entrer tous deux dans un étroit boyau. Le passage, très adroitement dissimulé, se situait entre les roches et les végétaux.

Elle se laissa ensuite mener avec une bien étonnante docilité. Dans cette pénombre, elle se sentait si bien que ses défenses se relâchaient, laissant la fatigue reprendre le pas sur sa volonté. Un tas d'odeurs titillait ses sens surdéveloppés. Son regard scrutait chaque détail dans l'ombre, attiré de temps à autre par des éclats dans la roche brute. Puis, il y avait le chant de l'eau... Une source pure et cristalline.

Puis, enfin, le Scorpion atteignit son but, une zone plus vaste avec un lit et de quoi se soigner et se nettoyer.

Elle le laissa la commander encore un peu avant de s'allonger sur le lit. Une certaine gêne s'installa alors entre eux.

Et la splendide rose plongea son regard dans celui d'Asclépios..

Son état...

Oui, c'était bien cela qui préoccupait le Scorpion.

Elle ôta alors la cape avant que ce qu'il restait de son surplis ne la quitte, la laissant avec ses seuls sous-vêtements souillées de sang. Son propre sang qu'Asclépios avait si abondemment fait couler. Les traces de brûlure et des Scarlet Needle étaient encore visibles sur son corps à la beauté parfaite. Elle lui prit alors la main avant de lui sourire tendrement.

- Asclépios, tu n'as fait que ton devoir et puis, si tu savais ce que je suis fière de toi et de ce que tu es devenu. Ne sois donc ni gêné ni triste de ce que tes yeux et montrent. A moins...

Et elle baissa la tête attristée.

- A moins que tu n'aies honte de moi.

Elle l'entendit alors lui demander ce dont elle avait besoin...

- Asclépios, mon fils... Le jour s'est levé. Que font les vampires le jour...

Un sourire amusé malgré sa souffrance.

- Laisse-moi juste un peu de temps pour me nettoyer et trouver de quoi remplacer ce qu'il me reste de vêtements. Pour ma guérison, je...

Là, elle hésita. Elle savait parfaitement ce qu'il lui fallait mais son fils lui accepterait-il cette idée ?

- Je n'ai besoin que de repos et de quoi reprendre des forces... Et il n'y a qu'un seul moyen... Du sang... Il me faut du sang frais et puissant...

Et avant que le Scorpion ne puisse répondre, elle fit non de la tête.

- Mais certainement pas le tien, mon petit. Non, jamais, je ne me nourrirais de toi... Mon enfant.

Et tendant une main gelée vers le beau visage d'Asclépios, elle caressa sa joue avec tendresse.
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Ven 31 Déc - 3:54

Asclépios avait quitté sa mère afin de partir en quête de ce don elle avait besoin... Le sang d'un utilisateur de cosmos... Le sang d'un saint, si au début Asclépios avait eut des scrupules à infliger pareille souffrance à un semblable, que pouvait il faire d'autre ?

Une vie contre une vie, la justice... Qu'était elle au juste ? Un tissus de mensonge... Son père était mort pour elle, sa mère avait du fuir avec lui dans ses bras avant de devoir l'abandonner auprès de la famille de son époux... Elle n'avait pensée qu'à lui, qu'à sa sécurité tandis qu'elle avait attiré les foudres des saints contre elle.

Asclépios avait bien lu une histoire semblable dans les notes de son prédécesseur mais de là à imaginer une seule seconde qu'il s'agissait de sa propre histoire, le maitre espion actuel du sanctuaire en était très loin.

Asclépios fronça alors les sourcils tandis qu'il errait dans les rues d'une ville toute proche de leur repère... C'est alors qu'un chevalier de bronze du télescope tout récemment promu fit son apparition... Son regard croisa celui d'Asclépios et le reconnut immédiatement. L'homme s'immobilisa alors... Asclépios était le chevalier d'or qui avait disparut quelque jour plus tôt.


« Eh... Vous là... Vous êtes bien le Seigneur Asclépios du Scorpion, je me trompe ? »

Asclépios fronça le regard avant de toiser du regard le jeune homme qui poursuivit.

« Oui, c'est bien vous... Le sanctuaire a été attaqué par un spectre... Ces chiens passent à l'attaque ! »

Asclépios serra les dents alors... Et dire qu'il avait eut des scrupules à faire cela à un chevalier d'Athéna... En voilà bien un à qui il apprendrait bien volontiers à tenir sa langue et à mesurer ses propos aussi le maitre espion qui avait laissé son armure auprès de sa mère, fit un sourire cynique peut engageant avant de murmurer pour lui.

« A croire que les dieux sont en accord avec se que je vais faire... Un homme tel que lui, qui ne respecte rien même pas sa propre condition apparemment. Un homme tel que lui ne mérite pas la mort, non il mérite bien pire que cela ! »

Puis son regard s'obscurcit tandis qu'il enflamma son cosmos.

« Je vais t'apprendre deux leçons essentielles. La première étant le respect de tous combattants... Quand à la deuxième... La voici... SCARLET NEEDLE ! »

L'attaque avait été porté à une telle vitesse que le chevalier de bronze n'avait eut aucune chance de pouvoir réagir... Le sang du jeune saint, ce liquide si précieux était en train de se rependre abondamment sur le sol et comme sa mère en avait besoin, il se saisit de la gourde qu'il venait d'emporter avant de la remplir.

L'homme était déjà tout juste à demi conscient aussi Asclépios voulut apporter un avertissement à ce Sanctuaire qui l'avait privé de l'amour d'une mère et de la douceur d'un foyer. Les paroles qui allaient suivre ne faisait qu'apporter plus de crédit à la rumeur de sa trahison.


«  N'aie crainte, ordure... Tu vas vivre... Vivre et adresser un message au Grand Pope ainsi qu'à tes frères d'armes... Asclépios viendra cueillir leur âme avant de livrer leurs restes aux chiens de vos espèces ! »

« Traitre... » Articula avec difficulté le bronze saint.
Avec une lueur de sadisme, particulièrement poussé dans le regard, l'ancien maitre espion plongea son aiguille à nouveau dans les chairs du jeune bronze saint.


« Antarès ! » (utilisé ici afin de stopper l'hémorragie)

Ce n'est qu'après avoir brisé les bras et les jambes de cet homme qu'Asclépios s'en retourna auprès de celle qui lui avait donné la vie afin de lui donner le moyen de guérir. Le sang contenait tant de chose merveilleuse qu'Asclépios ne pouvait à peine imaginer que sa mère assisterait à sa rébellion à l'encontre du sanctuaire.

Quelques courtes secondes plus tard Asclépios pénétrait à nouveau dans le lieu ou Calia la rousse se reposait bien à l'abri des rayons du soleil. Un doux sourire apparut sur le visage du jeune homme tandis qu'il déposa auprès de sa mère le sang de ce maudit chevalier.


« Ce sang n'est pas d'une très grande qualité. » Fit il sur un ton attristé.

« J'aurais préféré t'offrir le sang d'un chevalier d'or, cependant... Un saint est un saint et l'urgence de la situation ne nous permet pas de faire les difficiles ! »

Il eut un sourire fugace avant de finir.

« Athéna, le sanctuaire ainsi que l'humanité m'a volé ma vie... Ils m'ont volés mes parents alors je prendrais leur vie et torturerai ce qu'ils ont de plus cher jusqu'à la fin des temps ! »

Il posa un regard sur son armure d'or, avant d'enflammer son cosmos... Lorsqu'il l'attaqua afin de la détruire, l'armure d'or prit la direction du sanctuaire après avoir été mise grandement à mal ( 40 Pa devrait suffire à rentrer dans le sanctuaire... Désolé Lothar mais une armure à 40 Pa t'attend Razz )

Il se retourna alors en direction de Calia avant d'achever.


« Reprends des forces, ensuite nous emprunterons le réseau de galerie de cette planque... Afin de gagner un ancien monastère... De la, nous monterons un plan pour disparaître. Nous devons disparaître quelques temps, nous faire oublier des hommes du Sanctuaire... Nous frapperons lorsqu'il ne s'y attendrons plus ! »

Il eut un léger rire.

« Ce n'est pas l'intelligence qui étouffe les membres de cet ordre, je faisais figure d'exception là bas... Prendre notre revanche ne sera guère difficile, ils payeront pour leur acte soit en sure mère ! »
Revenir en haut Aller en bas
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Jeu 6 Jan - 4:38

Blessée mais toujours aussi fière que digne, Calia avait suivi du regard Asclépios jusqu'à ce que sa silhouette disparaisse dans l'ombre des couloirs.

Et ce ne fut qu'à cet instant qu'elle baissa les yeux, peinée de le voir repartir aussi vite même si cela ne serait sans doute que le temps d'un bref voyage. Tout juste ce qu'il faudrait que le gold saint accomplisse sa nouvelle quête. Ramener le sang dont la sublime vampire avait tellement besoin pour guérir.

Pourtant, elle avait aussi lu de la tristesse dans ses yeux ou plutôt un voile de culpabilité vis-à-vis de ce qu'il s'apprêtait à faire. Un sentiment que Calia elle-même pouvait bien comprendre au lendemain de ce combat plus qu'éprouvant.

Héra lui avait joué le plus cruel des tours en faisant de son enfant un gold saint dont les coups étaient destinés à se retourner immanquablement contre elle. Et maintenant, cela...

Elle se sentait si coupable envers lui, son enfant. Lui demander de s'en prendre à l'un de ses frères d'armes lui avait coûté mais elle n'avait pas d'autre choix.

Son regard s'était fait si triste dès que son fils avait quitté les lieux.

Pardonne-moi, mon fils, mon ange, à cause de moi, tu vas devoir rompre avec tout ce que faisait ta vie... Je ne voulais que ta sécurité et ton bonheur et j'ai échoué...

Maintenant, tout comme pour moi et les autres spectres, ta vie humaine va d'ici peu s'arrêter même si tu es encore en vie...


Puis, elle sentit son cosmos briller au loin si fort si brûlant. Et Bella réapparut en compagnie de ses innombrables compagnes.

- Viens ma belle, écoute ma voix, pars avec tes soeurs trouver ce qui me conviendra le mieux.

Et elle caressa machinalement la tête soyeuse avant que le petit chiroptère ne reprenne son vol. La journée commençait à peine. Les jolies petites vampires avaient encore toutes les chances de passer inaperçues.

Celles-ci parties, Calia se releva. Et après s'être débarrassée de ce qu'il lui restait de vêtements, elle s'avança complètement nue vers la source coulant à proximité de l'entrée de leur cachette. Sa longue chevelure rousse dénuée ondulant à chaque pas dans son dos.

Puis, enfin parvenue près de la source, elle lava longuement son corps meurtri prenant grand soin de nettoyer chacune des blessures que le Scorpion lui avait infligées. Puis, une fois son corps purifié, elle désinfecta l'ensemble des plaies, appliquant les baumes et pansements adéquats.

Ses soins achevés, elle s'enveloppa alors simplement dans une chaude couverture, attendant que ses compagnes lui ramène quoi se vêtir plus décemment.

Chose qui ne tarda guère, Bella et les autres chiroptères déposant, en un grand ballet d'ailes ambrées, une jolie robe aux tons chaud et sombre ainsi que de nouveaux dessous.

Aussitôt, la belle Vampire rousse se vêtit avant de retourner s'aliter. Ses magnifiques yeux de rubis ne tardèrent pas à se fermer tandis qu'elle sombrait dans un repos plus que mérité...

Elle reposa ainsi de longs moments avant qu'une présence déjà moins flamboyante quoique toujours aussi puissante ne refasse son entrée.

A son approhe, Calia se redressa sur le lit, l'accueillant d'un magnifique sourire sans se lever pour autant. Il fallait aussi dire qu'Asclépios s'était précipité auprès d'elle, l'empêchant de se lever d'un seul regard pourtant très doux.

Il lui tendit alors la gourde, s'excusant presque de la triste saveur que devait avoir le sang d'un bronze. Lui qui aurait tant voulu lui offrir le sang d'un gold saint.

Plus que touchée par de telles paroles, la rousse vampire lui sourit, lui faisant de suite comprendre qu'elle était heureuse de ce présent qu'il lui venait de lui faire. Cela ne devait pas avoir été si facile que cela pour le gold saint de retourner ainsi ses coups contre l'un des subalternes.

Et la belle le remercia une nouvelle fois de sa voix devenue si douce. Celle que le jeune homme avait pu entendre aux premiers instants de sa vie.

- C'est parfait, mon chéri, ne t'en fais pas...

Et elle porta le précieux liquide à ses lèvres le laissant glisser au fond de sa gorge. Ainsi, c'était vrai. La vie de l'un de ces maudits saints avait-elle été presque sacrifiée pour elle qui était une spectre. Une Etoile céleste unique en son genre...

Des images finirent même par lui apparaître. Asclépios ne savait sans doute pas cela tant le secret était bien gardé mais Calia avait le don de communier avec ses victimes. Même lorsque c'était par personne interposée.

Ainsi, la sublime Vampire put-elle lire la mémoire du sang de ce tout jeune saint. Un flot de souvenirs tout récents au coeur desquels un gold saint venait de quitter le sanctuaire avant de se retourner contre l'un des leurs, lui, le saint du téléscope. Et c'était une véritable délivrance pour elle que de voir ces images... Le regard terrifié du bronze s'écroulant aux pieds d'Asclépios, l'implorant presque. Son incrédulité suivie de sa terreur. Ses cris lorsque le Scorpion l'avait frappé de sa Scarlet Needle avant de lui briser un à un les membres.

Quelle loque...

Oui, la plupart des saints n'étaient que des loques et elle pouvait comprendre la déception de son cher enfant de n'avoir que cela à lui offrir mais la mémoire de ce sang suffisait à lui donner une saveur presque " goldienne " car il portait avec lui les ultimes instants d'Asclépios du Scorpion avant que ce merveilleux enfant ne devienne Asclépios le Rebelle...

Asclépios, le Bourreau du Sanctuaire...

Une telle fierté apparut alors dans ses yeux de rubis, les faisant presque flamboyer. Elle était devenue si radieuse surtout lorsque son fils lui fit la joie de confirmer ce qu'elle savait déjà.

Et avant que ses anciens frères d'armes ne viennent compléter la liste de leurs victimes, l'armure d'or du Scorpion fut à son tour immolée sur l'autel de la rébellion et de la vengeance. Et plus important encore aux yeux de la Vampire Céleste, l'autel de leur retrouvailles. Ensemble, la Mère et le Fils feraient sombrer le Sanctuaire au plus profond des Enfers.

Puis, Asclépios reprit la parole, invitant sa mère à reprendre encore quelques forces avant de gagner une autre de ses cachettes. Celle-ci étant loin d'être suffisante pour eux deux.

Calia lui prit alors le bras avant de s'asseoir sur le lit et d'enfin se lever.

- Merci, mon ange, c'était parfait, tu as fait ce qu'il fallait pour me donner tout ce dont j'avais besoin... Si tu le souhaites nous pouvons partir maintenant. Juste le temps pour moi de revêtir mon surplis. Et toi, tu seras aussi digne d'en recevoir un des mains de notre maître.

Et elle lui caressa la joue avant de se tourner vers l'issue que lui désigner asclépios.

- Guide-moi, mène-moi en ce monastère. Nous aurons tout le loisir de nous y reposer... Quant à nous faire oublier...

Il y a tant de lieux qui seraient parfaits mais parmi tous ceux-là, il y en a un que tu dois connaître car il est aussi ton héritage, Asclépios.

Jamais plus, je ne pourrai fouler la terre qui a vu ta naissance, ni la demeure que ton père avait fait batir pour y abriter notre famille. Cette maison où tu as vu le jour et où je t'ai tenu dans mes bras et bercé avec tout mon amour. Celle où j'avais presque trouvé le moyen de guérir le coeur de ton père de par la seule force de mon sang vampirique... Tout comme mon sang t'a protégé contre cette maladie...

Oui, j'aurais pu le sauver mais jamais plus...


La voix de Calia s'étrangla. Reparler de cela la faisait tant de mal. Sa seule consolation était de savoir que le père d'Aslépios ou plutôt son âme reposait à Elysion. La seule âme à avoir protesté contre cela. La seule à avoir voulu rester en Enfers.

Calia sentit alors le regard de son fils se poser sur elle et, ne souhaitant pas aborder cela avec lui maintenant, elle reprit.

- Oui, c'est impossible mais rien ne m'empêche de t'emmener là où moi, j'ai vu le jour. Cette demeure est aussi la tienne et tout ce qu'elle referme te revient de droit. Peut-être même auras-tu un jour la joie de retrouver d'autres membres de notre grande famille.

Et sur ces paroles pleine d'espoir, elle suivit le chemin que déjà Asclépios lui indiquait. Le sang du bronze était bien faible mais au moins, pour cette journée, il lui suffirait. Et puis, qui sait, un monastère devait aussi recéler sa dose de pêcheurs bons pour les Enfers ou du moins en attirer.
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Mar 11 Jan - 2:42

Un sourire, un sourire pour toute réponse... Que pouvait il donc pouvoir faire d'autre... Asclépios était passé du statut de Gold Saint à celui d'ennemi public numéro du Sanctuaire. Mais pourquoi continuerai t-il donc à servir ceux qui lui avait volé l'amour d'un foyer.

Ce père qu'il n'avait jamais connu, avait voué sa vie à Athéna et quel remerciement en avait il récolté ? Aucun... Pire la famille qu'il s'était construite, s'était vu mise en péril par ce sanctuaire qu'il servait... Pourquoi ? Pour le simple fait d'avoir trouvé auprès d'une femme l'amour, de lui avoir donné un enfant, un enfant réunissant deux monde.

Avait elle peur pour la guerre ? Ou bien étais ce une fois de plus les manigances d'un Grand Pope véreux prompt à éliminer ses propres subalternes pour le pouvoir... Toujours est il que Saga des Gémeaux alias Arlès le Grand Pope avait laissé une trace indélébile dans le Sanctuaire de la Déesse de la Guerre.

Le Sanctuaire avait volé sa jeunesse, son enfance, sa vie... Asclépios lui volerait leur futur, le avenir, planant comme une ombre sur leur devenir. Le regard de l'Ancien Gold Saint s'était obscurcit, sur cette Terre en proie aux pires manigances, il ne faisait confiance à personne... A personne à l'exception d'elle, Calia, cette femme qui l'avait porté en son sein et qui lui avait donné dans les premiers mois de son existence l'amour maternel.

Asclépios ne baissait pas sa garde pour autant... Si sa mère, elle devait reprendre des forces, lui devait oeuvrer à gagner du temps, monter un plan parfait que sa maniaquerie saurait tolérer. En sommes un plan totalement infaillible.


« Nous ne pouvons séjourner trop longtemps dans mes cachettes... Le Grand Pope serait capable d'envoyer son armée de bougre inspecter chacune d'elle ! »

Il s'adossa à un pan de mur avant de poursuivre.

« Nous devons rester mobile... Rester mobile et discret... Mais je dois bien avouer que cela m'arrangerai bien de tomber sur des saints d'Athéna solitaire ! »

Lorsque Calia prit la parole Asclépios eut un franc sourire... Il n'espérait point un surplis en agissant de la sorte... Juste pouvoir lorsqu'il le désirait avoir accès au château d'Heinstein... Un soft conduit lui permettant de pouvoir voir sa mère lorsqu'il le désirait.

« Un surplis... Je n'en espère pas temps... Juste l'opportunité de pouvoir te voir me suffira... Je vais parcourir le monde et traquer un à un tout les foutus saints d'Athéna... Je serai leur pire crainte, je suis le chasseur qu'ils apprendront bientôt à craindre. »

Une lueur mauvaise apparut dans le regard de l'ancien chevalier d'Athéna.

« Je suis celui qui sonne leur glas. Bientôt, ils se retourneront même dans leur lieu saint, terrifié à l'idée qu'une des ombres de leur domaine n'abrite ma personne ! »

Asclépios s'engouffra alors dans l'étroit corridor qui sembla durer une éternité... Ce lieu était en fait constitué d'ancien sous-terrain qui couvrait des kilomètres et des kilomètres... Des anciens sous terrains tombés en désuétude depuis la disparition de l'Ordre des Chevaliers du Temple.

Asclépios n'avait pas bouger lors des révélations de sa mère, il n'avait eut aucun mouvement... Il était un guerrier, un espion et bientôt un assassin... Trop faire étalage de sentimentalité à l'égard d'un être qui dans le fond était un inconnu à ses yeux et dont la vie ne lui serait révéler que lors d'une éventuelle conversation future, cela il ne pouvait se le permettre.

L'heure était à la discrétion, l'heure était à la fuite... bientôt des chevaliers allaient se presser à leur poursuite, le présent qu'il leur avait laisser en la présence du Télescope ne serait surement pas de leur goût.

Bien deux heures s'écoula lorsqu'enfin une lumière filtra au travers de ce qui ressembla de l'endroit ou les deux fugitifs se trouvaient à une trape... Asclépios se retourna alors en direction de Calia un sourire au coin de ses lèvres.


« Nous y sommes... Voici le seul lieu auquel nul ne pensera immédiatement ! Ce lieu... C'est ici que pour la première fois j'ai combattu... Je n'avait que 6 ans et j'ai du me battre contre les marins du port ! »

Un rictus se dessina alors, un rictus malsain et pourtant tellement emprunt de beauté.

« En face, ce trouve une vieille Eglise, une église inoccupée car porteuse de malheur selon la légende. Durant la seconde guerre mondiale, un combat eut lieu entre les murs de ce lieu saint, de nombreuse vie innocente furent emporté dans l'au delà par la folie des hommes. »

Il souleva la trappe avant de murmurer.

« 15 mètres... Il y a 15 m. entre l'entrée de l'église et nous... Seulement c'est en plein soleil ! Attendons ici, le temps que la nuit tombe. »
Revenir en haut Aller en bas
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Lun 17 Jan - 5:42

Un franc sourire était apparut sur le visage si pâle de Calia tandis que ses yeux brillaient d'une intensité unique. Rouge sombre avec cette lueur tantôt douce tantôt inquiétante qui la rendait tout simplement irrésitible. Calia la Vampire, Calia la Chasseresse des Enfers avait donné naissance la vie à Asclépios, le chasseur, fils de Sanctuaire et des Enfers. Et depuis ce jour précis, Asclépios le Scorpion renégat...

Elle avait juste incliné la tête en un geste d'accord lorsqu'il avait évoqué juste la possibilité de venir la voir... Plutôt que l'opportunité d'obtenir un surplis. Un peu peinée au début, elle finit par comprendre. Asclépios était le fruit de deux mondes et comme tel était unique. Son destin, ce serait à lui de le choisir. Et Calia ferait tout pour cela... Lui offrant cet amour et cette protection chaleureuse dont il avait été tant privé. Oui, le Sanctuaire lui avait tout volé ne lui offrant que cris et souffrances en retour.

Sa voix s'était alors élevée, si chaude si tendre. Cette voix toute maternelle que seul Asclépios entendrait.

- Oui, mon fils, sois en certain. Pandore t'offrira sans nul doute la possibilité de venir le voir ainsi que l'hospitalité des Enfers. Oui, dès qu'elle connaîtra la nature du lien nous unit, toi et moi, elle acceptera. Mon fils, mon merveilleux et redoutable chasseur. Qui sait un jour découvriras-tu en toi d'autres pouvoirs liés aux Vampires ou à ton père ? Enfin, une chose est déjà sûre, tu ne seras jamais soumis aux affres de la Soif de Sang tout comme mon sang a protégé ton coeur, celui de ton père t'a prémuni de la Soif. Notre amour te protègera toujours mon enfant... Toujours.


Le reste n'était plus qu'échange rapide.

Puis, ce fut le retour à la surface. Calia, l'ange des Ténèbres s'arrêta juste à la limite tracée par les chauds rayons d'Hélios. Puis, Asclépios reprit la parole. Ce lieu avait été le téathre de son premier combat. Une altercation entre un enfant de six ans et un groupe de marins. Le premier combat d'Asclépios descendant de Kardia. Et à ce récit, Calia sentit ses poings se resserrer.

- Perfide Héra... Comment a-t-elle pu ainsi nous séparer. Jamais ces hommes ne t'aurait fait de mal si j'étais restée à tes côtés. Ils auraient tremblé de terreur à cette seule idée.

Sa voix s'était faite si vibrante. Ce n'était plus la chauve-souris mais la louve qui se dressait face à Asclépios. La mère louve prête à massacrer celui qui approcherait trop de ses petits.

- Mais cela ne se reproduira plus jamais. Tu es fort mon fils, tu étais déjà très fort à ce moment-là. Ton sang parlait déjà...

Asclépios enchaîna alors sur l'Eglise...

Bien des innocents viennent aux Enfers... Athéna n'a jamais rien pu y changer malgré toutes ces guerres. Des innoncents meurent encore par milliers alors que la terre elle-même gémit sous les coups de l'humanité. Cela, nous, spectres, le voyons, le côtoyons au quotiden.

C'est ainsi, Athéna baigne dans la lumière au-dessus de la mêlée, nous nous foulons la lie humaine au pieds...


Puis, surprenant le regard d'Asclépios, elle lui répondit.

- Oui et ces âmes ont obtenu le prix que leurs vies leur destinaient. Aucune n'a été négligée. Mon sombre monarque veille sur tous et toutes.

Puis s'approchant de la trappe.

- En tout cas, tu ne pouvais pas mieux trouver que cette Eglise. Nous y serons bien. le soleil est toujours haut dans le ciel. L'inclinaison de rayons suffit à le prouver.

Et plongeant son regard dans celui d'Asclépios, elle ajouta.

- Attendre la nuit serait une erreur.

Sa voix se fit plus forte, elle était spectre et ne craignait pas de souffrir. Et pour lui, elle était prête à tout.

- La clique d'Athéna est à notre poursuite et si elle en sait suffisamment sur nous et notre nature elle s'attendra à ce que nous fassions cela.

Puis, appuyant sur la trappe pour la soulever.

- Aussi, traversons sous le soleil, ces quinze mètres me brûleront sans doute mais cela ne se fera pas d'office.


Puis posant ses doigts sur les lèvres de son fils.

- Ecoute mon chéri, on va guetter dans l'ombre le meilleur moment pour traverser et entrer ensuite le soleil effacera mes traces encore mieux que le feu. Promets-moi, juste une chose. Passe devant et ne te retournes pas, jamais, pas avant que je n'ai refermé la porte de cet ancien lieu sacré.

Calia n'attendit pas sa réponse. Elle ne lui en laissa même pas l'occasion, basculant la trappe et s'extirpant de leur refuge pour atterrir en plein soleil avant de se positionner de sorte à ce qu'Aslépios ne puisse la voir souffrir. Elle pouvait taire cela tout comme elle n'avait pas plier sous les effroyables tortures d'Apollon.

" Asclépios, guide-moi... Et ne te retourne pas, mène moi à cette Eglise. Elle sera notre refuge et jamais ne nous trahira. La nuit ne sera pas le témoin de notre fuite mais de l'avènement de ta nouvelle vie "

Et elle s'engagea dans le pas de son enfant.

Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Dim 23 Jan - 4:27

Asclépios avait arboré un sourire... Oui tôt ou tard, les chevaliers d'Athéna tenteront de le retrouvé... Asclépios avait posé des pièges bien vicelards a l'attention d'un éventuel ennemi. Les paroles de sa mère avait eut un étrange écho dans le cœur de l'ancien Scorpion Saint.

-Mon père ?

Si le terme lui semblait étrangement familier, il n'avait aucun souvenir de cet homme... Seul les ragot que lui avait raconté son maitre Asclépios n'était pas aussi à l'aise que son apparence laissait transparaitre... Rien que le fait de se retrouver ici, à fuir ceux qu'il croyait ses frères d'armes... Ceux dont le destin avaient choisis d'œuvrer pour la même institution qui l'avait privé de tant de chose.

Le regard d'Asclépios s'était durcit au parole de sa mère... Héra ? Qu'avait elle à voir la dedans... La faute en revenait qu'à une seule personne... Athéna et son incompétence à contrôler ses Sbires


« C'est à Athéna et au Sanctuaire que j'en veux... »

Puis le regard d'Asclépios s'était adoucit.

« Ces hommes ont contribué grandement à ce que je suis devenu... Bénis soit leurs restes. »

Le cours d'histoire continuait mais seulement cette fois c'est la mère qui distillait son cours.

« Athéna... Comment une déesse censé être toute puissante peut elle tomber si bas ? Et si Hadès est aussi puissant pourquoi n'a t-il pas mis plus tôt un terme aux actes d'Athéna ? »

La vampire semblait visiblement particulièrement pressée de sortir de ce lieu... Mais ses paroles étaient juste attendre la nuit serait une erreur de leur part.

« Athéna... »

Les poings d'Asclépios se serrèrent jusqu'à ensanglanter ses paumes tandis que son regard s'obscurcissait.

« Cette parodie de déesse en serait incapable... Mais l'intelligence de son Grand Pope est grande, il se dissimule bien le bougre... Même moi, je ne sais rien de lui... Il prévoit les agissements des divinités avec une telle clairvoyance que je ne peux en conclure qu'une chose ! »

Il croisa le regard de sa mère avant de reprendre.

« Cet être n'est plus humain... Son cosmos ainsi que la sagesse qui émane de lui n'est plus celui d'un chevalier... Sa compréhension va bien au-delà de ce qui est intelligible ! »

Lorsque sa mère appuya sur la trappe, Asclépios ferma les yeux... Sa génitrice avait raison, le soleil allait la bruler, lui infliger d'horribles souffrances mais le temps pressait.

« Tu as raison... Nous devons partir de ce dédale... Notre destination sont les jardins... Une statue d'ange contient un mécanisme qui ouvre une passage emprunté jadis par les templiers. »

Asclépios attendit alors une ouverture... Qui finit par arrivée... Sans ajouter le moindre mot, Asclépios sortit de leur cachette, la rue était à présent déserte... L'enfant prodigue tandis sa main en direction de sa mère sans se retourner... Il traversa alors la rue pour arrivée au sein du roseraie, au sein de laquelle trônait majestueuses plusieurs dizaines de statue angélique.

Il se dirigea entrainant à sa suite sa mère qui devait sans nul doute souffrir le martyre, avant de s'immobiliser enfin devant la statue d'un Archange du nom de Michel.


« J'ai mis longtemps avant de percer à jour le mécanisme jadis... L'araméen n'est pas le genre d'écriture que l'on apprend au futur chevalier ! »

Le renégat plissa le regard et composa la combinaison ouvrant le mécanisme... Un bruit sourd raisonna alors non loin d'eux tandis qu'un sourire illumina le visage de l'ancien Scorpion.

« Maintenant, les souterrains nous sont accessible... Le maitre du sanctuaire pense à tort que la bâtisse est une de mes caches... Il est loin de la vérité. »

Sans se retourner en direction de sa mère, l'homme s'engouffra dans le passage secret.

« Voilà les mystères que recèlent les anciennes villes templières. »

Un long couloir obscur sans suivit jusqu'à parvenir au sein d'une grande pièce. Asclépios alluma alors un bénitier remplit d'un liquide noir, qui eut pour résultat d'illuminer cette pièce caché plusieurs mêtres sous terre.

Au milieu de la pièce se trouvait une table ovaliforme, une étoffe blanche avec en son sein une croix écarlate la recouvrait... La décoration riche ainsi que les sculptures siégeant dans la pièce trahissait à peine le luxe dans lequel les chevaliers du christ se cachaient.


« C'est un des restes du trésor disparut des Templiers... Nul ne le sais mais l'ordre a survécu à leur disparition... Certains des textes si présents en font référence ! »

Il retint un léger rire avant de finir.

« Peut être même que l'ordre est toujours présents de nos jours, œuvrant dans l'ombre afin de poursuivre sa mission millénaire ! »
Revenir en haut Aller en bas
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Sam 29 Jan - 11:22

Athéna, en vouloir à Athéna... Bien sûr que Calia en voulait à cette parodie de déesse mais quel spectre ne ressentait pas d'animosité envers elle. C'était pratiquement une seconde nature chez eux. Aussi, la somptueuse Vampire n'avait-elle jamais éprouvé le besoin de dire qu'elle en voulait à la déesse.

Et puis, Athéna n'était pas la seule à lui avoir fait du mal quoique toujours indirectement par le biais de ces pantins dorés. Mais comment son fils aurait-il pu savoir ce que sa mère toujours lui cacherait ? Jamais elle ne souhaiterait ou ne supporterait de le voir brandir les armes contre ceux qui l'avaient le plus cruellement traitée. Elle l'aimait tant son enfant, d'un amour si vaste et si profond que jamais elle n'accepterait qu'il mette sa vie en jeu pour venger un passé désormais révolu. Même si son coeur battait toujours aussi fort pour Pan, Zeus les avait définitivement séparés. Le satyre était resté en Olympe endormi à jamais...

Et pourtant, Zeus s'était montré humain avec elle bien plus qu'Hadès et Apollon. L'horrible traitement que lui avait infligé le dieu des Arts était resté gravé en elle et bien plus que cela, le fait qu'il l'avait aussi infligé à son propre fils. Quel monstre était donc cette divinité pour commettre un tel acte...

Apollon, le soleil brûlant cruellement sa peau alors qu'Asclépios la tirait au dehors la ramenant au présent. Seul le présent comptait et ce que son fils venait de lui dire sur le Grand Pope. Son identité cachée. Oh rien ne le restait indéfiniment et elle, la vampire, était la mieux placée pour savoir cela.

Aussi, d'une voix ferme et douce, elle le lui affirma.

- Non, tu te trompes, mon chéri, nul ne peut indéfiniment cacher sa véritable identité. Cet homme, ce Grand Pope, a un passé. Un passé que cette petite sotte de Saori a laissé s'effacer pour sa plus grande gloire. Se reposer sur un homme dont elle pense que nul ne pourra jamais percer la vérité est une idiotie aussi grosse qu'elle.

Elle laissa ensuite s'écouler un blanc reprenant son souffle tout s'efforçant d'ignorer la douleur tandis que les statues d'anges, toutes plus belles les unes que les autres, semblaient la narguer de leurs yeux de pierre, comme autant de rappels de sa malédiction...

Et enfin, sentant la poigne de son fils se resserrer autant de sa main tout en devenant moite, la belle reprit, luttant pour garder une voix ferme.

- Oui, Asclépios, mon ange, apprend qu'aux Enfers, nous avons des ressources que tu ne peux imaginer. Cet homme ne pourra jamais totalement se dissimuler à moins de renaître une seconde de fois, de renaître de ses cendres.

Puis, elle se tut, contemplant la magnifique statue de Michel avant que son fils ne lui explique la façon dont il en avait percé les secrets.

- Magnifique... Tu es digne de moi, de ton père qui possédait un immense savoir... Tu es bien l'enfant de la lumière et des Ténébres, paré de leurs grâces respectives.

Puis, enfin ce fut le retour dans l'obscurité, bien à l'abri du regard d'Hélios. Ainsi, Asclépios lui faisait découvrir un autre secret plus que bien gardé. Et la Vampire ne pouvait s'empêcher de détailler l'ensemble de la pièce avant de se sentir partir vers l'avant, prise d'un nouveau malaise.

Le trop récent combat qui avait bien failli lui coûter la vie puis les différentes courses avant l'ultime trajet en pleine lumière l'avait poussée dans ses derniers retranchements. Maintenant, elle avait besoin de dormir si elle voulait repartir dès que le soleil se coucherait mais pouvait-elle vraiment se le permettre ?

Son regard croisa alors celui d'Asclépios tandis que sa peau avait par endroit pris une couleur rouge vive voire grise sombre. Et elle baissa la tête honteuse, elle détestait cela. Paraître ainsi dans cet état de faiblesse devant ceux qu'elle aimait le plus la mettait autant au supplice que le soleil qu'elle venait d'affronter.

- Asclépios...

Elle hésita avant de reprendre. Ne pas le laisser parler. Pas avant qu'elle n'achève. Lire de l'inquiétude ou de la pitié dans son regard serait le pire pour un monstre comme elle. Sa fierté de spectre ne le supporterait pas.

- Asclépios, ne me regarde pas ainsi. C'est bien moins grave qu'il n'y paraît.

Elle s'efforçait de garder une voix ferme.

- Laisse-moi juste dormir un peu, mon chéri. J'ai besoin de récupérer à même le sol. Et lorsque le soleil sera couché, nous pourrons filer droit vers les Enfers. Et plus rien en nous arrêtera. Nous sommes deux espions, mon cher enfant. Deux maîtres face auxquels les saints de la déesse seront désarmés et terrifiés...

Un dernier sourire lumineux apparu sur son visage blessé.

- Oui, ce n'est pas à toi que je dois apprendre ce que peuvent nous offrir la patience et la souffrance... Nous ne pouvons qu'en sortir grandi. Fais-moi confiance, Asclépios.
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Sam 12 Fév - 3:11

Asclépios était demeuré silencieux... Il n'y avait rien à dire... Rien à ajouter... Le jeune homme en voulait au Saint de la Déesse de la guerre... Il en voulait au dénommé Saga, et à la chevalerie sainte dans sa totalité.

Le Grand Pope avait beau se cacher dans les ténèbres, il avait beau s'entourer d'un voile de mystère, un jour ou l'autre, le renégat du Scorpion le percerait à jour... Oui, il mettrait un terme à son règne sans partage sur le monde...

Un rictus venait d'apparaitre sur le visage du jeune Asclépios... Un rictus qui en disait long sur ses intentions... Une fois qu'il aurait mis sa mère en sécurité, oui, une fois qu'elle ne risquerait plus rien, il lancerait une chasse à coure à ses anciens compagnons d'armes.

Il était l'union de deux monde, il possédait un héritage particulier, un héritage si particulier qu'il fallait qu'il trouve la voie... Sa voie, le chemin qu'il arpenterait bientôt avec une détermination sans borne... Quoi qu'il lui en coute, quoi qu'il advienne.

Lorsqu'enfin s'ouvrit à eux l'immense et somptueuse salle Templière, Asclépios se lança dans une longue explication... L'histoire, la connaissance, cette soif inextinguible qui était son mode de vie, sa raison d'exister.

Lorsqu'elle tenta de le rassurer sur son état, un fin sourire se dessina sur le visage du jeune homme... Que redoutait elle, la sublime vampire, percevoir dans le regard de son enfant ? Du dégout ? Elle était sa mère, celle qui avait tant souffert pour lui, et qui avait du se résoudre à se priver de sa présence pour sa propre protection.

Asclépios s'agenouilla avant de s'installer auprès de sa mère et lui caressa le visage ainsi que les cheveux jusqu'à ce que cette dernière finisse par sombrer dans un sommeil réparateur... Cependant Asclépios savait ce qu'il fallait faire... Il lui fallait du sang, du sang afin de revigorer sa mère, et il en trouverai surement.

Son regard croisa celui de la compagne de toujours de sa mère... Avant que sa voix ne résonne dans le lieux.


« Bella... Veille sur elle, je reviens sous peu ! »

Asclépios quitta alors les lieux pour n'en revenir que de longues de très longues minutes plus tard... Il était un maitre dans l'art de la dissimulation, un maitre espion et tromper les mortels étaient d'une facilité déconcertante.

Il s'était infiltrer dans un hôpital recueillant le sang humain, afin de subtiliser le précieux liquide qui se révèlerait salvateur pour celle qui l'avait mis au monde... Après un dernier tour de passe passe Asclépios était ressortit de l'endroit avec une dizaine de poche dans un espèce de glacière.

Glacière qu'il mis au frais en arrivant, avant de se réinstaller auprès de sa mère, caressant tendrement les cheveux de cette dernière... Bella était venu prendre position sur l'épaule d'Asclépios qui dans un sourire doux, lui dit.


« Ne t'inquiète pas... Tout ira bien ! »
Revenir en haut Aller en bas
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Mer 16 Fév - 6:57

Dans l'ombre salvatrice de l'ancienne salle du Temple, la belle vampire n'avait guère tardé à sombrer dans un sommeil réparateur. L'amour et la tendresse qu'elle avait lus dans les yeux de son fils l'y avait même encouragée. Des sentiments purs et sincères et non de la pitié ou du dégoût. Le meilleur des baumes sur ses brûlures. La présence de son enfant, son fils dont elle avait été si longtemps privée. Toutes ces années perdues à cause du Sanctuaire et de ses saints guère plus nobles et charitables que les spectres eux-mêmes. Le règne de Saga avait sonné le glas d'un homme bon, fier et courageux. Le digne descendant du valeureux Kardia.

Puis, il y avait eu tout le reste, la battue pour les débusquer, elle et son fils... Aphrodite qui avait recroisé son chemin des années plus tard, aussi pourri que tous les autres... Les saints n'étaient qu'hypocrisie et meurtre sanglant sous couvert de protéger l'humanité...

Mais pour l'instant ne comptait que son fils. Asclépios à qui elle avait souri avant de s'assoupir sous la douceur de ses caresses.

~~~~~~~~~~~~~~~

De longs, très longs moments plus tard, la vampire émergea enfin de son sommeil alors que la nuit venait de tomber à l'extérieur. Et Asclépios se tenait toujours à ses côtés, Bella accrochée à son épaule.

- Bonne nuit, mon fils. Une nuit froide et sanglante qui voit notre retour au château d'Heinstein.

Elle caressa ensuite la joue du jeune homme avant de lui sourire de nouveau. Elle avait récupéré ses forces et sa beauté. Puis son regard tomba sur la glacière.

- Du sang... Tu as songé à me ramener de nouveau du sang, mon cher fils...

Son regard brillait, illuminant son magnifique visage. La rousse spectre s'était réveillée en forme mais affamée. Et grâce à Asclépios sa soif de sang serait apaisée.

Elle lui glissa alors.

- Merci, mon ange. Dès que je me saurais restaurée, nous pourrons nous rendre jusqu'en Allemagne et de là rejoindre le Château d'Heinstein.
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Lun 7 Mar - 2:20

Un fin sourire s'était dessiné sur le visage du renégat. Il avait trahis le Sanctuaire d'Athéna mais pourtant étrangement, il ne ressentait aucune honte à cela... Les Saints d'Athéna, le règne sanglant de son Grand Pope des Gémeaux avait laissé des traces.

Son enfance avait été un carcan, un carcan qu'il devait à la déesse soit disant protectrice de l'humanité, une couverture pour valoriser ses exactions voilà tout. L'humanité sombrait peu à peu dans les tourments, avec ou sans l'aide des spectres d'Hadès, elle s'auto-détruirait elle-même.

Haine, orgueil, violence... L'humanité courait à sa perte, une création imparfaite de nombreuses manières seulement le bien existait toutefois. Sur Terre comme ailleurs, le bien guidait certaines personnes assez sage pour faire la différence entre exécuter les ordres et effectuer des actes de véritable bonté. Un homme abrégeant les tourments d'un autre faisait il de lui un être mauvais ?

La caresse sur sa joue fit revenir Asclépios des méandres de sa psyché complexe. Un sourire de sa mère, un seul sourire valait bien la peine d'être ce renégat.


« J'ai vite compris que le sang était ce qu'il te permettait de te relever de tes cendres tel un phoenix s'élevant au firmament ! »

Un doux sourire se dessina alors sur le visage du jeune homme chassant au loin ses tristes pensées.

« L'Allemagne... »

Fit il songeur.

« Voilà un pays que j'ai arpenté des années durant lors de ma formation. Ce territoire froid et à l'histoire chargé m'a souvent passionné. »

Il se mit à rire doucement avant de reprendre.

« Le château d'Heinstein, forteresse indomptable s'élevant à la gloire d'Hadès ! Pandore, sa grande prêtresse et son armée immortelle. Jamais je n'aurais crut pénétrer en ces lieux et pourtant.... »
Revenir en haut Aller en bas
Calia
Rose des Ténèbres et Vampire
Rose des Ténèbres et Vampire
avatar

Nombre de messages : 2567
Localisation : Loin de la Lumière
03/03/2010

Feuille de personnage
HP:
280/280  (280/280)
CS:
300/300  (300/300)
PA:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Mer 9 Mar - 2:40

Le sang qui glisse au fond de sa gorge, si chaud si puissant...

De précieuses perles écarlates, larmes devenant rivière à mesure que les paroles d'Asclépios bercent son âme...

Calia était revenue loin en arrière. Un autre homme se tenait près d'elle, agenouillée au-dessus d'elle la protégeant de sa seule carrure d'une pluie naissante. Alors que blessée par ses poursuivants, la toute jeune vampire avait fini par s'égarer dans une sordide ruelle d'Athènes.

Elle les avait tous tués mais n'avait pu s'abreuver de leur sang... Les autres sur ses traces l'en avaient empêchée et elle s'était réfugiée en ce lieu, espérant tenir jusqu'à la prochaine nuit... mais ses forces l'avaient trahie avant qu'elle ne s'éveille pour découvrir cet homme si blond. Il savait qui elle était... Il ne pouvait l'ignorer. Pourtant, il n'avait pu se résoudre à l'attaquer... Tout au contraire, il lui offrit son sang...

Le timbre d'Asclépios était si proche du sien... Si proche de celui de cet homme qui autrefois l'avait emmenée et soignée avant de l'épouser. Les souvenirs de Calia remontaient en surface... Elle se souvenait n'avoir pu vivre sous son vrai nom sans risquer de voir la haine du Grand Pope s'abattre sur celui qu'elle avait fini par aimer... Passionnément avant de lui donner un fils...

Lydia Carminia fut le nom qu'elle prit... Lydia, son ancètre... La précédente Vampire et lui, le noble descendant de Kardia...

- Tu lui ressembles tant, Asclépios, la même force se dégage de vous...

Murmura-t-elle à son fils avant de totalement émerger.

Puis, d'un seul geste, elle écarta la couverture dont son fils l'avait revêtue avant de se relever avec la grâce dont elle accompagnait chacun de ses mouvements.

- Oui, le sang est ce qui me convient le mieux... Mais dis-moi, toi, t'attire-t-il ? Ou mon influence s'arrête-t-elle à la guérison de ton coeur... ?

Un sourire tendre avant qu'elle ne pose sa main sur la joue de son fils, la caressant avec tant de délicatesse.

Un léger picotement due à la barbe naissante, qui fit rire doucement la belle vampire. Le fier Asclépios qui allait finir par se présenter avec une barbe de trois jours devant Lady Pandore si elle tardait trop avant de rentrer en Allemagne.

Une vision plus sauvage plus brute de ce saint au visage d'ange qu'elle avait retrouvé par le plus grand des hasards.

Allait-elle lui suggérer de se raser avant de rejoindre le Château... ?

Une note plus amusante avant d'enfin quitter ce lieu et de rentrer chez elle... Enfin, chez son sombre maître.

==> Château d'Heinstein
Revenir en haut Aller en bas
http://liry.over-blog.com
Asclépios
Renégat du Scorpion
Renégat du Scorpion
avatar

Nombre de messages : 407
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    Ven 11 Mar - 22:24

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Valse des souvenirs    

Revenir en haut Aller en bas
 
Valse des souvenirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [01/05/1990] La valse des souvenirs {feat Ewarnn Kirkland}
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~
» Les Limbes des souvenirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Le Monde. :: L'Europe-
Sauter vers: