Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De Glace et d'Orichalque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion


Nombre de messages : 1524
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 25 Mai - 10:25

La méthode pacifique du Marinas avait fait mouche. La porte s’ouvrait et nous aspirait comme sous le choc d’une violente dépressurisation. Le sas souterrain se refermait derrière nous aussitôt, nous mettant à l’abri de la déferlante cosmique.
Je libérai Sélène et Brontes de la protection constituée de ma cosmoénergie, laissant s’échapper un léger soupir.

« Hé bien Marinas, ton sang-froid face à la situation était exemplaire ! »

J’observais le Verseau blessé qui s’adressait au borgne avec douceur. D’ailleurs, depuis mon arrivée, alors que nous étions au bord de l’engloutissement, les attentions que se livraient le cyclope et ce nouveau Chevalier noir, bien que touchantes, avaient quelque chose d’incongru. J’esquissais un sourire, profitant du court laps de temps de paix qui s’installait dans cette pièce obscure. D’une façon comme d’une autre, le Verseau noir, selon son comportement vis-à-vis d’un soldat des mers, serait, d’une façon plus qu’évidente, le meilleur des porte-paroles face à Poséidon pour notre ordre. Je voyais que sa vie n’était pas en danger, et après notre arrivée, se ressaisissant, elle nous avertissait des cosmos en présence, puis, s’adressait à Brontes pour savoir ce qu’il souhaitait faire.

Je levais un sourcil et étais légèrement circonspect, au vu du fait qu’elle ne me demandait pas mon avis, de plus, je scrutais le cyclope, qui au vu de son air renfrogné ne semblait guère apprécier ma présence. Si nous avions été dans une situation différente, cela aurait ressemblé à un flirt de deux tourtereaux, et moi à un trouble-fête. Cette idée était cocasse, au point que je la chassais de ma tête, ne souhaitant pas perdre plus que cela ma concentration.

Les grondements derrière la porte se taisaient. Tout avait été fait pour attirer le groupe dans cet lieu insolite. Bien que l’endroit me soit inconnu, je ne pouvais m’empêcher de penser à mon enfermement au cœur de l’île. Ce lieu était plus ou moins voisin de mon ancienne prison. Les ronflements souterrains du volcan, l’obscurité et l’humidité décor avait tout d’un décor de film d’horreur, mais cela ne m’inquiétait pas, tant cela me semblait familier.

Je regardais les lieux. A n’en point douter, l’architecture était de la même facture que les temples souterrains des Chevaliers noirs. L’odeur qui y régnait laissait un goût métallique dans la bouche, et la présence d’énormes vasques remplies de métaux précieux habilement protégés, nous indiquait que nous nous trouvions à l’entrée d’une forge. Rien de si étonnant après tout, puisque l’île n’était qu'un fragment perdu du continent de Mû et que ce peuple était lié à la chevalerie et surtout à la confection des armures des saints.

Je sentais mon habit sacré émettre une vibration légère qui me faisait porter un regard compatissant vers Sélène. Sa protection souffrait et la mienne raisonnait à son appel.
Ce n’était pas la première fois que je voyais ce phénomène. Sur les toits de New-York, l’armure de la vierge avait aussi fait écho à ma présence. A première vue, beaucoup aurait pensé que Beaucoup s'amusait à appeller "ombres" étaient des répliques, mais, à mon sens cela ne faisait aucun doute que ce n’était pas le cas. Nombre important de détails différaient avec les armures d’Or dites originales. Leur absence de dévotion à une divinité en faisait partie, mais les détails qui constituaient l’architecture-même de celle-ci étaient différents à bien des niveaux. Mon casque arborait la queue du Scorpion, mais était intégral, alors que celui du Scorpion d’Or était une couronne. Les épaulières de l’armure Noire étaient plus rondes et les cornes fixées sur celles-ci étaient plus longues. Il y avait beaucoup d’autres détails que l’on aurait pu énumérer. A n’en point douter, si les armures d’or et noires du même grade étaient des jumelles astrologiques, leur silhouette étant semblable, elles n’étaient cependant pas des clones. D’ailleurs, rien ne prouvait que les armures des saints d’Athéna fussent les premiers modèles…

Je me concentrais vers la salle et essayait de définir la source de ce qui nous avait attaqué. Effectivement, la pièce était empreint de différents cosmos et je me sentais observé. Cela ressemblait à un test. Eveiller un cosmos hostile aux forces en présence était plus que mal perçu, même si cela avait été fait pour protéger Brontès et Sélène d’une pluie de feu et de pierres.

Cela me faisait penser que durant mon incarcération, alors que je naviguais sur la voie du septième sens, aucune de ces forces n’avait jamais fait d’écho. A ce moment, elles étaient restées cachées, protégeant les lieux jalousement, et n’avaient jamais non plus navigué jusqu’à moi. Pourtant, la puissance de la cosmoénergie prête à nous engloutir aujourd'hui était suffisante pour faire trembler toute l’île et aurait pu m’enterrer à cette époque définitivement.
Pourquoi cela ? La seule réponse qui me venait était sous mes yeux. Le borgne avait employé la manière douce et l’emploi du cosmos dans les souterrains de l’île n’était pas mal vu tant que celle-ci était emprunte de paix.

Car, en effet, pendant mon incarcération, vivant sous terre comme un insecte, je ne m’étais servi de mon cosmos que pour analyser, visiter le monde et ouvrir ma perception à l’univers. Jamais pour exprimer aucune violence.

J’avançais alors un peu plus loin que le cercueil recouvert de glace, face au chemin obstrué et fermais les yeux.
J’eus une pensée pour Shiva et souriais.

* Je sais que tu me regardes, Dieu homme. Tout comme tu surveilles nos homologues et tout comme tu surveilles le monde. Je n’ai pas ta sagesse, mais j’ai quelques talents… *


Je m’asseyais en tailleur au milieu de la pièce, puis je m’adressais à mes camarades d’infortune et particulièrement à Brontès.

« Marinas, notre rencontre est des plus insolites, mais pour le moment nous sommes alliés ! De plus, je vois que ce jeune chevalier du Verseau semble se tenir garante de ta présence sur cette île. Je ne la conteste donc pas. Néanmoins si nous sortons d’ici entier, nous aurons tous les trois une discussion avant que tu ne retournes chez Poséidon.»

Mon ton pouvait sembler étrangement calme car mon esprit commençait une ascension vers l’état de transe qui m’avait permis de survivre sans eau ni nourriture pendant dix-sept années.

Ma cosmoénergie s’éleva calmement, libérant l’univers que j’abritais en mon sein. L’énergie sereine qui émanait de mon corps était aux antipodes de celles que j’avais mis en œuvre pour protéger le cyclope et le verseau, à savoir remplie d’une paix absolue. Mon esprit s’ouvrait et cherchait à se connecter avec les forces en présence. Si elles avaient admis notre présence, d’une façon comme d’une autre, le dialogue semblait possible. L’énergie or et noire brulait alors que je m'ouvrais au septième sens faisant léviter mon corps.

« Moi Kaos, le Chevalier noir du Scorpion, suis ici en paix. Je suis un des gardiens de cette île et du temple qui l’abrite. Je ne cherche pas l’affrontement, mais seulement le savoir. Vous qui protégez ces lieux, que désirez-vous de nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 27 Mai - 6:39

En guise de réponse à ce qu'il considérait comme des compliments venant du Scorpion, Brontès inclina brièvement la tête. Le Marina était un peu gêné, mais les faits étaient incontestables : Il avait réussi. Mais le plus important était qu'il avait peut-être réussi à comprendre un peu plus la nature de cet étrange cosmos qui imprégnait les lieux. C'était un peu comme apprendre à parler une langue étrangère, il n'en était qu'à de simples balbutiements cosmiques, cependant il avait l'extrême certitude qu'il pouvait réussir à comprendre et à communiquer avec ces entités.

Sélène avait raison, on les observait. C'était diffus et concentré, proche et loin à la fois. Tous comme l'ombre du Verseau, son regard fut attiré par une des vasques présentes dans la salle. Etrange ! Si la présence de minerais paraissait normale dans cette forge, l'existence de tels artefacts demeurait pour lui un réel mystère. C'était la première fois que le forgeron posait le regard sur pareilles constructions, quelle pouvait en être l'origine ? Et que contenaient-elles ? L'esprit du forgeron était littéralement en effervescence devant ces vestiges, mais ses réflexions furent troublées par la déclaration de Kaos.

Les lèvres du forgeron se crispèrent de colère, mais en usant du même sang froid qui lui avait permis de ne pas céder à la panique devant la porte, il rengaina sa colère et répond avec autant de calme à son interlocuteur.

« Je ne savais pas qu'on avait besoin de garant pour fouler cette terre maudite, tu parles comme si cette ile était un territoire souverain reconnu de tous ! Par contre, je ne veux point discuter avec toi chevalier noir, aussi dès que tout cela sera terminé, je récupérerai mon bien et respecterai mes obligations envers Sélène.»

Il s'agissait juste d'une petite mise au point. Quand il avait foulé le sol de cette ile abandonnée par les dieux et l'honneur, elle n'était peuplée que de brigands et de renégats. Qu'un de ces résidents se comporte comme le ban de ce territoire dépassait son entendement et attisait son ire.

*Gardien de cette ile ? Ce n'est pas de gardes, mais de geôliers dont cette ile a le plus besoin !* Pensa le borgne en rejoignant Sélène.

Le maitre de l'Orichalque n'approuvait pas trop l'initiative du chevalier noir. Si Brontès avait réussi à communiquer avec ces forces, c'est en partie parce qu'il avait pris la peine d'étudier l'énergie qui détruisait l'armure du Verseau noir grâce à sa science de la forge. Le déploiement de cosmos de Kaos risquerait d'être interprété comme une forme d'agression comme un mot anodin prononcé dans une langue pouvait s'avérer être une insulte dans une autre.Le Scorpion noir prenait un risque, mais cette opération pouvait s'avérer payante. De plus l’utilisation de la première personne par Kaos démontrait bien là une volonté de s’approprier les secrets que recelait ce lieu mystique. Qui parlait d’association ? Il aurait peut-être fallut que tout le monde se concerte avant de faire le prochain mouvement. La précipitation n’avait jamais été bonne conseillere.

« Je n'aime pas ça ! J'espère que ce n'est qu'un mauvais pressentiment et rien d'autre, mais mieux vaut se préparer au pire. » Chuchota-t-il à l'oreille de Sélène en l’incitant d’un simple mouvement de la tête à s’éloigner de son homologue.

La prudence était de rigueur dans tous les cas. Sélène étant la plus démunie à cause de la précédente attaque, le forgeron invoqua en utilisant ses capacités une nuée d'insectes de métal pas plus grand qu'une pièce de monnaie. Pessimiste de nature, le Marina craignait une mauvaise réaction des entités qui gardaient cet endroit, une attaque aussi destructrice que la précédente aussi il ordonna à son essaim métallique de former un cocon protecteur autour de lui et de Sélène. C'était le maximum qu'un guerrier de son rang pouvait accomplir, il détestait l'admettre, mais Kaos paraissait plus à même de se protéger seul et efficacement. Sélène aussi, mais se sentant responsable de sa blessure et aussi à cause de son intérêt grandissant pour elle, le forgeron préféra rester à ses côtés.
Spoiler:
 

« Ils nous protégeront et nous épauleront. »

Le visage si dur du Cyclope s'adoucit le temps d'un sourire adressé à la belle faiseuse de glace avant que son attention se reporte vers la scène en attente de la réponse des maîtres des lieux. Imprégné de son cosmos argenté, les insectes vrombissaient autour du couple. Espérons qu'il ne s'agissait que d'une précaution superflue et inutile.


Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 9 Juin - 9:03

Les flambeaux brûlèrent d'un seul coup avant de se consumer totalement sous l'effet du premier embrasement cosmique. A croire que les visiteurs semblaient animés d'un désir étonnant enfin pour ceux qui avaient été comme effacés des mémoires sans vouloir toutefois se manifester.

Les années puis les siècles s'étaient ainsi écoulés mais qu'était-ce aux yeux de la "Forge" qui était restée si longtemps muette, ignorée de tous et de toutes. Et voici qu'après tout ce temps, quelqu'un venait frapper à sa porte avec suffisament de force pour en éveiller les esprits suivi d'un moyen capable de les apaiser.

Ces deux aspects avaient joué bien sûr mais il en restait un que personne n'avait plus utilisé depuis des temps oubliés.

Le cosmos lié aux armures...

Trois étaient entrés, trois demeuraient relativement immobiles avant que soudain l'un d'eux ne se manifeste et qu'un autre ne suive...

Vibrations dans la salle...

Ni réellement violente ni réellement accueillante. Et soudain des mouvements d'orichalque...

Signal pour les servantes gardiennes des maîtres forgerons.

Don, un don et aussitôt plusieurs cosmos explosèrent. Une forme jaillit directement du sol avant de s'emparer de l'ensemble des insectes du Cyclope qu'elle fit se rassembler en agissant directement sur l'orichalque...

De quoi alerter les trois combattants mais cela ne faisait que commencer. La servante n'était qu'en partie émergée mais s'avérait déjà plus qu'impressionnante...

Tout comme la rapidité avec laquelle, elle collecta la totalité des insectes avant de s'intéresser à ce qui venait d'atterrir en ces lieux. Les guerriers, les armures et le sarcophage.

[La servante n'est qu'à demi-émergée mais elle dépasse déjà de deux bonnes têtes les deux hommes.

Pour l'instant, elle n'a fait que réduire la défense de Brontès à néant.]
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mer 13 Juin - 6:04

Le forgeron ne savait pas trop comment interpréter cette apparition. Cette entité se dressait comme un gardien, mais semblait s'intéresser à ses créations de métal. Pas de message, rien ! Était-ce une énigme ou juste un avertissement ? Mais que devaient-ils faire ? Que devaient-ils comprendre ? La seule chose qui paraissait évidente, c'était que l'orichalque ainsi que toutes les sciences qui en découlaient avaient un rapport avec ce lieu étrange. D'abord l'étrange blessure de Sélène, ensuite le contrôle de ses marionnettes d'Orichalque. Ces êtres avaient un contrôle parfait de ce métal, ils arrivaient à le manipuler avec une facilité déconcertante. S'en était presque insultant, mais devant un tel spectacle, le cyclope ne pouvait faire preuve que d'humilité. Lui qui pensait avoir acquis une grande maitrise de sa science, se rendait compte que finalement il n'était qu'un novice, mais cela n'allait pas durer.

Fermement décidé à comprendre tout le mystère qui englobait cet endroit, le Marina avec un air résolu sur le visage, fit un pas vers la chose.

« Cette chose semble être attirée par le métal de notre armure. »

Tous les trois étaient porteurs d'une armure, mais l'écaille du cyclope était particulière. Attribut des forgerons de Poséidon, elle avait hérité de la capacité de se régénérer tel le corail chatoyant qui tapissait les fonds marins. Brontès était donc moins vulnérable que les autres.

« Je vais donc lui donner ce qu'elle veut dans ce cas »

Il fit un pas de plus vers la créature, alors que son armure se reconstituait nourrit par une aura argentée.

« Sélène je te demande de bien vouloir veiller sur le sarcophage de mon père si ça ne marche pas comme je veux. Si je n'en reviens pas amène-le sur l'ile de Délos à mes frères Marinas. »

Tel fut son testament ou ses dernières volontés. Concernant Kaos, il n'adressa pas un mot, ni même un regard, car il lui attribuait l'apparition de cette chose et il lui en voulait pour cette action irréfléchie. Son déploiement d'énergie avait eu le même effet qu'une pierre lancée sur un nid de frelons.

Cette fois ce fut le borgne qui fit une démonstration de son pouvoir, de ce cosmos unique qui avait la caractéristique de pouvoir réparer les armures. Certes, son pouvoir n'avait pas fonctionné sur l'armure endommagée du Verseau noir, mais il espérait pouvoir tenir suffisamment de temps pour pouvoir maitriser cette force.

Toujours enveloppée d'une fine aura de cosmos, le cyclope se présenta devant la gardienne. Les dés étaient jetés. Il s'était peut-être surestimer, il allait surement à sa perte, mais dans cette situation, il lui semblait que s'était la meilleure option. Au moins son action permettra aux deux chevaliers noirs de s'en tirer. C'était une confrontation de son savoir contre ce pouvoir inconnu.


Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mer 13 Juin - 7:31

La transe dans laquelle je m’étais plongé avait probablement réveillé les créatures d’orichcalque. De plus cet état me permettait de voir que celles-ci était manipulé toujours à distance comme des marionnettes géante. Néanmoins, elles n’étaient pas agressives. Si ce n’est à l’égard des insectes métalliques invoqué par le cyclope. Cela corroborait la théorie d principe de non-agression.

Le borgne ne savait pas cacher son animosité à mon égard. Il voyait en moi un fauteur de trouble, alors que j’avais protégé sa peau face aux déchainements extérieurs, par la suite fort de l’avoir observé face à la porte de métal j’avais usé de mon cosmos de façon paisible dans cette pièce tout comme il l’avait fait pour ouvrir la porte. Sa fierté était mal placée, à moins que cela ne concerne Sélène et le fait que j’ai brisé leur tête à tête.

C’était bien le cyclope qui avait commis une erreur en diffusant ses insectes. Toute manipulation de cosmos ayant un but guerrier, à savoir offensif ou défensif était considéré comme une agression en ces lieux. Et si l’utilisation de mon cosmos avait fait jaillir les statues d’orichalque. Elles ne m’avaient porté aucune attaque en réprimande. La cosmoenergie pouvait être usé en ces lieux, le tout étant de savoir quelle en était le but.

Le marina ne savait pas que l’ordre des chevaliers noirs s’était réveillé au point qu’un sanctuaire tout entier ait ouvert ses portes. Il ne savait pas qu’en ces terres nous étions les maitres. Néanmoins il le saurait assez tôt.

Il souhaitait se mettre en avant. Quelque chose en lui ne supportait pas l’idée d’être au second rang, et décidait d’aller au-devant des statues de métal et fit vibrer sa cosmoenergie. Celle-ci semblait différente d’un simple chevalier. Elle semblait avoir la faculté de faire raisonner l’orichalque.

Le fait de se trouver dans une forge et la présence de Brontes me paraissait de plus en plus logique. L’homme qui allait au-devant avait des accointances avec le métal. Sa technique mettant en œuvre ses petites créatures d’acier corroborait ma théorie. Ce jeune homme était probablement un des forgerons de Poséidon et ce lieu l’attirait.

Un sourire apparu sur mon visage de craie. Peut-être servirait-il de Sésame de la forge.

Je quittais ma léthargie cosmique reposant les pieds au sol et m’approchait de Sélène. Cette jeune femme aux pouvoirs de glace ne laissait à présent plus rien paraitre des douleurs causées par sa blessure.
Je la regardais d’un air amical et posait ma main sur son épaule.

« Chevalier noir du verseau, quand nous sortirons d’ici, je t’amènerai vers ton temple ! Les chevaliers noirs se réveillent de par le monde, et cette ile de malédiction ne sera plus jamais ce qu’elle fut par le passé ! Elle n’est plus une prison du sanctuaire d’Athéna mais belle est bien un foyer. Cette ile nous appartient désormais. J’ai ouvert les portes antiques du sanctuaire noir qui est lié à nôtre ordre et nous sommes déjà plusieurs et avons juré de protéger ces lieux comme une patrie. Nous sommes sans dieu ni maitre et n’acceptons de missions que si cela nous convient et ceux quel que soit le demandeur. Nous n’avons rien avoir avec nos anciens prédécesseurs. Nous ne sommes en aucun cas des parias, mais un ordre nouveau.»

Si ces paroles était destiné à expliquer ma présence et surtout à lui faire comprendre ce à quoi elle appartenait désormais, j’avais fait en sorte que ces paroles soient audible, y compris pour Brontès. Cela n’était pas un secret, au contraire, et cette terre était bel et bien la nôtre désormais. Les chevaliers noirs devaient être connus à travers tous les ordres de la chevalerie comme une force non négligeable.

« Je t’en dirai plus une fois la bas.»

J’aurai pu aider de mon cosmos à soigner la plaie de Sélène, mais cela pouvait être pris comme une entrave aux volontés en actions. Nous devions tous prendre nôtre mal en patience.

Je laissais cette fois le jeune cyclope agir. Sa fierté lui servirait peut -être ! A moins qu’une de ces statues géantes ne décide de l’écraser sous une de ses énormes mains…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau
avatar

Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 16 Juin - 4:51

Dans la salle surchauffée, enfin pour un chevalier des glaces, Sélène était restée muette, attendant la suite des évènements auprès de Brontès. Son cosmos était aussi actif mais bien moindre que celui de ses deux compagnons. Un simple souffle apaisant autour d'elle et des guerriers. De quoi rendre juste la chaleur plus supportable et engourdir la douleur de sa plaie.

Un sourire à Brontès pour lui faire comprendre qu'elle l'approuvait et appréciait sa présence. Tous deux avaient commencé cette aventure ensemble et elle serait heureuse de la finir ensemble avec l'aide de Kaos. Même si cela risquait de provoquer quelques remous.

Un simple regard vers eux avait fait comprendre à la jeune femme que ce n'était pas l'amour fou entre les deux combattants mais qu'ils étaient aussi tous deux capables de passer outre leurs animosité ou leurs sentiments respectifs.

Un autre sourire envers ses deux partenaires. Sa présence aurait au moins le mérite de calmer les choses en attendant qu'elle puisse elle aussi faire preuve de ses talents de combattante. Aussi prit-elle la parole d'une voix douce sans le moindre tremblement.

- L'Île de Death Queen Island a longtemps été délaissée par les dieux en proie à la folie des hommes. Le pire a pu se déchaîner mais pourtant la bonté et l'espoir y ont aussi germé, Brontès. Mais pour son plus grand malheur, la méchanceté humaine a toujours pris sur l'honneur et la bonté. Jusqu'à maintenant...

Un léger soupir avant qu'elle ne poursuive.

- Je n'ai rien d'un bandit ou de l'un des parias ou des monstres ayant souillé cette Île. Kaos et moi, sommes différents. Et je suis certaine que les nouvelles ombres odnt je fais partie parviendront à changer la face de Death Queen Island et lui offrir sa beauté originelle voire bien plus...

Elle se plaça entre les deux hommes tandis que le cocon protecteur de Brontès se déployait.

- Merci... Puissions-nous comprendre ce qu'ils ou elles attendent de nous.

Quelques instants s'écoulèrent avant qu'une réposne en se fasse entendre. Plus que surprenante. La totalité des insectes d'orichalque de Brontès se retrouvèrent ainsi réduits à néant. Puis, elle finit par comprendre elle aussi le lien entre la gigantesque apparition de métal et le cosmos de Brontès.

Le métal... Oui, nous sommes dans une sorte de réserve de métal... Est-ce que par hasard ?

La voix de Brontès la tira de ses réflexions avant qu'elle ne secoue la tête et réponde.

- Oui, je ferai cela. j'irai au Royaume de Poséidon mais je n'irai pas seule. C'est ensemble que nours irons voir ton dieu, Brontès du Cyclope. J'en suis certaine tout comme je suis certaine de visiter le temple du Verseau noir en compagnie de Kaos. Nous devons croire en nous, marina du Cyclope et maître Forgeron.

Oui, Kaos, moi aussi, je rêve de changer cette Île...


Et sur ces dernières paroles, elle attendit la suite et la réaction de cette chose. Qu'est-ce qui l'intéressait réellement, eux ou leurs armures ?
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Lun 18 Juin - 7:17

Des flux de cosmos dans le sous-sol de Death Queen Island. Energies des trois invités et des insectes qui reposaient entre les " pattes " de la servante. Et parmi tous ces cosmos, toutes ces merveilles en brillait une en particulier. Celle sur laquelle se focalisait l'attention de la Servante. Sur lui ou sur sa scale dont de précieux fragments glissaient entre ses doigts tout en entamant un changement de forme.

Une nouvelle vague de chaleur quasi insoutenable se dégageait de l'immense silhouette avant qu'elle ne se retourne sur le Cyclope.

Nulle expression sur le masque de métal, juste des éclats brillant derrière ce qui ne pouvaient être que des verres protecteurs.

Quelque chose se produisait mais était-ce vraiment ce qu'espérait obtenir le forgeron de Poséidon ? Sa scale brillait avec intensité alors que les fragments qu'il avait offerts perdaient leurs formes mais aussi une part du cosmos les baignant.

Un bruit sourd venant de l'une des vasques dont la gangue protectrice se craquela. Flux de cosmos et la masse informe qu'étaient devenus les protectrices du Borgne se dirigèrent droit vers l'immense objet, révélant presque son contenu, une forme métallique encore inachevée... Comme une chrysalide en fin de développement.

L'orichalque venant des insectes avaient même changé de couleur, adoptant la teinte sombre des armures des Ombres.

D'autres phénomènes s'enclenchèrent aussitôt tandis qu'une sorte de mur se dressait autour de la vasque et de son précieux contenu, l'isolant du groupe...

Nul doute que ce spectacle les auraient intéressé au plus haut point si la servante leur avait laissé le temps d'approcher mais quel appel irrésistible que celui du cosmos de ce marina. L'immense silhouette émergea enfin dans son entièreté. Elle avait presque quatre mètres de haut. Puissante et capable de se mouvoir avec une rapidité et précision incroyables, elle se plaça devant la scale de Brontès avant faire glisser un pièce couvrant ce qui semblait lui servir de pattes antérieure avant de révéler une main fine aux doigts effilées.

D'un geste, elle effleura la scale du Cyclope qui aussitôt émit une plaine encore plus déchirante que celle de Sélène. Le don de Brontès n'avait pas suffi à moins qu'une erreur de langage n'avait été commise.

Toujours en était-il que cette première prise ne semblait pas lui suffire et qu'après avoir traité cette nouvelle récolte, blessant le porteur de la Scale du Cyclope au passage, elle ne revienne à la charge.

D'autres bruits se firent aussi entendre, celle du Sarcophage qui avait basculé et s'était échoué juste à fleur du puits qu'avait laissé derrière elle la Servante.

Un passage vers un autre salle mais encore fallait-il convaincre l'immense ''gardienne" de ne pas les détruire ou les confondre avec le reste des matières premières...



[HRP : Dégâts de Brontès : 150 Pa avec une blessure de 75 hp.

Maintenant à vous de sauver votre peau à défaut de pouvoir convaincre la Servante que vous n'êtes pas des matières premières pour forger de nouvelles armures.

Le combat, si vous l'acceptez se fera en Full rp]
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mer 20 Juin - 10:05

La réponse de la servante n'avait pas vraiment été ce que le Cyclope espérait. D'un simple coup, elle avait provoqué de lourds dégâts sur son écaille et entaillé sa chair, cependant on ne pouvait pas vraiment parler d'échec dans cette situation. Brontés pensait qu'il était réellement capable de percer le mystère de cette salle grâce à ses connaissances. Et grâce à son initiative, il en avait peut-être déjà déchiffré une parcelle ! Cette chose qui s'était dressée devant lui agissait comme un automate, comme une abeille ouvrière qui n'avait que seule mission de manipuler le métal pour la conception d'objet, des objets d'orichalque sombre ! Un simple regard sur les armures des deux autres chevaliers lui fit espérer que ce lieu avait peut-être un lien avec les armures sombres et donc avait aussi un lien avec les recherches de son défunt père et de sa quête.

Malgré ce qu'on pouvait penser en voyant son armure presque détruite et la mare de sang qui baignait ses pieds, le cyclope était fier de lui. Tous ces miracles auxquels le trio venait d'assister avaient été provoqués par son action. Son geste avait été déterminant, cependant il avait eu comme conséquence de réveiller la créature mystique, elle semblait affamé.

Le marina dut faire preuve de toutes son habilité pour esquiver le second coup.

« C'était juste, mais je commence à comprendre, du moins je l'espère. »

La chute du sarcophage et donc l'ouverture d'une nouvelle entrée, ne passa pas inaperçue. La réaction du forgeron fut immédiate, il avait provoqué cette chose, il devait donc en assumer les conséquences, seul. En une foulée le borgne se précipita à la vitesse de l'éclair vers l'endroit où était entreposé le minerai brut.

« Ecoutez, cette chose n'est qu'un outil, je vais tenter de retenir son attention suffisamment de temps pour que vous quittez cet endroit, Sélène je compte sur toi pour récupérer le sarcophage. »

Hurla-t-il aux chevaliers sombres, tandis qu'une fois de plus il faisait exploser son cosmos. Cette fois l'énergie déployée était différente, elle avait une autre nature et pour cause ! Le forgeron en avait encore appris un plus des forces qui régissaient les lieux en subissant les effets du pouvoir de la servante. Des pièces de son écaille avaient été incorporées à l'œuvre de cette créature. Telles des sondes, elles avaient transmis à leur propriétaire de précieuses informations et maintenant Brontès tentait une ultime expérience pour mettre en pratique ce qu'il avait appris.

L'autre motivation du forgeron était de préserver cette merveille. Détruire un tel prodige était quelque chose qu'il se refusait à faire, un crime impardonnable ! Alors, autant attirer son attention ! Comment allait-il s'y prendre ? Tout simple en nimbant les morceaux de métal de son cosmos afin d'attirer cette ouvrière vers lui, le temps qu'elle assimile l'offrande d'Orichalque que le forgeron lui présentait, sera autant de temps gagné pour les résidents de Death Queen Island.

Il y avait plusieurs données inconnues dans cette équation. Les chevaliers noirs pouvaient refuser de suivre son plan et attaquer la créature ou alors la servante pouvait tout simplement ne pas être leurrée par l'appât qu'il montait.
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 24 Juin - 11:48

Une gerbe d’orichalque et de sang recouvrit le sol. Le coup porté par la géante en percutant Brontes avait émis un souffle fugace à travers la salle mais d’une puissance faramineuse, balayant la poussière accumulé depuis des siècles. Le son de l’armure du cyclope explosant sous l’impact couvrit les rugissements du volcan.

*ce coup était d’une puissance démesurée. Bien plus forte que la frappe d’un chevalier d’or ou d’un juge. Sur un simple coup physique, cela dépasse même la capacité des marinas et des guerriers divins . Et pourtant, il ne s’agit que d’une marionnette. Si la créature qui manipule ces choses ou qui leur influe la vie est capable de leur donner une telle puissance. Qu’en sera-t-il si on la débusque en personne? *

Un sourire amusé d’enfant éclairait mon visage. Cette incroyable puissance, je devais la découvrir, absolument. D’autant qu’elle se trouvait dans les tréfonds de nôtre ile.

*Ne t’inquiete pas, nous te trouverons… *

J’avais observé la scène avec attention avant que le golem de métal ne frappe Brontes. Les insectes de celui ci avaient pratiquement fondu et prit la couleur obsidienne de mon armure et celles-ci se retrouvaient aspiré par une des trois vasque où une sombre forme reposait avant de disparaitre derrière une parois amovible la séparant des deux autres. L’énergie affluait et circulait dans tout les sens. Au point que la source en était invisible. La géante était attiré par ce borgne qui lui faisait front. Elle avait gouté à son sang, et s’affairait à réduire l’orichalque de son son armure en miette.

« elle nous voit comme de la nourriture! on lui sert à fabriquer d’autres armures noirs…»


Je n’étais pas un forgeron, mais la situation était suffisamment évidente pour en comprendre l’idée. De plus, si j’étais devenu un chevalier noir, ma formation avait été celle des chevaliers d’or, et je n’ignorais pas que la matière première nourrissant les armures hormis le métal divin, était bel et bien le sang des chevaliers. Nous réunissions les conditions parfaite pour la géante . De la matière première.

En revanche une porte cachée s’était ouverte prêt du sarcophage, recouvert de la protection glacée du verseau noir.

J’observais Brontès , couvert de sang et l’armure en lambeau faire front et nous disant qu’il souhaitait se confronter à cette machine seul et nous invitait donc à passer dans la salle suivante. Le marina avait certainement eu des attitude des plus antipathiques à mon égard, mais sa force de caractère face à une attaque de puissance divine était des plus impressionnantes. Sa force pure ne m’échappais pas, mais si doué soit il, il avait le niveau d’un chevalier d’argent, et faire face seul à cette créature était pure folie. Mais avais-je été moins fou d’aller discuter avec Pan à l’entrée du temple de Minos ? Quel que soit le camp que nous honorons, la chevalerie impose un dépassement de soit allant au delà de tout entendement humain. Il prouvait sa détermination en souhaitant affronter ou maitriser cette créature.

Au-delà des notions de bien et de mal, le panache était une chose que je respectais par-dessus tout.

Néanmoins si j’acceptais la requête du cyclope, vue la vitesse et la trempe de la géante, passer ne serait pas une sinécure . Bien que Brontès attirait son attention, à deux nous réussirions à passer, mais à quel prix ? Si c’était pour être plus mort que vif, nos chances de découvrir le secret de l’ile et surtout d’en sortir s’approchait de zero. D’autant que le verseau était blessée.

Puis un souvenir éclaira mon esprit en ce sombre moment.
Celui de mon maître sur l’ile de Milo, Shaula, cette femme au caractère trempée m’avait donné toute les armes pour faire de moi un puissant chevalier, à la fois dans les pratiques martiales que par l’enseignement et l’histoire de la chevalerie.
Je me souvenais encore de sa voix

« ...Écoute cette histoire kaos :

Il y a quinze siècles de cela, un chevalier d’or du scorpion, du nom de Akraab était le meilleur chevalier et ami du Grand pope de cette époque.
Il fut décidé qu’il deviendrait le maitre du fils de ce dernier. Jugeant l’enfant baptisé Stélios, bien que puissant, trop instable et le cœur remplis de haine au point de tuer ou estropier les autres disciples, le saint décidait d’en faire part au gardien du sanctuaire qui choisissait à contre-cœur de le cloitrer dans une prison sur mesure au sein du mont étoilé. Aucune geôle traditionnelle aurait pu stopper ce jeune garçon dont la puissance ne faisait que grandir.

Alors Le pope scella son fils au sein d’une pièce couverte de centaines de sceaux remplis de puissance cosmique bloquant toutes formes de vies. Pourtant après quelques années, malgré l’isolation, le jeune garçon avait su développer la maitrise du cosmos à un niveau équivalent de celui des chevaliers d’or. Attisant sa haine de son père qui était devenu son geôlier, il profita d’une visite de ce dernier pour tenter de se venger.

Comment cela fut il possible?

le temps d’une fraction de seconde, après avoir bondit vers son père, par la manipulation du cosmos sur son propre corps, il réussissait à faire disparaitre sa présence en stoppant toute activité cellulaire et cosmique franchissant ainsi la barrière surnaturelle. Le jeune guerrier se jeta sur son père. L’histoire raconte que le père et le fils s’entretuèrent sans témoin.

Pourtant le pope, avant de mourir envoya un message télépathique à Akraab pour lui faire ses adieux, transmettant ainsi les derniers moments enregistré par sa psyché..."



Cette histoire me donnait une idée dans cette situation.
Si je décidais d’en faire autant, et si ma théorie sur le fait que cette machine réagissait aux mouvements cosmiques et de vie comme les sceaux de protection de cet ancien pope, je pourrai passer sans problème.

Je regardais Sélène, elle était blessée mais largement capable de continuer. D’une façon comme d’une autre, à moins qu’elle décide de rester avec le cyclope, elle n’aurait pas le choix.

Je lui adressais un sourire rassurant.

« Sélène, je vais saisir l’opportunité que nous donne Brontès, me suivras-tu ? Si tel est ton choix, alors observe moi bien aller de l’autre cotés. Si cela marche, nous passerons à l’étape suivante sans dommage »


Le plan semblait bon, et il ne pouvait plus y avoir d’hésitation.

Fixant l’ouverture qui se dessinait par delà la montagne d’orichalque en mouvement, je bondissait en survolant le sol de très prêt. Alors, dans une fraction de temps qui semblait suspendue, j’ordonnais avant de faire taire ma cosmoenergie et celle de mon armure, à celle ci de parcourir mon corps et aux milliards de cellules le composant pour l'endormir dans un état feintant la mort.

Cela ne fut pas si difficile car proche de la transe qui m'avait permis de survivre dans l'ile.
devenant une ombre, un fantôme sans vie traversant la pièce. Je voyais la scène au ralentis, tout devenais noir et blanc, seulement mu par l’impulsion de mon saut je passais entre les jambes de la géante qui obstruait le passage. Mon regard obstinément porté vers ce point de lumière dessiné par l’ouverture de la pièce suivante , je me jetais, droit vers mon destin espérant que Sélène suivrait mon exemple .


(hrp, évidemment, je n’ai pas dis que j’arrivais de l’autre cotés vue que c’est au deus ex de décider si mon astuce pour passer sans encombre est valable, donc si c’est validé, je passe de l’autre cotés et je reprend ma respiration ^^.)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau
avatar

Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 1 Juil - 2:57

Une explosion de cosmos avant que la main de la Servante ne frappe Brontès et ne détruise en partie son écaille avant de labourer son corps, creusant sans le moindre doute une crevasse sanglante en sa chair.

Aussitôt Sélène se tourna vers lui pour voir que comme elle, il tenait bon malgré tout. Tous savaient surmonter leurs douleurs et continuer à aller de l'avant. Tous deux se respectaient déjà et peut-être que les choses évolueraient encore davantage entre Kaos et Brontès...

tous deux étaient des hommes de valeur à l'esprit vif et délié sous leurs airs rudes et marqués par les épreuves de la vie. Sélène les aiderait à trouver un terrain d'entente si elle en sentait encore le besoin. De part le passé, la jeune femme avait joué un véritable rôle d'ambassadrice entre Marinas, Guerriers divins et Chevaliers. Elle était même parvenue à créer une entente entre les guerriers représentants ces trois camps. Malheureusement, les choses s'était achevées de la plus ssurprenante des façons. Le coup qui devait la frapper et la mettre à terre était venu de son propre camp et non des celui de ses alliés ou ennemis. Mais du bon était aussi ressorti de tout cela. L'ombre du Verseau avait appris que les Marinas étaient autant des hommes d'honneurs que les Guerriers divins ou les Golds Saints. Des moutons noirs pouvaient bien sûr se cacher en leur rangs mais tout combattant avait aussi la possibilité de percer à jour les manoeuvres de ce genre d'individus.

Un jour, la vérité avait éclaté et la jeune femme y avait recouvré sa liberté...

Une estime immense était née entre le Grand Skald, le Dragon des Mers et la Reine déchue. Et ce qui avait pu se dérouler une fois dans un lontain passé pouvait se reproduire dans le présent avec d'autres protagonistes mais cela était plus que possible comme semblaient le démontrer les évènements...

A la demande de Brontès, elle répondit tout en embrasant son cosmos s'enveloppant d'une couche de glace. Ce qui eut popur effet de l'isoler de l'extérieur. La chaleur même de son corps oui celle émise par l'armure noire blessée devenait indétectable. Cela serait peut-être inutile même si rien n'était certain ? Si elle n'apparaissait plus comme une source de chaleur mais juste un corps froid ou mieux encore un souffle de glace, cela aiderait ses compagnons.

Seule sa voix la fit paraître vivante tout comme son armure.

- Compte sur moi, Brontès du Cyclope. Mais sache une chose, s'il le faut, je t'enfermerai aussi dans un cocon pour t'emmener en lieu sûr. Si cette chose n'est qu'un pantin, elle doit malgré tout nous détecter...

A peine venait-elle de dire ces quelques mots que les gestes s'ensuivirent. Le Forgeron de Poséidon enflamma son cosmos pour attirer sur lui seul l'attention de la géante. Puis, ce fut Kaos qui se mit en route, ouvrant le passage.

Sélène avait fait en sorte de rendre sa vie et sa chaleur ainsi que celle de son armure indétectable, lui s'était plongé dans un état le faisant passer pour non en vie. Une façon très subtile de s'en sortir.

Bravo, Kaos, pourvu que cela fonctionne. Et sans hésiter, elle se lança à sa suite, n'oubliant pas que le but était de passer à la salle suivante et de récupérer le sarcophage de glace tout en perçant le secret de ces lieux.

Le sarcophage mais lui aussi est en orichalque. La seule différence est que celui-ci semble inerte...
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Jeu 5 Juil - 3:58

De nouveau les courants cosmiques se firent ressentir, focalisant encore davantage l'attention de la Servante sur le marina. Elle fit mine de s'avancer tandis que ses "sens" demeuraient actifs. C'était assez perturbant de voir la facilité et la précision avec laquelle cette masse se déplaçait. Et plus encore la dextérité dont elle pouvait faire preuve.

Quelques minutes s'écoulèrent ainsi dans un silence oppressant. Seules les énergies faisaient vibrer les roches. Le flux s'écoulant entre la géante métallique et le Garde du Cyclope. C'était un spectacle fascinant que celui de cette merveille datant d'un autre âge et de ce jeune homme avide de savoir.

Il tentait réellement d'établir un contact entre eux. Un instant, la ruse du marina sembla fonctionner. Seulement, un autre phénomène vint perturber la Servante. Cela venait du Puits où se trouvaient deux masses de glace mais aussi une armure agonisante. Pas un souffle de vie ne semblait s'en dégager.

Le porteur avait comme succombé sans laisser la moindre trace de sa présence. Seule l'armure émettait encore quelques soubresauts de cosmos. Aussi, les "yeux" de la géante semblèrent s'illuminer avant qu'elle ne balaie littéralement les lieux de ses mains. Les deux masses de glace n'étaient pas son soucis majeur et elle les balança avec violence dans le puits. Restait l'autre, la masse presque morte qu'elle attrapa en plongeant directement ses "doigts" à l'intérieur de ce qu'elle captait comme étant une armure vide et en voie de "nécrose".

Dun geste, elle en détruisit une bonne partie qui rejoignit aussitôt le contenu de la vasque avant de projeter le reste sur le sol et de l'immobiliser sous une de ses pattes...



[Hrp : c'était une très bonne idée mais la servante a malheureusement "interprêté" cela comme masse de métal devant être récupérée au plus vite. Ne détectant aucune vie, elle a frappé de sorte à saisir l'armure. Le coup s'est abattu dans la partie protégeant le cou et le haut du thorax et a du au moins traverser l'épaule.

Les dégâts sont pareils à ceux de Brontès 150 PA et 75 hp.

Pour plus de clarté, un autre sujet sera ouvert pour Sélène.]
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 7 Juil - 3:40

Le développement de la situation ne plaisait pas au forgeron, son souhait était de se retrouver seul avec cette créature afin de l'étudier et d'en tirer toutes les connaissances qu'il pouvait assimiler. Le sort ne lui permit pas réaliser ses desseins. Aussi surprenant que cela, la ruse de Kaos ne fonctionna pas, pourtant pendant l'espace d'une seconde, la présence du scorpion s'était estompée jusqu'à disparaitre. Cela aurait dû fonctionner, car c'est le cosmos qui avait en partie réveillé cette chose et qui semblait l'attirer, mais apparemment sa perception ne se limitait pas au flux d'énergie, mais à l'essence même du métal précieux.

Au moins Sélène avait réussi à s'en sortir. La clef était donc de s'isoler du monde extérieur ou tout simplement de se débarrasser de tout objet en orichalque. La première option était impossible pour le forgeron qui ne pouvait pas faire preuve d'autant de finesse que la ravissante naïade des glaces. La seconde option était impensable, car la fierté du Marina l'empêchait de se débarrasser de son écaille, héritage de son père consacré dans le sang des criminels qui l'avaient lâchement assassiné.

Hélas, l'expert n'avait pas réussi à déchiffrer toutes les subtilités qui permettaient à cet automate de fonctionner, cependant il avait compris que ce n'était qu'un outil contrôlé par une entité plus puissante. De plus, il est évident qu'elle n'allait pas relâcher Kaos tant que son armure ne sera pas incorporée dans les vasques. Le chevalier noir courait le risque de voir son armure sombre détruite sans aucune possibilité de reconstruction et il n'allait surement pas rester plaqué contre le sol en attendant de recevoir un second coup. Il fallait donc prendre l'initiative, avant qu'on ne dépasse le point de non retour !

La pièce s'illumina quand son cosmos explosa une énième fois. Mais cette fois ce n'était pas sur son armure ou sur les copeaux métalliques qui trainaient sur le sol qu'il comptait appliquer son énergie. Sa cible n'était rien d'autre que la servante, elle aussi était faite de métal et donc en principe devrait réagir à ses techniques renforcées par le peu qu'il venait d'apprendre.

* Dernière tentative*

Une vague aveuglante argentée naquit devant le garde marin et se rua sur la chose de métal. Cette technique était une dérivée d'une de ses attaques, mais bizarrement aucune émotion agressive n'était perceptible dans le flux d'énergie, juste une volonté et un ordre qui était destiné à s'imprimer dans toute la structure dans la créature.

« Lâche-le ! »

Persuadé que la force n'était pas la solution de cette énigme, le forgeron prenait le risque d'oser ! De tenter le pari démentiel de contrôler cette marionnette ou du moins de perturber ses actions ! La frontière entre la réussite et l'échec de cette opération était aussi épaisse qu'un fin cheveu, une donnée mal calculée et c'était la fin de tout pour Brontès.
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Lun 9 Juil - 6:18

Pas un seul son ne sortis de ma bouche au moment de l’impact. Et de valeurs de gris, le décor prenait des teintes pourpres. Enfoncé dans le sol sous une griffe de métal, les sensations de mon corps revenaient, et m’envahissaient. La stase avait bloqué tous messages nerveux, mais la vie revenait dans mes veines, enrichie d’une puissante douleur dans le thorax et l’épaule gauche. Le tapis de roche dans lequel je me trouvais encastré ressemblait à un tombeau improvisé et le monstre d’orichalque en était le couvercle. Un frisson parcourait mon échine, et l’adrénaline bouillonnante abolissait la douleur. Puis le cosmos, cet univers d’énergie pure caché au sein de chacun, et révélé comme une puissance infini pour les chevaliers brulait de mille feux.
Le sol se mit à trembler et des volutes d’or et de ténèbres s’échappaient par les multiples fissures qui se dessinaient jusqu’au bout de la pièce.

«J’ai déjà été enterré une fois, et ce n’est pas une poupée qui me laissera sous terre. »

"SHELL OF SHADOWS"
(illustration de la technique)



Le pied de la géante s’enfonça plus profondément sans n’avoir plus rien à bloquer en dessous. Déstabilisant son équilibre.


Mon poing déchira le sous-sol dans la longueur de la piece, je parcourais assez de chemin pour me retrouver à distance de la créature.
Utilisant la technique défensive du vide, ma silhouette était désormais celle d’un fantôme opaque et obscure aux reflets d’airain, masquant jusqu’à ma nature humaine. Un magma de cosmos pur recouvrait mon corps et mon armure à l’agonie formant une carapace supplémentaire pour me soulager de futurs impactes.

Les dalles se soulevèrent et je me libérait du sol dans un geysers de rocoailles quelque mètres derrière Brontés, qui, se retrouvaient à nouveau en première ligne.

J’attrapais mon épaule qui était déboitée. Avec ma main droite je l'empoignais et un craquement sourd en sortis au moment de la replacer me faisant serrer les dents.

J’observais le borgne implorant la bête de lui obéir via son cosmos.
Ni lui ni moi n’avions saisi l’entièreté des capacités de la créature, et ce fut Sélène qui fut la plus à même de déjouer sa surveillance. Au moins, c’était cela de gagné.
C’était là la dernière chance de Bontés pour dompter la machine. Au prochain coup de la créature, soit il mourrait soit cela marchait. De mon côté, fort de ma protection cosmique je me préparais à combattre pour sauver ma peau.
Néanmoins, en créant une longue faille sous les dalles, le sol était devenu plus meuble, ce qui rendrait la progression de la machine bien plus compliqué pour elle vue son poids.

Ma voix restais sereine, peut etre trop pour exprimer un réèl calme. Si la tentative de Brontes échouait, je me jurais que la géante finirait engloutit dans un néant absolue.

"Marina, je te souhaite de réussir, car dans moins de deux seconde, je m’apprête à la démolir!"


*******************************************************************


Sacrifice de mes dix coups potentiels contre l’action de traverser le sous-sol.

Shell of shadow: 60 CS :
Spoiler:
 
Kaos :
Pv : 175 : -75
PA : 150 : -150
CS : 190 : -60

( hrp : je résume si je n’ai pas été extrêmement clair. je me suis mis totalement hors de portée en creusant une galerie en remplaçant mes dix coups par cette acte de terrassier ^^. Le sol est devenue meuble : d’un point de vue logique vue son poids elle va s’enfoncer en avançant vers nous… et donc je me retrouve presque à l’entrée de la salle loin derrière Brontes. Il est libre d’en manger une ou réussir son œuvre. Maintenant je suis prêt à envoyer du lourd si le cyclope prend une nouvelle tarte !^^)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau
avatar

Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 14 Juil - 7:09

Sélène avait filé à la suite de Kaos lorsque soudain un choc terrible la fit décoller avant qu'elle ne réalise que la géante l'avait soulevée avec une facilité déconcertante avant de faire subir le même sort au sacorphage du père de Brontès. Quoique l'Ombre du Verseau ne fit qu'entrevoir la manoeuvre tant tout alla vite.

La gigantesque servante d'orichalque la balança sans autre forme de procès dans le puits comme si elle n'était plus d'aucune utilité. Être prise pour un déchet était sans doute la dernière chose qui lui aurait plue.

Enfin, elle espérait que cela se siot quand même pas ça mais juste un transfert vers une autre salle en compagnie du père du Cyclope. Quant aux dernières images qu'elle put saisit, elles ne firent qu'inquiéter la jeune femme. Voir Kaos se faire traiter comme un plat de résistance n'augurait rien de bon pour la suite mais elle gardait aussi toute confiance en eux.

Les marinas étaient très puissants mais les chevaliers noirs aussi. Jamais aucun d'eux ne se laisserait dévorer sans avoir tout tenté.

- Courage mes amis. On se retrouvera...
Brontès !!! Kaos, on se retrouvera de l'autre côté ! Je vous y attendrai.


Et sa voix s'éteignit tandis qu'elle plongeait encore plus bas dans les entrailles de Death Queen Island...

[HRP : Petit post pour dire que j'ai été jetée hors de la salle des fêtes. Bonne chance Brontès et Kaos. On verra comment je vais finir de mon côté]
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 21 Juil - 7:15

Un appel..

Dans les entrailles de Death Queen Island résonnait un appel venant comme d'un autre âge. La géante se courba aussitôt vers la source. Un mouvement vers elle. C'était "audible" mais si difficile à comprendre. Elle restait en arrêt, hésitante, appuyant de tout son poids sur l'armure noire agonisante.

Le temps pressait, elle ne devait pas perdre la précieuse orichalque en lui offrant une nouvelle vie sous la forme d'une nouvelle armure, d'une nouvelle création...

Une émission soudaine de cosmos. Une distorsion de l'espace. La structure même de la roche se changeait avant que la masse d'orichalque ne disparaisse de dessous sa patte. Ce fut si soudain qu'elle manqua un pas, faisant trembler le sol lorsqu'elle reprit son équilibre.

Si la géante avait eu la capacité de mimer ou d'exprimer de simples expressions, on aurait pu lire de la surprise sur ce qui lui servait de face.

Le sol recommança à se fragiliser sous sa masse tandis qu'elle observait sa patte. Son armure captive avait effectivement disparu comme par enchantement ou plutôt s'était déplacée si vite qu'elle se trouvait maintenant derrière celui qui tentait d'entrer en contact avec elle. La Servante se déplaça soudain.

Elle voulut rejoindre celui qui venait de lui donner cet ordre qu'elle ne comprenait point. Son allure incroyablement vive, causa de lourds dégâts qui l'obligèrent à déployer plus de force et surtout à se rapprocher au plus près des deux hommes avant de lever les deux pattes avant vers le ciel et les joindre en une attitude menaçante.

Une lueur dans ses yeux, elle bougea soudain...
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mer 25 Juil - 7:03

Ca n'avait pas de sens ! Ou plutôt ça dépassait la compréhension du cyclope forgeron ! Comment avait-il pu se tromper ainsi ? Non ! Impossible ! Toutes les données qu'il avait acquises au prix de son sang avaient été étudiées, de la moindre oscillation de cosmos à la plus petite particule de métal qui était entrée en contact avec cette chose. Brontés pensait avoir tout étudié et il souhaitait que sa tentative soit couronnée de succès et pourtant il ne put constater qu'un échec ! Encore un ! Celui de trop !

A ce moment précis, l'affrontement semblait inéluctable. Il avait échoué et les traits de son visage si fermé se plissèrent sous un rictus de colère. Incapable de se pardonner d'avoir échoué si lamentablement, le coeur plein du vin amer de la colère, il ne restait pas aveugle aux événements qui se déroulaient dans la pièce.

Kaos avait finalement réussi à se défère des crochets métalliques de la servante et à première vu se préparait à contre-attaquer. Le point de non retour avait été dépassé ! Au moins le Marina pouvait avoir une vraie idée du niveau de ce chevalier noir, car si son entrée en scène tapageuse, ne l'avait guère impressionnée, la technique étrange qu'il venait de déployer semblait venir d'un autre monde. Un spectacle captivant et effrayant, il ne se doutait pas que les chevaliers noirs pouvaient utiliser de techniques si élaborées. Jusqu'à présent le forgeron les voyait simplement comme une bande d'insectes vêtus d'Orichalque qu'il fallait éradiquer.

Sélène lui avait fait comprendre à quel point il avait tort. Cette femme était l'antithèse vivante des renégats qu'il avait exterminés pour venger la mort de son père. Cette guerrière était comme une rose qui avait réussi a éclore sur le sol aride de cet enfer. Une vénus de glace venant d'une autre ère qui faisait battre un peu plus vite son cœur à chaque fois qu'il pensait au ballet soyeux de ses cheveux.

Kaos par contre lui avait appris à quel point il sous-estimait les chevaliers noirs. Ils n'étaient pas tous pareils, pas tous égaux sur la balance du pouvoir ! Certains étaient faibles, d'autres monstrueusement puissants. Voilà une nouvelle qu'il devra partager avec la régente, s'il survit à cette épreuve. Cependant ce n'est pas pour autant qu'il appréciait le chauve.

Survivre était une tâche qui semblait bien ardue cependant et contrairement au scorpion noir; Brontès ne pensait pas qu'il serait aisé de démolir cette chose ! Un simple coup de cette créature avait suffi à le blesser sérieusement. La seule protection que pouvait utiliser le forgeron de Poséidon était inefficace contre ces attaques redoutables et pourtant il devait faire face à cette créature.

La servante ne lui donna pas le temps de réfléchir à une nouvelle stratégie. Instinctivement le garde marin effectua un mouvement latéral sur la gauche tout en lançant sa hache nimbée de cosmos sur un des appendices de son assaillant. L'idéal serait de l'immobiliser, de la désarmer ou de l'affaiblir assez pour emprunter sans danger le même chemin que Sélène. L'autre but de sa manœuvre était de scinder en deux le groupe. Kaos s'était habilement glissé derrière lui, mais cette configuration représentait un désavantage. On dit souvent qu'une nuée de moustiques est plus redoutable qu'un rhinocéros qui charge. On peut contrer l'assaut unique du pachyderme mais que faire contre plusieurs ennemis qui vous harcèlent. Ainsi le borgne s'occupait flanc du gauche, le premier qui trouvera une faille dans la défense devra attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 27 Juil - 3:50

Je sentais sous le fluide imposé par ma technique protectrice la douleur infligée par la géante. Mais plus encore, celle de mon armure. La partie protégeant mon épaule gauche et mon cou avait totalement sauté, fissurant tout le reste du torse et du casque. La colère m’envahissait. Si j’avais trouvé des homologues sur l’ile, ma plus fidèle alliée jusque-là était mon armure et celle ci était meurtri. Un don d’un chevalier disparu depuis des temps anciens à qui je devais faire honneur en la portant.

J’avais parié sur la réussite du marina, et perdu. Le constat était certainement amer pour le guerrier marin, mais tout autant pour moi. Le cyclope était puni par son orgueil à vouloir maitriser cette machine trop puissante, et moi par le mien à essayer de profiter de cette situation.

Je repensais à cette époque de captivité où j’observais le cosmos de ces cinq chevaliers d’Athéna bravant et surmontant plus fort qu’eux.
En regardant Brontes échouer dans sa tentative de manipulation cosmique, je me demandais en quoi sa détermination pouvait-elle être moindre que ces cinq enfants en leur époque.

Pourtant blessé, nous n’avions même pas débuté le combat. Il était temps de rendre la monnaie de sa pièce à l’aberration dévoreuse d'armure.
Le garde de Poséidon se déplaça rapidement sur le cotés gauche et jetais sa hache vers la bête.

Cela suffirait-il ?

Ma technique la plus puissante était faite pour le combat singulier et sans alliés. En la déclenchant, il serait possible de créer un dégat majeur à la créature, mais Brontes pourrait en mourir au vue des dommages collatéraux qu’elle provoquerait.
Tout aussi irritant qu’était le borgne, je ne souhaitais pas l’abattre.

Quant au dark stinger, son objectif était de blesser un corps humain et pas une machine. Il me semblait peu approprié de l’utiliser en ce moment même.
Le constat était déplaisant et mes options faibles.

La machine s’approchait. Il fallait faire front avant de me retrouver acculé contre la porte.

Mon sens de l’observation ne me trompait pas, et assimilait le rythme des mouvements de la géante. Sa vitesse ne devrait plus me surprendre et je fis un bond en avant à une vitesse proche de la lumière vers le flanc droit, puis je pris appuis sur le mur évitant sa main, et enchainait huit coups dans l’articulation de son bras, et fis un salto prenant appuis sur son épaule pour me retrouver dans son dos. .
Les volutes d’énergie qui dansaient s’accéléraient et tournoyaient au creux de ma main, formant une étoile d'un mètre de diamètre tourbillonnante qui s’abattait sur la nuque de la machine.

"CRUSHING CONSTRICTION !"

L’impact et l’explosion qui s’en suivaient me donnaient un élan pour me retrouver loin dans son dos, proche de l’entrée du puits où étaient passé Sélène.
Une occasion de filer s’offrait probablement à moi, mais il était désormais hors de question d’en rester là .

J’espérais que mon attaque ait pu faire de sérieux dégâts, mais ne m’attendais guerre à en avoir fini avec cette machine. Voir la tête de cette horreur tomber aurait été le plus beau des spectacles, mais je ne me faisais guerres d'illusions.

J’envoyais un message télépathique au guerrier marin.


*« Brontes, à moins que tu ne réussisses à la terrasser à ton prochain assaut, fais en sorte de te retrouver loin d’elle. Il me faut dix mètres de diamètres, pour que tu ne sois happé par ce que je lui prépare… »*


Mon cosmos d’or et de ténèbres s’agitait follement faisant voler la poussière et les roches autour de mon corps…
***********************************************************
-Shell of shadow actif (protection 30) : 1er tour de combat
Spoiler:
 



Crushing Constriction:
Spoiler:
 



Kaos :
Pv : 175
PA : 150
CS : 155 : -45

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Dernière édition par Kaos le Sam 18 Aoû - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mar 7 Aoû - 7:07

Silence...

Un bref instant, elle se tint immobile dans une position qui n'avait rien de commun avec ses postures habituelles. Les termes employés par l'apprenti, l'aspirant à la succession des maîtres étaient si déformés qu'elle ne comprenait qu'à grand peine, et les termes étaient encore faibles, ses directives.

Les années puis les siècles s'étaient écoulés dans un oubli quasi-total et tout avait tourné au ralenti. Les dernières chrysalides poursuivaient paisiblement leurs métamorphoses, se pliant sous les gestes et les manipulations de la Servante de métal.

Tout se déroulait si lentement jusqu'à ce qu'un jeune maître ne vienne. Il l'avait détournée de sa longue tache. Interminable aux yeux de mortels mais si peu en comparaison de la vie de cette Île et de la Forge. De temps à autre, elle bougeait un minimum rétablissant son équilibre menacé par la fragilisation du sol.

Quand soudain, elle fut la cible d'attaques sur ses flancs ainsi que son dos et sa nuque. Et sans la moindre réaction, elle se laissa frapper. Rien ne semblait correspondre dans les actes et les ordres de l'invité forgeron qui après lui avoir intimé l'immobilité déchargeait sa violence contre elle. Il n'avait guère réussi à se faire comprendre malgré tous ses efforts et la destruction de la Servante semblait être devenue pour lui et son invité la dernière solution.

Ainsi de terribles coups avaient plu sur la masse de métal qui s'empressa de se dégager comme elle le pouvait. Les dégâts étaient certains, ses deux bras ainsi que ses flancs avaient été atteints. La Géante se recula alors se plaçant en mode défense. Les blessures dans son corps de métal étaient telles que des blocs d'orichalque se détachaient d'elle, s'effondrant sur le sol.

D'un mouvement, elle se déplaça avant de chanceler et de tomber sur le sol. Ou plutôt le sol fragilisé qui ne put résister davantage à tout cela. Une immense crevasse s'ouvrir sous les pattes de la Servante qui s'effondra de tout son long, obturant au passage le Puits d'où elle avait jailli mais cette dégringolade majeure ne fut pas la seule conséquence.

Un signal retentit dans l'ensemble de la salle et les vasques se scellèrent d'une nouvelle protection mêlant cosmos et métal avant qu'elles ne s'enfoncent dans le sol. Des Puits ne pouvaient que s'être ouverts sous elles. La vasque ayant bénéficié des morceaux arrachés aux armures noires et à la scale de Brontès fut d'ailleurs la première à quitter les lieux.

Pourtant, la Servante n'était pas encore détruite, juste coincée dans une sorte de prison de roche, empêtrée et en partie démolie. Elle avança juste sa patte avant paume vers le haut avant de s'immobiliser à nouveau. Elle avait simplement placée sa "main" devant Brontès en une invitation que le jeune visiteur devrait cette fois comprendre sans erreur. Ce serait sa dernière chance...

Ainsi que celles des armures et de la Scale atteintes par la main de la Servante.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 10 Aoû - 10:46

Brontès reçut le message du scorpion noir, mais apparemment il n'y aurait pas besoin d'un nouveau déluge cosmique. Etrangement la chose qui pourtant avait démontré une agilité chimérique et une force destructrice incroyable, ne fit rien pour parer les attaques qu'on lui lançait, pourtant si le forgeron disposait de ces facultés, il aurait pu esquiver et contrattaquer avec aisance. Voilà qui confortait l'expert sur ses premières impressions, ce n'était finalement qu'un outil et maintenant cette merveille des temps antiques était détruite et cela était en grande partie dû à son incapacité à établir le contact et à communiquer. Et maintenant qu'avait-il perdu ? La disparition des vasques ne présageait pas d'heureux évènements ! Aurait-il une chance de connaitre la finalité de cette salle, de percer ses mystères ?

Voir cette chose ainsi empêtrer dans les gravas fit naitre tristesse et culpabilité en lui, s'il avait insisté, s'il avait eu plus confiance en lui ! Et puis à quoi bon s'enfermer dans un tourbillon d'interrogation ! Le mal était fait, il fallait en accepter les conséquences !

« Il semblerait que le combat soit déjà terminé, mais je n'arrive pas à m'en réjouir. Je dois admettre à contrecœur que tes techniques sont redoutables scorpion noir. »

Ce n'était pas un compliment, mais un simple constat, il ne fallait pas voir ici un aveu de faiblesse de la part du Marina. Au moins cet affrontement avait permis au Cyclope de voir le cosmos de ce guerrier en action et c'était assez instructif, surtout après que Kaos ait désigné Death Queen Island comme une nouvelle nation. Peut-être un allié ou un ennemi, mais ce qu'il avait vu aujourd’hui sera surement utile à la régente et au jeune incarnat.

Mais pour le moment, le plus important était la survie ! Le regard sévère du forgeron scruta la zone, il s'attarda d'abord sur l'orifice qu'avait franchi Sélène. Soucieux il ajouta en faisant rouler sous son talon un morceau métal arraché à la servante.

« J'espère qu'elle s'en sort mieux que nous, cet endroit ne semble pas avoir été construit pour être visité par de simples mortels. »Dit-il en soupirant.

C'est alors qu'il fixa la main tendue de la servante. Elle ne semblait plus aussi menaçante et cette fois c'est la créature qui tentait d'établir le dialogue, du moins ça y ressemblait. L'esprit du borgne était agité par une tempête de confusions. Il ne savait pas trop comment agir avec cette chose, d'autant plus que les stigmates de ses premiers échecs le faisaient encore souffrir.

C'est donc une main tremblotante à cause de l'hésitation que le Marina apposa sur celle de cette créature. Le fait que la servante soit affaiblie et captive de cet ergastule improvisée, le mit un peu confiance. Dans ces conditions et grâce à son art du combat il pouvait esquiver un ultime assaut destructeur, en tout cas le garde marin en avait la certitude.

« Quelle Ironie ! Cette fois c'est toi qui essaye de communiquer avec moi, pourquoi n'avons-nous pas commencé par cela ! »

Fermant les yeux et ouvrant son esprit, l'artisan fit entrer sa peau en contact avec le métal froid de l'outil vivant. Cette fois il ne tenta pas d'imposer sa volonté ou de communiquer, comme un livre aux pages vierges, Brontès laissa ouvert son esprit afin que la créature puisse y inscrire ses dernières volontés.
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 18 Aoû - 11:06

L’enchainement de nos attaques et la friabilité du sol semblait avoir freiné la machine dans son élan. Les dégats sur la machine étaient considérable. Mon cosmos en explosion s’apprêtant à frapper à son paroxysme se calmait et commençait à se régénérer.


Néanmoins, je n’annulais pas ma technique défensive masquant mes traits sous la chape d’énergie pure et condensé en mouvement. Le Shell of shadow avait la particularité de constituer une défense relativement durable après une seule utilisation de cosmos. Autant en profiter au cas où la marionnette réactive sa folie….


Mais cette folie, qui la dirigeait ? Quel en était l’initiateur ?
Probablement nous, intrus ayant activé un système de défense, mais quelle était l’origine de tout çela. Ce récolteur d’orichalque avait bien faillit nous tuer en cherchant à voler nous armures. Et la détermination à le faire imprimer dans la machine était suffisamment importante pour mettre en péril des guerriers du niveau des chevaliers d’or. Une force divine était-elle derrière tout cela ?


De plus les vasques remplis de matériaux pour forger des armures étaient abrité par des mécanismes étranges de protection avec des scellés. Tout cela était obscur. Je connaissais comme tout chevalier formé au rang des douze chevalier d’or les principes de ce que signifiait la forge des armures en ce qui concerne les matériaux nécessaire mais rien de pratique. Les forgerons d’Athéna ont toujours été à ce que sachent des descendants du peuple mystérieux de Mü et leur secret bien gardé.


Je ne pouvais probablement pas en faire plus pour le moment que d’observer.


Brontes s’adressait à moi en faisant état de fait de mes performances tout en montrant son inimitié à mon égard. Puis il parlait de Sélène, dont il souhaitait la sauvegarde…


Néanmoins, heureusement, après tous ces efforts la machine semblait désormais faire un geste que l’on pourrait qualifié de pacifique envers Brontes. Je sentais néanmoins la frustration du Marina quant au fait qu’il semblait avoir échoué à la première tentative de communication.


Toujours à distance et proche du puis je jetais un regard vers le lieu où Sélène s’était engouffré. Je sentais toujours son cosmos et aucune variation de celui-ci me rassurait.


Je pris une voix extrêmement calme. Elle traversa la coquille d’énergie masquant ma forme réelle.


« Ne t’inquiète pas pour Sélène. Elle va bien…


Tout à, l’heure tu as dis souhaiter ne pas parler avec moi, pourtant, au moins, tu vas devoir écouter pendant ton travail avec ce robot….Tu dis reconnaitre la valeur de mes techniques à contrecœur. Pour autant que je sache, jusque-là je n’ai œuvré en rien contre toi. Tu es peut être méfiant de nature, mais il serait peut-être temps d’arrêter de me considérer comme un ennemi ! Nous ne savons pas ce qui nous attend encore et cette valeur que tu reconnais pourrait servir. Peut-être as-tu des griefs contre les chevaliers noirs ? Je sais le passé de cette île, et la présence du cercueil de ce qui semble être celui de ton père doit avoir un lien
dont je perçois assez facilement l’issus. Mais si ton avis était aussi absolu envers mon engeance, ton inimitié s’étendrait à Sélène, ce qui n’est pas le cas d’après ce que j’ai vue.



De plus je vais te confier la réalité de nôtre caste.


Les chevaliers noirs d’aujourd’hui sont des mercenaires et chacun est libre de contracter une mission, quel que soit l’initiateur. Et comme je viens de le dire, il est libre ! Y compris de refuser. Nous sommes tous différents. Et la faute de l’un n’a aucune raison de s’abattre sur l’autre. En revanche cette terre dite de malédiction est celle que nous avons élue comme patrie et sur cette terre personne n’a le droit d’attaquer un chevalier noir sous peine d’être attaqué par tous les autres. »


Je marquais un temps en fixant Brontes se concentrant à nouveaux sur le robot d’orichalque


« Je ne doute pas une seconde du fait que tu feras un rapport à Poséidon et Thétis sur ce qui se passe sur cette île, et sache que dans un sens cela m’arrange ! De toute manière nous comptions rendre une visite pacifique à ton seigneur pour qu’il sache qui nous étions et quels services nous proposions.



Si nous sortons de là en vie, je suis persuadé que Sélène sera heureuse de t’accompagner dans ton royaume pour faire preuve de nôtre bonne foi. »


Ces quelques mots suffisaient. Il n’en tenait qu’au Marina de comprendre que je ne le considérais pas en ennemi.


********************************************************
-Régénération de cosmos : +20


-Shell of shadow actif (protection 30) : 2eme tours
Spoiler:
la
cosmoenergie se densifit avec les techniques de gravité(vide) autour du
corps de l avatar donnant l'impression visuel d'un fantome opaque et
rendant ses traits invisible au spectateur. Kaos se retrouvant ainsi
entouré d'une véritable carapace agissant comme un réducteur de dégats,
cette défense tient pour la 7 tours de combats ( la protection dépendra
du point de cs investit au rythme de 2cs pour une protection de 1 avec
pour maximum une protection de 30 )

Kaos :
Pv : 175
PA : 150
CS : 155 : 175: +20


(hrp: Dois-je considérer qu'il y a des tours vue qu'on ne semble plus en combat? Là je fais la régénération de cs et l'utilisation de ma technique de def, mais dans le cadre ou tout est en rp, je ne sais pas comment ça fonctionne réellement. Je ne vois pas de décompte systématique pour Brontès donc j'ai besoin qu'on éclaire ma lanterne.)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 15 Sep - 3:15

[Désolé pour le retard, entre les vacances, la reprise et les soucis avec internet, tout s'est mis ensemble...]

Nul bruit, nul son ne s'éleva en ces instants aussi courts que décisifs. L'énorme main d'orichalque reposait à même le sol éventré, ouverte comme en attente de quelque chose de précis. Les attaques successives avait occasionné d'irréparables dégâts à la Servante. Et pourtant, elle leur inspirait toujours autant de méfiance. Du moins aux deux invités encore présents en ces lieux. Le troisième, enfin la troisième, reposait toujours sous la masse du Sarcophage enrobé de glace.

Le temps s'écoula. Temps d'hésitation, temps de décision avant que, enfin, le jeune Forgeron ne se décide. Il fit un un nouveau geste, calme et lent. Un peu comme s'il comprenait que le combat n'était pas la véritable tache de la masse abattue et en grande partie disloquée.

Elle était juste le vestige encore vivant d'une antique époque où Death Queen Island était plus qu'éloignée de son image actuelle. Epoque où l'île était un fleuron forçant le respect et l'admiration de tous ceux qui l'observaient.

La main sembla ne pas réagir au contact de la paume du jeune marina jusqu'à ce qu'elle s'échauffe et soudain n'inscrive sur la protection entourant la main du combattant une marque bien précise. Un sorte de clé, de sésame. Dans le même temps, l'armure se mit à réagir en se mêlant à des fragments ne pouvant provenir que de l'une des deux protections endommagées.

Une image de flammes et de rocs embrasés s'écrasant à son contact. Une douleur et l'image d'une femme aux longs cheveux blonds plus que clairs. Vision si rapide mais bien réelle qui traversa le borgne avant de disparaître avec la majeure partie du cosmos animant la géante abattue. Celle-ci releva juste la tête en direction de l'un des chemins menant vers la roche.

Un regard qui n'en était pas réellement un, la magnifique création n'ayant pas d'yeux réels, mais pour le Cyclope aurait sans doute un sens.

Et elle s'endormit...


[Il n'y a en effet pas de tours. Les seuls dégâts que vous avez sont ceux que la servante a occasionnés et ils ont leur importance scénaristique.

Il n'y a aucune autre dépense ou perte.]
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 16 Sep - 7:37

Un peu de calme aurait été préférable pour ce qu'il avait à faire, au lieu de cela Kaos en profita pour entamer un trop long discours, juste une rivière de syllabes superflues qui se heurtaient contre un mur d'indifférence. Le forgeron avait son opinion et elle ne changerait pour rien au monde, surement un trait héréditaire qui lui venait de son père. Ce n'était pas étonnant, pour façonner l'Orichalque il faut faire preuve de détermination et d'abnégation. Mais il y avait quand même quelque chose de juste dans la longue diatribe de Kaos, il était vrai qu'il se comportait différemment avec le verseau noir, cependant le scorpion semblait tout ignorer de sa comparse, car sinon, il aurait compris que le passé fantastique de la maitresse du froid avait un lien avec cette sympathie. Brontès n'aurait surement pas proposé à un autre guerrier sombre de l'accompagner dans cette quête. La destinée avait bien œuvrée en faisant se rencontrer ces deux êtres et le borgne aurait préféré que cela reste ainsi.

Alors Brontès ferma son oeil valide et se concentra sur le métal froid qui venait de rentrer en contact avec la paume de sa main. Au début tout était calme, il était plongé dans un monde sans lumière et sans chaleur, un peu comme l'univers avant d'être mis en branle par le Big Bang. Puis la main de la marionnette s'activa et le miracle arriva. Ce qu'il vit l'émerveilla, cette scène éphémère qui envahissait son esprit comme les gerbes incandescentes d'un feu d'artifice était familière. Les sensations surtout celle de la douleur étaient si réelles, c'est comme-ci il vivait de nouveaux la scène.

Curieux et intéressant ! Et dire que tout cela avait été déclenché par le simple contact de bris d'Orichalque mêlé au cosmos de la créature. Encore ! Il en voulait plus ! Il fallait qu'il assiste de nouveaux au prodige de cette créature issue d'une autre ère, mais hélas il était trop tard. La servante reposait désormais après lui avoir légué son ultime message. La colère pouvait se lire sur les traits du forgeron. Ce n'était pas une rage orientée vers son compagnon imposé, mais plus une colère sourde contre lui-même et sa déficience.

« Repose en paix et merci de m'avoir montré la voie »

Par le mot voie, Brontès ne faisait pas à la direction désignée par la chose de métal, mais bien à la démonstration de ce pouvoir inédit. Il y avait une possibilité pour qu'un jour, peut-être dans de très longues années, qu'il arrive à maitriser ce genre de don aussi. A moins que dans les couloirs de cette forge antique se trouve le maitre de cette servante. De nombreuses questions restaient sans réponse, notamment à quoi servait cette ouvrière ? Ou étaient donc passées les vasques et pourquoi avaient-elles été construites.

« Et maintenant quelle est cette nouvelle énigme ? »

Le cyclope scrutait successivement la marque apposée sur son armure et le chemin désigné par la servante. Avoir une clef ne sert à rien si on ne sait pas dans quelle serrure l'insérer. Cette serrure se trouvait-elle au bout du chemin ?

«Réserve ta salive pour quelqu'un qui est intéressé par tes belles paroles et évite de me déconcentrer quand je suis proche d'une chose pouvant me détruire d'un seul coup.» Fit remarquer sèchement le borgne pour bien signifier qu'il n'avait pas trouvé que c'était le bon moment pour ce genre de plaidoiries.

« Il serait peut-être temps de nous remettre en route. Je ne sais pas ou ça va nous mener, mais je compte bien voir ce qu'il y a au bout de ce chemin ! »

Le pas décidé le Marina entama la marche pour se diriger vers la paroi rocheuse.
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 16 Sep - 12:46

Un rire explosa à travers la salle : Le mien !
La réponse de Brontès fut aussi sèche que possible. Et son air patibulaire accentué par ses blessures rendait le personnage aussi antipathique que possible.

Je réfrénais ce rire et finissais tout de même par m’adresser à lui d’un ton amusé.

« Très bien ! Très bien Marina. De toute manière, ces mots sur notre engeance devaient être dits. Ils s’adressent plus à ta maitresse et ton seigneur qu’à ta personne!
Pour le reste, effectivement, libre à toi de les entendre comme tu le souhaites ! Cela ne me gêne guerre… pour le moment !»

Le gardien de Poséidon me semblait trop plein de sa propre personne. Cette histoire de forge le passionnait surement au plus haut point et son égo le rendait en tout point hermétique. Qu’il en soit ainsi. D’une façon comme d’une autre les mystères de ces lieux devaient être révélés. Que ce soit par le biais du cyclope ou d’une autre façon, ma curiosité quant aux secrets de l’ile m’intéressait bien plus que l'animosité de ce dernier.

J’assistais à la scène de communion entre la géante démantelé et Brontès. J’observais l’échange de flux cosmique, et de son œil unique le jeune guerrier semblait regarder une scène qui échappait à mon regard. Une marque s’inscrivait sur sa main au moment ou dans un dernier sursaut la machine semblait indiquer un chemin qui ne semblait à priori ne pas en être un.

Le jeune homme tout en m’indiquant son impatience ainsi marqué ne tarda pas à se diriger vers ce qui semblait être le cul de sac dont la direction était indiquée par l’automate.

Force était de constater que les indications étaient donné au marina. La preuve étant que si le lieu concernait certainement les Cloths noires, l’accès n’était pas donné en fonction de la caste, mais bien de la capacité à travailler le métal divin. Pour le moment aucun chevalier noir connu ne maitrisait l’art de la forge et il m’apparaissait évident que ce manque était à palier même si dans le cas présent je ne voyais pas par miracle comment combler cette lacune dans nôtre ordre rapidement.

Alors que Brontès s’était approché de la paroi, cherchant l’issus, je sentais que mes forces étaient revenu, et mon cosmos s’était régénéré à son plus haut niveau.

Jusqu’à la prochaine étape, il n’était plus nécessaire de me protéger de cette carapace cosmique protectrice. Les volutes d’énergies s’échappèrent laissant apparaitre à nouveau ma personne sous son réel jour.

Mon épaule gauche bléssé et une partie de mon torse mis à nu par l’impact de la géante me fit grimacer. Non pas tant à cause de la douleur physique provoquée, mais par celle que mon armure endurait. Si les caprices des humains n’étaient jamais qu’un jeu à mes yeux, cette armure était mon seul bien, ma meilleure amie, et la voir souffrir à chacune de ses pulsations cosmiques me remplissait de colère. Pour autant, je sentais encore bel et bien la vie en elle. Et dès que possible je ferai en sorte qu’elle puisse se reposer et se régénérer dans son réceptacle.

Pour le moment, en espérant que Brontès trouve un moyen d’ouvrir le passage. J’observais les lieux attentivement, et particulièrement l’endroit où tout un mécanisme avait fait en sorte de montrer puis cacher des vasques contenant l’orichalque et ce qui semblait être l’ébauche d’une armure.
Je ne touchais pour autant à rien, préférant ne pas déclencher une nouvelle surprise mécanique qui aurait envie à nouveau de nous transformer encore en matière première…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mer 17 Oct - 3:17

Un son dans la grotte, le rire de l'un des invités tandis que l'autre s'approchait de la paroi rocheuse. Les chemins qui autrefois se détachaient du reste de la roche, n'étaient plus que traces usées par le temps, si légères qu'ils ne paraissaient plus tels qu'ils devraient être. Le fils des mers n'avait sans doute aucune idée des lieux où il se trouvait mais au moins cette fois, il avait compris certaines choses. Le savoir contenu en ces lieux étaient fragiles et la moindre erreur pouvait engendrer des pertes immenses. Les plaintes de la scale et de l'habit noir du Scorpion en étaient des preuves vivantes pour qui pouvaient les entendre. Ce qui étaient le cas de ces deux visiteurs.

Les vasques s'étaient retirées avec leur précieux contenus. Tout autour des deux hommes ne restaient que les fabuleuses réserves entassées depuis des siècles et les messages effacés sur les parois. Le sol portait d'autres traces que celles des chemins mais tout était inutilisable pour des non-initiés.

Enfin, la main du Cyclope entra en contact avec une surface brillante, si fine et tellement bien dissimulée dans la roche qu'elle en était invisible. A plusieurs reprise le marina passa la main avant d'enfin toucher la roche comme il le fallait. La marque laissée par la servante et celle insérée dans la roche entrèrent en résonance. Un cosmos ancien s'éveilla mais cette fois sans déclencher la moindre offensive. La roche s'échauffa avant de se désagréger. Un passage apparut juste derrière. Une sorte d'énorme palier dont les premières marches descendaient vers ce qui ne pouvait être qu'une nouvelle salle. Le seul soucis était que depuis des années plus aucune lumière ne l'avait éclairée pas plus la majeure partie du chemin qui y menait.

Un autre bruit dans la salle aux vasques où reposait la Servante d'orichalques. Un second passage s'était dégagé. Un passage en pente qui disparaissait aussitôt dans l'obscurité. Il se situait près de l'Entrée de la salle, juste à côté du dépôt d'orichalque. L'ouverture de deux passages étaient une énigme de plus mais après tout, les vasques elles-mêmes semblaient disposer de moyens de locomotion privilégié.

[Vous disposez de deux passages. un débouchant sur un escalier descendant dans l'ombre, là où Brontès a touché la paroi et un autre en pente douce disparaissant directement sous le sol juste à côté de la réserve d'orichalque et de l'ancien emplacement des vasques.]
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
avatar

Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Lun 22 Oct - 8:21

« A quoi bon me raconter tout cela puisque tu avais prévu de demander audience à notre seigneur ! » Maugréa avec incompréhension le Marina.

Kaos n'avait-il pas lui-même dit qu'il comptait se présenter au maitre des océans un peu plus tôt ? Et voilà maintenant qu'il chargeait Brontès de servir de messager ! A quoi bon ? Un message n'est jamais mieux restitué que par son auteur. Enfin passons ces détails, car une activité cosmique mit en alerte le forgeron qui instinctivement adopta une posture de combat, craignant de voir apparaitre une nouvelle créature devant lui, mais heureusement il n'en fut rien.

Le symbole qu'avait gravé la servante, s'était révélé être une clef, une clef ouvrant l'accès à deux chemins. En règle général avoir le choix était appréciable, ici, c'était plutôt un cadeau empoisonné qui gênait le forgeron. Il était évident qu'il devait emprunter est une des routes qui se présentaient à lui, mais laquelle ? Son choix devait être judicieux, car il craignait de perdre beaucoup en choisissant le mauvais chemin.

D'une part il y avait le chemin qui venait d'apparaitre derrière la paroi, une route sombre abandonnée par la lumière qui menait vers ce qu'il devinait être une autre salle et surement une nouvelle épreuve, peut-être assistera-t-il à de nouveaux miracles ? Ou trouvera-t-il tout simplement la mort en tentant de comprendre un pouvoir qui le dépassait ? Le cyclope était une montagne de fierté, mais il restait lucide, avec sa Scale endommagée il était vulnérable, cependant le fait d'avoir pu entrer en contact avec la servante d'Orichalque lui redonnait confiance. Tout n'était pas donc perdu et même si ses chances étaient faibles elles n'étaient pas inexistantes.

D'autre part, il y avait ce chemin qui était apparu à proximité de l'ancien emplacement des vasques et qui descendait dans les entrailles du sol, lieu ou ces objets mystérieux avaient migré après la défaite de la servante. Il n'était pas donc insensé de penser qu'il pouvait conduire à ces formes en gestation et aussi permettre de comprendre le mécanisme de ce processus magnifique. Mais plus que tout, le cyclope n'oubliait pas que Sélène avait elle aussi disparu dans le ventre de la terre, il y avait peut-être une chance qu'il retrouve la nymphe des glaces et le sarcophage de son père dans ce dédale qui s'ouvrait devant lui comme la gueule avide d'une créature d'abyssale. Il était bien sûr inutile de préciser que la présence de la charmante guerrière lui était beaucoup plus agréable que celle de Kaos.

En parlant du Scorpion que pouvait-il penser de ces deux chemins, de ce choix ? Peu importe Brontès avait déjà pris sa décision et tant pis s'il faisait le mauvais choix.

« De ces deux chemins je choisis celui qui est proche du métal. » Dit-il en désignant le dit chemin avec le bout de sa hache, avec la fermeté de l'aiguille aimantée d'une boussole indiquant le nord.

« Il s'agit d'un choix personnel uniquement motivé par mon ambition personnelle, il n'y a donc aucune raison que tu m'accompagnes et j'ai cru comprendre que tes pouvoirs pouvaient nuire à tes alliés. »

Brontès faisait allusion à l'avertissement du Scorpion lors de l'affrontement contre la servante, il était évident que Kaos préparait une attaque de zone et que Brontès le gênait. Mais en réalité le Marina voulait juste continuer son périple seul.

« Autant donc se séparer, ici et emprunter chacun un chemin. »

Bien entendu, il ne s'agissait que d'une proposition et non d'une injonction. Le Marina n'avait aucun moyen de forcer le chevalier noir à ne pas le suivre, de plus utiliser la force, ne serait pas une bonne idée qui sait ce qu'un cosmos hostile pourrait déclencher dans cette salle. C'est pour cela que calmement il entama la descente dans le ventre dans l'ile. Ses sens étaient sur le qui-vive, guettant chaque fluctuation de cosmos afin de comprendre ce qui se tramait dans ces lieux antiques et anticiper une nouvelle attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion
avatar

Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 28 Oct - 12:09

« A quoi bon ? »

Un franc sourire s’affichait sur mon visage.

« Parce que tout dans ton attitude montre ton zèle. Tu transpires la rigueur d’un soldat au service de son commandant.
Il est donc évident que tu n’omettras de raconter chaque chose que tu as vu et encore moins ce que tu as entendu.
Ce qui s’est passé en ces lieux sera certainement raconté à tes maitres Thétis et Poséidon. De plus, Sélène t’accompagneras certainement sous les océans pour corroborer mes propos quand à ma caste. Preuve supplémentaire de la cohésion des black saints en ce qui concerne nos objectifs. Grace à ta présence, je pourrai me concentrer sur d'autes taches...»


Cette dernière remarque était probablement le genre de phrases qui alimenterait l'irritation du borgne, et en un sens, cela m'amusait.

La clef incrustée dans la chaire de brontes activa un nouveau mécanisme libérant deux accès.

Le premier s’était ouvert derrière le mur que brontes touchait. Et le deuxième plus en arrière, et proches des réceptacles à orichalque.

Brontès ne semblait pas hésiter outre mesure et se dirigeait vers la salle qui semblait lié à l’orichalque. Bien évidemment, son orgueil et son inimitié à mon égard motiva sa proposition de nous séparer. L’excuse, quand à la nature destructrice de mes pouvoirs était des plus risibles.

Le marina voulait recueillir des secrets et surtout ne pas les partager. Néanmoins en choisissant cette voie, peut être lâchait-il la proie pour l’ombre. Rien n’indiquait qu’une trajectoire était meilleure qu’une autre. Et rien ne disait non plus que le dédale n’a pas plusieurs voies d’accès à la sortie et surtout vers les secrets de l’ile. Tout du moins il fallait l’espérer car nous étions déjà séparés du verseau noir.

Le fait est que partager ce périple avec Brontès en tête à tête était plus que lassant.
Ce qui m’étonnait, pour le moins, était le fait qu’il ne décidait pas de secourir Sélène, ni de courir après le sarcophage de son père. Le métal semblait l’appeler comme un chercheur d’or ayant attrapé la fièvre.

De n’importe quel point de vue, se séparer augmentait le potentiel des risques, mais il était évident qu’au combat, être accompagné par un guerrier incapable de confiance était pire que d’affronter l’adversité seul.
C’est pourquoi je n’eu aucune réponse à donner au cyclope si ce n’est un léger sourire en me retournant et en allant dans la direction indiqué par la première entrée.

Dans le pire des cas, ma capacité à traquer l’énergie cosmique me permettrait de retrouver la trace de Sélène ou de Brontes .

Les sens en éveil et sur mes gardes, j’oubliais pour le moment, derrière moi ce compagnon d’infortune et ces joutes verbales ou mépris mesquins qui alimentait nos conversation.
Tout cela n'était qu'un jeu d'enfant qui s'évaporait à chaque pas que je parcourais.

M’enfonçant dans l’obscurité si familière auquels mes yeux s'étaient habitué pendant mon incarceration dans les entrailles de death queen island, je savais mon désavantage à ne pas avoir d’accointance spéciales avec le savoir lié à la manipulation de l’orichalque. Mais mon armure noire restait un atout, car de façon évidente elle était lié à ces lieux qui peut être avait donné naissance à celle-ci.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   

Revenir en haut Aller en bas
 
De Glace et d'Orichalque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Socle de glace
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Sayuki [ Elfe de glace éternelle ~ Modo ]
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Death Queen Island :: Aux confins de l'île.-
Sauter vers: