Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De Glace et d'Orichalque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: De Glace et d'Orichalque   Mar 6 Mar - 0:29

La nuit allait sur sa fin lorsqu'elle aborda l'Île. Le ciel pâlissait alors que l'inaltérable colonne de fumée s'élevait lourdement au loin. La silhouette du volcan dominait le tout, sombre et menaçante, avertissant bien les voyageurs qu'on entrait pas en un lieu de douceur et fleurette. De quoi faire sourire la belle errante. Elle qui n'avait plus de Sanctuaire où aller s'y sentirait parfaitement bien.

L'idée de rejoindre Asgard l'avait bien souvent effleurée. Mais cela faisait des siècles que Ludwig avait disparu et des années que les armées d'Athéna avait assassiné son descendant.

Mime... Malheureux Ludwig s'il avait su qu'Athéna ravagerait un jour les terres du seigneur Odhinn. le temps s'était joué d'eux comme le destin l'avait d'elle ce fameux jour où son masque s'était brisé sous le poing de Maximus. Lui aussi aurait été révolté à l'idée de voir sa propre scale échouée entre les mains d'un traître. Non, c'était pire encore puisque ce Kanon était originaire du Santuaire de la déesse des Arts et de la Guerre. Cette Saori, Cette caricature de déesse.

Oui, les temps avaient bien changé puisque ce Kanon était parvenu à souiller de la pire manière la Scale du plus noble des Marinas à avoir croisé sa route.

Parlant de la Mer, son embarcation finit par toucher le sol surchauffé de l'Ïle. Une simple barque de glace, de quoi lui permettre de ne jamais connaître la soif ou le naufrage.

D'un seul geste elle la traîna sur le sol avant de la recouvrir ainsi que son armure d'une nouvelle couche de glace éternelle. Rien, elle ne risquait rien pour l'instant et puis si elle devait croiser des indigènes autant paraître moins menaçante.

Ainsi, progressa le Verseau noir sans rencontrer âme qui vive. Les pans de sa cape trainaient sur le sol rude jusqu'à ce que des hommes d'allure peu amènes avancent vers elle. Il fallait dire qu'elle avait l'air d'une fraîche jeune femme tombée de nulle part et incapable de se défendre. Certains se frottaient même les yeux, ne sachant s'ils rêvaient. Il fallait reconnaître que ça ne devait pas être courant de voir une femme se promener seule dans ce genre d'endroit et encore plus fortement en robe de lin courte et finement accolée à son corps aux courbes parfaites. Une écharpe large et délicatement brodée ceintrait sa taille. Un cadeau de Maximus. Le Général avait veillé à ce qu'elle soit bien traitée et lui avait offert cette étoffe pour qu'elle ne lui fasse pas honte ainsi qu'à sa famille. Enfin, c'étaient ces paroles lorsqu'il lui avait passée autour de la taille.

Maximus, tu n'aurais jamais toléré ce genre d'éléments au sein de ta garde. Ce ne sont que ramassis de lâches et de hyènes puantes.

L'un d'eux tenta de l'attraper pour lui arracher sa cape. Les allusions de tout genre volaient vers elle mêlant les menaces à l'obscénité. Le regard du Verseau demeura impassible lorsque l'un d'eux posa son énorme paume crasseuse sur son épaule immaculée, blanche et si froide avant qu'un cri de douleur ne retentisse.

La glace ne tarda pas à tout recouvrir en plus de son corps.

- Bas les pattes, bande de porcs !!! Vous n'avez de guerriers que le nom. Pourritures ! Que la glace vous transperce !!!

Des fils ne tardèrent pas les recouvrir avant de totalement les emprisonner.

Les hommes ne tardèrent pas tomber les uns après les autres.

- Cette Île a besoin d'être de nouveau nettoyée. Que plus personne n'ose venir en l'absence de ses maîtres.

Une nouvelle vague de froid avant qu'elle ne se dirige vers un des trous laissés dans la roche. Une énorme masse de glace qui lentement commença à fondre.

- Qu'ainsi l'eau douce ne manque plus à qui que ce soit. S'il y reste des hommes dignes de ce nom en ce lieu que cette eau les aide à vivre mieux.

Un embrasement de cosmos et l'armure noire du Verseau vint la recouvrir. Quelque chose en elle lui murmurait qu'elle ne resterait pas seule bien longtemps. Aussi autant en profiter pour prendre ses quartiers.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mar 6 Mar - 14:44

Arrow J’arrive d’ici

La mer d'huile qui entourait les terres infertiles de Death Queen Island s'ouvrit dans un vacarme assourdissant. Il était peu probable que personne n'ait entendu l'arrivée de Brontès, le forgeron des Marinas. Un retour sur les terres de ses cauchemars qui paradoxalement était une étape obligatoire pour retrouver la néréide Calypso. L'homme sortit des flots bouillonnant porté par une trombe d'eau cristalline qui le déposa doucement sur le rivage de l’île. Contrairement à son premier départ de ce pays hostile, le garde ne portait pas sa scale. Simplement vêtu d'un pantalon en coton tenu par une ceinture finement ouvragée et d'un haut ample couleur turquoise de la même matière, orné d'un trident brodé près de son cœur. Le borgne s'apprêtait à pénétrer au plus profond des terres, pour revendiquer son héritage. Un trésor inestimable qui revenait aux Marinas et à personne d'autre, un savoir qui pourra aider les nobles serviteurs du dieu des Oceans de se débarrasser de ses ennemis.

Bien entendu, le cyclope ne s'était pas séparé de son unique œuvre, sa hache d'Orichalque. Il savait ce territoire hostile et avait payé cher cette leçon, mais aujourd'hui bien qu'il ne disposait pas de son enveloppe protectrice, il se sentait de taille à affronter les opposants qui se dresseraient sur sa route. L'absence d'armures apparentes ne voulait sûrement pas dire que le combattant était venu sans protection. La scale du cyclope était enfermée dans un coffre de métal gris décoré du symbole de Poséidon qu'il portait au dos. De fines gravure dans le métal représentaient des scènes ou des cyclopes étaient affairés aux travaux métallurgiques.

La scale du Cyclope devait toujours se régénérer après l 'énorme sacrifice que lui avait imposé son possesseur. En effet c'est en utilisant des fragments de métal de sa propre armure que le borgne remit en état les scales des Marinas qui avaient repoussé avec vaillance l'assaut conjoint des spectres et des saints. Le forgeron eut une pensée pour l'ambassade qui s’était rendu aux portes du royaume d'Hades. Eux qui portaient si loin et si fièrement l’étendard de Poséidon, rien que pour rendre hommage à leur courage, il se devait de réussir sa mission.

Les effets de son défunt père étaient dissimulés non loin de leur ancien campement et le cœur du forgeron battait si fort dans sa cage thoracique qu'un auditeur situé a quelques mètres de lui aurait pu l'entendre. L'émotion provoquait cet emballement cardiaque, mais il y avait autre chose. L'atmosphère de l’île avait changé et le cyclope n'arrivait pas déterminer la nature de cet élément perturbateur, c'était comme se retrouver dans une empreinte géante sans pouvoir déterminer l'être qui l'avait laissée sur son passage.

Tant pis pour ce mystère, sa mission devait accaparer toute sa concentration. Sa première escale sera donc le site de son ancien campement, en espérant ne pas croiser d'hostile sur son chemin, il n'avait pas de temps à perdre avec le menu fretin, pas quand le royaume sous-marin était en crise !
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 10 Mar - 4:14

Toujours guidée par cette étrange énergie qui l'avait menée jusqu'ici, Sélène s'enfonçait de plus en plus dans des terres que le commun des mortels qualifieraient volontiers de cauchemardesques. Au contact de sa peau, son armure noire ne cessait de vibrer comme si elle était heureuse de se retrouver en ces lieux. Quoi de plus naturel au fond, Death Queen Island, en plus de sa sinistre réputation, était avant tout l'Île dévolue aux chevaliers noirs. Et n'était-elle pas devenue l'une des leurs ? Enfin si l'on pouvait parler de véritable groupe en évoquant les chevaliers noirs. Ceux-ci tenaient davantage du regroupements de parias et mercenaires en tout genre que leur chère déesse avait renié de la pire des façons...

Enfin, c'était sans doute aussi le dernier lieu où l'on songerait à retrouver une jeune femme comme elle.

A cette idée, elle secoua la tête tandis qu'elle approchait de l'Entrée d'une sorte de cavité.

Mais enfin, pourquoi t'inquiéter ? Qui pourrait bien se souvenir de toi ? Ludwig et Maximus sont morts depuis des siècles maintenant quant à la déesse Athéna.

Un simple geste pour faire comprendre le peu de respect que lui inspirait l'actuelle incarnation de la grande déesse. Déjà qu'au temps de sa splendeur, Pallas Athéna l'avait trahie sans hésiter.

Enfin, cela ne la concernait plus. Depuis que Maximus l'avait affranchie, elle était de nouveau libre dans tous les sens du terme. Bien plus encore en fait. Jamais plus une divinité ne l'enchaînerait pour ensuite la sacrifier, allant jusqu'à lui arracher son armure avant de la donner à un autre.

Son expression avait tant fait rire les Marinas à l'époque excepté la Dragon des Mers qui semblait avoir changé d'avis à son égard. Il l'avait même enfermée seule dans l'une des pièces. Jamais, il ne lui avait dit ce qu'il s'était passé entretemps mais au moins, elle avait pu laisser sa détresse s'exprimer librement sans que nul ne puisse s'en délecter.

Ces années de captivité, de véritable esclavage pour appeler les choses par leur nom, lui en avaient tant appris sur les Marinas et leurs Généraux.

Maximus, je me demande qui a bien pu te succéder ? Sans doute l'appendrais-je un jour.

Elle venait tout juste de passer le seuil qu'une présence se fit ressentir, la faisant stopper net.

Un cosmos ? Déjà de la visite alors que cette espèce de caverne semble bien vide. Des traces de cosmos mais nule véritable présence.

Ni une ni deux, le Verseau noir fit demi-tour, se concentrant sur cette énergie qui venait d'aborder l'Île. Une érnegie imprégnée des embrunts si particuliers au Royaume de Poséidon.

Un Marina. Moi qui m'attendais plus à la visite d'un saint. Et bien allons à la rencontre de notre visiteur.

Et s'entourant d'un courant frais et plus qu'agréable en ces lieux suffocants, la jeune femme se rendit auprès du marina. Un borgne qui ne portait aucune arme à l'exception d'une hache d'orichalque, sa scale étant toujours enfermée dans sa boîte. Chose qui intrigua de plus belle l'ancienne ambassadrice et se remémorant son passé ainsi que les évènements des dix dernières années - Années qui lui avaient aussi permises de reprendre pieds dans un monde totalement différent du sien - l'ancienne sainte décida de l'aborder. Après tout, si elle était devenue un chevalier noir autant vendre ses talents au plus offrant même s'il s'agissait d'un marina.

Et ce fut d'un délicat embrasement de cosmos froid qu'elle se manifesta avant d'apparaître devant le visiteur.

- Bienvenue sur Death Queen Island, marina. Je suis Sélène, chevalier noir du Verseau et avant que nous n'allions plus loin dans notre conversation, j'aimerais savoir à qui j'ai l'honneur, guerrier de Poséidon.

Le vent redoubla agitant sa longue chevelure mais faisant aussi apparaître un morceau de l'écharpe brodée que lui avait offerte Maximus avant de la libérer.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 11 Mar - 16:06

Une puissance source de cosmos s'éleva du centre de l'ile comme un cri fort et audible poussé dans l'atmosphère séche d'un désert. C'était parfaitement décelable et ça se reprochait de lui. Amis ou ennemi ? Son expérience de vie sur cette ile maudite le poussait plutôt à penser qu'il s'agissait d'hostile. Rien d'amical ou de bénéfique ne pouvait germer des terres gorgées de violence de Death Queen Island, du moins il en avait l'extrême conviction. Pour pallier à toutes éventualités le forgeron agrippa avec force le manche de son arme. Une aura argentée nimba son opposante carrure tandis qu'il balayait du regard le panoramique à la recherche d'un potentiel ennemi.

Une brise légère et chahuteuse rafraîchit les tempes du forgeron et lui indiqua ainsi la présence du détenteur du puissant cosmos qui l'effrayait tant.

« Une femme ! »

Quand le forgeron apparut la silhouette gracieuse qu'épousait parfaitement l'armure de métal noir, il se demandait s'il n'était pas victime d'une hallucination provoquée par les émanations toxiques que rejetaient les sols volcaniques de l'ile. Ce spectacle paraissait fantasmagorique et irréel, mais la voix féminine qui enchanta ses oreilles lui confirma de la réalité de la scène.

« Je suis Brontés Garde du cyclope. »

Le borgne baissa sa garde. Il était désormais évident que cette femme ne comptait pas l'attaquer, sinon elle n'aurait pas pris la peine de se présenter ainsi, alors qu'elle aurait pu l'attaquer sans qu'il ne s'en rende compte. Mais le plus important était qu'elle semblait connaitre la faction des Marinas. Ils n'étaient pas nombreux à la surface qui connaissaient le peuple de Poséidon. Qui était donc cette femme et pourquoi portait-elle sur elle un symbole Atlante ?

« Inutile de me souhaiter la bienvenue, ce n'est pas la première fois que je foule le sol de cette ile maudite. Ce territoire m'est hélas trop familier. »

Brontés planta la lame étincelante de sa hache dans le sol et croisa les bras.

«Par contre je suis étonné de constater que tu connais bien les Marinas et je vois aussi que tu portes de l'ouvrage Atlante sur toi, une belle oeuvre d'ailleurs, puis-je savoir où tu te l'aies procuré ? »

Etait-ce un présent ou un butin de guerre ? La réaction de Brontés allait surement dépendre de la réponse de Sélène. Les circonstances de l'acquisition de cette étoffe intéressaient au plus haut point le garde. De cette manière il aura connaissance des liens qui unissent cette femme au peuple de Poséidon.

L'armure noire de Sélène suscitait de la curiosité chez l'expert. C'était la première fois qu'il contemplait une réplique sombre de l'armure du Verseau et son désir de l'étudier était fort. Cependant, cela devra attendre la fin de sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Jeu 15 Mar - 7:41

Pas un instant, le regard de Sélène ne s’était détaché du jeune borgne armé de sa seule hache. Nulle animosité dans son attitude, ni la moindre petite menace. Seuls le calme et une certaine douceur émanaient d’elle contrairement au volcan qui dominait l’ensemble de l’île. Une telle vision avait en effet de quoi surprendre. Elle apparaissait, comme surgissant de nulle part. Ce qui au fond était un peu vrai, pâle et nimbée de son cosmos froid et subtilement coloré, elle attendait tout simplement, souriant presque à la surprise qu’elle lisait sur le visage du marina.

Elle portait bien sûr une armure noire de niveau gold mais cela n’expliquait sans doute pas tout. Elle possédait cette aura glaciale mais aussi ces autres tons associés à d’anciennes techniques dont certaines étaient plus que surprenantes venant d’un seigneur du froid.
Puis, enfin, il se décida à lui répondre, sortant de cette contemplation qui au fond n’avait duré que quelques minutes. Sans doute avait-il du se croire perdu en plein rêve avant qu’elle ne s’adresse à lui.

Et l’ancienne otage du Dragon l’écouta avec la plus grande attention.

Le forgeron, je vois, le Cyclope est un puissant maître de l’orichalque. Et il est aussi doué dans le domaine des armes que celui de la réparation des armures. Il est pour les marinas ce que le Bélier d’Or est pour les saints.

Elle s’approcha d’un pas lent avant de répondre. Ce qui laissa aussi le temps au garde de baisser sa garde même si Sélène ne le menaçait pas et ne risquait pas non plus grand-chose. Les marinas étaient nobles et fiers. Aucun d’entre eux ne l’attaquerait dans le dos. Et puis, il y avait cette curiosité qui transparaissait dans les mots de Brontès.

Le fait qu’elle puisse connaître le peuple du seigneur de la mer semblait même être une agréable surprise pour le jeune homme. À croire qu’il venait de découvrir une perle, noire auréolée de blanc, sur la plus immonde des vases.

Elle le laissa achever avant de répondre à ces premières questions.

- Et bien, tout d’abord, enchanté de faire ta connaissance, Brontès du Cyclope. En effet, j'ai reconnu en toi l'âme d'un marina dès que je t'ai vu. Ainsi, tu connais déjà cette île. C'est surprenant de la part d'un guerrier de Poséidon. Ce lieu est surtout celui où Athéna jette ceux qu’elle a reniés voire sacrifiés à ses seules ambitions…

Mais puisque tu connais bien cette île, tu ne dois pas non plus être étonné d’y croiser des chevaliers à l’habit noir. Même si je n'ai rien de commun avec eux...

Je suis une ancienne sacrifiée pas une des leurs


Puis, passant à sa deuxième question, elle détacha d’un geste l'écharpe lui enserrant la taille avant dela tendre au garde.

Je vois qeue tu as reconnu l’ouvrage des tiens. Voilà, regarde-là autant que tu le souhaites, mais ne l'abîme pas, elle est tout ce qu'il me reste de mon passé.

Ainsi, lui présenta-t-elle l'étoffe brodée des insignes du Dragon des Mers et du noble clan de Maximus. Un instant passa tandis qu'elle le laissait examiner les broderies avant de reprendre.

- Le Dragon... Autrefois le Dragon des Mers m'a enlevée et ramenée au Sanctuaire de son maître. Cela ne t'évoque sans doute rien mais je ne t'en voudrais point car cela remonte à des décennies et même plus loin encore. Certains des pouvoirs des gardiens du pilier de l'Atlantique nord sont tels qu'ils peuvent faire glisser les autres dans d'autres mondes ou d'autres époques... Lorsqu'ils veulent les sauver.

Il l'a nouée à ma taille avant de me libérer mais le destin l'a ensuite obligé à revenir vers moi pour me sauver d'un destin plus que cruel...


Elle lui laissa le temps de comprendre avant de renouer la précieuse étoffe autour de sa taille ôtant juste ce qu'il fallait de protection.

- Maintenant que tu sais que c'est un cadeau d'un Général, m'en diras-tu plus sur toi, Brontès du Cyclope ?

Sourit-elle en surprenant le regard insistant de l'homme sur elle ou plutôt sa magnifique armure noire.
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina



Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Jeu 15 Mar - 7:50

Sur le sol maudit de Dead Queen Island, les choses avançaient lentement entre le Garde du Cyclope et la mystérieuse Ombre du Verseau. Bien des zones d’ombres ne demandaient qu’à s’éclaircir. La soif de connaissances de Brontès était telle qu’il ne reculerait devant rien pour aider son peuple.

Et puis, sans doute ne serait-il plus seul à présent. Cette jeune femme portant le nom de la déesse de la pleine lune possédait aussi d’autres atouts en plus de son charme mystérieux. Celui d’avoir connu les Marinas des temps jadis, en était un de taille. Restait que le temps passait et que les évènements s’enchaînaient à une allure folle, augmentant davantage les périls qui planaient sur le Sanctuaire sous-marin depuis le vol du trident sacré.

Et comme pour le rappeler à Brontès, deux violents séismes se firent ressentir. Lointains mais bien reconnaissables pour un membre de la grande famille de Poséidon.

Cette fois, les choses s’accéléraient. Jamais la Régente n’aurait fait refermer les passages sans raison…
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 18 Mar - 10:43

Il n'y avait aucune trace d'hostilité chez cette femme et au fur et à mesure que la voix douce et mielleuse de la guerrière enchantait ses oreilles, Brontès se surprenait à éprouver de la sympathie pour cette femme, chose qui allait à l'encontre de sa prudence naturelle. La méfiance ne semblait pas de rigueur dans cette situation et même si le récit de la combattante à l'armure sombre semblait fantasque, il ne percevait aucun signe de mensonge. Le forgeron devait admettre qu'elle ne racontait que la stricte vérité. Troublant et fascinant à la fois et ces attributs pouvaient être attribués autant à ce passé digne d'un conte homérique qu'à sa beauté simple et naturelle.

« L'histoire de cette ile, m'est familière, certains livres anciens racontent qu'il s'agit d'un vestige de l'ancien continent Mu. »

Affirma sans prétention le Cyclope.

« C'est avec l'ambition de trouver des pistes pour la création d'un alliage parfait que mon père et moi avons investi ce lieu et nous l'avons payé cher. J'ai perdu un œil et mon père repose ici dans une sépulture d'orichalque tué par des hommes en armure noire, mais j'ai eu ma vengeance. »

Soudain deux violentes secousses firent trembler le sol qui supportait les deux colonnes qui lui servaient de jambes. Ce n'avait rien à voir avec les séismes récurrents qui secouaient l'écorce terrestre de l'ile. C'était certes lointain, mais plus inquiétant ! Le visage du forgeron s'assombrit lorsqu'il en comprit la réelle nature. La régente venait d'invoquer les pouvoirs de Poséidon pour clore les accès au royaume sous-marin. Sa patrie était en danger, car ce n'était qu'en cas d'ultime urgence que le peuple de la mer se résignait à l'ostracisme.

Le temps pressait, cependant il n'avait pas reçu d'appel. Sa présence n'était pas requise, contrairement à la première vague d'invasion des spectres et des saints. La régente devait estimer que sa mission devait être son objectif prioritaire.

« Si tu veux tout savoir, je suis venu récupérer un objet qui m'est précieux et le temps presse, je dois regagner au plus tôt, le sanctuaire sous-marin. »

Brontès marqua une légère pause. Ses lèvres tremblaient sous l'effet de l'hésitation, il se demandait si la prochaine décision qu'il comptait prendre était judicieuse ou pas.

« M'apporteras-tu ton soutien dans cette quête, ta force me sera d'une grande aide sur ce territoire hostile. »

Il était préférable d'avoir cette femme à ses côtés pour s'assurer du bon déroulement de la mission. Ce présent qu'elle avait reçu d'un général de Poséidon, prouvait qu'elle était digne de confiance, cependant le Marina jugea préférable de ne pas l'informer sur le contexte actuel de sa faction. Le temps viendra bien assez tôt de toutes les manières, le principal pour lui étant de récupérer l'héritage enfoui dans le sol volcanique que lui avait légué son père.

Brontès délogea de la roche sa hache et la fit tournoyer dans l'air pour en chasser les impuretés qui s'y étaient incrustés.

« Il va sans dire que tu seras grassement récompensée pour ton travail, alors qu'en dis-tu. »

Le manche de son arme alla se poser sur son épaule massive. Silencieux le forgeron attendait une réponse de la guerrière aux cheveux d'ange.
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 24 Mar - 5:41

La situation semblait se détendre entre Sélène et Brontès. Sans doute que le charme de l'ancienne ambassadrice du Sanctuaire devait y être pour quelque chose. L'Ombre du verseau avait aimé vivre parmi les Marinas malgré la dureté de sa situation. Maximus avait fini par l'apprécier peut-être même par l'aimer.

Mais aux yeux des autres généraux, elle restait toujours une esclave et une sainte, une prise de guerre. Jusqu'à ce que Poséidon ne décide de l'offrir en récompense au Dragon des Mers. Ce qui résolut cette épineuse situation. Le reste de son récit viendrait en son heure.

Pour l'instant, la jeune femme souhaitait ne pas trop entrer dans les détails, certains encore si douloureux.

Elle prêta donc attention aux dires de Brontès. Cette Île ferait partie de l'ancien continent de Mû ? Elle baissa la tête pensive. Elle avait déjà entendu cette histoire, elle aussi. Son époque étant bien plus ancienne que celle du garde du Cyclope.

- Je vois que la vie ne t'a pas davantage épargné que moi, noble Brontès. Ces lieux sont en eux-mêmes un piège terrible pour ceux qui s'y aventurent sans vraiment y être préparés. J'ai moi-même du faire un nettoyage rapide dès mon arrivée.

Ces... hommes sont des brutes et n'ont aucun respect pour la vie. Le vice et la convoitise étaient dans leurs yeux lorsqu'ils me regardaient, prêts à m'infliger les derniers outrages mais ils avaient mal choisis leur proie.


Une lueur froide dans ses yeux tandis qu'une fine pellicule de glace vint se déposer sur le sol de cendres, seul signe de la colère de Sélène qui ne pouvait qu'imaginer la loi de cette île lorsque les Ombres comme elle et ceux qui la précédaient n'étaient pas au bercail. Un nettoyage par le vide et surtout très régulier s'avérait plus que nécessaire si on voulait que cette Île ressemble à autre chose qu'à un ramassis d'ordures en tout genre. Enfin, elle le ferait jusqu'à ce que l'Île soit enfin purifiée de toute cette engeance indigne des armure noires.

Puis, elle reprit en souriant à Brontès.

- Jamais les marinas ne m'auraient souillée de la sorte. Ton peuple est plus noble et plus subtil que les hommes ne le croient.

Elle finit par baisser son aura froide avant de poursuivre.

- Enfin, tu as eu beaucoup de chance de t'en sortir sans plus de dommages. Je regrette pour ton père. Ce devait être un homme bon. Vis pour lui Brontès et accomplis son oeuvre. Pour vous et les Marinas...

Elle allait reprendre la paroles quand deux violents séismes se firent ressentir. Elle avait beau ne pas être une marina, elle connaissait suffisamment le peuple de la Mer pour savoir ce que cela signifiait.

Aussi s'empressa-t-elle de répondre à la demande de Brontès qui venait de reprendre son arme avant de la faire tournoyer avec adresse.

- Bien, je vais venir avec toi. Le peuple de la Mer a été bon pour moi malgré les circonstances et je serai ravie de t'aider et de savoir ce que sont devenus ce que j'ai autrefois connus. Pour la récompense, on en reparlera plus tard. Disons que je souhaiterais revoir le Sanctuaire Sous-Marin et apprendre ce qu'il est advenu de Maximus.

Aussi, à toi l'honneur, Brontès...

Si tu veux bien que je t'appelle juste par ton prénom et toi par le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 25 Mar - 15:12

Sélène parlait avec sagesse et dévotion. Brontès ne pouvait que se laisser bercer par ce flot verbal aussi agréable que les courants tièdes de la mer des Antilles. Pas étonnant que le peuple marin l'ait accepté en son sein. Il dégageait d'elle une aura rassurante et un profond respect du domaine de Poséidon, qualité rare chez bon nombre d'habitant de la surface qui profitaient avec outrecuidance des bienfaits que leur offrait l'ébranleur du sol tout en saccageant leur terre. L'océan pleurait, sa substance vitale était souillée par les progrès de l'industrie, comme une gangrène et si le noble peuple de la mer ne se révoltait pas, alors ce sera la fin. Les cinq bronzes qui avaient mis à genoux les illustres généraux de Poséidon, il y a de cela dix ans, prônaient leur foi en l'humanité, comme une litanie infâme. Mais les hommes ne méritaient pas de profiter de cette terre qu'ils avaient profondément modifiée en si peu de temps.

« Je te remercie pour ces encouragements, je compte bien vivre pour lui et mourir comme lui, pour mon seigneur Poséidon ! »

Brontès soupira et se pencha pour ramasser un peu de la fine couche de givre qui s'était déposée sur le sol brulant. Impressionnant, il reconnaissait bien la une prouesse que seul le gardien du pilier arctique, le puissant Kraken, pouvait égaler.

« Quel dommage qu'aucun enfant de Poséidon ait voulu se réveiller en toi, tu as l'étoffe d'un général ! Je peux te garantir que je te laisserai accéder aux archives du temple de Poséidon, tu y trouveras surement des écrits relatant les hauts faits l'ancien détenteur de l'écaille du dragon des mers. »

La route qui conduisait au site de son ancien campement était constituée d'un coulée de lave séchée que le volcan de l'ile avait craché il y a de cela des millénaires. Un sentier balisé qui s'insinuait dans le cœur de l'ile, mais qui devait surement révéler des dangers. Il était préférable que le garde soit prêt à affronter toutes les situations. C'est pour cette raison qu'il ordonna à son écaille de s'assembler sur ses membres avant de prendre la route.

« J'espère que nous ne rencontrons pas d'obstacles sur notre chemin, mais je préfère être prêt. »

Alors que le couple avait parcouru une bonne partie du chemin, Brontès se décida à rompre le silence mortuaire de l'ile.

« Pardonne ma curiosité, mais bien qu'ayant déjà vu des hommes en armures noires, c'est bien la première fois, que j'ai l'occasion d'observer une réplique sombre d'une des douze armures d'or du sanctuaire. En tant que forgeron sa conception m'intrigue, mais plus que cela l'histoire de son porteur m'interpelle. Tu t'es désignée comme une sacrifiée, me feras-tu l'honneur de m'expliquer dans quelles conditions les Marinas de l'ancien temps t'ont recueilli. »

Ils avaient encore quelques centaines de mètres à parcourir sur ce chemin de lave durcie avant d'atteindre le bivouac. Brontès comptait mettre à profit ce précieux temps pour en apprendre un peu plus sur son escorte. Il se sentait quand même gêné, n'était pas dans ses habitudes de sonder le passé de ses interlocuteurs. Mais l'histoire de l'ombre du Verseau était si atypique et semblait si féerique que comme un enfant impatient de connaitre la suite d'une histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Jeu 29 Mar - 5:35

Un sourire sur le visage de l'Ombre du Verseau, Sélène avait apprécié la remarque de Brontès à sa juste valeur. Elle n'était pas forcément vaniteuse mais venant d'un marina aussi prestigieux que le Forgeron, c'était un très beau compliment.

Le peuple de la Mer était fier mais aussi très refermé sur lui-même tout en se montrant méfiant. Sans paranoïa inutile. Non, c'était la façon dont ils étaient traités au fil des siècles qui les avaient rendus ainsi. Aussi, il était de plus en plus difficile de réellement établir un vrai contact avec eux. Surtout que rares étaient les humains capables de retenir leur attention dans le bon sens du terme. Aussi, elle le remercia en ces termes, d'une voix limpide et agréable.

Un léger courant frais en cessait d'ailleurs de les entourer, chassant les cendres et les autres miasmes de l'Île de la Reine Morte. Un bienfait pour elle mais elle l'espérait aussi pour le borgne.

- Merci, Brontès du Cyclope. C'est un très beau compliment venant de la part d'un guerrier de Poséidon. Malheureusement, je ne suis pas née pour devenir une Marina. Sans doute, n'en suis-je pas digne non plus. Même si j'apprécie infiniment ton peuple. On ne peut pas forcément changer nos racines profondes.

Appuyant ses dires, elle lui tendit la main en geste d'amitié. Toujours enveloppée de cette délicate sensation de pureté liée aux chaveliers du froid.

- Et je te remercie également pour ta proposition. J'avoue qu'il me brûle de savoir ce qu'il est advenu de Maximus après qu'il m'eut sauvée. Le pouvoir du Dragon des Mers est si puissant...

Il voulait me mettre hors de portée mais n'a pas du réaliser sa puissance et celle de son attaque.


Le regard de Sélène se reporta ensuite sur la coulée de lave qui semblait appeler le Garde du Cyclope. Lequel ne tarda pas à revêtir sa scale. Les choses sérieuses allaient commencer et nul n'était à l'abri d'une mauvaise rencontre surtout en ces lieux.

Elle répondit d'un signe de tête avant de reprendre.

- Et bien, allons-y. Je te laisse ouvrir la marche. Je viens juste de débarquer...

Ajouta-t-elle avec un sourire.

La marche commença ainsi dans un calme incroyable en ces terres maudites. Sélène suivait sans un mot, attentive à tout ce qui l'entourait.

Puis Brontès reprit la parole, s'intéressant à son armure noire et à sa propre histoire.

- Cest une bien longue histoire, Brontès... Sacrifiée, oui, par celle que j'avais jurée de protéger.

Une telle tristesse dans sa voix. C'était dur de se faire ainsi jouer alors qu'elle était parvenue à créer une alliance jugée impossible entre des guerriers surpuissants mais également ennemis mortels. Et se reprenant, elle continua.

- C'est loin, si loin, à l'époque je portais encore mon masque...

Sans doute sais-tu de quel camp je suis originaire avant que l'amure noire du Verseau ne m'appelle...


Une question qu'elle préférait poser maintenant tant que tous deux étaient encore en chemin. Elle ne connaissait que trop bien les relations tendues en les différents camps. Aussi, mieux valait que Brontès sache de quel camp venait Sélène avant de finir parmi les Ombres de Death Queen Island.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 30 Mar - 15:38

« Un Masque ! Tu faisais donc partie des protecteurs d'Athéna ! »

Le visage de Brontès se raidit quand il devina l'ancienne allégeance de l'ombre du verseau. Il n'y avait que l'ordre d'Athéna pour imposer à leur guerrière de masquer honteusement les traits raffinés de leur visage, comme si la beauté pouvait représenter une faiblesse pour ces femmes. Pourtant, rien n'interdisait aux armes d'allier létalité et beauté, il n'y avait qu'à prendre exemple sur les armures créées par les forgerons de l'ancien continent Mu, ou tout simplement sur les néréides dont la beauté n'avait d'égale que leur puissance.

Mais cette révélation ne changea rien à la manière dont le forgeron voyait la jeune Sélène, surtout qu'il avait compris que le sanctuaire avait donc trahi un de ses fidèles protecteur. Quelle honte ! Pareil acte ne se serait jamais produit chez les nobles Marinas.

« Pardonne mon expression, je ne voulais pas t'offusquer. J'ai été juste étonné qu'une telle perle rare comme toi ait pu se perdre dans la fange du sanctuaire, mais pardonne mes paroles, je suis heureux que cette mésaventure te soit arrivée, sans cela je n'aurais jamais eu le plaisir de faire ta rencontre. »

Inhabituellement flatteur le Cyclope, mais ses mots étaient sincères. Intérieurement il se moquait de cette grande déesse de la sagesse qui avait fait preuve d'une bêtise monumentale en abandonnant cette jeune personne à triste destin. Stupide et absurde !

« Cependant, j'enrage en pensant à toutes les exactions que son ordre a commis ! Savais-tu qu'un de leur disciple avait usurpé l'écaille du dragon des mers et manipuler notre noble souverain pour satisfaire son ambition personnelle ? Maudit Kanon ! »

Il y avait une chance en effet pour que Sélène ignore les évènements de la dernière décennie. Des évènements, hélas, trop vite oublié quand on repense à la manière odieuse dont les saints avaient profané le territoire sacré des Marinas. A cette pensée, la main du garde empoigna avec force à tel point que les jointures de ses articulations blanchirent.

C'était plus fort que lui, son sang bouillait comme la lave du volcan qui rependait ses fumerolles sur l'ile à chaque fois qu'il repensait à tout cela. Seulement si son cœur était incandescent, de l'extérieur il paraissait toujours aussi froid que le métal qui composait son arme.

« Enfin, je devrais plutôt me concentrer sur ma mission, nous ne sommes pas loin, on peut déjà apercevoir le site de notre bivouac. »

Tout en continuant sa progression, le Marina désigna du bout de sa hache des stalagmites de lave noire durcie qui formaient un cercle au bout du chemin de lave. C'est au milieu de cette structure à l'ombre d'une corniche que l'ancien campement de Brontès et de son père et un peu plus loin dans une excavation, le tombeau de son père.

« J'espère quand même connaitre la fin de ton histoire. »
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 7 Avr - 1:42

Sur Death Queen Island, un cri résonna soudain, celui de la l'indignation d'un marina. Comme qualifier autrement la réaction de Brontès ? Laquelle avait éclaté dès qu'il eut saisi à quel ordre appartenait autrefois Sélène. Son allégeance envers la puissante et veule Athéna avait carrément fait stopper le Garde du Cyclope.

Pourtant, il n'y avait rien de réellement surprenant là-dedans. Quand on on songeait, la plupart des chevaliers noirs étaient d'anciens disciples ou d'anciens chevaliers qui avaient sombré dans la déchéance après qu'Athéna les eut rejetés. Cette Île était un peu comme le dépotoir du Sanctuaire.

Oui, au fond, cela est logique. Cette Île est juste le reflet de ce que la déesse Athéna en a fait en y parquant ses proscrits, innocents ou non. Ceux qui n'avaient parfois que le malheur de ne plus lui servir ou de lui avoir semblés être de si peu d'importance une fois leur mission accomplie. De petits sacrifices...

Rien de plus, après tout, nous ne sommes que les pions qu'elle avance face à l'ennemi.


La rancoeur de Sélène suite à l'ancienne trahison ne s'était jamais réellement éteinte même si elle aurait du mal à en vouloir aux siens. Eux ne faisaient jamais qu'obéir à cette princesse despotique.

Et maintenant encore, il fallait que cette déesse lui nuise. L'expression de Brontès avait peiné l'Ombre du Verseau. Peut-être y perdrait-elle un futur ami ? D'ailleurs, sa tristesse avait du transparaître dans son magnifique regard bleu émeraude car la voix du Cyclope s'était bien vite fait de nouveau entendre avant que la jeune femme ne lui offre avec douceur son sourire.

Ainsi était Sélène, affichant l'aspext calme des Verseaux tout en étant moins glaciale. Du moins, elle ressemblait à l'image classique des gardiens du onzième temple. Même si la tendre Alaïs n'avait rien de commun avec ce qu'avaient été un Camus ou un Dégel.

Qui savait ce que ces deux Verseaux pourraient bien se dire. Toutes deux chassées du Sanctuaire...

Enfin, pour l'instant, Sélène ignorait jusqu'à l'existence de la rousse Alaïs et sa voix s'éleva.

- Je comprends votre surprise mais je n'ai plus rien à voir avec Athéna, maintenant. Cela remonte à si loin. Je croyais encore aux idéaux de la déesse et puis, je suis née en plus période de guerre. J'étais une enfant exposée à la naisssance et élevée dans un temple. Avant qu'on ne fasse de moi l'apprentie de la Chevelure de Bérénice. Et ce fut à partir de ces jours qu'un masque se posa sur mon visage...

Elle s'arrêta le temps de franchir un obstacle de lave. Une simple montée qui lui permit de marquer un arrêt. Un dernier bond et elle reprit.

- Ainsi étais-je devenue une femme chevalier, au visage masqué. Jamais je n'aurais cru en être un jour délivrée. Les enfants du Sanctuaire sont élevés comme cela, dans l'espoir d'un monde meilleur pour lequel ils devront faire les plus grands sacrifices...

Elle répéta ensuite deux des mots de Brontès.

- Cette mésaventure...

J'en ai souffert mais elle m'a offert deux très bons amis. Si forts et si puissants tout en créant une alliance improbable mais qui à l'époque sauva aussi bien les hommes du Sanctuaire, du Royaume sous Marin et d'Asgard. Maximus du Dragon des Mers et Ludwig d'Eta, le Grand Barde. Deux ennemis héréditaires...


Puis elle entendait les paroles du Cyclope et s'immobilisa, libérant juste un souffle froid.

Ainsi, elle a poussé la bassesse à ce point.

- Qui a osé, Brontès ? Qui a osé profané la scale de Maximus ? Je ne peux croire qu'elle ait attention un tel degré de perfidie même après ce qu'il m'est arrivée...

Puis enfin ils arrivèrent à l'ancien campement du Cyclope et de son père. Un grand espace aussi sordide que le reste, délimité par des stalagmites de lave solidifié comme autant de gardes veillant sur les lieux de la jeunesse de Brontès. Des témoins invisibles mais qui laissèrent une bien troublante sensation à L'Ombre du Verseau.

Son regard scrutant chacune des formes brutes comme la plupart des habitants de cette Île.

- Oui, je t'en dirais plus mais ici, meiux vaut rester prudent, je ne sais ce qui se terre sous le manteau de lave mais il y a bien quelque chose...

Et se concentrant, elle sonda les lieux avant de reprendre.

- Je ne peux dire ce que c'est mais c'est bien présent. Dis-moi sommes-nous arrivé près de la sépulture de ton père ?

Et tout attendant la réponse de Brontès, elle demeura sur le qui-vive.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Lun 9 Avr - 8:56

La triste épopée de Kanon, l'usurpateur lui était vraiment inconnu. L'acteur principal de la chute du royaume sous-marin et indirectement de la mort de son père. Sans son intervention, sans cette ambition démesurée jamais, les cinq de bronze auraient fait intrusion dans sa terre natale, semant un champ de ruine et de désolation sur leur pas. Le pire n'était pas que ce Kanon ait usurpé l'identité du dragon des mers, c'est qu'après sa chute, les Marinas n'ont même pas pu avoir l'honneur de le juger. Son crime restera à jamais impuni.

« Les serviteurs de cette déesse ont fait pire que cela, il n'y a pas si longtemps, aidé des spectres, ils ont tenté d'envahir une seconde fois notre royaume, mais cette fois ils ont été bien accueilli. »

Le chemin de lave arrivait à sa fin. Devant lui s'élevaient les imposantes colonnes sombres qui délimitaient son ancien bivouac. Brontès s'attarda devant une en particulier qui supportait des entailles horizontales. Il s'agissait en fait d'une toise. Quelle cruauté c'était de constater qu'il était arrivé ici enfant et ressorti de cet enfer adulte et Marina. Cependant, il ne regrettait pas d'avoir perdu sa jeunesse perdue dans ce cloaque infernal. Il avait acquis et perfectionné un savoir émis de génération en génération par les forgerons de sa lignée.

« Oui nous y sommes. »

Non loin de lui se tenait un gros bloc de basalte sombre marqué du signe du trident. Brontès y apposa la paume de sa main en amplifiant son cosmos. La roche se scinda en deux hémisphères révélant le mystère qu'elle abritait. Un sarcophage fondu dans l'orichalque reposait sur le sol volcanique de l'ile. Larme à l'œil le cyclope déclara alors.

« Voici le sarcophage de mon père. »

Brontès caressa lentement l'arête de la structure de métal. Son regard était plein de nostalgie et de tristesse. Ce qu'il cherchait était dissimulé dans la dernière demeure de son paternel, elle était proche du but, mais quelque chose l'empêchait de prendre possession de son héritage.

« Il semblerait que nous devons d'abord régler certains détails avant. »

Tout comme le verseau noir, il sentait ces présences tapis dans le sol comme des prédateurs attendant un moment d'inattention pour fondre sur leur proie. Malheureusement les deux guerriers étaient vigilants. Ils ne comptaient pas se laisser surprendre.

« Tu as une idée de ce que ça peut-être ? Ah peu importe on le saura bien assez tôt, tient toi prête.»

Brontès frappa de toute sa force la lave refroidie, ce qui créa un profond sillon dans la pierre. Qui que ce soit, il sera désormais à découvert si son opération fonctionnait comme il le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina



Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mar 17 Avr - 3:25

Loin si loin...

Quelque part, tapis sous le manteau de basalte de Death Queen Island s'élevaient d'antiques forges. Nul ne sait quelle époque les avait vu naître et prospérer mais leurs vestiges étaient encore là ainsi que quelques témoignages qui se faisaient l'écho de ce qui reposait encore sous ces terres. Autrefois riches à l'ombre du volcan maintenant source de mal et de meurtre...

Et depuis peu, bien des phénomènes venaient les perturber. Tout d'abord, l'éveil des chevaliers noirs à l'apogée de leurs puissances, l'ordre noir, même si toutes les ombres n'étaient pas encore éveillées. Puis, ce tremblement de terre annonciateur de la colère de Poséidon. Ce séisme qui en avait ébranlé l'ancien plafond...

Que se tramaient-ils sous la chair de Death Queen Island ? D'anciennes forces sommeillaient, soubresauts du pouvoir qui avaient baigné les lieux. Elles étaient là guettant les vivants approchant d'eux et surtout les magifiques oeuvres d'orichalque que tous deux portaient.

Orichalque... Le Secret des anciens, un savoir remontant à la source.

Et les cosmos vibraient de plus en plus sous le sol, fort si fort...

Encore une nouvelles secousse. Le sol se fendit avant que la lumière ne frappe ce lieu oublié...

Colère !!! En réaction à cette violence injustifiée envers les anciens maîtres forgerons, explosèrent le cosmos.

L'explosion se fit entendre sur toute l'Île en parfait accord avec les vociférations du volcan. Le cosmos antique s'éveillait dans toute sa splendeur passée, projetant une attaque d'une rare violence capable de broyer n'importe quelle armure...

Des coups s'ensuivirent conjugués à une pluie de roches volcaniques capable de tout détruire.

[A vous de réagir avant de vous faire engloutir par les projections de basalte que provoque les courants cosmiques, les conséquences seront expliquées au post suivant.]
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 20 Avr - 22:04

Un salut un hommage au père de Brontès. Elle avait baissé la tête avant de créer une fleur de glace et de la déposer devant la tombe. Un court silence avait suivi entrecoupé par les cris un peu moins rudes du volcan.

Sélène laisse le Cyclope se recueillir. Cet homme devait avoir été plus que remarquable pour avoir un fils tel que le Garde du Cyclope.

Puis elle recréa d'autres fleurs sans troubler le jeune borgne.

- C'est peu de chose mais c'est de tout coeur. Brontès, tu as eu de la chance d'avoir un tel père... Même en ces terres les âmes peuvent trouver le repos.

Sa voix avait été très calme et plus que basse. Un simple murmure pour lui.

L'Ombre du Verseau respectait les morts et celui qui reposait dans ce sarcophage en orichalque ne ferait pas exception. Loin de là.

Soudain, le marina se releva. Elle le vit frapper la lave avec toute sa force.

Superbe. Une parfaite maîtrise et un coup d'une rare violence.

Sans laisser transparaître cela sur son visage, elle se décala pour laisser s'ouvrir une crevasse. Quelque chose clochait comme la guerrière des glaces le ressentait depuis le départ.

Force ? Pourtant cela ne ressemble pas à du cosmos classique.

Elle se rapprocha de Brontès, déployant son cosmos glacial.

- Tiens-toi sur tes gardes, quoi que soit cette chose, c'est sur le point d'attaquer !!!

Et sans perdre davantage de temps, elle lança son cosmos sur le sacrophage, l'entourant d'un cocon d'un genre très différent de celui des autres Verseau.

Que le froid te protège et te mette hors de portée, que le fil de soie te préserve en devenant cristal et en te raccrochant... !!!

Quelques mots pour Brontès et son père. Ses techniques étaient-elles aussi salvatrices. Elle l'ignorait en fait mais comptait pour elle, cet homme et feu son père. Un geste qui alalit être suivi de bien d'autres car le volcan sembla s'animer d'une fureur tout autre que celle qu'elle pouvait attendre.

- Attention !!!

une véritable pluie incansdescente s'abbatit sur eux. Un énorme cosmos étaient attaché à ses roches brûlantes et l'Ombre du verseau s'empressa de lancer ses attaques les plus dévastatrices contre les premiers assauts, élevant un dôme de glace qu'elle renforçait continuellement mais cela ne serait pas suffisant.

Le sol lui-même tremblait et elle se tourna vers Brontès.

- Garde du Cyclope !!! Si tu as des techniques défensives ou de quoi pulvériser un maximum de roches, prends ma place. Le sol...

Elle glaça la surface de certaines parties pour lui montrer. Lesquelles s'enveloppèrent aussitôt de vapeur d'eau qui s'éleva.

- Le sol est encore plus traître. Les forces sont au-dessous ! Je peux nous préserver d'une chute et envoyer mon froid mais il faut que tu puisses nous protéger tous les deux. Que je tente d'atteindre et de paralyser ce qui nous attaque !!

Aaaah !!!


Un cri, il avait suffi qu'elle relâche d'à peine un instant sa vigilence pour qu'une des roches ne l'atteigne et ne la déséquilibre en se brisant contre l'armure noire. Le ciel n'était plus qu'une pluie de roches et de feu que seul le froid de Sélène pouvait contrer mais rester ainsi n'était pas non plus une solution alors que l'Île elle-même semblait les attaquer.

Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion


Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 21 Avr - 10:01


viens d'ici

Le voyage dura le temps d'un clin d’œil. La vitesse de la lumière est une limite que peut être les dieux peuvent franchir, mais en tant qu'humain la performance reste un miracle. Et pourtant En tant que chevalier du scorpion noir cette faculté m'était acquise, me permettant ainsi de voyager instantanément d'un point à l'autre de la planète. A mon arrivée, je vis une explosion cosmique d'une violence rare éclatant aux confins de l’île .

deux guerriers étaient en proie à cette flamboyance sortie du sol et l'un d'eux était une femme à l'armure d'ébène! tant bien que mal elle résistait à celle-ci grâce à un cosmos glacial.
Le second, un borgne armé d'une hache, à la carrure aussi imposante que la mienne préparait sûrement sa riposte. Le fait est qu'il n'était pas un chevalier noir.
Était-ce l'instinct d'un bon samaritain ou le pacte que j'avais signé avec mes semblables qui me motivais? Ou bien les deux? Je n'aurais su le dire tant l'urgence du moment se faisait palpable, mais je décidais d'intervenir.

Je me propulsais vers l'explosion de roche et de feu pour protéger ces inconnus.

Les techniques du vide sont basées sur la capacité du cosmos à manipuler la gravité au point d'être capable créer un trou noir. Néanmoins il ne me semblait pas nécessaire d'en arriver jusqu'à cette extrémité pour écarter le danger lié à cette attaque. La riposte de la guerrière avait déjà permis d'évincer nombre importants de projectiles. Pourtant elle fut surprise dans une seconde d’inattention et percutée par un éclat de roche et de feu.
Elle aurait été projeté au loin si je n'avais pas attrapé son bras dans le courant cosmique avant de me placer devant elle et le borgne.

Mon cosmos brûla, formant une toupie d'or et de ténèbres englobant les deux chevaliers en difficulté. Plutôt que de contrer le flot de l'assaillant dont les capacités étaient potentiellement encore plus violente. Je me servais du courant provoqué par l'ennemi inconnu en me contentant de courber sa trajectoire. Bien sur cela restait une prouesse, mais à la façon d'un judoka qui se sert de la force de son adversaire, je faisais de même avec l'énergie actuelle en action. La courbure que je provoquais me permettait de faire tourbillonner le flux et de créer un phénomène gravitationnel capable de faire circuler le basalte et la lave autour du trio que nous formions sans nous toucher.

Un torrent de questions parcourait ma tête. Et pourtant toutes celles-ci convergeaient vers la seule utile à ce moment précis: Que se passait-il en ces lieux?
L'attaque semblait venir du sous sol. La force en action m'était étrangère, et moi qui m'étais fait fort de répertorier l'ensemble des puissances en actions me sentais vexé de me retrouver face à quelque chose inconnue. D'autant que cette force agissait ici, chez moi!

La reine morte avait été ma malédiction et j'avais transformé celle-ci en bénédiction pour ceux de ma condition.
Mon visage blanc aux yeux rubis coiffée d'un heaume intégral sombre à queue de scorpion regardait le danger en face avec hargne et assurance.
Quoi que soit cet adversaire, il faisait bouillir mon sang, et dieu ou humain, il serait bien reçu si celui-ci ne faisait pas preuve de plus de retenue.
Si depuis ma libération, j'avais toujours réglé mes objectifs par la ruse, en évitant les rixes, il était totalement hors de question que l'on souille cette terre à nouveau sans en répondre devant moi.

M'adressant à l'entité souterraine, il était temps de faire les présentations. et celles-ci serviraient à mes compagnons d'infortune.


«Je suis Kaos, chevalier de la huitième maison du zodiaque noir! Que celui qui trouble la paix sur les terres de ce sanctuaire se présente!»

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 22 Avr - 7:24

Comme un fauve endormi l'ile se réveilla brutalement sous le coup violent du Marina. Le tranchant de la lame de Brontès avait balafré la surface du sol et invoqué une force incommensurable. Réaction démesurée pour une action irréfléchie, il n'aurait peut-être dû lancer cette attaque féroce, mais puisque le mal était fait, il ne restait plus qu'à trouver un remède.

Sélène fut la plus rapide à agir, malgré l'urgence de la situation elle prit le temps de protéger la sépulture de son père. Un geste noble qui émut fortement le Marina, ce n'était pas pour rien que le dragon des mers des temps antiques avait pris sous son aile cette femme, en plus d'une beauté remarquable, elle était dotée de bonnes valeurs morales et d'une force incroyable, un joyau rare. Comme c'était regrettable qu'elle porte cet habit de métal noir, plutôt qu'une écaille divine de Poséidon. Dommage, vraiment dommage !

Mais pour le moment, il devait mettre en œuvre tout son talent pour assurer sa protection. Le garde marin amplifia son cosmos qui se matérialisa comme un nuage argenté autour sa silhouette. Il comptait bien réagir lui aussi, en mettant en œuvre le pouvoir destructeur des cyclopes originaux, cette force héritée des créateurs de la foudre de Zeus, le maitre de l'Olympe.

« Sélène ! »

Un projectile se brisa contre l'armure du Verseau sombre. Ce fut trop rapide pour qu'il intervienne, mais pas assez pour l'inconnu au visage blême qui s'interposa.

*Un autre chevalier noir ?*

Son oeil d'expert ne pouvait pas se tromper. Il s'agissait bien de la réplique sombre de l'armure d'or du scorpion. Et la manière dont il dévia le torrent d'énergie cosmique le fit pâlir de jalousie.

Il se prénommait donc Kaos, son aide fut bien venue, mais pas nécessaire selon le forgeron. Peut-être par orgueil, ou alors par prétention, il ne doutait pas de sa capacité à sortir par sa propre force de ce pétrin. De plus il n'appréciait pas trop qu'une tierce personne se mette entre lui et sa quête. Sélène lui inspirait confiance, pas Kaos, mais les choses étant ce qu'elles étaient, il resta en retrait et observa la scène.

« Tout va bien ? » Demanda-t-il à Sélène

La source de ce pouvoir venait effectivement du sous-sol, Brontès était impatient d'y aller. Un tel déploiement de force devait surement garder un grand secret. Les circonstances faisaient que la liste de ses objectifs venait de changer. L'avènement de chevaliers qu'on n'avait jamais vu et puis cette puissance destructrice inconnue, le mystère de Death Queen Island devait être percé pour le bien de sa faction.

« Cet homme tu le connais ? C'est ton camarade ? » Chuchota-t-il à la guerrière.

Avoir une idée de qui était cet homme l'aidera à mieux calibrer ses actions et favorisa l'exploration des souterrains.
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina



Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Jeu 3 Mai - 6:43

Avec la dernière des violences, les roches s'étaient mises à pleuvoir sur les deux profanateurs, s'acharnant sur leurs armures et leurs corps. La source de l'attaque était loin si loin, hors de portée. Chose qui ne l'avait pas empêché de frapper vite et fort. Ces envahisseurs n'avaient pas encore prouvé qu'ils méritaient de seulement contempler ce que recelait cette terre et surtout la Forge antique qu'elle protégeait.

Au plus profond de celle-ci avaient sommeillé de bien étonnantes forces jusqu'à ce que les récents évènements ne les éveillent.

Encore et toujours, le volcan grondait à l'unisson avec les manifestations cosmiques. L'un des projectiles avait atteint l'Ombre du Verseau et une sorte de cri s'était aussitôt fait entendre. Un son que bien peu était capable d'entendre avant que l'armure noire ne commence à se lamenter.

Puis ce fut l'intervention de celui qui s'était manifesté auparavant. Une action qui préserva le Cyclope et le Verseau noir.

L'assaut se poursuivit encore quelques instants avant de prendre fin aussi subitement qu'il avait commencé. Quoique tout ne faisait que commencer.

Trois se tenaient à la surface, trois osaient se présentaient au-dessus de l'entrée...

Un cri, celui du Scorpion noir qui ordonna à l'auteur de l'attaque de se présenter. Chose qui provoqua un nouveau flamboiement de cosmos. Une crevasse se forma presque instantanément sous les pieds de Brontès, risquant de faire plonger les trois guerriers. Peut-être se soustrairaient-ils au sort mais le sarcophage du père du Cyclope, lui chuta dans les profondeurs.

Plongeon vertigineux avant qu'il ne s'échoue au-devant d'une sorte de porte. Les forces étaient toujours actives et sans que nul ne puisse l'en empêcher, elles l'encerclèrent avant de lui faire franchir le seuil...

Quelques lueurs étaient visibles brillant par intermittence. C'état bien peu mais cela suffisait pour deviner que c'était loin d'être une terre brute qui se cachait sous la surface mais le seul moyen d'en avoir le coeur net était d'entrer...

[HRP : Sélène ayant été atteinte par la première attaque, elle perd 100 Pa et 50 Hp. Son armure émet d'ailleurs une sorte de signal que seul un forgeron ou un réparateur comme Lothar peut ressentir. Signe d'une atteinte sérieuse de l'armure noire du Verseau.

L'entrée se trouve tout au fond de la crevasse et celle-ci est loin d'être stable. Le cosmos est toujours présent et semble même gagner en force. Pour récupérer le sarcophage, on ne peut qu'y pénétrer.]
Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 4 Mai - 7:47

Le choc avait été plus que puissant. Nul doute qu'il l'aurait propulsée droit vers la mer si un bras secourable n'avait pas littéralement jailli du néant. Comme dans tout bon film où le héros arrive pile au bon moment avec souvent une entrée fracassante. Sauf que, cette fois, Zorro avait troqué son masque pour la casque du Scorpion noir.

Un regard de l'Ombre du Verseau avant qu'elle ne réponde au cri de Brontès.

- ça va, Brontès... Juste une peu sonnée...

S'empressa-t-elle d'ajouter avant d'étouffer une plainte. Loin de s'en être sortie indemne, Sélène ressentait une vive douleur sous son armure noire avant d'appliquer un peu de cosmos sur la plaie. Du sang s'écoulait sous l'orichalque de son habit. Contact chaud sur sa peau fraîche. Rien de réellement grave, les guerriers cosmiques en voyaient de toutes sortes lors de leurs entraînements ou de leurs combats. Et les chevaliers noirs étaient parmi les plus malmenés. Sources de malheur mais aussi de bonheur les ayant aussi forgé en force.

Son regard se reporta sur son sauveur.

- Merci... Ombre du Scorpion. Même si nous ne connaissons pas encore, merci à vous... Je suis Sélène de l'Ombre du Verseau.

Quelques mots soufflés avant qu'elle n'ajoute le voyant se dresser contre la pluie de roches.

- Soyez prudents, ces roches sont loin d'être de simples cailloux, elles ont atteint l'armure noire et elle a bien plus souffert que moi.

Sur ce, elle rejoignit prestement Brontès du Cyclope alors que le Scorpion règlait le problème d'un geste magistral.

Un sourire envers le marina qu'elle tenait à rassurer.

- Ne t'en fais pas. Comme tu vois, c'est surtout l'armure qui a dégusté et toi, Brontès ? Comment te portes-tu ?

Ententdant la demande de son allié, elle se toruna vers son collègue dont l'éclat de l'armure rivalisait avec celui de l'Onyx avant de reprendre.

- Non, je ne le connais pas, je venais juste d'arriver dans l'Île, mais cela ne saurait tarder.

Et comme pour lui donner raison, Kaos du Scorpion noir se présenta d'une voix forte avant d'appeler le responsable de tout cela.

Une secousse légère avant qu'elle se vacille sensiblement, posant sa main sur le bras puissant du Forgeron avant de lui souffler.

- Elle est encore là. Reste sur tes gardes. Et vous aussi, seigneur du Scorpion noir, qui que ce soit, il s'apprête à attaquer de nouveau !!!

Sauf que cette fois, ce furent sous leurs pas que le cosmos se déchaîna. Une immense fissure s'ouvrit, entraînant le sacrophage du père de Brontès dans les profondeurs. Par chance, Sélène put cette fois se préserver tandis qu'une sorte de porte venait de se révéler à eux.

- Voici votre réponse, seigneur Kaos. Une invitation à plonger dans les entrailles de Death Queen Island.

Puis, s'approchant de Brontès.

- Je sais que c'est peu de choses mais mon cocon de glace tiendra encore de très longues heures. Nous récupèrerons le Sarcophage de ton père avant qu'il ne se fissure et nous pourrons lui offrir une nouvelle sépulture digne de lui.

Soudain, elle sera les dents, l'armure noire s'était contractée comme sous le coup d'une douleur violente avant de se relâcher. Et tandis que Sélène reprenait son souffle, quelques morceaux d'orichalque se déposèrent sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 6 Mai - 0:10

C'était étrange comme situation quand même, le dénommé Kaos et Sélène appartenait à la même faction si on se referait à la nature de leur armure et pourtant c'est Brontès qui semblait se soucier le plus de l'état de santé du Verseau noir. Curieux comportement qu'on ne verrait jamais chez les Marinas. Le peuple de Poséidon se considérait comme une famille dont tous les membres avaient la même importance quel que soit leur niveau de puissance et peut-être que Brontès involontairement incluait dans cette famille la noble Sélène.

Les événements allaient un peu trop vite cependant. De justesse Brontès esquiva une chute fatale quand le sol se déroba sous ses pieds. Le bruit sourd du Sarcophage qui atterrit au fond de la crevasse, assombrit son visage d'inquiétude. L'objet de sa venue sur l'ile venait de s'éloigner de lui. Après lui avoir retiré son père, voilà que cette maudite ile voulait lui prendre son héritage. C'était hors de question ! Mais il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation, avant de plonger dans cette crevasse qui s'ouvrait comme la gueule d'un monstre affamé, Brontès voulait examiner de plus près les dégâts qu'avait reçus l'armure noire de la maitresse des glaces.

En sa qualité de forgeron, c'était la première fois qu'il assistait à pareil spectacle. L'Orichalque sombre semblait pleurer, comme torturée par une sorte d'énergie qui se répandait insidieusement dans chaque particule de métal qui la composait. Troublant phénomène que Kaos et Sélène ne pouvait percevoir avec la même acuité accrue que lui.

« C'est bien la première fois que je vois une telle chose ! »

Ce ne fut pas la chaleur torride des lieux qui fit naitre une goutte de sueur sur le front du Cyclope, mais l'inquietude. Il fallait qu'il l'examine rapidement, afin d'en comprendre la nature et pour se faire il posa sa main nimbée de cosmos sur une des fissures de l'armure. Son visage rougit en conséquence, car il posait aussi les mains sur le corps d'une femme et pas des moins désirables. Cependant, sa concentration n'était pas perturbée, tous ses sens étaient monopolisés sur l'étude de la structure de l'armure. L'analyse ne dura qu'une poignée de seconde, mais son diagnostic était précis.

« Je ne peux pas la réparer, ce qui a touché ton armure dépasse mes connaissances, je n'ai pu que ralentir sa dégénérescence, mais ce n’est que temporaire. »

La chose qui avait cela possédait la même aura que les forces qui se déchainaient sous ses pieds. Pour Brontès il était évident que l'étude de ce phénomène devenait prioritaire. Un savoir incommensurable se tapissait dans les entrailles, son père l'avait toujours su et c'est pour cette raison qu'il s'exila pendant dix ans dans ce pays damné et maintenant Brontès avait peut-être la possibilité de finir cette quête.

« Quoi qu'il en soit je vais jeter un coup d'œil à cette porte. Je ne te demanderai pas de me suivre vu ton état, mais ton aide me sera quand même utile. »

La hache du Marina se mit à briller avant de se transformer dans une longue chaine argentée terminée par un grappin. Le façonneur de l'Orichalque venait de faire une démonstration de son talent et prouvé par la même occasion qu'il n'usurpait pas son titre. Comme un harponneur il lança un bout de la chaine qui alla se figer dans un pan du mur en contrebas, puis il fixa sur un support stable l'autre extrémité de sa tyrolienne improvisée.

Quant au scorpion noir étant donné la manière dont il s'était introduit, il ne faisait aucun doute qu'il pourra se débrouiller seul. Brontès n'approuvait pas sa présence et son mutisme à son encontre en était la preuve. On verra bien, en cas d'attaque le Cyclope savait se défendre savait se défendre, c'est donc avec une certaine confiance, que le Marina descendit le long de sa chaine dans les entrailles de la terre.


Dernière édition par Brontès le Dim 6 Mai - 4:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion


Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Dim 6 Mai - 2:12

La jeune femme chevalier noir du verseau s’était présentée, et, en s’adressant à son compagnon d’arme avait révélé le prénom de celui-ci, Brontès !
Si mon égale dans la roue astrologique avait fait preuve de gratitude, le borgne lui, se montrait prudent. Peut-être avait-il été vexé de ne pas courir en premier au secours de la belle. Un seul regard sur le visage de celui-ci m’avait fait comprendre toute la fierté qui l’habitait.
J’aperçu le trident en symbole sur la pandora box qu’il portait sur son dos et ne faisais en aucun doute quant à son appartenance aux armées de Poséidon.

Néanmoins l’instant critique que nous vivions ne se prêtait réellement aux politesses.
Invectiver l’agresseur et lui ordonner de se présenter semblaient avoir eu une répercussion quant à son agissement et c’est le sol qui flanchait cette fois ci. Dans quel joli traquenard avais-je plongé ?

Je manipulais ma cosmoenergie afin de créer un rempart en faisant tournoyer celle de l’adversaire autour de nous. Cela donnais du temps mais ne permettrai pas de tenir indéfiniment d’autant que ce tour de force n’était qu’une improvisation face à la situation.

J’écoutais Sélène, et ses recommandations quant au danger qui nous faisait face. Elle montrait toute sa force de chevalier en faisant fi de sa blessure, mais son armure faisait effectivement peine à voir. Un seul impact avait provoqué l’apparition de larges fissures dans l’habit sacré, preuve qu’effectivement il fallait agir avec une prudence extrême. La faille sous nos pieds nous invitait vers une entrée ensevelie depuis des siècles.
C’est dans le gouffre naissant que s’enfonçait un sarcophage d’orichalque raison de la présence de Brontès. Sélène assura au borgne que celui-ci récupèrerait la dépouille de son père.
La gentillesse du verseau noir à l’égard de cet homme contrastait définitivement avec l’agressivité de la sombre capricorne, ce qui provoquait un léger sourire sur mon visage.

Death queen island m’offrais la découverte de nouveaux secrets, mais celle-ci faisait payer son savoir bien chèrement. Définitivement l’urgence de la situation se faisait sentir, et je ne voulais en aucun cas subir l’impact d’une de ces roches chargée de cosmos.
Je me concentrais sans pour autant faillir dans la manipulation cosmique d’évitement des projectiles pour analyser d’où venait l’attaque.

Qui ou quoi était suffisamment puissant pour envoyer autant de puissance sans qu’aucun de nous ne puisse le trouver ?
Mon esprit parcourait l’ile à la vitesse de la lumière, mais rien à faire.
La présence du dieu que j’avais senti au niveau des temples avait disparus. Je perçu Estrella. A n’en point douter elle m'avait repéré et celle-ci s’en allait ! Elle ne me portait pas dans son cœur et prêter une main secourable ne semblait pas être une priorité. Si j’avais fait vœu de l’aider en tout point sur ces terres, il était évident que la réciproque n’existait pas…
Puis ce fut Shiva qui apparut. Il ne bougeait pas. Si celui-ci ne faisait rien, seul les dieux savait pourquoi. Estimait-il que l’épreuve ne le concernait pas, ou imaginait-il d’une façon comme d’une autre que cela nous servirait à nous élever ? Décidément, il serait toujours à un degré ou un autre une source de mystère.

Le cosmos virulent amplifiait son action et je ne saisissais pas d’où cela venait. Tout nous indiquait de prendre la direction de la porte ensevelie. Piège ou pas, c’était nôtre seule option pour ne pas subir plus longtemps cette vague d’énergie chargée de lave et de roches. Le sol fracturé de toute part finirait par nous avaler, alors autant le devancer avant d’en subir les dégâts.

Je m’adressais à mes compagnons d’infortune cette fois ci.

« Sélène, Brontès, il ne reste que quelques secondes avant que tout s’écroule… tant que vous êtes dans la sphère de protection que je maintiens tout se passera bien !»


Me déplacer tout en contenant la barrière serait un nouveau challenge et raccourcirait le laps de temps ou je tiendrai la protection. Mais nous n'avions apparemment pas le choix.
Je sautais dans les entrailles de l'ile en entrainant ce petit monde vers le sous-sol prêt de la porte et du sarcophage recouvert de glace.

Manipulant la gravité, je ralentissais le choc à l'arrivé. Ma concentration était mise à mal et ma manipulation protectrice ne marcherait pas plus de quelques secondes. Le périmètre de survie commençais à réduire dangereusement.
Je savais pouvoir me protéger seul, mais pour trois, cela devenait de plus en plus délicat.

L’étranger était armé d’une hache et je sentais son cosmos bouillir. Entre le fait que je m’efforce d’assurer la défense et le fait que Sélène soit blessé, il me semblait le plus apte à ouvrir cette large porte en libérant sa rage sur celle-ci. J’espérais que celle-ci n’ai juste besoin que l’on l’a pousse pour l’ouvrir, mais il était évident que cette option semblait trop facile.

En faisant un mouvement de la tête en direction de la porte, j’appelais Brontès

«Marinas, si tu veux vivre et un jour ramener la dépouille de ton père, tu sais ce qu’il te reste à faire !
Maintenant !!! »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Brontès
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque
Garde du Cyclope et Maitre de l'Orichalque


Nombre de messages : 92
06/08/2011

Feuille de personnage
HP:
200/200  (200/200)
CS:
200/200  (200/200)
PA:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Sam 12 Mai - 6:13

Brontès poussa un soupir en entendant la suggestion du scorpion noir. Il avait bien compris ce que Kaos attendait, mais pour lui ce n'était absolument pas la chose à faire. C'était la force qui avait engendré ce déluge de cosmos. C'était parce que le borgne avait mutilé avec férocité cette ile que cette dernière répondait de manière si énergique et destructrice. Les dégâts de l'armure étaient impressionnants et le forgeron ne voulait pas être confronté à un nouvel assaut, cependant il ne devait pas céder à la panique. Détruire cette porte avait autant d'intérêt que de détruire un puzzle complexe. Cette solution avait comme avantage de résoudre rapidement le problème, mais à quel prix ! Tous les enseignements qu'il pourrait lui apporter seraient réduits au néant. On pouvait aussi légitiment se demander comment l'ile allait réagir en réponse à une nouvelle agression. Les choses ne risqueraient-elles pas de devenir plus compliquées ?

« Patiente Chevalier noir ! Patiente ! Ce n'est pas en usant de la force brute que nous sortirons vivant d'ici. Au contraire on risquerait de précipiter notre mort.»

Les forces qui étaient en œuvre étaient au-dessus de sa compréhension, mais l'étude de l'armure du verseau noir, lui permettait de comprendre une partie de leur essence. Le cyclope avait une idée sur la manière de procéder, du moins il le pensait. Calmement avec une expression aussi froide que le métal de sa hache sur le visage, il s'avança jusqu'à la porte et posa sa main gantée d'une aura argentée sur un de ses battants.

« Pour ouvrir cette porte il faut tout simplement trouver la bonne clef »

Et le flux d'énergie étrange qu'il avait jugulé dans l'armure de Sélène constituait peut-être le sésame pour traverser. Tout le corps de Brontès se mit à luire d'une lumière argentée diaphane. Il n'y avait nulle agressivité ou peur dans ce cosmos. Le Marinas ne désirait qu'une seule chose communiquer avec ces forces effroyables, les étudier, les comprendre.

Mais est-ce que la réciproque était vraie ? Peut-on communiquer avec un fauve enragé avide de sang et de meurtre ? Il y avait une possibilité pour qu'il s'expose au danger inutilement. Le risque était réel et tout comme son père qui avait quitté le confort du royaume sous-marin pour venir sur ce territoire maudit, Brontès tentait le tout pour le tout.

*Aide moi* Pensa-t-il en regardant le sarcophage de son père.

L'évocation du souvenir de son père fit couler une larme salée de son œil valide, puis ensuite ce fut une douleur vive qui irradia son visage avec comme épicentre son œil détruit. La collaboration avec Sélène ne le gênait pas, mais celle avec Kaos oui, ce qui raviva le souvenir des chevaliers noirs qui lui avaient pris son père et son œil.

« Je ne suis pas sûr que ça fonctionnera, mais je tente le tout pour le tout, soit prêt ! »

La fine enveloppe lumineuse qui soulignait sa solide charpente devint un véritable cocon épais de lumière intense. S'inspirant d'une de ses techniques pour façonner l'Orichalque, Brontès transmis sa requête aux forces mystiques qui croisaient dans les souterrains. Une simple autorisation à pénétrer dans leur sanctuaire, voilà ce qu'il demandait.
Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina



Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Mer 23 Mai - 5:25

Flammes dans la première première chambre où s'accumulaient déjà de véritables trésors mais loin d'égaler ce qui suivrait dans la chambre qui constituait le coeur de la Forge.

En ces lieux d'une autre époque, Death queen Island prenait un tout autre visage. Métaux, or, argent, alliage de toute sorte mais aussi orichalque, someillaient sous d'étonnantes gangues scellées. Chacune d'elle formait comme une vasque profonde, chacune d'elle préservait son trésor sous sa triple protection.

Lieux pourtant encore inaccessibles aux trois envahisseurs. Un aux ordres de Poséidon et deux autres aux armures liées à cette Île. Plainte de l'Ombre du Verseau. L'armure souffrait mais quelque chose de l'apaiser, sans la guérir pour autant.

Sursaut des cosmos...

Cette réaction était inattendue et avait en partit entrâiné ce qu'il venait de se passer.

Manteau de Basalte éventré pour accéder à un sous-sol que depuis des siècles nul n'avait foulé. Envol d'un sarcophage d'Orichalque,. celui du père de Brontès qui maintenant trônait en un ces endroits qu'il avait étant désiré ne serait-ce que s'approcher.

Ici, s'étendait comme un entrepôt tout en étant bien plus que cela. Des dessins et d'antiques écritures presque totalement effacées sur les murs. Des chemins creusés par l'usure de la roche et le déplacement de masse énormes.

En ces lieux, tant de choses s'étaient passées. Les cosmos vibraient encore en sourdine mais attentifs.

Ici, d'innombrables mains avaient touché, examiné et enfin apprécier l'ensemble des matières avant de leurs offrir une nouvelle forme et une vie...

Ici, s'étendait comme une antichambre toujours habitée par des présences invisibles et presque toujours ignorées en dépit de leur puissance.

Tel était le premier passage...

Encore fallait-il y accéder...

~~~~~~

Et pendant ce temps à la surface.

Colère et cosmos noir à l'entrée.

Les parois n'étaient pourtant nullement destinées à s'effondrer. A quoi bon ouvrir ce passage en vain... A quoi bon prendre ce qu'un redoutable marina avait de plus précieux en cette terre maudite.... A quoi bon, meurtrir une Ombre... Si ce n'était pour les attirer.

Pour le meilleur ou le pire ?

Pour quoi ? Pour qui ? Seuls les antiques forgerons le savaient mais à présent que trois ils étaient, trois, il leur faudrait entrer.

Trois descendirent avec violence et se présentèrent devant la porte close.

Et derrière, la "Forge" attendait prête à de nouveau se manifester.

Mouvement de cosmos à la porte. Sursaut des "gardiens" Nulle agressivité inutile et mieux encore. Quelque chose comme une recherche, une tentative de se rapprocher, mais pas encore suffisament réelle pour mériter l'accès au coeur de la Forge.

Mouvement brusque, les portes s'ouvrirent et il y eut appel de cosmos tel que les trois visiteurs échouèrent dans la pièce à quelques mètres du sarcophage. L'armure de l'ombre du Verseau gémit sous le choc tandis que les battants se refermaient en partie, laissant la lumière de l'extérieur filtrer.

Ils pouvaient encore reculer mais sans espoir de comprendre, d'apprendre ou de ramener...

La pièce qui s'étalait devant le trio était comme subdivisée...

Une partie pour tout ce qui est encore brut, une partie emplie de vasques scellées pour ce qui sommeillait et une autre encore indéfinie...

Au milieu de tout cela repose le Cocon de glace protégeant le sarcophage. Il apparaissait posé sur la fin d'un chemin brutalement interrompu.

Les cosmos quant à eux, étaient là aux aguêts. Le Scorpion les avaient agacés et nul doute qu'au premier geste de trop...

Revenir en haut Aller en bas
Sélène
Ombre du Verseau
Ombre du Verseau


Nombre de messages : 127
02/12/2011

Feuille de personnage
HP:
200/250  (200/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
200/300  (200/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Jeu 24 Mai - 4:16

Elle aurait chancelé si son mental n'avait pas été aussi fort. Avant d'arriver en ces terres abandonnées à la seule folie des Hommes, l'Ombre du verseau en avait vu bien d'autres. Mais plus que ses propres blessures, c'était l'étrange de sentiment qui émanait de son habit noir qui l'inquiétait. Elle ne pouvait encore le comprendre mais cela l'armure souffrait et entre deux spasmes se blottisait davantage contre Sélène.

Elle releva sa longue chevelure blanche lorsque Brontès la rejoignit. A ses gestes, elle comprenait qu'il examinait les plaies de l'habit d'orichalque. Aucun geste pour l'en empêcher. Non, la belle combattante le laissa faire, abaissant au maximum ses propres défenses pour laisser le forgeron accomplir sa tache.

L'examen se poursuivit jusqu'à ce qu'elle ressente comme un mieux. L'armure se détendant comme soulagée.

Sélène s'entoura alors de son cosmos froid pour apaiser son corps et ses propres plaies. Ce qui fit se soulever son seulement sa magnifique chevelure mais aussi l'étoffe pourtant les emblèmes du Dragon des Mers. Son lien avec les Marinas et il était aussi clair que la jeune femme appréciait déjà beaucoup le Cyclope comme le souligna le geste qu'elle eut.

Elle posa sa main sur celle de Brontès, un sourire aux lèvres, ne cherchant nulllement à le mettre davantage mal à l'aise, mais bien à lui témoigner sa reconnaissance.

- Merci, Brontès. ça va mieux, maintenant. Je ne sais pas ce qu'il se passe mais c'est comme si l'armure se resserait par à coups.

Elle écouta la suite avec attention avant qu'il ne lui offre la possibilité de faire marche arrière tout en ménageant sa fierté de combattante.

La chaleur du liquide qui coulait sous son armure ne laissait aucun doute sur sa nature et ses deux compagnons avaient eux aussi du se rendre compte de son état mais aucun ne la prenait en pitié ou ne la plaignait. Chose que l'ancienne esclave pouvait également apprécier.

Ainsi une nouvelle fois l'écharpe que lui avait offerte Maximus avait de l'affranchir se teintait de sang, de son sang...

Maximus... Tu as tout fait pour me sauver. Poséidon et les autres Marinas, je n'ai jamais su si tes frères avaient compris ton geste.

L'étoffe retomba avec la brise avant qu'elle ne réponde sur un ton décidé.

- Jamais, je n'ai fui, Brontès. Je ne commencerai pas maintenant. Et puis, j'ai confiance en toi. Toute connaissance ne demande qu'à être apprise. Et grâce à toi, je sens que mon armure souffre déjà beaucoup moins même si elle n'est pas guérie, elle est au moins soulagée.

Elle posa alors sa main sur l'épaule du borgne mettant un terme à cette discussion.

Les choses reprenaient. Et la belle guerrière descendit, protégee par les deux gros bras.

Qu'est-ce qui les attendait en bas ? La meilleure façon de le savoir était simplement d'aller y voir. Après tout, ils y avaient tous trois étaient invités avec un tel empressement.

Le fond de la crevasse s'avéra assez simple à atteindre, seul le cosmos du Scorpion noir se maintenait.

Quelques pas et ils arrivèrent devant une sorte de porte plus que complexe. Derrière elle, Sélène pouvait ressentir le courant froid qu'émettait son cocon de glace. Les pouvoirs du Verseau des Ombres ne s'arrêtait pas qu'à la seule maîtrise du froid. Elle en avait d'autres en réserve...

Froid... Le froid endort et apaise. La violence ne nous sera d'aucune aide en ce lieu. Du moins tant que nous n'aurons pas à nous défendre. C'est elle qui a provoqué la première attaque.

A sa grand joie, Brontès avait la même idée. Le cosmos du garde du Cyclope s'était fait calme tandis qu'il posait sa main contre la porte. Son énergie argentée ne tarda pas à se déployait...

Quelques instants s'écoulèrent ainsi avant que la porte ne s'ouvre et que tous les trois se retrouvent comme aspirés dans ce qui s'avéra être une immense salle. Un son et la porte se referma. Enfin, en partie...

De la lumière continuait de filtrer de l'extérieur comme un conseil ou une menace.

Sélène qui avait atterri près de l'une des larges vasques se releva en serrant les dents. Elle ne pouvait l'entendre mais son armure avait crié sous le choc. Et un bouleversement cosmique avait aussitôt suivi comme une réponse. Sans qu'elle ne le comprenne réellement.

Enfin, pour l'instant, elle examinait les lieux. D'étonnants flambeaux éclairaient l'ensemble tandisque des chemins se détachaient depuis les murs. Des inscriptions anciennes que le temps avait effacé mais ce qui frappait aussitôt était le Sarcophage entouré de glace. Il était placé debout sur une de ses pistes sans fin apparentes.

Un autre regard vers ses compagnons avant qu'elle ne leur indique les colonnes soutenant visiblement les lieux et l'aménagement particulier de la pièce.

Un regard vers le contenu de la vasque tout proche. La gangue la protégeant gênait la vue mais Sélène put malgré tout discerner une forme de taille humaine et même bien plus grande en fait ainsi qu'un cosmos plus que faible.

Le reste quant à lui était aussi étonnant mais tous trois ne pourrait comprendre qu'après avoir visiter les lieux. Du moins si on leur en laissait le temps et elle s'adressa à ses deux compagnons.

- Kaos, Brontès, cette fois nous sommes en leur domaine et ils nous guettent. Plusieurs cosmos veillent. Cette salle est un passage...

Elle étendit la main vers le cocon et son cosmos s'harmonisa avec celui protégeant le Sarcophage.

- Cela tiendra encore un bon moment, Brontès... Quoique soit cette force, elle ne s'est pas attaquée à ma glace. Que souhaites-tu que nous fassions en premier ? Car il est clair qu'elle nous a emmenés là où elle le voulait et que ce lieu n'est peut-être pas encore le dernier...
Revenir en haut Aller en bas
Kaos
Modérateur, Ombre du Scorpion
Modérateur, Ombre du Scorpion


Scorpion
Nombre de messages : 1524
Age : 38
07/08/2011

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   Ven 25 Mai - 10:25

La méthode pacifique du Marinas avait fait mouche. La porte s’ouvrait et nous aspirait comme sous le choc d’une violente dépressurisation. Le sas souterrain se refermait derrière nous aussitôt, nous mettant à l’abri de la déferlante cosmique.
Je libérai Sélène et Brontes de la protection constituée de ma cosmoénergie, laissant s’échapper un léger soupir.

« Hé bien Marinas, ton sang-froid face à la situation était exemplaire ! »

J’observais le Verseau blessé qui s’adressait au borgne avec douceur. D’ailleurs, depuis mon arrivée, alors que nous étions au bord de l’engloutissement, les attentions que se livraient le cyclope et ce nouveau Chevalier noir, bien que touchantes, avaient quelque chose d’incongru. J’esquissais un sourire, profitant du court laps de temps de paix qui s’installait dans cette pièce obscure. D’une façon comme d’une autre, le Verseau noir, selon son comportement vis-à-vis d’un soldat des mers, serait, d’une façon plus qu’évidente, le meilleur des porte-paroles face à Poséidon pour notre ordre. Je voyais que sa vie n’était pas en danger, et après notre arrivée, se ressaisissant, elle nous avertissait des cosmos en présence, puis, s’adressait à Brontes pour savoir ce qu’il souhaitait faire.

Je levais un sourcil et étais légèrement circonspect, au vu du fait qu’elle ne me demandait pas mon avis, de plus, je scrutais le cyclope, qui au vu de son air renfrogné ne semblait guère apprécier ma présence. Si nous avions été dans une situation différente, cela aurait ressemblé à un flirt de deux tourtereaux, et moi à un trouble-fête. Cette idée était cocasse, au point que je la chassais de ma tête, ne souhaitant pas perdre plus que cela ma concentration.

Les grondements derrière la porte se taisaient. Tout avait été fait pour attirer le groupe dans cet lieu insolite. Bien que l’endroit me soit inconnu, je ne pouvais m’empêcher de penser à mon enfermement au cœur de l’île. Ce lieu était plus ou moins voisin de mon ancienne prison. Les ronflements souterrains du volcan, l’obscurité et l’humidité décor avait tout d’un décor de film d’horreur, mais cela ne m’inquiétait pas, tant cela me semblait familier.

Je regardais les lieux. A n’en point douter, l’architecture était de la même facture que les temples souterrains des Chevaliers noirs. L’odeur qui y régnait laissait un goût métallique dans la bouche, et la présence d’énormes vasques remplies de métaux précieux habilement protégés, nous indiquait que nous nous trouvions à l’entrée d’une forge. Rien de si étonnant après tout, puisque l’île n’était qu'un fragment perdu du continent de Mû et que ce peuple était lié à la chevalerie et surtout à la confection des armures des saints.

Je sentais mon habit sacré émettre une vibration légère qui me faisait porter un regard compatissant vers Sélène. Sa protection souffrait et la mienne raisonnait à son appel.
Ce n’était pas la première fois que je voyais ce phénomène. Sur les toits de New-York, l’armure de la vierge avait aussi fait écho à ma présence. A première vue, beaucoup aurait pensé que Beaucoup s'amusait à appeller "ombres" étaient des répliques, mais, à mon sens cela ne faisait aucun doute que ce n’était pas le cas. Nombre important de détails différaient avec les armures d’Or dites originales. Leur absence de dévotion à une divinité en faisait partie, mais les détails qui constituaient l’architecture-même de celle-ci étaient différents à bien des niveaux. Mon casque arborait la queue du Scorpion, mais était intégral, alors que celui du Scorpion d’Or était une couronne. Les épaulières de l’armure Noire étaient plus rondes et les cornes fixées sur celles-ci étaient plus longues. Il y avait beaucoup d’autres détails que l’on aurait pu énumérer. A n’en point douter, si les armures d’or et noires du même grade étaient des jumelles astrologiques, leur silhouette étant semblable, elles n’étaient cependant pas des clones. D’ailleurs, rien ne prouvait que les armures des saints d’Athéna fussent les premiers modèles…

Je me concentrais vers la salle et essayait de définir la source de ce qui nous avait attaqué. Effectivement, la pièce était empreint de différents cosmos et je me sentais observé. Cela ressemblait à un test. Eveiller un cosmos hostile aux forces en présence était plus que mal perçu, même si cela avait été fait pour protéger Brontès et Sélène d’une pluie de feu et de pierres.

Cela me faisait penser que durant mon incarcération, alors que je naviguais sur la voie du septième sens, aucune de ces forces n’avait jamais fait d’écho. A ce moment, elles étaient restées cachées, protégeant les lieux jalousement, et n’avaient jamais non plus navigué jusqu’à moi. Pourtant, la puissance de la cosmoénergie prête à nous engloutir aujourd'hui était suffisante pour faire trembler toute l’île et aurait pu m’enterrer à cette époque définitivement.
Pourquoi cela ? La seule réponse qui me venait était sous mes yeux. Le borgne avait employé la manière douce et l’emploi du cosmos dans les souterrains de l’île n’était pas mal vu tant que celle-ci était emprunte de paix.

Car, en effet, pendant mon incarcération, vivant sous terre comme un insecte, je ne m’étais servi de mon cosmos que pour analyser, visiter le monde et ouvrir ma perception à l’univers. Jamais pour exprimer aucune violence.

J’avançais alors un peu plus loin que le cercueil recouvert de glace, face au chemin obstrué et fermais les yeux.
J’eus une pensée pour Shiva et souriais.

* Je sais que tu me regardes, Dieu homme. Tout comme tu surveilles nos homologues et tout comme tu surveilles le monde. Je n’ai pas ta sagesse, mais j’ai quelques talents… *


Je m’asseyais en tailleur au milieu de la pièce, puis je m’adressais à mes camarades d’infortune et particulièrement à Brontès.

« Marinas, notre rencontre est des plus insolites, mais pour le moment nous sommes alliés ! De plus, je vois que ce jeune chevalier du Verseau semble se tenir garante de ta présence sur cette île. Je ne la conteste donc pas. Néanmoins si nous sortons d’ici entier, nous aurons tous les trois une discussion avant que tu ne retournes chez Poséidon.»

Mon ton pouvait sembler étrangement calme car mon esprit commençait une ascension vers l’état de transe qui m’avait permis de survivre sans eau ni nourriture pendant dix-sept années.

Ma cosmoénergie s’éleva calmement, libérant l’univers que j’abritais en mon sein. L’énergie sereine qui émanait de mon corps était aux antipodes de celles que j’avais mis en œuvre pour protéger le cyclope et le verseau, à savoir remplie d’une paix absolue. Mon esprit s’ouvrait et cherchait à se connecter avec les forces en présence. Si elles avaient admis notre présence, d’une façon comme d’une autre, le dialogue semblait possible. L’énergie or et noire brulait alors que je m'ouvrais au septième sens faisant léviter mon corps.

« Moi Kaos, le Chevalier noir du Scorpion, suis ici en paix. Je suis un des gardiens de cette île et du temple qui l’abrite. Je ne cherche pas l’affrontement, mais seulement le savoir. Vous qui protégez ces lieux, que désirez-vous de nous ? »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Glace et d'Orichalque   

Revenir en haut Aller en bas
 
De Glace et d'Orichalque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Socle de glace
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» MOIS DE GLACE
» Sayuki [ Elfe de glace éternelle ~ Modo ]
» Une nouvelle amitiée [.Nuage de Glace -Feuille de miel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Death Queen Island :: Aux confins de l'île.-
Sauter vers: