Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En cette nuit de Solstice...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: En cette nuit de Solstice...   Sam 6 Mar - 10:18

Une nuit de solstice comme toutes les autres, une nuit de décembre que Hilda avait soigneusement préparée...

De chaque recoin du palais s'élevaient des voix ou des bruits de pas. Une telle effervescence régnait dans le vaste palais de Polaris qu'on se serait cru en pleine milieu d'une ruche.

Il faut dire que le Grande Prêtresse voulait que tout soit parfait pour cette nuit, tout comme son époux et sa soeur, la grande prêtresse des Mystères...

Aussi avaient-ils tous muri leurs plans bien des semaines à l'avance s'efforçant de ne pas trop éveillé la curiosité du principal intéressé chose peu aisée connaissant le bambin... Comme Hilda se plaisait encore à l'appeler en dépit des années passées et de son incroyable puissance pour un si jeune âge.

Choses encore plus compliquées lorsqu'on savait que le petit garçon en question avait quatre yeux et quatre ailes à disposition pour guetter tout se qu'il se passait...

Et que bien sûr, il y avait aussi les lourdes charges à assumer...

Hilda sous ses airs de jeune femme douce et sereine n'en demeurait pas moins la Grande Prêtresse du Royaume d'Asgard, régnant avec sagesse et fermeté non seulement sur le pays mais aussi sur son armée, soutenue de toute la force et l'amour du légendaire Siegfried son époux...

Une tache écrasante devant laquelle elle n'avait jamais fui ni voulu se soustraire et qu'elle avait mené à bien, parvenant à relever avec l'aide de Freiya et d'autres fidèles un pays qui avait frôlé la catastrophe suite à la guerre contre la trop tendre déesse Athéna.

Mais en cette nuit, elle voulait pour une fois laisser tout cela de côté et ne se consacrer qu'à son fils qui fêterait l'arrivée de sa huitième année.

Elle acheva donc de distribuer ses derniers ordres à une armada de servantes et domestiques qui s'empressèrent à satisfèrent ses volontés.

La nuit allait bientôt tomber et déjà des flambeaux illuminaient l'ensemble de salles en plus des lumières artificielles de toutes sortes.

Puis, enfin, elle put souffler un court instant.

Oui, cette nuit tout serait parfait...

Et Badr-Oskir aurait la plus belle des fêtes pour ses sept ans.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Hilda le Lun 9 Aoû - 6:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Sam 6 Mar - 22:46

Ce jour là Siegfried s'était levé très tôt dans la matinée, le légendaire godwarrior avait eut une nuit, plutôt agitée... L'enfant divin que lui avait donné sa belle et tendre Hilda allait fêté son 7ième anniversaire, aussi il allait falloir l'éloigner la journée durant du Palais d'Asgard afin que son épouse fasse les préparatif de la grande fête.

Après avoir déposé un tendre baisé sur le front de sa bien-aimée, Siegfried avait dirigé ses pas dans la chambre au allure d'appartement de son fils, s'arrêtant devant la porte un instant avant de l'entrouvrir dans le plus grand silence, aucun bruit ne trahit sa présence.

Il entra puis resta ainsi un long moment, contemplant le sourire aux lèvres le divin chéri paisiblement endormi... Le noble guerrier se remémora certaines des épreuves qu'il avait du endurer pour retrouver sa belle et douce Hilda... C'est elle qui avait été sa force dans l'au-delà, elle qui l'avait porté vers la réussite... De toute ses épreuves, la plus dure fut de loin celle ou il dut s'engouffrer dans les profondeur d'Helheim afin récupérer pour son seigneur une goutte de sang du Géant Hraesvelg ( le mangeur de Cadavres) qui assis sur le bord du monde surplombant Hel qui prenant la forme d'un aigle était capable rien qu'en battant des ailes de produire un souffle de vent glacial et mortuaire (Helgardh).

Il est dit que ceux qui pénètrent en ce lieu ne repartent jamais, y compris les Dieux, seul les êtres purs en sont capable au prix de maintes épreuves et du fait de la rivière Gjöll qui jaillit de la source Hvergelmir (chaudron bruyant en français.) et encercle Hel. Siegfried eut de rudes combat à mener dans ce royaume, l'entrée de ce domaine sans retour étant gardé par un chien monstrueux : Garm (Le hurleur), gardant jalousement l'entrée du monde ainsi que de la caverne Gnipahellir, seul chemin vers les profondeurs même du 9ième monde soutenu par Yggdrasil...

Bien d'autres périls s'était dressé devant le vaillant Siegfried qui tel un héraclès face aux douze travaux n'avait jamais reculé, son courage et son abnégation lui avait permis de vaincre Garm, de défaire la Vierge ténébreuse ( la géante Modgudr gardant le pont Gjallarbru demandant le nom de chaque passant afin de s'en nourrir et de lui faire perdre toute trace de souvenir.) pour enfin parvenir jusqu' à Hraesvelg.

Ce fut de loin, de très loin les combats les plus terrifiant que Siegfried eut à mener, son enveloppe charnel avait beau être dans l'outre monde tel quelle était de son vivant, son corps n'en demeurait pas moins spirituel, Odin en personne avait mis énormément de temps à guérir les profondes blessures que le héros d'Asgard avait subit se jour là.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La douce mélodie du champs d'un oiseau à l'extérieur tira le plus noble défenseur d'Asgard des méandres de sa mémoire, un doux sourire se dessina sur son visage lorsque ses yeux se posèrent sur son héritier...


« Baldr... Mon fils, ma fierté. »

Il déposa tendrement un baisé sur le front du jeune garçon, avant de s'éloigner en direction de la porte ajoutant à mi-voix.

« Repose toi bien mon ange... Aujourd'hui nous allons chevaucher longuement dans les steppes enneigées d'Asgard. »

Le Noble guerrier sortit de la chambre de son fils, pour regagner l'extérieur, ou durant deux longues heures, il se livra à l'entrainement de la garde du Palais de Polaris... Siegfried faisait preuve d'une extrême loyauté envers sa tache, tirant très souvent du fanatisme... Il entrainait sans relâche la garde royale, il se montrait tour à tour impitoyable et très respectueux envers ses hommes qui le révérait tant...

C'est que peut après 8H00 que sa sublime épouse accompagnée du fruit de leur union avait fait son apparition... Hilda avait mis au courant leur fils qu'aujourd'hui son père l'emmener faire un tour à travers le royaume... Après avoir embrassé langoureusement son épouse, Siegfried avait prit dans ses bras le jeune Baldr-Oskir et lui avait ensuite montrer comment sceller un cheval.

Il avait ensuite déposé doucement son fils sur ce dernier puis avait prit place derrière lui, avant de récupérer un sac de nourriture confectionné spécialement par la grande prêtresse d'Odin pour sa petite famille...Siegfried s'assura que son héritier était bien couvert avant de lancer le puissant destrier au galop... Les éclats de rire de son fils, le faisait sourire, Baldr avait il oublié le jour de sa naissance ?

La journée s'était écoulé ainsi, de folles chevauchées en pause, pour qu'enfin le père et le fils se retrouve aux pied du Volcan, lieux ou Hagen, son ami de toujours avait perdu la vie. Siegfried posa alors pied à Terre comme il l'avait fait longuement à chaque lieu ou un de ses frères d'armes avait donné leur vie pour Asgard. Il avait ensuite prit dans ses bras son enfant, le déposant à terre puis lui prit la main, avant de pénétrer plus avant dans le seul lieu d'Asgard à température clémente.


« Mon fils, ce volcan était le lieu ou ton oncle Hagen venait s'entrainé lorsque nous étions enfant... C'est ici qu'il est mort et à rejoinds Valhalla... Si tu fermes les yeux, tu peux encore entendre le son de sa respiration, le son de sa voix et ses rires. »

Il s'accroupit auprès de son fils puis ajouta.

« Tout ce que je t'ai montré aujourd'hui son tes origines... Lorsque j'avais ton age, j'ai fait la même randonné en compagnie de mon père, ton grand-père. Aujourd'hui pour moi la boucle est bouclée, aujourd'hui je suis le père... »

Un doux sourire se dessina sur le visage du Guerrier divin d'Alpha tandis qu'il passa ses mains dans son coup pour ouvrir le fermoir de la chaine familiale que son père qui la tenait de son père lui avait remis. Il retira le bijou qu'il passa autour du coup de son fils avant de la refermer.

« Cette rune représente Odal, le symbole de l'hérédité, de l'héritage... Cette valeur représente la famille, elle représente Asgard tout entier... C'est ce jour là que mon défunt père m'a fait promettre d'être près à donner ma vie pour notre peuple, pour Odin et pour la princesse Hilda et la famille royale. »

Siegfried embrassa son fils sur la tête puis reprit.

« C'est quelques heures plus tard, lors de nos 6ans que j'ai rencontré ta mère, et depuis ce jour... Mon amour pour elle n'a fait que croitre... Voilà tes origines mon fils. La nuit va bientôt tomber nous ferons mieux de rentrer, ta mère risque de s'inquiéter. »

Il reprit la main de Baldr-Oskir avant de retourner tout deux au Palais d'Asgard... Les préparatifs festifs devaient touché à leur terme aussi une fois non loin de toucher au but, Siegfried déploya son doux cosmos pour prévenir son épouse de leur retour cependant le Héro voulu montrer à son fils encore une chose comment bien s'occuper de son cheval. Une fois aux écuries, Siegfried expliqua durant 15 minutes l'art de bien prendre soin d'une telle monture sous les yeux d'un Baldr-Oskir pétillant.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Odhinn
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
avatar

Nombre de messages : 16881
Localisation : Asgard
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
500/500  (500/500)
CS:
500/500  (500/500)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Dim 7 Mar - 3:48

Cette nuit, j’avais encore rêvé de loups.

Comme toujours il n’y en avait que deux et je ne sais pas pourquoi mais je les avais appelé Geri et Freki. Je trouvais que ces noms leurs allaient très bien ! Dans mon rêve il y avait également mes deux amis, Hugin et Munin, qui veillaient sur moi depuis toujours. Sauf que mes deux corbeaux étaient bien réels alors que mes loups je ne les voyais qu’en rêve.

Pendant mon sommeil, j’eus également l’impression d’entendre la voix de papa et j’ai ensuite fait un autre rêve, je faisais du cheval ! Mais, mon cheval, que j’avais décidé d’appelé Sleipnir, avait huit pattes car dans mes rêves j’imaginais souvent malgré moi des choses bien surprenantes !

Puis j’entendis ensuite la douce voix de maman.
Mais ce n’était pas un rêve, elle venait me réveiller et m’annonçait j’irais faire une grande ballade à cheval avec papa à travers tout le royaume, j’allais bien m’amuser aujourd’hui !

Après avoir bu mon chocolat chaud et avoir mis, ce que maman appelait « une tenue correcte pour faire du cheval », je rejoignis papa qui me montra comment on devait accrocher une scelle, ça avait l’air trop facile !

Par contre, j’aurais voulu faire du cheval tout seul, comme un grand ! Mais papa monta sur le même cheval que moi… Je vois pas pourquoi je tomberais de cheval, je ne suis quand même plus un bébé ! Et en plus, il ne me laissa même pas le temps de lui expliquer ! Il avait de la chance que je sois de bonne humeur car j’avais envi de faire du cheval comme dans mon rêve !

Avant de partir, je demandai à Hugin et Munin de bien veiller sur maman pendant mon absence car je ne serais plus là pour la protéger !

Ce fut une journée très amusante, et je n’arrêtais pas de rigoler ! J’espérais qu’un jour, j’aurais moi aussi un joli cheval rien qu’à moi !

Pendant cette journée, papa me parla aussi des ses copains, les guerriers divins. C’est un peu dommage qu’ils étaient tous morts ! J’aurais bien aimé pouvoir leur parler, ils avaient l’air plutôt sympa !

Puis j’arrivais à une montagne que papa appelait volcan. C’était là que tonton Hagen venait s’entrainer quand il avait mon âge. Et c’est vrai. Je fis comme papa me dit de faire et je ressentis sa présence…

Après, papa m’expliqua que lui aussi il avait cette promenade avec son papa. Ça eut l’air de lui faire plaisir de m’expliquer ça !
Ensuite papa me fit un cadeau, c’était un collier… Mais pas un collier pour les filles ! C’était une chaine avec la rune d’Odal, il y avait ça dans un livre que maman m’avait donné à lire mais papa m’expliqua quand même, à sa manière, la signification.

Puis papa me parla ensuite de maman et ajouta qu’il était temps de rentrer pour ne pas qu’elle s’inquiète. Et papa avait raison, j’avais l’impression que maman s’inquiétait souvent pour moi !

Une fois rentré, papa m’expliqua comment il fallait faire pour bien s’occuper de son cheval. Et je l’écoutai bien car ça me serait utile car je suis sûr que moi aussi j’aurais un cheval quand je serais grand !
Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Jeu 11 Mar - 9:05

Du palais de Polaris où elle se consacrait aux ultimes préparatifs pour la fête d'anniversaire de son fils, Hilda sentit le cosmos de son bien-aimé Siegfried arriver jusqu'à elle. La somptueuse prêtresse sourit avec tendresse, son expression faisant sourire les servantes se tenant encore à ses côtés.

Des servantes heureusement très discrètes, ce qui étaient une qualité plus que recherchée dans l'entourage immédiat de la princesse d'Asgard.

Princesse qui jeta alors un dernier regard d'azur glacé à Hugin et Munin, les deux corbeaux sacrés, encore perchés au devant de la fenêtre.

Tous deux avaient passé l'ensemble de la journée ainsi que le début de la nuit auprès de la Grande Prêtresse. Ce qui était assez étonnant de la part de volatiles passant pas mal de temps aux côtés de Badr-Oskir... Enfin, une fois leur promenade quotidenne achevée...

A croire que le petit se doutait de quelque chose sans vraiment l'avoir compris... Et qu'il avait laissé ses deux complices pour veiller ou plutôt surveiller sa mère...

Ce qui fit une nouvelle fois sourire la magnifique jeune femme...

De bien rares instants de détente qu'elle ne s'accordait que dans l'intimité de ses appartements, auprès de son glorieux époux et de leur merveilleux enfant...

Puis, soudain les corvidés s'agitèrent, annonçant mieux que quiconque au palais l'approche de leur jeune maître ainsi que de son père.

Et aussitôt, Hilda reprit son visage à la fois serein et ferme...

En cette nuit de Solstice, bien des choses allaient se dérouler. Et la Grande prêtresse veillerait à que tout soit parfait. Aussi, commença-t-elle par faire en sorte de calmer la fièvre qui agitait encore l'ensemble du Palais.

Elle voulait que la surprise soit totale pour fêter dignement les 7 ans de son fils.

Fête dont elle réservait le premier acte pour sa seule petite famille...

Freiya de son côté les rejoindrait très vite dès qu'Hilda aurait pu souhaiter son anniversaire à Badr-Oskir avant que l'enfant ne se change et rejoigne enfin la grande salle des fêtes...

Ceci enfin fait, elle lança un dernier avertissement aux oiseaux, leur faisant bien comprendre que s'ils ouvraient trop tôt le bec, il y aurait des représailles plus que certaines...

Puis, enfin, elle put se rendre aux écuries...

Qu'elle atteignit juste après sa petite famille. Ce fut d'ailleurs au milieu de rires enfantins qu'elle retrouva l'amour de sa vie et leur jeune enfant.

Visiblement le petit garçon avait vraiment apprécié cette promenade avec son père jusqu'aux pentes glacées du Volcan de Beta.

Elle resta ainsi un moment immobile à contempler ses deux hommes avant d'enfin approcher et d'entrer à son tour dans le vaste box où tous deux se trouvaient...

Elle se glissa alors auprès de son époux avant de l'embrasser avec tendresse tandis que Badr-Oskir était toujours occupé avec le cheval que son père et lui venaient de panser...

- Tout s'est bien passé, mon amour ?

Gilssa-t-elle avec douceur à son époux avant de chuchoter à son oreille.

- Il ne se doute de rien, la surprise sera totale et elle l'attend dans l'aile voisine...

Et sur ses phrases mystérieuses, elle déposa un autre baiser passionné sur les lèvres de son guerrier divin.

Avant de contempler avec une tendresse non feinte le jeune garçon encore aux prises avec l'étalon qui semblait déjà conquis par les gestes du jeune roi des Ases.

Puis, enfin, jugeant que l'instant était venu, elle décida de rompre le silence bienveillant qui s'était installé sur l'ensemble des salles.

Un peu comme si en cette nuit de Solstice, le temps s'était comme suspendu... Un instant attendant tranquillement la suite.

- Bard-Oskir mon chéri...

Elle avait élevé la voix et se tenait auprès de son époux qui avait passé un bras autour de sa taille...

- Comment vas-tu mon fils, tu as passé une bonne journée...

Elle conptempla un instant cet enfant au regard curieux et vif et qui ressemblait déjà tant à son père...

Père qui lui avait déjà soufflé l'entièreté du récit de leur petite escapade au creux de l'oreille... Avant de tendrement l'enlacer...

Et pourtant, elle ne put que s'attendrir de nouveau, en écoutant la voix si spontanée de cet enfant à la pâle chevelure dorée... Ce petit prince si prometteur, ce jeune dieu enfin de retour parmi son peuple

- Bien, j'en suis ravie, Badr-Oskir... Dis-moi quel jour sommes-nous ?

Elle s'amusa en le voyant réfléchir un long moment avant de relâcher enfin la pression sur Hugin et Munin qui purent enfin informer l'enfant sur sa date d'anniversaire.

- Oui, c'est ton anniversaire, mon petit... Et laisse-nous, ton père et moi, te le souhaiter en premier...

Lui dit-elle avec une infinie tendresse avant de le prendre dans ses bras et de l'embrasser sur le front...

Puis, elle laissa Siegfried féliciter lui aussi son jeune fils avant de reprendre la parole...

- Cette nuit, sera celle de bien des changements pour toi, mon fils, et pour commencer, nous t'avons réservé une surprise qui ne peut attendre, viens suis-nous...

Et prenant son enfant par la main, elle le guida en compagnie de Siegfried vers une autre partie des écuries, une zone plus calme, plus sombre et aussi plus secrète.

De temps à autre, elle glissait un oeil bleu sur Badr-Oskir, ravie de découvrir de la curiosité mêlée d'impatience heureusement contenue sur le visage du petit tout en échangeant de très nombreux regards complices avec son époux.

Chose que Badr-Oskir pouvait parfaitement voir... La complicité de ses parents et leur amour étaient plus que forts...

Jusqu'à ce que le trio atteigne un vaste box gardé par quatre palefreniers qui s'inclinèrent aussitot dans un bel ensemble devant le couple princier et leur magnifique héritier.

La Grande Prêtresse Hilda lâcha alors la main de l'enfant, laissant Siegfried le guider vers la nouvelle pièce avant qu'elle ne demande à deux des robustes gaillards de s'occuper avec douceur mais fermeté de la jument.

Chose qu'ils firent sans la moindre violence, écartant la magnifique monture avant d'ouvrir toutes grandes les portes devant un petit Odin ébahi...

- Voici, notre cadeau pour tes sept ans, Badr-Oskir... Ce sera un fidèle compagnon mais il te faudra aussi en prendre soin...

Puis, elle glissa un regard doux vers Siegfried, lui faisant comprendre que c'était maintenant à lui de prendre la parole alors que le jeune prince découvrait son nouveau compagnon encore maladroit sur son lit de paille...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Hilda le Lun 9 Aoû - 6:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Dim 14 Mar - 2:23

Siegfried ne savait pas vraiment ou en étaient les préparatifs de la fête d'anniversaire de son fils, aussi il prolongea tellement ce retour au foyer que son épouse prit alors la décision de rejoindre ses deux hommes. Un doux sourire s'était dessiné sur le visage du noble héros d'Asgard, oui il avait bien sentit l'approche de l'amour de sa vie, il sentait le regard de sa bien aimée sur sa personne... Lorsque la jeune femme approcha enfin du père et du fils, Siegfried se releva alors que quelques instants plus tôt il s'était mi à la hauteur de son fils.

Le guerrier divin rit alors sa tendre dans les bras répondant avec passion au tendre baiser de sa royale épouse, la serrant aux plus près de son corps, il lui adressa un tendre sourire avant de reporter son attention sur leur enfant.


« Oui, tout s'est passé à merveille, ma chérie... Nous avons fait le tour du royaume pour enfin nous arrêter un bref instant dans la grotte volcanique ou Hagen s'entrainait. »

il avait tendu son oreille aux lèvres d'Hilda, avant de faire un signe de tête, tout en murmurant à voix basse.

« De rien du tout... Je penses qu'il ne sait pas quel jour nous sommes. »

Siegfried avait regardé avec intensité sa belle, alors qu'elle lui offrit un autre baiser passionné... Le regard de l'homme se mit à briller de bonheur, oui le noble guerrier était comblé. Les deux parents se mirent alors à contempler leur enfant avec tendresse dans une unité que peut pouvait se targuer d'avoir.

La douce voix d'Hilda brisa le silence qui s'était instauré dans ce box où demeurait le puissant étalon du chef des guerriers divins, le regard de Siegfried se perdit un bref instant dans le vague tandis qu'il avait passé machinalement un bras autour de la taille de sa précieuse épouse... Les compagnons qui avaient partagé la fureur des combats à ses cotés et avait offert leur vie pour Asgard, emplissait le jeune père de l'incarnat d'une douce mélancolie. Lui était heureux, mais qu'en était il de son ami d'enfance, oui qu'en était il d'Hagen ?

Laisse nous ton père et moi, te le souhaiter en premier. Tel fut la phrase de son tendre amour qui parvient enfin à tirer le jeune guerrier des brumes des méandres spirituelles dans lesquelle Siegfried s'était enfoncé. Puis elle s'était détaché de son époux pour enfin prendre leur enfant dans les bras puis enfin l'embrasser... Le merveilleux tableau qui se dressait devant lui, fit sourire l'homme, il resta un instant silencieux avant d'enfin entourer sa petite famille de ses bras puissants et protecteur.

Siegfried était heureux, son fils, son hérité possédait la grâce de sa mère, mais il possédait de surcroit, la droiture et l'honneur de son père... Un enfant parfait, un divin héritié.


« Baldr, mon petit... A présent, l'enfant que tu étais laisse place à un merveilleux jeune homme... Je suis extrêmement fier de toi. »

Siegfried déposa un baiser sur le front de son fils tandis que son épouse poursuivit son discours, invitant leur enfant à les suivre... Oui, le moment du présent était venu, cela faisait à présent de longs mois que le divin enfant avait éprouvé le besoin de posséder un cheval comme ses parents. Le noble guerrier protecteur d'Asgard avait immédiatement compris ou sa femme voulait les conduire, aussi l'homme passa sa bras autour de sa femme tandis qu'elle prenait la main de Baldr, le regard des deux parents se croisèrent... Siegfried était rayonnant, comme il l'était durant leur enfance.

Oui leur fils était impatient et tantot lors de regard complice le héro d'Asgard glissait des clins d'œil et des baisers à sa tendre Hilda, oui ainsi entouré Siegfried oubliait tout. Leurs pas les conduisirent jusque devant 4 palefreniers qui après s'être inclinés devant eux, les avaient laissé dans leur intimité, Hilda avait laché la main de Baldr, et après avoir échanger un ultime regard complice avec son épouse, le guerrier divin avait guidé l'enfant divin. Deux rudes gaillards avait ouvert les moutures revélant au regard émerveiller du jeune incarnat, celui qui deviendrait son fidèle compagnon.

La douce voix de la femme de Siegfried résonna de nouveau dans les lieux, 7 années déjà... Que le temps passait vite.... leur regard s'était croisait et le héro comprit alors que son tour de prendre la parole était venu tandis que le nouveau compagnon de l'enfant divin, maladroit sur son lit apparaissait aux yeux de Baldr.

Siegfried s'abaissa alors auprès de son fils, puis plongeant son regard dans celui de son héritié il prit la parole.


« C'est ce que je t'ai appris à faire tout à l'heure que tu devras faire... Nous nous occuperons ensemble de nos compagnons respectifs... Ce sera notre petite activité entre Homme. »

Il sourit alors avec douceur avant de finir.

« Pour l'heure, il a encore besoin de repos... Et nous allons devoir rentrer aux palais, va lui souhaité une bonne nuit. »

Siegfried croisa le regard de sa belle Hilda tandis que Baldr-Oskir s'approchait avec précaution de son compagnon. L'homme se redressa pour enfin reprendre place auprès de son épouse lui glissant à l'oreille.

« Laissons les faire connaissance... »

Puis c'est ensemble après s'être embrassé qu'ils reportèrent leur attention à leur progéniture que Siegfried interpella.

« Il faut que tu lui trouve un nom... As tu une idée mon chéri? »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Odhinn
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
avatar

Nombre de messages : 16881
Localisation : Asgard
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
500/500  (500/500)
CS:
500/500  (500/500)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Mer 17 Mar - 7:00

Papa, se recula alors sans dire un mot, me laissant seul avec son cheval. Je parlai ensuite avec l’équidé et je vis bien que papa savait très bien s’en occuper car l’animal avait l’air d’être très bonne humeur après la longue chevauché que nous avions fait aujourd’hui et durant laquelle il avait du nous porter tous les deux ! Oui le pansage était vraiment très important, je devrais m’en rappeler pour plus tard...

Il y eu ensuite comme une légère odeur de citron, j’étais tellement occupé par le cheval que je n’avais ni vu maman arriver ni papa la rejoindre et je ne le remarquai qu’une fois que maman m’eu appelé !

Ma maman est parfois bien surprenante, et ce n’était pas la suite des évènements qui allait me donner tord…

Maman me demanda d’abord si j’avais passé une bonne journée, une question bien surprenante étant donné que je l’avais passée rien qu’avec mon papa, mais à laquelle je m’empressai de répondre avec beaucoup d’enthousiasme !

- Oui maman s’était trop bien !

-J’adore faire du cheval avec papa !

-On est allé loin... très loin... jusqu’au Volcan de tonton Hagen, m’a dit papa… Et j’ai même réussi à l’entendre, tu sais maman !


Puis maman me posa une question plus que surprenante, elle me demanda quel jour nous étions...

Je ne voyais pas trop… Et puis où étaient passé Hugin et Munin ? Jamais là quand j’avais besoin d’eux ces deux là… Je les avais pourtant appelés dès que j’étais rentré à la maison et ils n’étaient toujours pas là…

Après un peu d’attente, ils arrivèrent enfin… Et je compris alors tout ! C’était un coup de maman… Je la regardai alors d’un air suspect avant de redevenir rapidement plus souriant et amusé au fur et à mesure des explications de mes deux corbeaux… Et je lui répondis alors joyeusement que c’était aujourd’hui mon anniversaire et que j’allais avoir sept ans… et donc que je serais un grand...

-C’est bien ça maman ?
lui demandai-je en rigolant…

Puis maman me souhaita un joyeux anniversaire avec une infinie tendresse et me prit dans ses bras et m’embrassa sur le front !

Puis se fut au tour de papa de me souhaite un joyeux anniversaire car je remarquai qu’il semblait être quand même un peu au courant de tout !

Effectivement ces deux adorables comploteurs parentaux m’avaient préparé une surprise pour mon anniversaire, et je dus avouer qu’ils avaient parfaitement réussi leur coup !

J’avais de la chance d’avoir des parents comme ça, et j’espérais qu’ils resteraient toujours comme ça !

Maman me prit ensuite par la main et me conduisit vers mon cadeau…

Une belle jument blanche !

Puis papa prit le relais, me confortant ainsi davantage dans mon impression qu’il était bien dans le coup lui aussi !

Mais papa avait raison, il avait bien fait de m’apprendre à panser un cheval et ça allait m’être utile bien plus tôt que je ne l’aurais imaginé !

J’allai donc dire bonjour à mon nouveau compagnon et lui présentai Hugin et Munin ! J’étais alors certain que nous deviendrions tous très bons amis tous les quatre et que nous allions nous amuser comme des petits fous !

Puis papa me demanda de lui trouver un nom...

Je la regardai alors attentivement tout en réfléchissant… Elle était belle et douce, ma jument… Belle et douce ? Je décidai alors qu’elle devait s’appeler Calia ! Etait-ce un présage ?

Puis je courus pour rejoindre mes parents, la fête d’anniversaire ne faisait que commencer et je n’avais pas encore vu tatie Freiya, j’avais hâte que la fête continue et j’espérais qu’il y aurait du gâteau au chocolat comme maman savait si bien le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Lun 22 Mar - 8:53

Hilda s'était tout doucement approchée de Badr avant de se pencher sur le touchant tableau de son fils aux côtés de son cadeau... Une belle jument à la robe blanche. Et déjà, l'enfant apprivoisait sa nouvelle amie sous le regard attendri de ses parents.

Et en cet instant, la noble prêtresse ne pouvait se sentir plus heureuse auprès des deux hommes de sa vie, son époux Sigfried et de leur magnifique enfant, Badr-Oskir, le seigneur Odin en personne.

Elle n'avait d'ailleurs pu retenir un sourire d'amusement en écoutant Badr discuter avec Hugin et Munin, les deux corbeaux sacrés. Elle jeta d'ailleurs un regard complice à son guerrier divin avant de l'embrasser tendrement sous les criaillements des deux sombres oiseaux, furieux d'avoir ainsi été réduits au silence par la douce et tendre Hilda.

Ceux-ci s'envolèrent ensuite brusquement avant de se percher sur les imposantes poutres de l'écurie princière, observant avec attention les premiers pas du jeune Badr auprès de sa belle compagne. Tandis qu'Hilda se penchait enfin à l'oreille de son fils pour lui murmurer d'une voix très douce, histoire de ménager à la fois les chevaux et la toute jeune pouliche.

- Alors mon chéri, tu as une idée de nom...

Et elle ne put s'empêcher d'ouvrir de grands yeux en écoutant le réponse du jeune Odin.

- Calia... ?

Oui, c'était vraiment très étrange comme nom. Un nom signifiant qui a une belle voix.... Songea la jeune femme avec une pointe d'amusement. Entendre Calia chanter, un rêve d'enfant...

[i]- Bien, va pour Calia, très joli et très étonnant...

Et elle sourit en regardant Badr-Oskir flater la jument avant de le ramener enfin à la réalité.

- Badr, mon chéri, il va falloir que tu la laisses un peu se reposer. Calia a besoin de repos, elle est encore toute jeune...

Et sur ces quelques mots, Hilda ébouriffa avec tendresse les boucles de son fils avant de se redresser et de frotter sa longue robe à présent parsemée de brins de paille et de foin, tenant toujours la main de son époux bien-aimé dans la sienne. Puis, elle ne put s'empêcher de sourire devant l'air triste du jeune enfant...

- Bien d'accord reste encore quelques instants auprès d'elle, le temps que je me change. Papa va d'ailleurs te donner les derniers conseils.

Souffla-t-elle en jetant un regard de connivence avec son compagnon qui lui rendit aussitôt son regard amusé avant de l'embrasser avec passion et de se diriger après quelques derniers mots d'amour vers leur fils... Et sa belle compagne à la robe blanche.

Calia... Quel bien étrange nom...

Songea-t-elle une nouvelle fois tandis qu'une sorte d'appréhenson traversa soudainb son esprit. Crainte qu'elle chassa très vite car elle savait que son bien aimé Siegfried ferait tout pour protéger leur fils... Tout comme elle et sa soeur, la blonde Freiya...

Ainsi qu'elle... Ajouta-t-elle se tournant vers les ombres. Son regard bleu cherchant une présence invisible à l'oeil de tous...

Un souffle murmurant dans l'ombre. une présence que les deux compagnons à plumes sacrés d'Odin ne manquait pas une fois de lui signaler.

Bientôt l'enfant divin qu'elle chérissait tant poserait des questions et il faudrait bien qu'elle y apporte aussi des réponses.

Si tôt, faut-il que cela arrive si tôt alors que mon cher époux et moi-même souhaitons lui offrir une vie normale comme celle de n'importe quel autre enfant de son âge, insouciant et débordant de vie...
Ainsi regagna-t-elle ses appartements où elle se changea très vite, revêtant une somptueuse et riche robe d'apparât tandis que sa coiffeuse lui présenta une couronne d'or et de saphir, à la fine et éblouissante. La parfaite parure pour la princesse de Polaris. Même si Hilda n'était pas familière de ces ornements, elle se devait de tenir son rang.

Et elle se releva avant de jeter une soyeuse et courte cape sur sa magnifique robe bleu nuit.

Puis, enfin, après un ultime regard dans le gigantesque miroir tandis qu'un feu généreux ronflait au fond de l'âtre, elle donna ses dernièers consignes à sa suivante.

- Bien, Ermengarde, j'aimerais que tu puisses nous rejoindre dès que tu auras exécuté ta dernière tache. Et veille à ce que les servantes puissent aussi se détendre entre deux services... Il est normal que tous au palais, comme dans le moindre recoin d'Asgard, puissent profiter de cette merveilleuse nuit...

Et surprenant le regard de la belle dame, elle acheva dans un langage ancien, inconnu de presque tous, exceptés des grands prêtres d'Asgard.

- Mon cher époux se chargera de tout ce qui concerne la garde et même la plus secrète...

Oui, je n'ai pas oublié. Tu l'as élevée et tu l'aimes comme si elle était ta propre fille... Compléta-t-elle ensuite pour elle seule.

Et se dirigeant enfin vers les grandes portes que deux gardes assermentés et spécialement choisis par Siegfried lui-même, gardaient aussi précieusement que leurs propres vies, elle délivra ses derniers ordres.

- Bien, je vais déjà aller voir où en sont mon cher époux et notre merveilleux enfant. Toi de ton côté, pars en avant et assure-toi que ma soeur Freiya est déjà sur place et qu'elle se tient prête, en digne et parfaite princesse de Polaris, à accueillir les premiers invités en notre absence...

Ensuite, nous ne tarderons plus à faire notre apparition et je sais qu'elle sauras veiller à ce que tout soit en ordre pour l'anniversaire de son neveu... Oui, j'ai toute confiance en elle... Elle lancera le début des réjouissances avec grâce et honneur.

Et ainsi Hilda quitta-t-elle enfin ses appartements, prête à rejoindre sa petite famille avant de faire son apparition et donner en quelque sorte le point de départ à cette grande fête dont Freiya se ferait un plaisir de donner le coup d'envoi...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Hilda le Sam 24 Juil - 7:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freiya
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
avatar

Nombre de messages : 52
06/03/2010

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
PA:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Lun 22 Mar - 23:39

Il était à peu près cinq heure de l'après midi lorsque péniblement Freiya de Polaris avait ouvert les yeux. Elle avait à peine étouffé son bâillement, de toute manière la grande bibliothèque poussiéreuse d'Asgard n'était guère fréquentée, d'un geste pénible, elle avait prit du recul, dégageant sa tête de la chaleur de ses bras... En dessous de ceux ci, un vieux grimoire était ouvert, noirci par l'écriture fine et régulière de l'un de leur aïeul.
La jeune princesse de Polaris s'étira dans un geste ample et agréable, un geste qui la sortait petit à petit de son sommeil agité. Sa bouche était pâteuse, ses yeux embués de sommeil...
Elle avait fait un rêve, oui un rêve étrange qui s'était terminé brutalement, mais voilà qu'elle était incapable de s'en rappeler, qu'il s'était éclipsé de sa mémoire ne laissant derrière lui que des scènes sombres et sans aucun sens.

Son corps ankylosé par ce petit somme reprenait peu à peu de sa vie, elle ne comptait plus les longues heures pendant lesquelles elle avait cherché en vain un moyen de ramener son bel Hagen. Et le temps s'écoulait inexorablement se moquant d'elle et de sa quête.
Un soupir résigné passa ses lèvres, elle était bien lasse de cette cause, bien lasse de n'arriver à rien et de perdre son temps... Mais elle ne pouvait pas non plus les abandonner.
Aujourd'hui encore, elle s'était plongée à corps perdu dans ses recherches, elle était arrivée en silence au cœur de la nuit tant cela l'obsédait l'empêchant de trouver le sommeil... La blonde princesse avait cru une fois encore qu'elle détenait la solution au creux de sa main, mais une fois encore cette illusion s'était évaporée.

Avec douceur, elle recula la lourde chaise dans laquelle elle prenait place, sur la table devant elle s'empilait des dizaines et des dizaines de grimoires et parchemins, des volumes et des pages libres, des notes qu'elle avait prit, jusqu'à perdre la notion du temps.

« Quelle heure est il ? »

La lumière inchangée à l'extérieur était un bien mauvais indicateur, depuis que le soleil les avait abandonné quelques mois plus tôt, les vallées d'Asgard se retrouvait plongé dans une semi pénombre... Encore plongée dans ses préoccupations, elle consulta une horloge une peu perdue entre les étagères pleines d'ouvrages, comme si le temps ici ne comptait pas.
C'est effarée qu'elle se rendit compte qu'elle avait dormi plus que de raison et pourtant nul en Asgard n'était censé ignorer les festivités qui accompagnaient cette nuit de solstice...

« Barldr... »

Avec précipitation, elle avait quitté la pièce, faisant voler derrière elle, feuilles et parchemins... Freiya de Polaris, prêtresse d'Odin, tant de son illustre neveu était officiellement en retard. En courant presque dans les couloirs du palais, ou plutôt en marchant vite, Freiya était passée devant une fenêtre et avait vu le prestigieux guerrier d'Alpha accompagné de son fils se diriger avec leur monture dans les écuries.
Enfin, elle arrivait devant la porte de sa chambre, derrière l'huis assise dans un fauteuil se tenait sa servante penchée au dessus d'un ouvrage, sur le lit recouvert de fourrure était posée sa tenue de prêtresse. La jeune servante qui devait avoir plus ou moins l'age de la prêtresse d'Odin, leva immédiatement ses yeux pour poser son regard dans les iris de Freiya. Celle ci put à peine articuler...

« Anneke... je suis en retard. »

Mais déjà la jeune femme se trouvait à ses cotés, de geste habiles et gracieux, elle avait déjà oté à sa jeune maitresse sa robe...

« Pourquoi... Pourquoi ne m'as tu pas fait cherché ? »

Un fin sourire était apparut sur le visage de la jeune femme...

« Vous m'avez demandé expressément de ne pas vous déranger... Mais ne vous inquiétez de rien, j'ai préparer votre tenue et les invités ne sont pas encore là. »

Freiya finissait de se vêtir, un peu maladroitement, alors qu'Anneke elle avait déjà saisi son peigne argenté et d'une main habile coiffait ses longs cheveux blonds... De ceux ci elle fit une longue tresse qu'elle remonta en chignon puis déposa la tiare de princesse qu'Hilda lui avait offert quelques temps plus tôt... Une tiare dépourvu de gemmes mais finement ouvragée.

Enfin la servant s'arrêta, Freiya se trouvait devant le miroir de sa coiffeuse en bois. Un sourire irradia son visage, elle déposa un baiser sur la joue de son amie.

« Une fois encore tu as fait des miracles. »

Celle ci eut un sourire en retour.

« Sauvez vous... Allez, filez. »

La princesse de Polaris s'exécuta et quelques instants plus tard, elle se trouvait dans le somptueux hall du palais de Polaris. Les premiers invités ne tardèrent pas à passer les portes, marchant sur un tapis de fleur... Entre sourire et révérence, la jeune Freiya comptait bien faire honneur à sa sœur... Elle s'était comme métamorphosé et la jeune femme qui était paniquée de son retard était à présent une bien belle prêtresse d'Odin...

Par pitié Hilda, ne tarde pas trop...
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Jeu 1 Avr - 7:20

Hilda venait de quitter les écuries, elle se dirigea avec grâce et douceur sous le regard amoureux du guerrier divin. Elle lui avait dit qu'elle ne tarderait pas mais la nature des femmes était ainsi faite que bien malgré elle et pour la plus grande satisfaction de son époux, celle ci mettrait bien plus de temps que prévue.
Aussi Siegfried resta avec son fils en compagnie du cadeau de celui ci qui semblait déjà mesurer l'importance de son rôle à venir, il lui expliqua comment il devrait le brosser consciencieusement, l'habituer plus tard à la sangle.
Une bonne vingtaine de minutes étaient passées lorsque Siegfried décida qu'il était temps pour eux d'aller se préparer pour la « fameuse » petit fête organisée, il ne fallait pas voir là de la mauvaise foi, non c'était juste que ce genre de réunion familiale n'était pas vraiment son domaine de prédilection. Il avait beau être issu d'une longue lignée de noble, son devoir de représentation n'avait de sens que sur un champ de bataille à la tête de ses hommes. Aussi le bal donné ce soir là était pour lui une sorte de champ de bataille bien différent de celui auquel il était habitué, trouvant qu'un homme était bien plus franc une épée à la main qu'avec un sourire et une révérence, il réserva ce domaine complexe au demeurant à sa tendre épouse.
D'un geste tout à fait paternaliste, il avait posé sa main sur l'épaule de son bien aimé fils.


L'épreuve qui t'attend là est l'une des pires qu'il te sera amener à affronter...

Ensemble, ils étaient sortit des écuries prenant ce chemin qui les mènerait à une fin certaine ou en tout cas dans un premier temps aux appartements de Baldr Oskir.

Après la magnifique journée qu'ils avaient passé un petit changement de tenue s'imposait, à cette fin, on avait fait porté les tenues du fils et de son père. La lourde porte s'était ouverte sans bruit, non loin de là dans le couloir la porte de ses propres appartements étaient closes refermées sur la beauté merveilleuse de son épouse dont s'il avait eu plus de temps il aurait bien accompagné dans ses préparatifs.
Tandis qu'il posait son regard brillant d'envie une dernière fois sur cette maudite porte close, il poussa son fils à l'intérieur de la sienne.

« Allez champion, il est temps de te changer... Il nous sera impossible d'envisager la possibilité de nous rendre parmi toutes ces élégantes personnes dans cette tenue. »

Le guerrier divin avait imité à la perfection les grands airs guindés de son précepteur étant enfant, bien évidement il espérait que son fils n'adopterait pas le même comportement que lui, à savoir courir dans toute la pièce tout nu en criant, se cacher sous le lit pendant des plombes et faire exprès de se salir immédiatement après la sortie de sa chambre. Les plus « polies » (ceux qui avaient un rang inférieur à celui de sa famille) se plaisaient à dire que Siegfried était un « enfant plein de vie », d'autre, beaucoup moins fayots disaient clairement qu'il était chiant... N'empêche que lui était devenu chef des Guerriers Divins et toc..

Donc priant intérieurement pour que son fils soit discipliné (pourvu qu'il ai tenu cela de sa chère mère...), Siegfried regarda qu'elle magnifique tenue avait été choisie par Hilda elle même, histoire que le peu d'esthétisme dont le guerrier d'Alpha était capable ne soit pas un frein à l'entrée de son fils dans la fosse au lion... euuu la bonne société...


Il avait attrapé un bout de tissus et l'avait soulevé avec une certaine perplexité. Puis avait regardé son fils.

« Comme tu es un grand garçon maintenant... tu... tu vas t'habiller tout seul... Et moi je contrôle à la fin. »

Chose au combien facile...
La séance d'habillement avait prit un temps certain et avait fourbu le guerrier divin très peu habitué à ce genre d'exercice, ou bien tout simplement avait il fait exprès de retarder le moment ou ensemble ils sortiraient de la chambre pour se rendre dans la salle de réception...
Mais il fallait croire que son instinct de guerrier divin était plus développé qu'il ne le pensait... En effet, Siegfried avait prit la main de son fils et ensemble s'étaient rendu dans les grands couloirs du palais de Polaris. La petite main de son fils dans la sienne, ils faisaient routes ensemble lorsqu'à l'approche d'un tournant il s'immobilisa. L'aile de son nez s'était retroussé, comme si une terrible odeur nauséabonde l'avait comme agressé, d'un geste, il avait retenu son fils, s'était baissé à sa hauteur, genou à terre.


« Chut mon fils, surtout plus un geste... »

Il lui fit signe de rester là et s'approcha du bord, silencieux comme le tigre à dent de sabre, rapide et souple, il se tenait à présent collé contre le mur, et furtivement avait regardé par delà le tournant.
Une expression d'horreur était apparue sur son visage, brillant jusqu'au fond de ses pupilles, il avait serré les dents et était revenu sur ses pas et s'était mit à nouveau à sa hauteur sa main posa sur son épaule.


« Baldr, l'heure est grave... Je vais de voir t'enseigner là ce que seul un père peut enseigner à son fils. »

Son regard alla sur l'angle du mur qui dissimulait encore le danger, un air de dégout était apparu, puis il revint sur son fils.

« Derrière se mur se cache le plus grand danger qu'un homme puisse redouter... »

Il posa son index sur ses lèvres lui faisant comprendre qu'à partir de maintenant tout devait être fait dans le silence le plus total. Puis, dans un geste d'encouragement, il avait poussé après lui son fils, comme un chasseur s'approchant de sa proie, il s'accroupit.
Le jeune garçon avait vu alors apparaître une silhouette presque difforme, voutée et toute tremblotante, après quelques secondes, il put clairement identifier ce qu'était cette chose...
Une vieille...
Son odeur était reconnaissable à des kilomètres à la ronde, une odeur persistante et presque eccoeurante, l'odeur de la mort peut être...
Mais ce qui était le plus terrible, c'était cette manie ignoble que toute personne au dessus d'un certain âge a, lorsqu'elle approche ses petits doigts ridés et tremblotant des joues si parfaites d'un innocent et que sans aucun scrupule sous prétexte qu'elle fait partit des ancêtres de sa lignée, elle lui pince les joues avec une force insoupçonnée, usant d'une technique perfide et vicieuse qui consiste à paralyser d'un regard sa victime puis de la torturer sans vergogne. Baldr avait beau avoir 7 ans, il était encore bien trop jeune pour avoir à subir cette torture infâme... Siegfried regarda son fils dans les yeux.


Le pauvre chérubin ne pouvait imaginer ce qu'il adviendrait.

Le père prit la parole comme un général l'aurait fait avec ses troupes.

« L'avantage que nous avons toi et moi est certain, nous sommes vifs et en bonne santé, malin et rapide... Mais méfiez toi, beaucoup comme nous ont souffert, prit dans un piège fatal... Ne soit pas trop sur de toi. »

Il marqua un silence bref regardant la personne d'un âge certain déambulé comme une pauvre erre.

« Second avantage, c'est qu'au vue de son âge, de son comportement, je peux t'affirmer non sans réserve qu'elle ne nous entendra pas avant une bonne centaine de mètre et qu'elle est incapable de voire au delà de son nez, sans parler de son odorat quasi nul... A nous de faire en sorte de mettre ces éléments en notre faveur. »

Il pointa du doigt un pan du mur.

« Vois tu cette cloison là bas ? Près de la tenture... Ce panneau est un passage secret ingénieux qu'utilisait Albérich le premier pour se rencarder sur ses frères d'armes... »

Son regard se fit plus sérieux.

« Mais attention tu ne dois pas utiliser ce passage pour n'importe qu'elle raison... En cas de force majeur et là seulement tu pourras le faire... Et cela deux raisons le justifierait, que l'on se fasse assiégé ou que tu cours un quelconque danger pouvant te mettre en péril... La situation dans laquelle nous nous trouvons le justifie car elle met en danger ton intégrité physique. »

Il ajouta une dernière chose avant de se relever.

« Mon fils, je sais que tu es capable d'accomplir cette mission... Et si jamais je suis fait prisonnier, pars surtout, ne te retourne pas, tant que tu as une chance de t'en sortir saisies là. »

Il déposa un baiser sur le front de son enfant.

« A présent faufilons nous. »

Il leur faudrait avancer avec prudence et ingéniosité, l'heure était grave, l'intégrité physique de son fils et son salut moral était en jeu.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Odhinn
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
avatar

Nombre de messages : 16881
Localisation : Asgard
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
500/500  (500/500)
CS:
500/500  (500/500)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Lun 5 Avr - 8:12

Maman venait de partir des écuries, me laissant ainsi avec papa pour m’occuper de ma belle et douce jument. Je pense que si maman était partie avant nous, c’était pour préparer un gâteau au chocolat pour ma fête d’anniversaire car elle savait bien que c’est celui-là mon préféré !

Pendant que maman préparait le gâteau, papa me montrait comment bien m’occuper de Calia, ma future monture ! J’écoutais alors bien attentivement les conseils paternels, j’étais admiratif devant tant d’expérience et de savoir faire. Nul doute que papa avait eu de nombreuses montures !

Je ne vis pas le temps passer quand soudain, papa posa sa main sur mon épaule, il avait une drôle de tête quand il m’annonça que j’allais devoir passer une terrible et redoutable épreuve...

Je suivis alors papa en silence, j’allais rester avec lui pour qu’il puisse me protéger. J’appelais aussi Hugin et Munin. Mes amis me seraient surement très utiles pour passer cette épreuve !

J’arrivai avec papa dans ma chambre. Nos tenus corrects, comme les appelaient maman, étaient déjà prêts ! Je ne comprenais pas vraiment l’intérêt de se changement de tenue, celle que je portais me convenais parfaitement… Mais maman m’avait fait un gâteau au chocolat, comme venait de me le confirmer Hugin et Munin, j’allais donc mettre la tenue qu’elle m’avait faite faire pour lui faire plaisir !

En plus, même papa me demanda de mettre cette tenue ! Chose assez rare pour être soulignée car d’habitude, j’avais l’impression que ce n’était le genre de chose qui l’intéressait le plus !

Mais je fus vite rassuré quand, il me dit qu’il ne m’aidera pas à m’habiller. Heureusement que certaines choses ne changeaient pas !

*********************************************

Et voilà ! J’étais maintenant tout beau dans mes nouveaux vêtements ! Il y avait même une épée ! Elle était décorative, car maman avait peur que je me coupe avec une vraie... Mais ce n’était pas grave ! Car c’était l’heure d’aller manger le gâteau au chocolat ! Je donnais donc la main à papa pour nous y rendre quand je sentis alors une odeur des plus étranges et qui n’avait rien à voir avec du chocolat ! Papa, lui aussi avait dû sentir cette étrange odeur, car il s’arrête net et mis un genou par terre... C’était sans soute cette fameuse terrible épreuve qui allait commencer !

Papa me dit alors de ne plus faire de bruit et de ne plus bouger, pendant qu’il allait voir, très discrètement...

J’aurais très bien pu demander l’aide de Hugin et Munin, mais je savais que papa était parfaitement capable de gérer la situation car il était très très fort !

Il revint ensuite vers moi et son visage ne présageait rien de bon… Ce qu’il me confirma ensuite par la parole… Un grave danger me menaçait ! Alors que je n’avais même pas eu le temps de manger mon gâteau au chocolat !

Puis papa me fit signe de venir voir la redoutable menace… J’approchais alors discrètement, très discrètement, comme si j’étais un petit chat... Et là… je vis... une vieille ? C’était ça ? Je pourrais pourtant facilement lui exploser sa tête...

Mais papa me mis alors en garde, me stoppant alors dans mes intentions belliqueuses, il s’agissait en effet d’un piège des plus sournois ! Et d’autre avant moi ce serait déjà fait prendre car ils avaient été trop confiants. Je devrais parler de cela avec Hugin et Munin mais quand je serais en sécurité !

Je cherchais alors un autre moyen de m’en sortir ! Mais je n’en voyais pas et de petites larmes commençaient à apparaître dans mes yeux quand papa reprit la parole...

Il me donna effectivement quelques précieux conseils que j’écoutai avec la plus grande attention...

En cas de grands dangers, je pouvais donc utiliser des passages secrets qui se trouvaient dans le palais !

Et là, c’était bien le cas ! Je me devais d’emprunter ses passages dissimulés car je risquais de ne pas pouvoir manger de gâteau au chocolat… C’était un risque bien trop grand !

Je partis donc en courant par le passage secret, tellement vite que papa ne m’avait pas vu partir !

Je courus, courus, courus ! Même s’il faisait noir ! Même si je ne voyais presque rien ! Et bim ! Je percutai quelque chose, ou plutôt quelqu’un...

// HRP suite dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Odin le Jeu 22 Avr - 1:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Mer 21 Avr - 4:19

Siegfried posait un regard assuré sur la situation, il avait lui même apprit de son père ce genre de feintes, feintes qu'il avait su parfaire et multiplier dans des techniques toujours plus stratégiques les unes que les autres. De plus, le spécimen ici présent ne semblait pas des plus coriace... Il avait dans sa vie affronté plus grand danger... Alors oui le jeune père était presque confiant... trop peut être.

Soudain, tandis qu'il regardait encore quelques secondes leur ennemie, Siegfried sentit la présence de son fils lui échapper. Et en effet entre ses doigts pourtant habiles de guerrier était entrain de filer le coton teint de la cape de son fils qui virevoltait derrière lui. Instinctivement, le regard du guerrier divin d'Alpha était passé de la vieille enfin de l'illustre aïeule à son pauvre petit garçon sans défense. Il avait tenté un pas en avant mais son élan était trop court... L'horreur était sur le point de se réaliser.
Tout ce qu'il ne vit ce fut la porte du passage se refermer dans un léger clic, alors seulement retentit une voix chevrotante et sur aiguë tel le cris d'une harpie aux oreilles d'Ulysse.


« Excusez moi jeune homme, je cherche mon arrière petit nièce... Hilda de son prénom. »

Le visage de la petite vieille était si près que Siegfried pouvait compter les pores de sa peau sans le moindre mal. Il eut un sourire gêné, voilà que lui était dans de beaux draps, mais peut être pourrait il encore échapper à son supplice.
Ainsi donc, cette femme d'un age certain n'était pas de sa propre famille, le guerrier divin d'alpha haussa les épaules, de toute façon, il ne l'aurait pas reconnu.

La situation ne pouvait pas aller plus mal, quoi que...
Un garde passa à ce moment là et ne manqua pas de de saluer comme il se devait son supérieur direct.

« Seigneur Siegfried... »

La petite vieille qui contre toute attente n'était pas tout à fait sourde rajusta ses lunettes sur le bout de son nez, des lunettes bien évidement trop petites pour elle et fronçant les sourcils ajouta.

« Mais oui c'est bien toi mon petit... »

Sa phrase sonna comme une véritable révélation, alors seulement elle approcha, traitre, ses doigts des joues fermes du guerrier et avec une vigueur insoupçonnée elle les lui pinça.

« Je ne t'avais pas reconnu... »

« Mais qu'Odin me pardonne tu fais bien gringalet... »

Le garde ne put s'empêcher d'avoir un petit sourire en coin, mais il se ravisa bien vite devant le regard assassin qu'il reçut. Mais le guerrier n'eut pas vraiment le temps de s'emporter que la phrase qu'il venait d'entendre l'avait rendu perplexe, il avait considéré d'un regard son bras musclé dont les formes se dessinait un peu comme sur les statues en marbre grecque. Elle n'était peut être pas sourde, mais semblait être myope comme une taupe. L'emprise du bras de sa nouvelle « compagne » s'était refermée sur ce bras soit disant peu musclé. Comme un piège venant de se refermer.

« Allons, conduisez moi à ma chère petite nièce jeune homme... »

Siegfried marmonna quelque chose, levant les yeux au ciel, regarda une dernière fois par dessus son épaule, au moins son fils était en sécurité. Alors seulement, la voix s'éleva à nouveau...

« T'ai je déjà raconté... »

Et le son de cette voix se tut dès lors qu'ils tournèrent à l'angle du couloir.

* * * *

Le guerrier divin d'Alpha avait perdu toute notion du temps, il déambulait comme une pauvre erre dans les couloirs, , la vieille femme était passée de portraits en portraits s'arrêtant sans cesse pour raconter les petites anecdotes sur chacun des personnages.
Il n'avait jamais été aussi pressé, finalement la fête ne lui avait jamais paru plus enviable. Elle était entrain de lui raconter pour la sixième fois comment l'oncle Olaf avait chassé un sanglier, une fois à mains nues, une fois avec ses dents, selon la version proposée... Enfin, la fin du couloir s'annonçait comme un soulagement.
Un petit sourire satisfait était né sur les lèvres du jeune homme, ils tournèrent au coin du couloir et là horreur... une meute de personne âgées se tenaient là... Ses poils s'hérissèrent tandis qu'un long frisson désagréable remontait dans son dos...
Son esprit lui les comptait...


1,2,3,4,5,6...

voilà qui en était trop, grâce à Odin, elle avait lâché son bras, sa peau fripée ayant fini par s'écarter de la sienne, dans un soulagement physique extraordinaire. La petite vieille n'eut pas le temps de parler de lui que le guerrier divin avait à son tour disparut derrière une large tenture... Se retrouvant dans la pénombre, il se détendit, un soupir de soulagement passa ses lèvres, il décida de rester un peu dans l'ombre afin de reprendre de sa contenance, se remettre de ses émotions. Après quelques minutes, il se mit en route, se dirigeant à la rencontre de son épouse, sachant que son fils ne serait pas en retard.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Dim 25 Avr - 5:10

Les premiers invités profitaient déjà des lieux, se réchauffant aux nombreux brasiers allumés dans les vastes sallons entourant la salle de Bal. Et tout autour d'eux, de nombreuses servantes, magnifiquement vêtues, les débarrassaient de leurs épais manteaux avant de leur servir des boissons et hors d'oeuvre de toute sorte.

Pendant ce temps, la princesse de Polaris se dirigeait vers le Hall d'entrée dont les flambeaux percaient en plus des lampes subtilement réparties dans toutes la pièce l'obscurité de cette nuit de Solstice.

Au passage, elle ne manquait pas de saluer avec grâce et dignité toute personne invitée. D'ailleurs, elle ne tarda pas à être arrêtée par un petit groupe de parents éloignés. Des parents d'un certain âge dont son arrière grand tante qui se plaignit un long moment du manque de courtoisie de l'un de ses guerriers à son égard.

Hilda dut d'ailleurs retenir un léger rire en apprenant qu'il s'agissait ni plus ni moins de son cher époux mais elle ne fit aucune remarque, en venant presque à envier Siegfried d'avoir pu se dégager d'une telle situation. Ce qui malheureusement pour elle s'avèrerait impossible. Tant le protocole d'Asgard était strict surtout avec le respect du aux aînés...

Ainsi subit-elle encore un bon moment les lamentations de la grande dame avant que, enfin, la grande dame ne se rappelle la raison de sa visite en ces lieux, l'anniversaire du jeune Badr-Oskir.

Et Hilda, saisissant l'occasion, s'empressa de hêler une servante à la patience légendaire pour guider directement ses illustres parents vers la salle de bal...

Enfin seule, elle put savourer un instant de répit, bercé par les tous premiers accords de musique en provenance de la gigantesque salle.

Elle ferma un instant les yeux, se rappelant les magnifiques mélodies de Mime. Personne ne pourrait jamais rivaliser avec le Grand Barde mais Hilda avait fait de son mieux pour rassembler les plus grands artistes et musiciens de Gimlé. Et le résultat était tout simplement enchanteur. La Grande Prêtresse d'Odin avait ainsi tenu à rendre hommage à la mémoire des guerriers tombés pour Asgard.

Puis, elle vit passer en trombe plusieurs jeunes garçons en livrée d'apparât avant que, confus, ils ne stoppent brutalement, retournent sur leurs pas et saluent enfin, le visage rouge de confusion, la belle princesse.

Hilda accepta leur salut avant de leur rappeler pour la forme qu'ils devaient montrer belle figure face aux invités qu'ils allaient servir à table dès que le repas en l'honneur d'Odin commencerait.

Ceux-ci, soulagés d'avoir échappé à une lourde réprimande, saluèrent de plus belle la jeune femme avant de filer vers des cuisines en pleine effervescence, craignant de subir cette fois les foudres de leur chef.

Hilda reprit alors sa marche vers l'entrée et sa soeur Freiya qui devait déjà y accueillir avec tous les honneurs et la grâce voulue les invités d'Asgard lorsque, soudain, une voix ne la fasse presque sursauter.

Sigrid, la Valkyrie du tigre blanc, venait en effet de lui envoyer un message télépathique de la plus haute importance.

Et la Grande Prêtresse se glissa discrètement dans un de ses recoins sombres dont les espions et certains guerriers divins appréciaient tant la la présence. Ainsi prit-elle connaissance des exploits de son doux p'tit Odin. Un magnifique sourire d'une grande douceur, illumina même un long moment son visage avant qu'il ne devienne un pur rire d'amusement. Elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer la surprise se peindre sur le visage de son petit prince en découvrant la splendide perle des Ombres. Et connaissant l'imaginaire galopant de l'enfant, nul doute qu'elle aussi aurait droit à un interrogatoire en bonne et due forme dès son retour... A moins que notre petit héros ne se laisse distraire par son gâteau au chocolat ou son envie de revoir la blanche Calia.
Oui, il faudrait aussi qu'elle fasse donner des ordres pour rien ne puisse nuire à la toute jeune Calia.

Puis enfin, elle coupa la communication après avoir remercier la Perle des Ombres en ces termes.

Merci à toi, Perle des Ombres, d'accomplir aussi fidèlement ton devoir. Veille à ce que mon doux p'tit Odin ne te retienne pas trop. Et surtout qu'il évite de faire son apparition en compagnie de Calia. C'est une idée qui pourrait germer assez vite dans sa tête tant il s'est déjà attaché à elle.

Puis soudain, elle rajouta.

Oui et rappelle à Hugin et Munin ce qu'ils risquent si jamais ils deviennent de nouveau trop bavards.

Et sur cette dernière pique, Hilda rompit enfin le contact avant de rejoindre de nouveau dans le vaste couloir parsemé de fleurs. Un doux air et parfumé s'élevait ainsi à chaque fois que sa longue robe frôlait les bouquets.

Puis enfin, elle aperçut sa soeur Freiya. Freiya, la Grande Prêtresse des Mystères, qui accueillait avec grâce et majesté l'ensemble des nouveaux arrivants. Hilda de son côté ne tarda pas à afire appeler à ses côtés deux hautes et nobles dames, deux prêtresses, deux prêtres et enfin quatre guerriers soigneusement choisis par son cher et tendre Siegfried.

La belle princesse se demandait d'ailleurs ce qui pouvait ainsi retenir son cher époux loin d'elle et de la salle de Bal alors qu'il aurait déjà du être là.

Enfin, ils auraient tout le temps d'en parler une fois qu'ils se seraient enfin retrouvés.

Ainsi, la princesse de Polaris parvint-elle enfin auprès de sa soeur suivie de son étonnante escorte.

- Bonsoir Freiya. Commença-t-elle avant de l'embrasser avec douceur et d'enchaîner. Félicitations petite soeur, tu es magnifique.

Hilda avait en effet remarqué la parfaite tenue de sa cadette. Freiya avait bien changé depuis la dernière guerre face aux saints du Sanctuaire et était devenue une princesse prêtresse digne d'Asgard.

Puis faisant volte face vers ses gens, Hilda leur ordonna d'accueillir comme il se devait les invités en ces mots.

- Bien, nobles dames, prêtres et guerriers, à présent, la princesse Freiya et moi-même allons rejoindre la salle où ne tarderont plus à entrer les invités. Aussi, je compte sur vous tous pour prendre la relève et accueillir dignement les nouveaux arrivants avec tous les honneurs. N'oubliez pas, je compte sur vous pour représenter dignement Asgard et notre seigneur Odin

Sur ce, la jeune femme salua avec grâce ses gens avant que ceux-ci ne fassent de même, s'inclinant successivement devant Hilda et Freiya. Et donnant sa main à sa jeune soeur pour les dernier instants qu'elles auraient dans une relative intimité, elle l'entraîna avec elle.

- Tout s'est-il bien passé, ma soeur ?

Lui demanda-t-elle tandis que toutes deux s'avançaient tranquillement vers la salle où devraient normalement déjà les attendre Siegfried, son cher époux, et leur jeune fils.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Hilda le Sam 24 Juil - 7:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freiya
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
avatar

Nombre de messages : 52
06/03/2010

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
PA:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Dim 25 Avr - 6:35

Le temps ne semblait plus avoir d'emprise sur Polaris et son hall en tout cas pas pour la jeune prêtresse d'Odin qui tentait d'assurer son rôle au mieux et d'accueillir avec toute la déférence qui leur était due les illustres invités. Elle s'était donc perdu pendant de longues minutes en révérences, sourires chaleureux parfois teintés d'ennuis afin de remplir au mieux ses fonctions et que sa sœur soit satisfaite de son travail.
Il faut dire, que la jeune princesse était loin d'exceller dans cette véritable discipline et préférait le silence des bibliothèques du palais au brouhaha des salles de réceptions. Pourtant aujourd'hui était un jour spécial, l'anniversaire de son neveu préféré et tout ceci rendait son labeur plus supportable.

Enfin, elle vit arriver celle qu'elle attendait avec tant d'impatience, sa bien aimée sœur ainée, celle ci gagnait chaque jour un peu plus en beauté et en prestance, sa tenue irréprochable ne faisant que renforcer un peu plus l'éclat de son teint radieux. A son passage, les jeunes servants et gardes s'étaient inclinés en signe de respect et les invités n'avaient pu que s'arrêter dans leur gestes pour la regarder passer. Les piaillements s'étaient tues et pendant une longues minutes, le hall de Polaris s'était figé, seul la musique douce de la salle de bal résonnait encore en fond.

Le sourire de Freiya éclata de toute sa beauté et de toute sa satisfaction, même si intérieurement, la jeune Polaris se demandait comment sa belle ainée faisait pour supporter la horde des courtisans et prêtres qui gravitaient autours d'elle. L'arrivée de sa sœur était inespérée et la libérerait derechef de sa tâche aussi, elle ne pouvait que lui en être reconnaissante. Une fois que celle ci ne fut qu'à quelques mètres d'elle, Freiya la salua d'un signe de tête, son regard pétillait véritablement de bonheur, même si le protocole de la cour lui demandait un peu de retenue.

« Bonsoir Hilda... »

Lui avait elle répondu, son regard plongé dans le sien, son compliment l'avait fait légèrement rougir et pourtant avec un aplomb étonnant elle lui avait répondu.

« Merci beaucoup, mais tout le mérite t'en revient, je ne pouvais trouver meilleur modèle... »

Et ceci n'était pas peu dire, car en effet, Hilda des deux sœurs avait toujours été la plus femme, la plus soignée, la plus belle et la plus soucieuse du travail bien fait, elle savait tenir son rang et agir avec justesse et poigne, ne pouvant que servir de modèle à sa jeune sœur.
Après s'être adressé à ses gens, Hilda reporta son attention sur sa sœur, l'invitant avec elle à se rendre dans la salle de bal ou l'attendrait son beau frère et son neveu. S'engagea alors une paisible conversation .

« Oui tout s'est très bien passé, ne t'en fais pas... Tous ont été irréprochable dans l'accueil qu'ils ont fait de nos parents... »

Un léger sourire amusé apparut alors tandis qu'elle se remémorait un détail...

« Oh, il y a juste eut tante Gertrude qui a fait des siennes... Elle a prit l'une des nouvelles servantes pour toi et n'a pas cessé de la harceler... La malheureuse s'est retrouvée toute penaude et ne savait comment lui expliquer sans la contredire... Elle en est sortit toute rouge, je lui ai permit d'aller se réfugier dans les cuisines... Tu ne m'en veux pas ? »

L'épisode pendant lequel cette tante Gertrude avait fait des siennes avait apporté un peu d'animation dans le travail fastidieux de la pauvre Freyia, mais il ne fallait pas croire que le palais de Polaris accueillait ici que des ancêtres, bien au contraire, la force vive des familles protectrices d'Asgard s'était regroupée, et l'on pouvait compter des illustres familles dont les fils avaient perdu la vie dans la bataille contre Poséidon... Un léger voile de peine passa dans les yeux de la jeune prêtresse à cet instant, elle avait stoppé ses pas peu avant d'entrer dans la salle de bal...

« J'ai crut l'espace d'un instant que c'était Mime qui jouait... »

Et en effet l'espace d'une seconde, Freiya avait revu le jeune homme, lyre en main...

« Mais... Notre skald jouait bien mieux que cela... »

Sa voix était rempli de regret et d'amertume, la jeune femme avait eu peu l'occasion de s'entretenir avec sa sœur depuis qu'elle s'était lancer dans la quête de ramener les guerriers divins du pays des morts... Mais Hilda n'ignorait pas la culpabilité et le chagrin qui habitait encore le cœur de sa sœur à la pensée de cette tragique perte.
Néanmoins, aujourd'hui n'était pas le jour, aussi, Freiya souffla et prenant sur elle ajouta sur un ton plus léger.

« Tu as fait une merveille dans la préparation de cet anniversaire... Je suis désolée de ne pas t'avoir aidé d'avantage... »

Elles avaient repris leur chemin main dans la main...

« Au fait, comment Baldr a t'il trouvé sa jument ? »

Et sur ses mots, les deux sœurs Polaris entrèrent dans la grande salle de bal et ne tardèrent pas à retrouver Siegfried.
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Jeu 29 Avr - 2:34

Le Héros d'Asgard se retrouvait une fois de plus solitaire dans les couloirs secret du palais... Il avait réussi à préserver son fils, son hérité d'un grand péril... Le guerrier soupira bien, il avait survécu à la première confrontation de la soirée avec un vieux de sa belle famille... Mais son devoir l'appelait irrémédiablement, lui faisait partie de la noblesse d'épée, son sang bleu s'était à mainte reprise rougit par la fureur des combats... L'homme savait où était son devoir et ce qui lui restait encore à faire.

Le passage qu'il arpentait le conduirais en compagnie de la garde, de ses hommes vaillants et fier prêt à livrer leur vie en sacrifice pour le peuple qu'il soit nanti ou humble péon. Ce solstice d'hiver avait pour le vaillant Siegfried, un goût particulièrement amer, aussi la cour et ses faux semblants n'étaient pas l'endroit l'adéquat pour lui...

Lorsque la lumière de l'extérieur apparut dans ce chemin exigu, cela rasséréna quelque peu l'homme... Son cosmos chargé d'un mélange subtil de tristesse et de joie augmenta en intensité comme un hommage à ses frères tombé pour servir une cause qui n'était pas la leur... Repondant à cet appel l'armure d'Alpha vint recouvrir le redoutable guerrier tandis qu'à l'horizon se mourrait les lumières des villages voisins.

Son regard fut irrémédiablement attiré par une constellation ayant un sens tout particulier pour lui, la Grande Ourse, constellation regroupant les âmes de ses frères tombés pour Asgard... Seul son étoile brillait encore au firmament plus resplendissante que jamais alords que celle de ses amis, ses frères s'était ternies depuis de longue année à présent. Que faisaient ils, que devenaient ils depuis la réincarnation d'Odin en se monde. Les larmes que le chef des Godwarriors retint, faillirent presque avoir raison de lui.


« Hagen, mon ami, mon frère... Toi qui était un des plus nobles guerriers... Veilles sur nos frères, guide les... »

Siegfried soupira avant de continuer.

« Tu aurais dut être à ma place... J'ai faillit à ma tâche, en tant que chef s'était à moi de demeurer auprès des autres. »

Puis un fin sourire se dessina sur le visage de l'homme.

« Peut être nous reverrons nous lors de Ragnarok... »

Un des gardes avait sentit le cosmos du puissant guerrier aussi il avait prit la direction de leur chef à tous mais par respect, il ne s'était pas approcher... Ce n'est que lorsque Siegfried se retourna dans sa direction qu'il put se rendre compte de la présence de ce dernier. L'homme affichait un mine sombre, voir ainsi le choisit des Dieux était inquiétant, pourtant il s'avança encore avant de le saluer d'un signe de tête.

« Seigneur Siegfried... Asgard a besoin de nous, et nous... C'est de vous que nous avons besoin, si Odin vous a choisit c'est que vous avez sut attiré son attention. »

Il s'arrêta alors avant d'afficher un sourire.

« Et lorsque notre Seigneur aura pleinement conscience de ses capacités, il ne restera pas insensible à votre peine... Gardons foi en l'avenir... Odin nous ramènera nos chers disparut. »

Siegfried releva la tête alors vers les cieux avant de s'exprimer à son tour, cet homme de 10 ans son ainé avait su trouver les mots justes.

« Oui... Forgeons l'avenir de la patrie... Merci. »

Un sourire franc se dessina sur le visage de l'ainé qui tendit un corne d'Hydromel au guerrier avant qu'un fin rire fasse son apparition.

« Buvez... Ca apaise toutes les peines. »

Siegfried commença par sourire doucement avant d'éclater de rire.

« Merci mon ami... Ce que tu dis est vrai... Veille à ce que tout le monde reçoive mes ordres... Il faut doubler la garnison du coté de Bifrost... Veillons à se que nul péril ne franchisse le pont Arc en Ciel. Le palais doit aussi faire l'objet d'une attention spéciale. »

L'homme fit un signe affirmatif de la tête avant de reprendre.

« Bien il en sera fait selon vos ordres... Au fait... Bonne chance mon Seigneur pour la fosse aux lions. »

Siegfried éclata à nouveau de rire, avant de répondre sur un ton plaisantin.

« Merci... J'envie ta position... Si tu savais les périls que recèle la cour... C'est comparable à un champs de bataille, sauf que tu ne peux faire aucune manœuvre stratégique pour te sortir de ce pétrin... Bonne soirée mon ami, et surtout au moindre problème n'hésite surtout pas à venir me sortir du guêpier dans lequel je vais me mettre. »

C'est sur ses dernières paroles que le héros incontestable d'Asgard prit la direction de la salle où se déroulerai la fête... Il garderait ses atours de guerrier car tel était sa marque et celle de ses frères... La noblesse d'épée du territoire devait être représenter en cette soirée.

Les premiers invités se pressaient déjà devant la porte de la grande salle lorsque Siegfried apparut enfin dans l'encadrement de la porte, d'un regard il embrassa toute la salle avant de percevoir son épouse et sa belle-soeur.
Mais ou était donc passé son fils ? S'était il perdu dans les couloirs secrets du Palais ? Lorsqu'il entra enfin dans la salle son arrivée suscita une grande ferveur, il était en effet recouvert de sa God cloth.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Dim 9 Mai - 22:40

Freiya n'avait pu dissimuler sa tristesse aux yeux de son aînée. Toutes deux se connaissaient si bien qu'elles pouvaient parfaitement se comprendre sans avoir besoin de se parler. Aussi Hilda ne tarda guère à comprendre ce qui peinait la jeune princesse.

Cela était bien compréhensible...

Elle aussi regrettait l'absence des autres guerriers divins. Bien sûr, elle avait eu l'immense bonheur de retrouver Siegfried au terme d'épreuves plus terribles les unes que les autres mais il était revenu et depuis la Grande Prêtresse nageait dans le plus parfait des bonheurs auprès de son époux.

Bonheur qui augmenta encore avec l'arrivée de Badr-Oskir. Leur merveilleux fils mais aussi l'incarnation du seigneur Odin.

Elle posa alors un instant la main sur l'avant-bras de Freiya en un geste de réconfort. Puis, son regard se fit plus ferme...

Fais leur honneur Freiya... Songe à eux, au fait que tous sont au Walhalla du Grand Odin et notre valeureux Hagen est parmi eux...

Aussi fais lui honneur en te comportant en digne princesse d'Asgard...

Et sur ses encouragements télépathiques, les deux princesses firent leur entrée tandis que les musiciens se faisaient plus discrets...

Et Hilda jeta un oeil sur sa cadette, heureuse de voir que tout était rentré dans l'ordre. Et que d'ici peu, la Prêtresse des Mystères pourrait sans faillir présenter le discours officiel ouvrant la fête...

Et elle l'encouragea d'un dernier sourire avant que des rumeurs admiratives ne parviennent jusqu'à elle et que la princesse ne se tourne vers leur origine...

Ses yeux ne tardèrent pas à tomber sur l'origine de toute cette agitation, son cher époux mais que faisait-il ainsi en armure et sans leur fils... !?

Et aussitôt, la princesse se dirigea vers lui, les invités s'écartant sur son passage.

- Siegfried, où se trouve Badr-Oskir, vous deviez venir ensemble...

La voix était chargée d'autant de reproche que d'inquiétude et elle reprit.

- Et l'armure ? Que fais-tu en...

Et aussitôt, elle comprit. Tous deux se connaissaient si bien...

- Soit, je comprends, mon cher époux, mais enlève au moins ton casque. Nous ne sommes pas en guerre mais réunis pour fêter l'anniversaire de ton fils... De notre petit Badr-Oskir...

Ce qu'il a pu grandir vite...

Songea la jeune femme en prenant une mine pensive, marquant son beau visage d'un voile d'inquiétude. Hilda savait que cet anniversaire marquerait un tournant dans la vie du jeune prince et que bientôt son destin se mettrait en marche.

Déjà, elle avait surpris de légers mouvements de cosmos divins. Ceux d'Odin... Nul doute que la Perle des Ombres aurait plus d'influence sur lui que sa gouvernante ou sa préceptrice...

Oui, Sigrid sera parfaite pour ses premiers pas...

Puis relevant la tête vers son cher et tendre toujours en armure...

Oui ! Où est-notre fils, Siegfried ? Tu ne l'as quand même pas perdu en chemin...

Le ton était devenu extrêmement dur car c'était la princesse qui s'adressait à son guerrier divin... Dans le genre, ramène-le dans la seconde sinon... !!!

Le tout par télépathie en gardant une expression relativement douce et sereine...

Hilda était une comédienne née lorsqu'il le fallait. En particulier au beau milieu d'une bande de courtisans de tout poils...

Elle attendait d'ailleurs que Siegfried se décide enfin à lui répondre lorsque les lumières se mirent soudain à vaciller...

Avant des criaillements reconnaissables entre mille ne se fassent entendre...

Hugin et Munin...

Et aussitot, Hilda leva les yeux vers le plafond...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Hilda le Lun 9 Aoû - 6:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freiya
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
avatar

Nombre de messages : 52
06/03/2010

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
PA:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Mer 12 Mai - 7:21

Freiya avait frémi en entendant les paroles télépathiques de sa sœur ainée, c'est que son cœur était encore tellement rempli de colère et de remords, de tristesse et d'amour qu'elle en oubliait presque que c'était un honneur de passer les portes du Walhalla, de siéger aux côtés des valkyries et de leur seigneur Odin...
La jeune femme avait honte de son comportement, honte de penser ce genre de chose, mais elle n'y pouvait rien, elle ne pouvait lutter contre ces sentiments de jalousie et d'envie. Elle n'arrivait décidément pas à se réjouir de l'honneur qui était fait aux protecteurs d'Asgard. Son trouble se dissimula derrière un sourire, elle avait relevé la tête, s'était tenue droite et savait que sa sœur ne lui tiendrait pas rigueur de cette supercherie... Hilda savait être indulgente du moment que cela ne nuisait pas à son devoir et que celle ci soit dans la confidence.

Tu as raison...

Elle n'avait rien d'autre à dire, la Grande Prêtresse d'Odin avait raison en effet, et une fois encore, elle se posait en modèle pour sa cadette.
Heureusement, l'attention générale se reporta dans des murmures d'admirations et d'étonnement, la jeune Freiya s'était tournée en même temps qu'Hilda et avait découvert avec autant d'étonnement qu'elle, son beau frère en armure divine... Cela fit sourire un peu la jeune femme, discrètement bien sure, mais c'était que la situation tenait du comique, déjà à cause de l'émoi que cela avait provoqué parmi les invités et puis l'expression du visage de la belle Hilda qui s'était changé de seconde en seconde...
Il faut dire, qu'en plus de l'armure rutilante qu'il portait, Siegfried semblait avoir perdu un élément essentiel à la soirée, son propre fils. Baldr ne craignait rien dans le château, Polaris était une véritable place forte et puis le jeune garçon était accompagné de deux compagnons ailés qui ne manqueraient pas de donner l'alerte au moindre problème.
La Grande Prêtresse d'Odin s'était éloignée de sa sœur, tout le monde regardait le couple royale et la jeune femme ne tenait pas vraiment à se trouver au centre de l'attention...

Elle sentit alors quelque chose taper sur son épaule, se retournant légèrement, elle vit un homme, l'un des gardes du palais qui murmura à son oreille.

« Dame Freiya, le présent que vous avez commandé vient d'arriver... »

La prêtresse acquiesça d'un signe de tête reconnaissant, elle lui avait adressé un doux sourire avant de répondre.

« Bien, cela est parfait... J'espère quelle sera à la hauteur. »

Un sourire serein et sure était apparu avant qu'il ne réponde.

« C'est à n'en point douter. »

Le regard de Freiya avait quitté celui du garde qu'elle connaissait bien, avant d'ajouter.

« Alors tenez vous prêt... »[/i]

Tout cela était la tradition, mais que penserait Hilda, arriverait elle à regarder sans sourciller son petit garçon devenir un homme, un protecteur d'Asgard alors que tous ici savaient ce que cela signifiait...
Le regard de la jeune femme s'était posé à nouveau sur le couple princier, c'est qu'ils étaient tellement beaux tout les deux, tant d'amour émanait de leur personne, quand ils étaient réunis la magie opérait sans le moindre problème et même lorsque c'était pour une scène de ménage, ils étaient attendrissant.
La manche de sa robe fut tirée à cet instant vers le bas, baissant les yeux, Freiya vit une toute jeune fille, parée de sa plus jolie robe, tout sourire qui se tenait près d'elle.

« Dis madame... C'est elle la grande prêtresse ? La princesse Hilda... »

Ses yeux bleus électriques s'étaient illuminés tandis qu'elle avait désigné Hilda, Freiya s'était agenouillée se mettant à hauteur de la demoiselle.

« Oui c'est bien elle... »

De l'admiration était né dans les yeux de la petite fille, tandis qu'elle avait attrappé la main de son amie, une petite brune de son âge...

« Eh regardes, regardes, c'est la grande prêtresse... Tu as vu comme elle est belle ? »

Les deux petites admiratrices étaient restées figées, leur sourire s'était agrandit...

« Voilà pourquoi tu es notre grande prêtresse ma chère sœur, parce que tu inspires le coeur de ton peuple... »

Avait elle murmuré pour elle même, attendrit devant cette sœur si chère à son cœur, son modèle de vertue et de grandeur... Ah, si seulement elle avait été elle...
Revenir en haut Aller en bas
Sigrid
Perle des Ombres d'Asgard
Perle des Ombres d'Asgard
avatar

Nombre de messages : 1478
Localisation : Si vous le savez, c'est que vous êtes déjà tombé sous mes coups...
11/03/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
310/310  (310/310)
PA:
340/340  (340/340)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Sam 12 Juin - 8:08

Un léger souffle se fit sentir sur les peaux de la blonde Sigrid et du P'tit Odin. Délicat et tiède, seul témoin en plus de leur escorte ailée, du déplacement dans les ombres des deux êtres...

Il faut dire que cela s'était passé si vite mais dénué de toute brusquerie inutile...

En effet, à peine la Perle des Ombres avait-elle soulevé le jeune Odin dans ses bras qu'elle prit son élan et fila droit vers l'issue secrète menant à la grande salle de bal... Suivie de très près par Hugin et Munin qui battaient violemment de leurs larges ailes noires...

Pour le petit prince, cela devait être une expérience unique pour ne pas dire magique que de voyager ainsi en compagnie de la mystérieuse Perle des Ombres. Lui qui dans ses images d'enfants voyait la belle Sigrid comme une elfe tout droit sortie des contes et légendes...

Et tout en le serrant contre elle avec douceur, elle lui murmura d'une voix chaleureuse...

Bientôt, mon jeune prince, tu feras ton entrée dans la grande salle. Si tu veux, je pourrais de temps à autre aller voir la blanche Calia et te dire comment elle va...

Est-ce que cela te plait d'avoir de ses nouvelles ou, bien, je peux aussi surveiller les petites vieilles qui ne pensent qu'à te pincer les joues...

Ajouta-t-elle avec un bref rire...

Puis, elle commença avant de s'arrêter sans faire se lever le moindre bruit...

On est arrivé, Badr... Regarde un peu la vue que nous avons sur la salle de cette issue plus que secrète...

Et usant de son art du camouflage plus qu'éprouvé, elle fit découvrir au petit garçon, l'immense salle apprêtée et décorée pour la fête avec ses longues tables encore garnies pour l'instant d'immenses bouquets de fleurs et d'odorants branchages de sapins. En y ajoutant les jeux des lumières et la musique omniprésente, le tout dormait un décor digne de la magnifiscence de la cour d'Asgard.

Mais ce qui captait encore le plus le regard n'était autre que les fabuleuses flammes bleues éclairant le centre la pièce. Un feu magique où dansaient des flammes en attendant les danseurs de chair, d'os et de dentelles...

Bien, le moment est venu...

Glissa-t-elle à Badr-Oskir tandis que les deux corbeaux reprenaient leur envol vers le centre de la pièce avant de bifurquer droit vers la Grande Prêtresse d'Asgard et son cher et tendre en armure... Divine bien sûr.

Nul doute que cette fantaisie vestimentaire a du plaire à ma princesse...

Pensa-t-elle avec un léger sourire avant qu'elle ne déclenche enfin ses plus étonnants pouvoirs.

Et aussitôt, une sorte de vent envahit la pièce. D'abord tout en douceur avant de prendre en force et qu'enfin toutes les lumières ne se mettent à vaciller sans que la musique ne s'interrompe pour autant.

Hilda avait du donner ses ordres et ceux-ci étaient toujours scrupuleusement respectés...

Jusqu'à ce que tous se retrouvaient plongés dans une pénombre intense où seules les encore immenses flammes bleues de l'âtre central illuminaient encore la vaste salle... Captant de la sorte tous les regards...

Le moment est enfin arrivé.

Et ce fut aussi à cet instant précis que la blonde Valkyrie demanda à Badr-Oskir de bien s'accrocher à elle...

Et le spectacle débuta...

Les flammes commencèrent alors à s'animer sous le jeu d'un courant presque magique. Elle se mirent à bouger, danser avant de se séparer soudainement... Formant comme une sorte de cercle...

Et cela ne s'arrêta pas là car elle se mirent soudain à changer, revêtant des formes d'abord floues puis de plus en plus précises et bien des invités purent mettre un nom sur ses formes humaines ou fantastiques...

Et bien des murmures se firent entendre au sein de la foule fascinée... Puis, enfin, le jeu sembla s'arrêter et les flammes diminuèrent soudain de volumes...

Sous l'oeil ému de Badr... L'enfant avait bien compris qu'en agissant ainsi, la blonde Perle avait rendu hommage aux fiers guerriers tombés au combat pour Odin... Et que nul ne les avait oubliés...

Un court instant s'écoula encore tout juste troublé par la musique omniprésente.

Décidément, ma princesse les a très bien choisis.. Et maintenant...

C'est à nous, enfin à toi, d'entrer en scène, Badr-Oskir, mon seigneur Odin...

Dès que tes deux amis t'auront ouvert la route...


Et sur ces dernières paroles, elle lui caressa la joue avant de lui conseiller de ne rien dire... Pour ne pas gâcher l'effet de surprise.

Car, tandis qu'au sol, les flammes atténuées brûlaient encore, du haut de la salle, apparurent soudainement deux nouvelles lueurs...

Jusqu'à ce qu'on puisse les reconnaître comme étant deux oisaeaux porteurs de courts flambeaux. Ainsi Hugin et Munin tournoyaient dans la salle, captant l'attention de tous et de toutes pendant que Sigrid rejoignait enfin le sol, tenant toujours Odin serré tout contre elle.

Puis, enfin, elle le déposa...

Avant de murmurer, en lui présentant un siège qu'elle avait récupéré au passage. Ainsi que deux flambeaux qui ne demandaient qu'à atterrir entre les fines et blanches mains de la Perle des Ombres... Et qu'elle avait soigneusement disposés de part et d'autre du siège où prendrait place le divin enfant..

Voilà, mon beau petit prince, il ne te reste plus qu'à t'installer sur ton trône et bientôt Hugin et Munin viendront se poser à tes côtés avec leurs torches respectives avant de se poser à tes côtés. A toi ensuite d'allumer ces magnifiques lampes... Et de saluer tous ceux qui sont venus en cette belle nuit de Solstice...

Puis, elle s'éclipsa avec tout le mystère associé aux elfes des légendes...

Au revoir mon vaillant petit prince...

Je serai toujours là pour veiller sur toi, n'hésite jamais à m'appeler.


Dernière édition par Hilda le Lun 9 Aoû - 6:31, édité 2 fois (Raison : Mise à jour du forum et des couleurs trop sombres)
Revenir en haut Aller en bas
Odhinn
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
avatar

Nombre de messages : 16881
Localisation : Asgard
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
500/500  (500/500)
CS:
500/500  (500/500)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Sam 19 Juin - 9:15

Et du fin fond de la cachette elfique, une douce voix m’annonça :

- Et que la fête commence !!!

Ce fut pour moi comme un signal de départ.

Et c’est donc avec un enthousiasme non feint, que je lui répondis par l’affirmatif, tout en levant les bras en signe de victoire !

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!!!!!

Ma fête !

Et mon gâteau !

Allez ! On y va, v’nez Hugin et Munin !


Puis, comme me l’avait demandé la jolie elfe, je fermai les yeux, lui prouvant une fois de plus ma confiance, et aussi que j’avais du courage !

Après, je me sentis soulevé puis emmené et tout se passa très très vite ! Faut aussi dire que les elfes sont très agiles ! C’était donc pas très surprenant !

La jolie elfe me murmura qu’elle pourrait aller voir si Calia allait bien. Mais aussi qu’elle surveillerait les méchantes vielles qui pincent les joues… Je lui répondis alors dans un murmure qu’elle pourrait utiliser la magie elfique pour me prévenir...

Ensuite, grâce à une autre magie elfique, la jolie perle, me permit d’observer la grande salle, sans qu’on puisse me voir... C’était une très bonne blague ! Et oui ! Personne ne pouvait imaginer que je les regardais depuis un passage secret, tout là haut !

Et de là-haut, je pouvais voir qu’il y en avait du monde à ma fête ! Mais c’était très rigolo de voir comment ils étaient tous petits par rapport à moi ! Mais peut être c’était parce que j’avais eu 7 ans ?

Hum... où était ma maman ?

Trouvée ! Là !

Wah ! Elle était belle avec sa robe ma petite maman !

Et juste à côté, petite tatie Freiya aussi était toute belle !

Et... Oh, ben petit papa n’avait pas sa belle tenue que lui avait préparée maman, comme moi !

Papa avait une armure... Ben, il l’avait trouvé où ?

Et voilà ! Maintenant avec la magie elfique, il faisait tout noir ! Mais j’avais même pas peur, moi !

Oui, faut dire aussi qu'il ne faisait pas complètement tout noir quand même. Il y avait encore les belles flammes bleus !

Et puis, j’avais aussi une elfe rien que pour moi et elle me demanda de s’accrocher à elle.

Et la magie elfique se mit en action, les flammes bougèrent jusqu’à représenter... Oh... Mes p’tits guerriers divins à moi... Je les ai reconnu... Même si je ne leur ai jamais parlé... Ils sont tous un peu mort avant... C’était trop trop triste...

Puis Sigrid m’annonça que j’allais maintenant faire mon entrée. J’allais donc exprimer de nouveau mon grand enthousiasme quand elle précisa de justesse qu’il fallait ne rien dire pour la surprise !

Oui, c’est vrai ! Heureusement qu’elle me l’avait rappelée !

Je mis alors mes deux petites mains devant ma bouche pour étouffer un rire d’amusement en imaginant la tête qu’ils allaient tous faire ! hihi

Ce fut d’abord mes deux amis volants, Hugin et Munin qui firent leurs apparitions ! Ils volaient partout avec des lumières. Et tout le monde les regardaient ! hihihi

Et moi pendant ce temps là, j’arrivais discrètement avec la jolie elfe ! hihihihi Sans qu’ils me voient !

Et voilà ! Tadam mais chut... Fallait pas parler, hein ?

J’étais maintenant assis à ma place...

Ensuite, j’écoutais bien a-tten-ti-ve-ment les dernières explications du plan de la perle des ombres.

Puis, j’essayai de lui répondre par magie elfique, pendant qu’elle retournait dans sa cachette secrète :

Merci et à bientôt, jolie elfe...

Merci et à bientôt, jolie elfe...

Merci et à bientôt, jolie elfe...


Mes deux amis se posèrent comme prévu à côté de moi.

Et maintenant lumière !

Et de ma petite voix, je dis alors à l’ensemble des invités :

Bonsoir tout le monde...

Mais... Mais c’était étrange ça !

En prenant peu à peu conscient du monde qu’il y avait, je m’aperçus alors qu’ils étaient beaucoup moins petits que tout à l’heure...ça me faisait un petit peu peur...

Maman...
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Ven 6 Aoû - 23:23

Le soulagement qu'avait ressentit le God Warrior en pénétrant dans la salle était sans égale, paré de son armure, Siegfried se sentait invincible, il avait regardé à gauche, à droite.... Croisant du regard des hordes d'ancêtres il savait qu'ainsi vêtu ceux ci n'oseraient pas approcher, du moins il l'espérait du fond du cœur, tandis que le souvenir de la vielle tante obnubilait encore son esprit.

En clair, le guerrier divin d'Alpha était tiré d'affaire... Enfin, c'est ce qu'il avait cru pendant les quelques secondes qui suivirent, avant qu'il ne voit s'approcher tel une tigresse sur sa proie, sa chère et tendre Hilda. L'espace d'un instant, il la dévora du regard, sa beauté naturelle était sublimée par son charisme époustouflant, tandis que sa robe venait épouser à merveille ses formes envoutantes.

Un sourire charmé vint s'ajouter à son air d'extase, tandis que le reste de la pièce, le reste de leur convives semblaient s'être évaporés, il n'y avait plus qu'eux et leur tendre amour... C'est alors que la voix au combien mélodieuse de sa chère et tendre avait résonné, faisant s'étioler le doux rêve dans lequel Siegfried s'était plongé en la voyant.


Baldr ?

Le guerrier regarda à droite, à gauche, comme s'il espérait que son fils eut la bonne idée d'apparaitre à ses côtés à cet instant précis... Violente, la réalité s'imposa à lui, la vieille tante dans le couloir, le passage secret, la fuite de son fils qui était parvenu à sauver son innocence...

Les excuses tournèrent dans son esprit, Hilda parviendrait elle à comprendre sa détresse à l'instant ou il l'avait aperçut au tournant du couloir... Et si le jeune homme savait que son fils ne craignait rien dans l'enceinte du palais, il se doutait que son absence à son propre anniversaire allait sans doute faire son petit effet auprès de l'assistance et notamment de son épouse. Aïe, elle ne lui pardonnerait jamais, elle qui avait mis tant de cœur dans la préparation de cette fête, soudain la situation périlleuse dans le couloir sembla bien dérisoire...

Enlevant machinalement son casque, il ne cessait de chercher comment présenter les choses... C'est qu'après coups, elle ne semblait pas si dangereuse que cela cette vieille et honorable bonne femme, en tout cas beaucoup moins que le courroux de sa petite nièce.


« Je euh... »

Non, décidément l'excuse ne voulait pas sortir...

Un peu désespéré, il jeta un regard derrière l'épaule de son épouse, apercevant le petite groupe qu'il avait fuit...


« Baldr... Et bien... »

La voix excédée d'Hilda résonna dans son esprit, malgré son apparence sereine, qui aurait pu deviner que le guerrier d'Alpha se faisait remonter les bretelles en plein milieu de la pièce. Siegfried ne pouvait plus reculer, finalement il se contenta de lancer par télépathie espérant que la grande prêtresse d'Odin comprenne l'épopée qu'ils avaient vécus.

Tante Gertrude.

Rien qu'à son nom, il avait fait un grimace, grimace qu'avait succédé un air contrit.
Soudainement, les lumières s'étaient mises à vaciller. Instinctivement, le guerrier divin d'alpha avait porté sa main à la garde de son épée, il n'avait pas fait attention dans un premier temps aux deux corbeaux, pourtant, lorsqu'il réalisa leur présence, le guerrier d'Alpha se détendit.
Les flammes se mirent alors à danser, prenant peu à peu la forme de ceux qu'ils ne devaient pas oublier, l'hommage était aussi grandiose que surprenant et si quelques doutes subsistaient encore quant aux évènements, Siegfried su immédiatement que ce qui était entrain d'arriver n'était rien de dangereux, rien de menaçant, d'ailleurs il soupçonnait même son épouse d'être dans la confidence.

Les murmures dans l'assistance étaient emprunt d'émerveillement, on pouvait voir tout les visages tournés vers le véritable spectacle qui était entrain de se dérouler sous leur yeux ébahis.
Hilda était une femme d'exception. Le sourire de Siegfried était emprunt de bonheur, il était comblé, son fils venait d'apparaitre, sa femme se tenait à ses côtés et le souvenir de ses frères d'arme était dans tout les esprits.
Amoureusement, il prit la main de sa femme, sans un regard, couvant avec fierté son fils...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Lun 9 Aoû - 6:23

Le plafond, les lumières qui vacillent... Tu as choisi de faire les choses en grand pour Badr...

Merci à toi, Perle des Ombres. Fasse que cet anniversaire qui marquera la fin de son enfance soit inoubliable...


Puis, elle rompit le contact avec la Valkyrie du Tigre Blanc pour retomber dans les murmures et cris de la foule avant de voir son époux porter d'instinct la main à la garde de son épee...

Jusqu'à ce qu'elle pose avec douceur sa main pâle sur le bras puissant du guerrier d'Alpha, interrompant son geste.

Le vaillant Siegfried... Mon époux bien-aimé, toujours prêt à défendre les siens...

Elle l'aimait tant son guerrier divin au courage et à la volonté de fer...

Toujours aussi noble toujours aussi fort...

Et ce fut à cet instant qu'elle lui adressa un doux sourire, lui faisant comprendre que tout était pardonné. Après tout, il avait cru bien faire et cela, elle l'avait bien lu aussi bien dans ses yeux que dans son cosmos.

- Tante Gertrude... Oui, je peux comprendre

Murmura-t-elle avec un doux air moqueur tandis qu'autour d'eux la foule s'émerveillait devant l'apparition des divins guerriers tombés au combat. Un hommage auxquel tous se joignirent avec émotion.

Un vibrant hommage en parfait accord avec la God Robe que Siegfreid avait décidé de revêtir.

- Oui, je comprends très bien ce que tu peux ressentir mon cher époux mais tu n'es pas le seul à penser à eux... Et à pleurer leur perte inutile...

Puis tendant la main vers le cercle en train de retomber.

- Aussi, maintenant, veillons tous deux, à que cela ne se reproduise plus...

Et elle sentait la main de son aimé se refermer sur la sienne tandis que la sihouette de leur fils apparaissait enfin derrière le cercle de flammes.

Badr-Oskir installé sur son trône avec Hugin et Munin à ses côtés. Le jeune seigneur Odin dans toute sa noblesse... déjà si charismatique alors qu'il fêtait tout juste ses sept ans

Mais encore si jeune et impressionnable...

Comme le prouva l'appel que la belle prêtresse reçut dès que les lumières revinrent et qu'il réalisait la foule immense pressait autour de sa divine personne.

Maman...

Résonna dans sa tête aussi la belle Hilda avança avec grâce vers lui entraînant Siegfried qui la tenait toujours par la main et ce fut ainsi que le couple régnant sur Asgard rejoint le petit prince.

Hilda tendit alors ni vu ni connu une magnifique madeleine au chocolat à son fils, profitant du court instant où Siegfried et elle dissimulaient le jeune prince aux yeux de la foule.

- Tiens mon chéri, reprend vite des forces en attendant ton repas et surtout ton gâteau, je suppose que tu t'es bien amusé avec la jolie elfe et maintenant, il va falloir que tu salues tes invités...

Et échangeant un regard de connivence avec Siegfried, elle s'écarta laissant apparaître au yeux de tous un petit prince qui venait juste d'avaler sa pâtisserie et se tenait fièrement debout aux côtés de son père...

Puis la voix de la princesse s'éleva à la fois douce et solennelle...

- Peuple d'Asgard, invités venant tous pays... Soyez tous les bienvenus en cette nuit de Solstice qui est aussi celle de l'anniversaire de Badr-0skir.

Aussi permettez-moi ainsi qu'à mon noble époux, le vaillant Siegfried d'Alpha, héros d'Asgard de vous présenter notre fils et héritier, Bard-Oskir, notre jeune seigneur à tous...

Aussi, veuillez-tous maintenant vous inclinez avec nous devant le jeune seigneur Odin escorté d'Hugin et Munin, les deux corbeaux sacrés...


Un grand silence s'ensuivit avant que tous ne s'inclinent avec respect devant l'enfant divin.

Puis Hilda reprit la parole...

- Et à présent, je laisse la parole à la grande prêtresse Freiya des Mystères...

Sur ce, elle désigna la superbe jeune femme blonde se tenant un peu à l'écart de la petite famille, l'invitant à rejoindre cette famille qui était aussi la sienne.

Viens-nous rejoindre Freiya, à toi l'honneur de prendre la parole...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Freiya
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
Princesse d'Asgard, Soeur d'Hilda de Polaris
avatar

Nombre de messages : 52
06/03/2010

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
PA:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Jeu 19 Aoû - 13:03

Mêlée à la foule, Freiya n'avait eut d'yeux que pour le guerrier divin d'Alpha qui était entré dans la salle de bal, paré de son armure étincelante... On s'était retourné, un peu comme on l'avait fait devant la somptueuse Hilda, avec néanmoins beaucoup plus d'étonnement. On pouvait lire en cette nuit de célébration de la fierté dans le regard du peuple Asgardien, du respect envers ce couple princier défenseur de leur patrie...
Freiya ne dérogeait alors pas à la règle, elle qui avait toujours admirée son ainée, elle qui portait en son cœur les valeurs que défendaient son beau frère... Pourtant, un léger sourire était né sur ses lèvres devant la scène qui était entrain de se produire sous les yeux de tous sans que personne ne puisse en déceler la moindre parcelle.

Indiscrètement, la prêtresse d'Odin avait suivi le mécontentement de sa sœur, elle avait écouté avec amusement ses fausses réprimandes... Siegfried pouvait il imaginer un instant que la grande prêtresse d'Odin puisse passer un seul instant sans savoir précisément où se trouve son fils, chair de sa chair ?
Il était inconcevable que cela se produise... L'enceinte de Polaris était d'une sureté à toute épreuve, grâce à ses gardes, grâce à ses chevaliers, ses prêtres, et elle.... Le regard d'azur de la jeune femme s'était assombrit. La Perle des Ombres.

Instinctivement, la jeune prêtresse avait détourné le regard, comme si sa sœur avait eu la capacité à tout instant de sentir la moindre de ses pensées. Fermant les yeux, Freiya ne fit que confirmer ce qu'elle savait déjà, son jeune neveu était en sécurité, en sécurité entre les mains de cette fameuse Perle si chère à sa sœur.

Jamais, elles ne s'étaient aimées, car jamais, au grand jamais Freiya n'avait comprit pourquoi Hilda portait tant d'intérêt à cette créature, mi prêtresse, mi guerrière... Pourquoi la grande prêtresse de Polaris avait accordé à sa fidèle espionne une place qui aurait du lui revenir de droit. Pourquoi... L'idée même de perdre cette place aux yeux de sa sœur la faisait bouillir intérieurement. Or, ce mettre dans un tel état à cet instant précis n'était sans doute pas la meilleure solution. Aussi, abandonnant du regard sa sœur et son époux, Freiya ferma les yeux, se laissant porter par la musique subtile qui résonnait encore...

Lorsque tout à coups, une sorte de courant d'air parcourut la salle, une vague d'énergie qui sembla souffler les lumières ne laissant étinceler que les magnifiques flammes bleutées au centre de la pièce.

Sigrid...

La pensée était amère... Pourquoi fallait il qu'elle s'immisce toujours ainsi...

Silencieuse la jeune prêtresse assista à l'hommage qu'avait voulu rendre la guerrière aux protecteurs et à son jeune seigneur... Et plus les « ho » et les « ha » parcouraient l'assemblée formant une vague d'étonnement et de surprise, plus Freiya serra les dents.

Un tour de passe-passe Sigrid, rien de plus... Pourquoi faut il que tu te dresses toujours ainsi sur mon chemin.

Son amertume ne faisait que croitre secrètement, de seconde en seconde, les émotions ne cessaient de l'assaillir, partagée entre la jalousie et le remord d'avoir de telles pensées envers l'une de ses « soeurs ».

Mais peu à peu, la cadette de Polaris avait été à son tour envoutée par la magie de sa concurrente. Et bien plus que dans l'hommage, elle se perdit dans le regard de cette silhouette bleutée qu'elle aurait pu reconnaître entre mille. Son cœur se serra. Sa gorge se noua, et sa rage alla se terrer au plus profond de son cœur.

Le regard perdu dans le vague, l'esprit noyé de souvenirs, Freiya ne perçut l'entrée de son neveu que par le silence émerveillé qu'elle avait provoqué. Alors, semblable à tous, sans vraiment y prêter attention, elle avait à son tour regarder Baldr apparaître et rejoindre avec délicatesse et légèreté son trône. Dans un même mouvement tous s'étaient inclinés aux paroles de la grande prêtresse d'Odin, rayonnante comme jamais, Freiya avait suivit le mouvement, ne relevant la tête un peu surprise à l'énoncé de son prénom par cette voix si familière.

La frêle et timide Freiya s'effaça, la silhouette faussement altière s'avança avec solennité, venant s'agenouiller devant la famille royale, puis en silence, elle se releva, remerciant d'un signe de tête sa sœur avant de se retourner et de reprendre à voix haute.

« Peuple d'Asgard, Filles et Fils d'Odin... »

Sa voix résonna puissamment dans la salle ou le silence avait prit ses droits, puis sa voix reprit, plus douce, plus chaude...

« Mes frères et sœurs... En cette nuit de solstice, nous nous apprêtons à accueillir parmi nous un nouveau frère, un nouveau protecteur de notre royaume de glace. »

Son aura se déploya autours d'elle en volutes légères... Formant de grands gestes graciles avec des bras, elle se tourna faisant face à son neveu, un sourire doux apparut, tandis qu'elle regardait le jeune garçon dans les yeux.

« Baldr-Oskir, fils d'Hilda de Polaris, Grande Prêtresse d'Odin et de Siegfried de Dubhe, guerrier divin d'Alpha, le temps pour toi est venu. En rendant hommage aux protecteurs du royaume d'Asgard, nous ravivons dans nos cœurs le souvenirs de ces hommes et de ses femmes dont les âmes ont répondu à l'appel d'Odin notre Père. Nous nous rappelons leur sacrifice, leur bravoures, leur courage... »

Et leur amour.

Pour une part d'elle même son cœur se serra, tandis que la silhouette bleuté lui revenait à l'esprit.

D'un signe, elle fit s'avancer un garde portant dans ses bras un coffret de bois finement ouvragé, ensemble ils s'approchèrent du jeune garçon. Le coffret s'ouvrit laissant apparaître la splendeur d'une épée adaptée à son jeune porteur.

« Baldr-Oskir, en cette nuit de solstice, tu deviens à ton tour un protecteur d'Asgard. »

Avec délicatesse, la prêtresse s'empara de la lame, la tendant à son neveu en posant genou au sol.

« Tu recevras de tes pairs les rudiments de l'art guerrier de notre patrie... Tu apprendras à sentir battre à l'unisson le cœur de son peuple, pour qu'un jour tu puisses te rendre digne de tes ancêtres et te rendre au Walhalla entouré de ses gardiennes les plus sacrées. »

Comme cette perle jouant à faire apparaître ces silhouettes...Mi prêtresse, mi guerrière...

Freiya fit face un instant à sa sœur, s'inclinant, avant de faire de nouveau face à l'assemblée.

« Mes frères, mes sœurs. Rendez grâce au nouveau protecteur d'Asgard, rendez grâce aux guerriers disparus et à leur mémoire. Rendez grâce au souffle de vie de notre patrie. »

Et sur ces derniers mots elle se tut, une impression étrange lui traversa l'esprit, une impression de déjà vu, de déjà su, quelque chose qui passait furtivement sans jamais vouloir revenir... D'un mouvement de la main, la prêtresse éteignit les flammes bleutées, ramenant une douce lumière dans la pièce...

Les Walkyries ont bien de la chance mon amour de pouvoir d'accompagner... Que j'aurais aimé ce soir être l'une d'entre elle... Ni guerrière, ni prêtresse pour te revoir une nouvelle fois...

Alors, une image insolite lui vint en mémoire, la page d'un vieux grimoire, de ceux qu'elle feuilletaient sans cesse ces derniers temps, tandis que le visage gracieux de Sigrid lui apparaissait parée d'une armure telle que dans les gravures mythologique. La prêtresse étouffa un sursaut de surprise, portant ses mains devant ses lèvres. Son regard passa dans celui de sa sœur ainée, tandis qu'un long frisson remontait dans son dos.

Les fenêtres de la salle s'ouvrirent faisant entrée les vents glacés de la nuit qui plongèrent l'espace d'un instant la pièce dans l'obscurité la plus totale.

Les larmes lui montèrent aux yeux sans pour autant qu'elles ne coulent, elle s'approcha de sa sœur, voulant lui dire sans qu'aucun mot ne parvienne à passer ses lèvres, alors son esprit fébrile révéla.

"Qu'Odin soit loué, je crois que je sais comment nous les ramener."
Revenir en haut Aller en bas
Odhinn
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
Admin, Dieu suprème du Grand Nord
avatar

Nombre de messages : 16881
Localisation : Asgard
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
500/500  (500/500)
CS:
500/500  (500/500)
PA:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Ven 27 Aoû - 5:00

Et voilà. J’étais enfin arrivé au milieu de la grande salle. Ça c’était fait...

Cependant ça n’avait rien de vraiment très rassurant de voir autant de gens que ça, dans ce lieux habituellement si calme.

Surtout qu’en plus, je sentais que tout le monde me regardait, moi. Et avec des yeux bizarres en plus. Mais pourquoi ? Elle était pas jolie la tenue que maman m’avait choisi ? Ou quoi ?

Heureusement, papa et maman n’étaient pas bien loin et ils arrivèrent rapidement vers moi. C’était rassurant.

Maman me donna en cachette une madeleine au chocolat. Et je n’en fis, bien sûr, qu’une bouchée !

J’avais même pas eu le temps de voir quelle était au chocolat. Chocolat ? Tiens ? Oui comme les gâteaux qui étaient sur la table juste devant moi. Miam, miam... J’en salivais d’avance.

Maman parla alors à tout le monde. Pas pour les disputer. Mais pour leur expliquer pourquoi, ils étaient tous venus ici. Et moi, je regardais si tout le monde écoutait bien ma maman. Car sinon, ils allaient se faire drôlement gronder. Non mais !

Puis maman appela ma tatie Freiya. Oui ! Elle était là elle aussi ! J’étais trop super content de la voir, ma tatie. Faut dire aussi que je ne l’avais pas encore vu aujourd’hui. Et que, s’il n’y avait pas tout ce monde là. J’aurais couru très vite vers elle tellement j’étais content de la voir. Mais avec tout ce monde qui me regardait, j’osais pas… Et je restais bien gentiment à ma place.

Oh, j’avais pas vu. Tatie m’apportait aussi un cadeau ! Qu’est que ça pouvait bien être ? Waouh ! C’était une belle épée ! Ouais, trop cool !

Tatie parla ensuite à tout le monde. Mais j’étais trop occupé à regarder mon épée pour l’écouter. Mes petits yeux brillaient en regardant la superbe épée ! Elle était trop belle ! C’était l’épée la plus forte du monde ! Et c’était sans doute une épée magique, j’en étais sûr !

Hé, hé... J’aimerais bien m’en servir pour voir. Et un petit sourire malin se dessina alors sur mes lèvres.

D’un grand geste particulièrement bien maîtrisé, je levai alors mon épée très haut au dessus de ma tête !

Je la levai tellement haut que je ne devais sans doute pas être très loin de toucher le plafond. Ouais, peut être pas, quand même. Mais bon, ce qui est sûr, c’est que je ne pouvais pas lever mon épée plus haut. Voilà !

Et BONG !!! Je donnai alors un magistral coup d’épée sur le plus proche gâteau ! Un sublime gâteau au chocolat soit dit en passant, le coupant littéralement en deux.

Bong ? Drôle de bruit ! Ah j’ai compris. Ils avaient mis un bouclier sous le gâteau! Ben ils avaient tout prévu ! Pas mal.

Bon ! Et bien je vais d’abord manger le gâteau au chocolat et je regarderais le bouclier après ! Chaque chose en son temps !

Et alors, que j’avais à peine commencé à « déguster » mon gâteau. Je n’étais donc pas encore à la moitié de ma part. Un murmure se fit entendre dans la salle et je m’interrompus alors !

J’eus d’abord peur, qu’ils en voulaient tous à mon gâteau. Mais heureusement non. Ce n’était pas mon gâteau qui était la cause de toute cette agitation. Ouf.

Deux nouveaux venus venaient de faire leur entrée dans la salle ! Mais c’est qui ces deux là ?
Revenir en haut Aller en bas
Lothar de Jamir
humain
humain
avatar

Bélier
Nombre de messages : 1613
Age : 29
Localisation : Temple du Bélier
13/04/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Lun 30 Aoû - 10:06

Les deux ambassadeurs du Sanctuaire traversaient les rues noires de monde de la ville de Gimlé. Leur nouveau guide les conduisait maintenant vers leur hôtel. Il était temps pour eux de se préparer pour la fête au Palais.

Aussi c’est tout en douceur qu’Althéa y guida son compagnon, hors d’une nuée de demoiselle qui tentait désespérément d’attirer le regard du beau jeune homme. La malicieuse jeune femme prouva ainsi qu’elle connaissait des méthodes plus subtiles que tout brûler pour parvenir à ses fins.

Dans l’hôtel, après avoir revêtu leurs élégantes tenues de soirées, les deux jeunes gens mirent au point les derniers préparatifs concernant le cadeau à offrir au jeune prince. Il faut dire qu’il n’était pas des plus facile de choisir un cadeau qui pouvait convenir.

Ainsi, les deux chevaliers d’or avait choisit une magnifique hache. Mais ils décidèrent de la laissée à l’hôtel pour le moment. Et, par la suite, Lothar pourrait faire apparaître la hache par télékinésie. Espérant ainsi créer un tour de magie du plus bel effet pour l’héritier du royaume.

Mais le jeune homme se demandait si cela serait suffisant, s’il ne devait pas offrir autre chose en plus. Pas facile de trouver ce qui pourrait accompagner la hache !

Une élégante jeune femme vint ensuite, les chercher directement à l’hôtel pour les amener directement sur les lieux où ils étaient attendus pour la fête. Visiblement, la princesse de Polaris avait tout prévu et avait confié cette mission à une personne de confiance.

Après avoir remercier leur dernière guide, Lothar et Althéa entrèrent dans la grande salle où la fête avait déjà commencé depuis peu. Et quand ils arrivèrent, les ambassadeurs prirent le jeune prince en flagrant délit de consommation de gâteau au chocolat ! L’enfant, un grand sourire aux lèvres, était effectivement à moitié barbouillé de chocolat. Une épée, elle aussi couverte de chocolat était posée sur la table, juste à côté de lui.

*le jeune prince semble apprécier les pâtisseries au plus haut point, tu ne trouves pas belle Althéa ?* transmit par télépathie le jeune homme à sa ravissante compagne…
Revenir en haut Aller en bas
Althéa
RIP

RIP
avatar

Nombre de messages : 1788
Localisation : Temple des Poissons
07/04/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Jeu 2 Sep - 2:08

Le temps s'était écoulé bien vite en cette belle nuit de Solstice... Althéa avait ainsi découvert avec ravissement la glorieuse ville de Gimlé. Une gigantesque cité vivante et aussi chaleureuse qu'Asgard était froide dans sa blancheur immuable, une cité vibrant en l'honneur d'un tout jeune prince.

La foule était dense alors que les deux saints se préparaient pour la fête toute proche. En même temps, elle n'oubliait pas de garder à l'oeil les nombreuses gamines asgardiennes qui louchaient un peu trop sur le Gold saint du Bélier. Beaucoup trop en fait.

Et face à son regard acéré, aussi tranchant que ses épines lorsqu'elle s'en donnait la peine, toutes fuyaient. Ainsi, Lothar et elle avaient-ils enfin pu profiter d'un ultime répit, rien que tous les deux pour reprendre un peu leur souffle et préparer la suite de leur mission.

La belle regardait la hache qu'elle tenait entre ses mains. Une arme magnifique et parfaitement adaptée à la main d'un enfant faisant ses premeirs pas de guerrier. Légère mais efficace tout en étant élégante. Le Grand Pope avait même poussé la générosité jusqu'à laisser graver des runes sur l'arme blanche. Mais nul doute que ce qu'il avait concédé d'une main, le maître du Sanctuaire le reprendrait de l'autre.

Entre l'incendie, les frais vestimentaires, les cadeaux et toutes les autres dépenses liées à cette ambassade, la belle se demandait si elle ne devrait pas créer quelques roses très rares pour son petit commerce personnel. Histoire de renflouer les caisses, ou plutôt celle de la maison des Poissons dès que le Grand Pope aurait équilibré le budget.

Un rire lui échappa alors qu'elle replaçait l'arme dans son écrin. Et elle jeta un oeil amusé à Lothar avant de refaire le paquet cadeau...

- Bien, tout est prêt Lothar. On va la laisser ici comme prévu, ensuite tout dépendra de toi...

Puis, on vint les chercher juste après que la jeune femme ait fiché une rose dans sa somptueuse chevelure mauve. Puis, ce fut le voyage vers le palais de la princesse Hilda. Althéa resta muette, se concentrant pour la suite.

Et enfin, ce fut l'entrée dans la vaste salle de bal. Althéa avançait aux côtés de son compagnon d'armes tandis que la voix douce et pourtant si forte de la princesse Freiya leur parvenait. Puis, enfin, le discours prit fin et les deux jeunes saints purent approcher de la famille prinicère.

D'ailleurs, le jeune prince était en pleine dégustation d'un magnifique gâteau au chocolat qu'il semblait avoir découpé à l'épée... !!! Il en était d'ailleurs barbouillé et elle dut se retenir pour ne pas sourire à ce spectacle aussi amusant que touchant. Le jeune dieu était déjà capable de se servir d'une épée avec adresse tout en restant un enfant...

La somptueuse gold sainte entendit alors la voix de Lothar résonner dans sa tête. Il lui faisait remarquer le goût du jeune seigneur blond pour les pâtisseries et sur le ton de la plaisanterie, elle répondit aussi par télépathie...

" Oui, Lothar... Il semble vraiment apprécier. Dis-moi... Les fruits devraient être tout aussi bons pour lui. On devrait lui offrir une tarte aux pommes en plus de la hache... Celles que Amber vient de faire sont vraiment délicieuses. Aldébaran n'a cessé d'en vanter la saveur... On pourrait lui en offrir une. De préférence avant que notre cher buffle les dévore toutes. "

Et elle se tut, laissant un magnifique sourire apparaître sur son visage avant qu'enfin, on ne les invite à se présenter ainsi que leurs présents devant la famille princière...

" Bien, Je compte sur toi, mon ami... "
Revenir en haut Aller en bas
http://saints-of-thepast.forum2jeux.com/forum.htm
Lothar de Jamir
humain
humain
avatar

Bélier
Nombre de messages : 1613
Age : 29
Localisation : Temple du Bélier
13/04/2010

Feuille de personnage
HP:
250/250  (250/250)
CS:
250/250  (250/250)
PA:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   Ven 3 Sep - 1:38

La réponse de la sublime Althéa ne se fit pas attendre, Lothar entendit la douce voix de la belle résonner dans sa tête pour lui faire une suggestion des plus intéressantes. Une nouvelle idée de cadeau : la tarte aux pommes du bovin !

Althéa est vraiment brillante, se dit alors le jeune homme.

C’est alors qu’une servante leur fit signe de venir se présenter et rendre hommage à la famille princière du royaume d'Asgard...

D’un même mouvement, démontrant ainsi leur grande complicité, les deux chevaliers d’or s’avancèrent vers le petit prince et ses parents.

Toujours d’un même mouvement, les deux Saints s’inclinèrent devant la famille princière, avant que le Bélier d’Or prenne très calmement la parole :

C’est en paix et en alliés, que nous avons le plaisir et l’honneur de venir du Sanctuaire pour assister à cette magnifique fête.


Permettez-moi de me présenter.

Je suis Lothar, Chevalier d’Or du Bélier.


Dit le jeune homme en s’inclinant à nouveaux.

Puis en désignant sa compagne, il ajouta :

Et voici Althéa, Chevalier d’Or des Poissons.

Puis le jeune homme marqua une courte pause avant de continuer.

Au nom de notre déesse Athéna et de notre Grand Pope, permettez-moi d’offrir ces modestes cadeaux d’anniversaire au jeune Prince.

Ajouta Lothar en souriant à Baldr, alors qu’il lui montrait qu’il avait les mains vides.

Le Bélier se tourna alors vers la Rose et lui envoya alors le message télépathique suivant :

« Tends les mains devant toi, Althéa »

Une belle lueur dorée éclaira les mains de la jeune femme avant qu’une belle tarte aux pommes n’apparaisse alors !

La tarte s’emblait sortir tout juste du four, et une délicate odeur de pomme se fit sentir.

Puis Lothar tendit à son tour les mains devant lui.

Le même phénomène se reproduisit, une belle lueur dorée éclaira ses mains avant que cette fois, une magnifique hache apparaisse...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En cette nuit de Solstice...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En cette nuit de Solstice...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [JOUR 5] - "Le ciel est rouge, beaucoup de sang a coulé cette nuit."
» Astre de nuit [Libre]
» Travailler ou non cette nuit [Livre 1 - Terminé]
» La Nuit me rappelle ce jour .... |Avec Constelation d'Hiver |
» L'atelier ou il fait nuit... [FERME]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Le Royaume d’Asgard. :: Le palais d'Hilda.-
Sauter vers: