Sans-Seiya


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau jour se lève à Polaris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: Un nouveau jour se lève à Polaris.   Mar 12 Juil - 8:08

Le colosse aux armoiries d'Asgard se tordait nerveusement les doigts, sur son visage d'ordinaire jovial, une barre d'inquiétude, d'hésitation se dressait un peu comme le faisait devant lui les imposantes portes qui menaient jusqu'aux appartements des souverains de leur patrie.

A côté de lui, plus petit, plus nerveux, il y avait son supérieur, l'oeil aguerri, les traits déformé par la colère qu'il avait ressentit alors qu'il enfermait dans les geôles du palais cet imposteur qui osait profaner le nom de l'un des illustres guerriers divins dont les légendes berçaient depuis dix ans déjà les contrées gelées, d'un bout à l'autre du pays.

« Fenrir ! » Une grimace chargée de fiel passa laissant malgré sa fugacité quelques traces âpres. « Comment ose t'il ! » marmonna encore pour lui le gardien du palais.

Et pendant que son compagnon d'arme lui faisait le piquet devant les portes, au détours d'un couloir, l'homme plus trapu, plus vif lui tournait en rond en grimaçant, maugréant, marmonnant sans cesse son indignation.

C'est que plus que le mensonge c'était l'usurpation qui faisait bouillir en lui le sang des guerriers du nord tout docile qu'il soit aux ordres de leurs princes et princesses, les asgardiens n'en demeuraient pas moins de valeureux guerrier pétrie d'honneur et de bravoure et s'il y avait bien des choses avec lesquelles on ne plaisantait pas, c'était bien le nom des anciens morts au combat.

« Quand dame Hilda le saura ! » Poursuivait il indifférent aux angoisses presque enfantine de son compagnon.

L'autre n'avait en vérité pas peur de la belle dame de Polaris, sévère mais juste, non, mais la bienséance avaient des règles qu'ils se devaient de respecter, même si lui aussi était profondément attristé par les paroles de cet être qui semblait n'être qu'un fou, un dément, aussi dès qu'il était sortit des cachots, voyant la rancune de son supérieur qui dirigeait déjà ses pas vers les appartements royaux, il lui avait rappelé l'heure.
Fallait il que cette affaire soit si grave, si terrible que la princesse de Polaris et son bien aimé époux ne puissent gouter à un repos bien mérité après toutes ses heures passer à recevoir celles et ceux qui avaient fait le déplacement pour assister à la cérémonie en l'honneur de leur jeune fils.

Le haut gradé avait une nouvelle fois râlé puis grogné entre ses dents : « quelle honte quel blasphème ! » puis avait bien du se ranger de l'avis de son compagnon. Pendant les quelques heures qui suivirent, les deux compères s'étaient rendus dans la salle de garde, autours d'une table ronde en bois massif, ils avaient tout deux veillé. Le gaillard avait bien essayé de faire oublier à l'autre l'objet de son amertume, pour cela il avait lancé une partie de dame qui fut tuer dans l'oeuf aussi sec... De nombreuses fois, le plus baraqué des deux avait regardé avancer sur le cadran les aiguilles de la pendule dont ils disposaient dans la salle confortable... C'est vrai que la nuit était déjà bien avancé, mieux encore, qu'elle s'étirait sur le petit matin. Mais quand la petite aiguille arriva sur le 7, le supérieur fulminait tellement que la gaillard renonça.

Et voilà qu'ils attendaient tout deux, quelques minutes plus tôt, le supérieur qui ne s'était pas démonté avait fait quérir la chambrière de la grande prêtresse d'Asgard, lui avait confié l'objet de sa requête, la jeune femme aguerrie avait acquiescé d'un signe de tête, même si la nouvelle avait déjà dû faire le tour d'Asgard endormi et lui avait intimé l'ordre d'attendre là.

Une demie heure s'était à présent écoulée, lorsque la porte en silence pivota, enfin le garde allait accéder à sa requête, enfin l'affront serait lavé.

Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Un nouveau jour se lève à Polaris.   Ven 15 Juil - 5:16

Une nuit merveilleuse entre les bras de Siegfried. Une nuit parfaite où les deux époux avaient connu une réconciliation touchante puis particulièrement intense et brûlante...

Une nuit qui aurait pu paraître sans fin...

Des heures ou quelques instants plus tard tandis que le soleil n'était pas encore levé, Hilda soupira d'aise avant d'ouvrir enfin un oeil. La tête de la princesse reposait paisiblement sur le torse si puissant du guerrier divin d'Alpha. Un instant, elle resta immobile, ne souhaitant pour rien au monde quitter le lit conjugal. Puis, bougeant légèrement, elle déposa de nombreux baisers sur le visage du bel endormi avant que son attention ne soit attirée par des mouvements et des bruits dans le couloir. Elle qui espérait pouvoir réveiller le blond au bois dormant d'un long baiser du vite déchanter. A croire qu'on avait choisi de leur gâcher le réveil.

Elle posa alors une dernière fois ses lèvres sur celles de son époux, ses doigts si fins caressant avec légèreté sa barbe naissante, avant qu'elle ne se lève enfin sans un bruit, prenant grand soin de ne pas éveiller trop brutalement celui qu'elle aimait depuis si longtemps, lui susurrant quelques mots d'amour enflammés.

Puis, enfin, la grande prêtresse quitta le lit en tenue plus que légère. Elle se dirigea aussitôt à pas lent vers la salle de bain alors que l'une des chambrières patientait dans la pièce voisine.

Hilda se dépêcha alors de faire sa toilette avant de passer pieds nus et en simple robe longue dans la pièce voisine. D'ailleurs, à peine venait-elle de s'installer face à sa coiffeuse que la suivante commença à lui brosser les cheveux tout en lui annonçant la présence de deux gardes dans le salon.

Hilda apprit ainsi que ces deux hommes réputés pour leur dévouement attendaient depuis déjà très longtemps derrière la porte.

- Ils patientent depuis déjà si longtemps que ça ?

La voix d'Hilda trahissait sa surprise et aussi un certaine inquiétude pour qui la connaissait bien alors que sa magnifique chevelure se chargeait d'éléctricité sous les coups de brosse rapides. Chose que la princesse jugeait plutôt agréable, un instant de délassement avant que la jeune femme ne noue l'ensemble en une longue tresse sur laquelle elle plaça un fin diadème.

Hilda se laissa encore dorlotter par les suivantes qui l'aidèrent à enfiler le reste de sa tenue avant de poser sur ses épaules une cape légère et rehaussée de fils d'ors.

Un petit déjeuner rapide et la grande prêtresse passa dans le salon voisin où elle prit place sur son trône avant de demander à l'une de ses dames.

- Bien, tu peux les faire entrer, Erika.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Deus Ex Machina

avatar

Nombre de messages : 112
29/12/2009

MessageSujet: Re: Un nouveau jour se lève à Polaris.   Mer 20 Juil - 22:02

La demie heure qui s’était écoulée parut d’une longueur effarante, mais le garde sachant que la princesse Hilda serait bientôt prévenue prenait son mal en patience, d’ailleurs, il avait arrêter de marmonner dans son coin, pour se tenir droit comme un « i » planté devant la lourde porte aux doubles battants.

Derrière celle-ci, des pas discrets, sans doutes les petites mains qui travaillaient pour la famille royale et qui déjà étaient à l’œuvre, pourtant, même en sachant cela, le garde n’avait pu s’empêcher de tressauter, alerte et vif, à chaque bruissement même infime qu’il parvenait à percevoir et qui passait un tant soit peu près de l’entrée.

Et enfin, dans une délicatesse extrême, la porte s’ouvrit sur les deux compères, l’un droit presque au garde à vous, l’autre affichant un soulagement criant. La chambrière leur fit signe de la suivre à l’intérieur des appartements princiers, ils remontèrent un long couloir avant d’arriver dans une nouvelle porte. Leur guide dans un murmure leur avait signalé que leur audience allait pouvoir se dérouler là et que la prêtresse elle-même les attendait derrière la porte.

« Qu’Odhinn soit loué. » murmura pour lui le garde qui devant l’honneur qui lui était fait de parler avec la souveraine reprenait un peu plus de son impassibilité qui allait de paire avec son rang.

Et la porte devant eux à son tour s’ouvrit, sans que la jeune femme d’Asgard n’entre, laissant apparaitre Hilda de Polaris, noble et altière sur son trône. Alors seulement le chef réalisa l’heure qu’il était, le sacrifice des heures de sommeil que la princesse avait dû consentir pour le recevoir lui et son confrère. Sous sa dévotion et son impassibilité, il sembla que le garde malgré son rang avait presque rougi de son impertinence, son compagnon resté en retrait lui avait déjà effectué la « révérence » protocolaire, aussi le chef s’avança.

« Veuillez, Ô princesse, accordé à votre humble serviteur le pardon pour avoir demander audience auprès de vous à une heure si matinale… Mais l’affaire dont j’ai à vous faire part, me semble, d’une importance qui force l’urgence. »

Il posa son poing contre son torse bardé d’acier, s’inclina profondément avant de plonger son regard dans celui de son interlocutrice, un regard franc qui n’avait rien d’offensant.

« Aux dernières heures de la nuit, notre patrouille à perçu dans le domaine sacré de la famille d’Alioth d’étrange mouvement qui nous a forcé à envoyer de plus amples effectifs. »

Relatant les faits avec gravité, le ton de sa voix semblait se faire plus dur à chaque seconde.

« Nous avons trouvé en ces lieux la présence d’un individu, en prise avec l’une des élues d’Odhinn, une valkyrie. Après l’avoir arrêté pour avoir profaner le domaine sacré, nous avons cherché à connaitre son identité. »

Cette fois c’est carrément de la colère qui brillait dans son regard, tandis que son visage lui restait impassible.

« Cet impertinent en plus d’être un vandale, usurpe ostensiblement l’identité de l’un de nos valeureux guerrier divin. Il se targue d’être Fenrir d’Alioth votre Altesse. »
La mine grave, il se pencha de nouveau en avant.

« Vous comprenez, je pense, à présent mon empressement à vous faire part d’un tel blasphème, nous ne pouvons pas accepter que l’un de ceux qui ont sauvé notre partie soit ainsi souillé par des prétentions. »

Le sujet semblait d’autant plus sensible que l’homme en face de la prêtresse était un guerrier lui-même, un être qui avait fait le choix de donner sa vie pour protéger Asgard et ses sujets.
« L’homme se trouve désormais dans l’une des cellules du château n’attendant p
lus que votre juste décision. »


Le subalterne, montagne de muscles, il ne bougeait pas, simplement lui aussi avait frémi aux prétentions de l’individu, et à chaque parole de son supérieur, il s’était contenté d’assentir d’un léger signe de tête. A présent la décision appartenait à la prêtresse d’Asgard.
Revenir en haut Aller en bas
Hilda
Admin, Pretresse d'Odin
  Admin, Pretresse d'Odin
avatar

Nombre de messages : 17174
Localisation : Asgard...
27/02/2010

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
400/400  (400/400)
PA:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Un nouveau jour se lève à Polaris.   Jeu 21 Juil - 4:30

Un lourd silence s'était abattu sur la petite pièce tandis que la princesse de Polaris attendait les deux gardes, majestueusement installée sur son trône ouvragé.

L'attente fut de courte durée comme le laissait pressentir les présences tapies derrière la porte. Deux hommes en armes qui faisaient le pied de grue depuis déjà de longues minutes. Tous deux étaient de fiers guerriers d'Asgard dévoués à leur pays. Hilda les avaient déjà croisés lors de ses voyages. La grande prêtresse se faisait en effet un devoir de rencontrer ou de saluer personnellement son peuple et son armée tout comme Siegfried connaissait la majorité des combattants. En effet, à Asgard, la cohésion et la fraternité n'étaient pas de vains mots.

Elle vit le plus costaud des deux faire une révérence à laquelle, elle répondit d'un gracieux signe de tête tandis que l'autre prenait la parole. Mots auxquels la jeune femme répondit avec douceur sans laisser le moindre signe d'agacement se peindre sur ses traits.

- Vous êtes tout excusé, soldat. Nous connaissons parfaitement votre valeur et votre sérieux. Et si vous êtes venus aussi tôt c'est que quelque chose de grave a du se dérouler sur les terres gelées. Parlez donc sans hésiter...

Et aussitôt, le discours du rude soldat reprit et si son ton était toujours très correct envers la princesse de Polaris, on pouvait y déceler toutefois une ire certaine. Nul doute que ce qu'il s'était passé sur les terres d'Alioth l'avait profondément outré.

Hilda suivit tout cela sans dire un mot, réfléchissant sur l'ensemble des derniers évènements et plus particulièrement sur ce qu'il s'était passé dans le secret de l'Ecrin. Les paroles de son cher époux rejaillissaient dans sa mémoire...

Oui, je comprends maintenant ce que tu as voulu me dire, mon amour... Le rituel vient juste de s'achever et la nouvelle de retour des six grands héros d'Asgard n'a pas été rendue publique ou plutôt ne s'est pas encore répandue sur l'ensemble du Royaume. Et si, Hagen est réapparu dans la Tour Sud, cela n'a pas été le cas des nos autres compagnons...

Son regard se reposa sur le soldat...

Et si je me fie aux dires de cet homme alors, il se pourrait que l'un de nos plus grands héros croupisse dans les geôles du palais.

Le silence retomba dès que le soldat eut achevé son rapport. Hilda demeura un long moment silencieuse sans que les hommes n'osent remuer le moindre cil. Puis, enfin, elle prit sa décision.

- Merci pour votre dévouement et votre loyauté, vaillants soldats d'Asgard. Tout comme vous, nous honorons la mémoire de nos guerriers divins. Je vais de ce pas me rendre aux geôles et statuer sur le sort de cet homme...

S'il s'agit du vaillant guerrier d'Alioth, il sera libéré sur-le-champ. Mais si d'aventure, cet homme s'avère n'être qu'un vulgaire imposteur et bien Qu'Odhinn le prenne en pitié.


Elle se releva ensuite tandis qu'un servante lui amenait son manteau.

- Demeurez céans. Vous êtes mes invités et mes dames vont vous servir une collation digne de ce nom le temps que mon époux vous reçoive...

Et sur ces derniers mots, Hilda quitta la salon dans lequel les hommes allaient demeurer. Elle demanda à l'une de ses suivantes d'aller prévenir Siegfried. Son cher époux était sans nul doute le mieux placé pour annoncer aux soldats qu'ils avaient toutes les chances d'avoir fait emprisonner le véritable guerrier d'Alioth...

Et trouver les mots juste au cas où cela s'avérait être la stricte réalité.

==> Prisons

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Revenir en haut Aller en bas
Siegfried
Admin Chef des GodWarriors
Admin Chef des GodWarriors
avatar

Nombre de messages : 4931
30/12/2009

Feuille de personnage
HP:
350/350  (350/350)
CS:
350/350  (350/350)
PA:
450/450  (450/450)

MessageSujet: Un nouveau jour se lève à Polaris.   Mer 3 Aoû - 23:53

Le parfum transcendant de sa tendre épouse lui collait encore à la peau, alors que les premiers rayons du soleil s'étaient fait plus intenses. Siegfried de Dubhe s'était éveillé ce matin là avec un sourire béa, sans doute dû à l'intense réconciliation qui avait conduit le couple princier à un corps à corps brûlant jusqu'aux premières heures de jour, à moins que cela ne soit dû aux baisers tendres et amoureux que sa belle Hilda avait déposé sur son visage lors de son réveil.

Quoi qu'il en soit, la chaleur de la belle prêtresse et sa présence semblaient demeurer près de lui et lorsque Siegfried, le valeureux guerrier divin ouvrit les yeux, qu'il tenta de ramener près de lui sa bien aimée et que son bras de referma sur du vide, son sourire s'était quelque peu effacé.
Encore un matin où la grande prêtresse d'Asgard avait dû être appelé pour remplir une quelconque tâche impérieuse... Un soupir avait retentit dans la chambre désespérément déserte et silencieuse, tandis que le guerrier divin s'était redressé pour constater sa solitude. Parfois, il se rêvait être seul au monde avec son épouse et leur fils, perdu aux milieux des montagnes, vivant en parfaite autarcie, que sa femme n'ai pas autant de responsabilité, que son fils n'ai pas un avenir si lourd et que lui même n'ai pas à risquer sa vie à chaque instant.

Mais il fallait se rendre à l'évidence, le blond asgardien avait le combat dans le sang, sa vie ne passait que par l'acier, son avenir n'était fait que de bataille et de bravoure. Et tout comme lui, Hilda ne pourrait pas se passer de son rôle, là étaient leur destin et ils ne pouvaient s'en défaire, quand bien même cela aurait été possible, tout deux auraient été bien malheureux en fin de compte.

Paresseusement, le guerrier divin s'était étiré. Il lui semblait que dans cette chambre douillette, confortable, planait encore l'ombre bienveillante de son épouse, son parfum qu'il respirait à plein poumon, sa chaleur que conservaient les draps et couvertures.
Et Siegfried ne croyait pas si bien dire, Hilda était sortie de cette chambre quelques minutes plutôt seulement et était à présent en entretien avec les deux gardes. Gardes que le général suprême d'Asgard allait bientôt rencontrer à son tour.

C'est donc de bonne humeur, malgré les réjouissances écourtées, que le seigneur de Polaris s'était levé à son tour, il avait à l'esprit d'aller voir son frère dont la présence dans le monde des Hommes s'était soudain rappelé à lui, et avait l'intention, si leur emploi du temps respectif le leur permettrait, de retrouver sa bien aimée dans l'après midi pour improviser une petite sieste crapuleuse.

A présent lavé, apprêté et habillé, Siegfried sortit de la chambre conjugale, prêt à entamer cette longue journée prometteuse par un petit déjeuner bien mérité, chose dont se réjouissait son estomac. Il s'apprêtait d'ailleurs à prendre la porte de sortie lorsqu'une servante s'avança vers lui, esquissa une révérence délicate, auquel le guerrier divin répondit par un grand sourire radieux, puis elle s'adressa à lui.

« Seigneur Siegfried, pardonnez moi, mais dame Hilda vous fait savoir que deux gardes vous attendent dans le petit salon pour une affaire qui concerne un prisonnier et le guerrier divin d'Epsilon. »

Immédiatement, parce qu'il était sur la même longueur d'onde que son épouse et avait saisi le message sans plus d'explication, Siegfried avait remercié la jeune femme d'un signe de tête et s'était dirigé sans attendre vers le petit salon en question, se doutant de ce qu'il s'apprêtait à entendre.

Dès qu'il était entré les deux hommes s'étaient mis au garde à vous, respectueux et soucieux de la hiérarchie qu'il existait entre eux et le glorieux guerrier divin, chef de la garde. D'un coup d'œil, le blond asgardien avait reconnu ces deux êtres qu'il connaissait bien et voyant le plus haut gradé des deux ne s'étonna pas un seul instant de sa présence ici, ni de sa mine renfrognée.

Le garde était en effet un homme valeureux et un très bon guerrier, c'est pourquoi Siegfried comptait autant sur lui et sa présence pour encadrer ses hommes en son absence. Or, si tout les asgardiens où presque tenaient avec respect la mémoire des anciens et notamment des guerriers tombés pour la patrie, lui avait un respect particulièrement poussé et ne laissait aucun droit à l'erreur.

« Et bien messieurs, je vous écoute, qu'elle est cette affaire qui vous a conduit au devant de mon épouse et moi même ? »

Le haut gradé qui avait prit jusque là la parole et avait refuser de gouter aux victuailles qu'avaient apporté les servantes, trop atterré par cette affaire pour pouvoir manger et puis il y avait une phrase qu'avait prononcé la grande prêtresse qui le turlupinait.

« Seigneur Siegfried, veuillez pardonner cette audience matinale, mais l'affaire me semblait bien trop importante pour attendre davantage. »

Le guerrier divin avait fait un signe de la main.

« Allons mon ami, arrête ton cérémonial, il n'y a personne ici à satisfaire par ces ronds de jambes, nous sommes là entre frères. »

Le garde sembla se détendre un peu, il avait acquiescé d'un signe de tête à l'évidence de Siegfried avant de continuer.

« Nous avons arrêté un homme avant l'aube qui rôdait sur le domaine de la famille d'Alioth. Ce mécréant s'en prenait à l'une des valkyries de notre patrie, mais pire que tout, il se prêtant être LE Fenrir d'Alioth. »

La révélation semblait toujours autant choquer le haut gradé qui marqua un silence comme pour donner un peu plus d'indignation à ses propos.

« La princesse Hilda dans sa grande sagesse est allée dans les geôles afin de juger cet imposteur, pourtant il y a quelque chose que je n'ai pas très bien comprit dans ses paroles... Celle ci a promis de châtier l'imposteur sauf si celui ci se révèle être le véritable guerrier d'Epsilon. Sans doute ai je mal comprit ses paroles ? »

Un large sourire avait illuminé les traits du guerrier divin, sa main se posa sur l'épaule du haut gradé sous les yeux de l'autre garde qui était resté en retrait mais ne perdait rien de la discussion.

« Et non mon ami, tu ne fais pas erreur... Pour la gloire d'Asgard et avec la bénédiction du grand Odhinn, tu peux d'ores et déjà répandre la nouvelle autours de toi, les sept Saphirs sont de retour parmi nous... »

Le haut gradé n'en revenait pas, son acolyte lui manqua de s'étouffer de surprise, mais visiblement après la stupeur c'était la joie qui illuminait leurs regards.

« Cependant, leur retour n'est pas sans prix, tu sais aussi bien que moi que le grand Odhinn n'accorde ses faveurs qu'aux êtres de bravoure et de courage, sans doute que nos compagnons seront éprouvés encore quelque temps. Aussi pardonne le comportement du guerrier d'Epsilon si celui ci n'a pas été égal à sa réputation. »

Le haut gradé avait acquiescé aux paroles de son supérieur, mais après la joie, une sorte d'ombre passa sur son visage.

« Fêtons nous le retour de tous les guerriers divins ? »

Demanda t'il insistant justement sur le « tous ». Siegfried avait bien comprit qu'il faisait allusion au descendant des Megrez. Le sourire du guerrier divin se fit plus sombre, son regard plus dur.

« Si tel est le cas, ce chien n'aura pas de répit, il paiera ses manigances je te le promets... Nous ouvrirons l'oeil mais il semble que tous ne soient pas revenu dans l'enceinte d'Asgard. »

Entre les deux hommes présents était passé une idée commune, une envie commune, celle de mettre la main sur le traitre perfide d'Asgard. Ils ouvriraient l'oeil, cela était certain, même s'ils ne pouvaient pas se douter qu'Albérich était si proche d'eux.

« En tout les cas, Hagen de Merak et Syd de Mizar sont de retour... Fenrir également très certainement. Réjouissons nous mon frère. »

Même s'il est vrai que le retour des guerriers divins signifiait une guerre à venir, tôt ou tard.

« A présent, allons prendre un petit déjeuner ensemble ! »

Mais les deux hommes attachés à leur devoir et encore un peu étourdi par la nouvelle avaient fort à faire, ils s'éclipsèrent laissant Siegfried seul dans le petit salon. Après avoir apprit auprès d'une servante que Merak son frère avait besoin de repos et qu'on prenait soin de lui, le guerrier divin prit la direction des cuisines, sachant que là bas personne ne viendrait troubler son petit déjeuner.

La Suite

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau jour se lève à Polaris.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau jour se lève à Polaris.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau jour se lève. [~ Lawla]
» Demain sera toujours un autre jour.
» " Un nouveau jour qui se lève" [Sasuke Sarutobi]
» Un nouveau jour, un nouveau venu
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sans-Seiya :: Zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Ancienne zone RP : "Prémices d'une nouvelle ère" (fermée) :: Le Royaume d’Asgard. :: Le palais d'Hilda. :: Aile princière :: Appartements du couple princier-
Sauter vers: